Deux trafiquants ont été arrêtés le 30 novembre dernier à Port-Gentil en possession de près de 80 kg d’ailerons de requins.

La barbarie des hommes avec les requins. © notreterre.org
La barbarie des hommes avec les requins. © notreterre.org

 

La section de la police judiciaire de Port-Gentil a procédé, le week-end dernier, à l’arrestation de deux présumés trafiquants de requins et à la saisie de leur butin constitué uniquement d’ailerons dont le poids est évalué à près de 80 kg. Maintenus en garde à vue en attendant d’être présentés au juge, les deux indélicats, à savoir Abel Joseph Abaka Et Woniowei Igbosu devront répondre de leurs actes.

La saisie des agents de la police judiciaire. © ONG Conservation Justice
La saisie de la police judiciaire. © Conservation Justice

Selon l’ONG Conservation Justice, l’exploitation des requins n’est pas interdite mais nécessite des autorisations et le paiement des taxes y afférentes comme pour tout type de pêche. Or, au regard de la pression sur cette espèce, les autorisations pour le commerce d’ailerons ne sont plus délivrées par l’administration. «Le commerce d’ailerons est stoppé mais cela n’empêche pas le trafic d’ailerons de perdurer», indique l’organisation de protection de l’environnement.

L’aileron de requin représente le deuxième plus gros trafic au monde après la drogue. Cette partie de l’animal qui se vend très cher ne représente que 3% du poids des requins. Les défenseurs des animaux dénoncent, depuis de nombreuses années, cette pratique qui consiste à couper l’aileron, puis à remettre l’animal, encore vivant, à la mer. Malgré les nombreuses interdictions de vente de soupe d’ailerons de requins et la création de zones protégées, plus de 100 millions de requins sont encore tués chaque année dans le monde. Depuis quelques décennies, de nombreuses espèces de requins concernées par le trafic d’ailerons sont ainsi en voie de disparition. Certaines d’entre elles ont déjà perdu plus de 50% de leurs effectifs, voire 98%.

Le Gabon possède encore une faune et une flore exceptionnelles mais est aussi la cible de trafiquants en tout genre. Cependant, la lutte contre le trafic de ses ressources naturelles et notamment des ressources halieutiques doit s’intensifier. Et cela passe d’abord par un renforcement de la législation.

 

 
 

7 Commentaires

  1. Rigolade dit :

    Tous sa se nais que de la rigolade, les Affaire maritime charger de la Pêche et des métiers de la Mer, fond quoi ? à part interpeller arbitrairement les plaisanciers à la pointe Denis dans les terres de notre Arrière, arrière , arrière grand Père (Le Roi Denis Rapotchombo).
    Face à la Résidence de notre Présida, pour faire mine de travailler, et montrée qu’ils font quelque chose, oui bouffé le carburant payer par l’état. Foutage de Gueule, se nais pas à nous GAMBANAIS à qui il faut apprendre ce que ses que la conservation.
    LI WITH qui se prêtant Professeur, par ce qu’il à crapahuter dans nos forêt du basin du Congo, veut dictée ses lois, juste pour bouffé le Miang du pauvre peuple GAMBANAIS.
    Rigolade attitude.

  2. Camille dit :

    Et dire qu’il y a des gens qui ne pense qu’à soi même, et ne se soucient guère des autres!80 aillerons c’est quand même triste

  3. Stephanhe dit :

    Cela ne sert à rien car les mois qui vont suivre la détention des personnes reconnu coupable dans cette affaire ils seront mis dehors,les peines de prisons pour des gens comme eux sont toujours faible la loi n’est pas assez sévère pour ce genre de cas

  4. larufe dit :

    insupportable. quand est-ce que nos dirigeants comprendront que ce pays est à protéger contre le pillage? Voyez vous-mêmes ce que devient le Gabon: un tyruc où tout est possible de se passer. les trafiquants et autres assassins sont impunis. ils ne peuvent donc pas arrêter leur basse besogne. mais un jour, la nature triomphera de nos dirigeants argentivores.

  5. Ismael Boussamba dit :

    Au Gabon on connait les etrangers qui viennent et ne font que le desordre! Il faudrait renvoyer tous les kalabas chez eux! Et leur interdire le retour!

  6. ninalaetitia dit :

    tu as bien raison les kalabas qui envoient les fûts de poisson du Gabon chez eux et vende le reste a prix fort au Gabon sa ils n’a parle as.vive de la péché ici mais il faut juste regarde la ou ils résident des maison bâti en fûts malgré tous l’argent qu’ils ce font ici

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW