Les autorités gabonaises semblent vouloir relancer le projet de construction des logements sociaux, alors que ceux existant sont au cœur de litiges à répétition entre squatteurs, bénéficiaires légaux et les sociétés publiques supposées assurer leur gestion. Avec la multinationale espagnole Main Global, l’Etat semble avoir revu ses ambitions à la baisse. 

Des logements sociaux à Angondjé. © Gabonreview

 

La promesse liée à la construction de 5000 logements sociaux par an, faite par Ali Bongo peu après son arrivée au pouvoir, ne s’est jamais matérialisée. Au lieu des 35 000 logements attendus pour la fin de son premier septennat, on en dénombre moins de 15 000 à ce jour. Plus de la moitié n’a pas été livrée. Pourtant, les autorités gabonaises n’ont pas enterré le projet. A la vice-présidence de la République, l’on s’active d’ailleurs à dépoussiérer le dossier.

Des responsables de Main Global ont devisé, mardi 12 juin à Libreville, avec Pierre-Claver Maganga Moussavou. La multinationale espagnole, déjà présente au Sénégal, a rouvert les négociations lancées en 2012 avec l’Etat gabonais. Les deux parties ont revu leurs différentes ambitions à la baisse. Les autorités gabonaises évitent désormais d’évoquer la construction de 5000 logements chaque année à travers le Gabon. Contraintes financières oblige, priorité est faite sur la construction de quelques centaines de logements dans la capitale.

Disant compter sur le «système de construction industrialisé» de la société dont il a la charge, Alfonso Jimenez, patron de Main Global, a assuré le VPR de ce que sa société est une des plus rapides dans le domaine, en plus de proposer des «coûts réduits». Pour coller aux nouvelles ambitions des autorités gabonaises, le businessman Espagnol a dit être capable de livrer 1000 logements sociaux par an.

 
 

3 Commentaires

  1. Chiche dit :

    Ce Jimenez et son Main Global est un faux. Un imposteur s’est tout Point à la ligne.

  2. Milangmissi dit :

    Attention il y a une erreur sur l’article il n’ont pas construit près de 15000 mais 1500.
    Pour revenir au gouvernement de issoze ngondet, en gestion de projet il est conseillé de se fixer des objectifs SMART (Spécifique Mesurable Acceptable RRéaliste Temporellement). Dans ce cadre je leurs propose, étant donné leur incompétence et leur kleptomanie chronique de se fixer comme objectif 1 Logement par an.
    “Entre fond et forme, la forme est la compétence des incompétents !”Laurent Martinez

  3. FINE BOUCHE dit :

    MAIN GLOBAL prétend qu’il fera mieux, plus vite et moins cher.
    Espérons que le résultat ne se traduira pas une enième fois par des promesses non tenues et que MAIN GLOBAL ne finira pas devant les tribunaux pour ces bons et loyaux services (suivez mon regard SANTULLO). Réussir là ou l’Etat a échoué, je leur souhaite bon courage. Revoir ses prétentions à la baisse de 5000 logements à une centaine c’est plus revoir ces prétentions c’est se moque du monde. Alors que la campagne présidentielle promettait monts et merveilles, imaginez pour toutes ces promesses énoncées et non honorées.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW