Dès ce mercredi 1er août, sera instauré un système de pointage quotidien des agents publics dans toutes les administrations du pays.

© Montage/Gabonreview

 

Le gouvernement gabonais veut en finir avec le phénomène de l’absentéisme en milieu professionnel, et particulièrement dans les administrations publiques. Pour ce faire, les fonctionnaires seront désormais tenus de «pointer» chaque jour pour prouver leur présence effective sur leur lieu de travail. L’annonce a été faite lundi 30 juillet par Ali Akbar Onanga Y’Obegue, le ministre de la Fonction publique. Ce nouveau système de contrôle des agents de l’Etat doit commencer le mercredi 1er août. Il vise principalement les agents des différents départements ministériels.

Selon le ministre de la Fonction publique, l’adoption de ce mode de contrôle émane des «doutes légitimes» exprimés par le gouvernement à la suite de la première phase de l’opération de mise sous bon de caisse des agents civils de l’Etat. Organisée du 17 au 24 juillet, celle-ci a permis de débusquer plus de 6500 fonctionnaires fantômes. Or, selon Ali Akbar Onanga Y’Obegue qui soupçonne qu’il en existe plus, certains responsables au sein des administrations avaient permis à plusieurs absentéistes de passer au travers des filets, «soit en se laissant induire en erreur, soit en faisant preuve de légèreté en validant les dossiers des agents qui, en réalité, n’étaient pas présents au travail».

Si le ministre de la Fonction publique n’a pas été précis sur la méthode choisie pour ce pointage quotidien, il n’a pas moins dit laisser la charge aux secrétaires généraux des ministères et directeurs centraux des ressources humaines (DCRH). Espérons dès lors que d’autres plaintes ne se feront pas entendre de la part des fonctionnaires.

 
 

7 Commentaires

  1. Stephanoetus dit :

    Tous ce mal pour rien!vos fiches finiront chez les vendeurs de nike

  2. Gafo dit :

    Vous savez lorsque Dieu a déjà enlevé sur vous le manteau du pouvoir et que vous y restez par la force, même si on vous donne 1000 ans, plus rien de ce que vous allez entreprendre ne peut réussir jusqu’à ce que le règne cesse. Le pouvoir politique est l’une des choses dont la dimension spirituelle est élevée avec des lois aussi perpétuelle que la gravité. Quand Dieu a dit c’est fini c’est fini. Spirituellement Ali n’est plus le Chef du Gabon et ne pourra plus jamais manoeuvrer le gouvernail à bon escient. Si il aime ce pays qu’il sache qu’il n’y a de salut pour le Gabon avec lui à sa tête et que le bien du Gabon réside dans le changement du capitaine rejeté.

  3. Piouf! dit :

    Combien represente les 6500 fantômes ?

  4. NC4 dit :

    Le comble dans cette histoire est qu’au final les personnes qui seront le plus emmerdées sont vos propre parents qui sont dans les villages en train de faire la pêche, la chasse ou encore dans des appartements luxueux à l’étranger. Quand ces derniers viendrons se plaindre chez vous de la non perception de leur héritage, cette mesure disparaitra aussi soudainement qu’elle est apparut.

  5. Ikobey dit :

    Bravo pour cette mesure ! il faut que cela continue dans le temps pour assainir la fonction publique. Il faut applaudir le courage de nos Dirigeants qui pour une fois ne se sont pas vautrés dans la facilité et la démagogie. Courage parce que nous connaissons tous un proche, un ami, qui profite depuis des années d’un système complaisant qui étouffe le pays. Le courage n’est pas d’aller dans la direction du vent mais lutter contre les courants hostiles et délétères.
    Chapeau, Messieurs !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW