L’ancien candidat malheureux à la présidentielle de 2016 croit savoir que «toutes les manœuvres politico-administratives et militaires» de ces derniers mois visent en réalité la conservation du pouvoir par les collaborateurs et soutiens du président de la République.

Abel Mbombe Nzoundou, président du MAM. © D.R.

 

Ancien candidat malheureux à la présidentielle d’août 2016, président-fondateur du Mouvement alternance en marche (MAM), Abel Mbombe Nzoundou assure qu’il n’est pas dupe. Ce mercredi 9 janvier, il dit constater «avec beaucoup de lucidité qu’Ali Bongo Ondimba n’est plus responsable du pouvoir exécutif de notre pays».

Aussi, croit-il savoir que «toutes les manœuvres politico-administratives et militaires perpétrées depuis [l’indisponibilité temporaire du président de la République] sont pensées et conçues par les dirigeants actuels qui refusent de façon délibérée d’appliquer les dispositions juridiques prévues dans la Constitution». Pour lui, il est évident qu’il existe désormais un doute sur les aptitudes physiques et mentales d’Ali Bongo à remplir pleinement ses fonctions sur le territoire national.

Tout en prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, le leader du MAM dénonce le «cynisme des gouvernants actuels» qui, selon lui, sont entrés ces dernières semaines dans une «guerre fratricide». Leur «seul but [est] de conserver le pouvoir à tout prix afin de continuer à affamer, chosifier et faire dormir le peuple gabonais dans la honte et la médiocrité», soupçonne-t-il.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW