Quelques semaines après sa nomination, le directeur de cabinet du président de la République veut voir clair dans la gestion et le rendement des agences publiques. Un «grand audit» serait en préparation, qui a déjà démarré avec une série de rencontres avec les responsables desdites agences.

Brice Laccruche Alihanga. © Capture d’écran/Gabonreview

S’achemine-t-on vers un grand audit des agences publiques, cinq ans après leur création ? Tout porte à le croire. Sinon, comment expliquer la série de rencontres avec les patrons de ces structures qu’entend organiser le directeur du cabinet du président de la République dans les jours qui viennent ? L’une de ces rencontres s’est d’ailleurs déjà tenue au palais du bord de mer, vendredi 13 octobre. Brice Laccruche Alihanga s’est entretenu avec Alex Bernard Bongo Ondimba, le directeur général de l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf).

Brice Laccruche Alihanga face à la direction de l’Aninf. © Capture d’écran/Gabonreview

Comme avec le patron de l’Aninf, l’objectif de ces rencontres, a précisé le dircab d’Ali Bongo, sera de répondre à des questions précises : «Où est-on ? Quelles sont les difficultés rencontrées par ces structures ?» Mais surtout, ces échanges seront l’occasion pour la présidence de la République, à laquelle sont directement rattachées les agences, de leur faire savoir que «le patron» s’impatiente. «Le chef de l’Etat exige des résultats concrets et rapides. Aujourd’hui, nous n’acceptons plus les retards».

Si, avec le sourire, Brice Laccruche Alihanga a assuré à Alex Bernard Bongo Ondimba qu’il ne sera pas le seul à devoir se présenter face à lui pour évoquer le fonctionnement et les perspectives de son agence, il n’a pas manqué d’exiger que le DG de l’Aninf lui fournisse, dans les prochains jours, un ensemble de documents liés aux différentes réalisations de la structure dont il a la charge. Les documents comptables en font-ils partie ? Mystère. N’empêche, dans les couloirs du palais de marbre, certains n’hésitent plus à parler de «contrôle» et d’«audit» concernant l’initiative du jeune dircab.

En mai dernier, pendant le dialogue politique d’Angondjé, certains participants de la commission 4 traitant de la consolidation de la paix et de la cohésion nationale avaient appelé à la suppression de ces structures présentées comme «des ministères bis». D’autres avaient plutôt penché pour une redéfinition et une restructuration de ces agences publiques, conformément à un projet gouvernemental qui tarde à être mis en œuvre. Brice Laccruche Alihanga semble avoir pris ces préoccupations à son compte.

 
 

17 Commentaires

  1. Fiona Fiona dit :

    Il devient quoi ? La Cour des comptes ou le contrôle général d’état ? On sent bien que durant sa formation à ITA à l’avenue de cointet,on ne lui a rien appris sur la gestion d’un etat et la notion de tutelle…. Il faut qu’ITA reprenne son étudiant

  2. makaya dit :

    Il était à l’INSG et non ITA. BTS 2004,Compta Gestion. Major de la promo. Qu’est-ce que vous avez à dénigrer les formations locales? Et que dites vous de tous ceux qui écument nos régies financières et qui ont été formés en Afrique de l’ouest ou au Maroc dans des écoles abracadabrantesques? Lol!

  3. Le Juste dit :

    Il cherche des motifs pour placer ces copains, c’est déjà le cas à CDC.

  4. Moubouloukou dit :

    Brice toi qui est prêt du président tous les jours demande à ce monsieur s’il peut nous construire les écoles primaires, les collèges et qu’il mise plus sur la formation des profs et instituteurs.et dis lui que les hôpitaux sont souvent vident et sans matériel surtout le CHU d’Akanda de plus le gardien qui dort là-bas c’est un malien. En conclusion La cruche fais un tour aussi dans les écoles et les hôpitaux pour des audites.eh j’allais oublier demande au président à quel niveau des stades on s’ennuie et le Sade de pog est dans le noir les logements sociaux là de pog là on fait comment Ya la crise il n’a qu’à nous donner nous même on fini .merci la cruche on compte sur ton courage là.

  5. makaya dit :

    Il me semble que FIONA connait bien BLA? Est-ce qu’ITA organise l’examen du BTS? De plus BLA ne s’est pas arrêté au BTS, puis qu’il a un Master en Finances. Il faut restituer les faits! On peut mentir à tout le monde, sauf à sa conscience.

  6. Moubouloukou dit :

    Tu sais mon ami Makaya!quand tu es de niveau BTS,Master,Doctorat j’en passe et que tu bosses pour le Pédégé et non pour le pays tu devient automatiquement salle comme un mécanicien du quartier du genre mouton quoi!Ya qu’avoir voir la dégradation et les dérives de ce qui gère l’appareil judiciaire, brillant mais devenue bête avec c’est le temps.

  7. Awou dit :

    Cest reparti pour un tour. Il nya pas de honte a dire que les agences, créés a tour de bras, au regard de leur fonctionnement et leur rendement, ça ne marche pas chez nous. Présentées comme la solution a l’inefficacité de l’administration, on a assisté au contraire. Sursalaires, budgétivores,a labri des audits de la cour des comptes du fait de leur positionnement, il se trouvera des enfumeurs pour nous expliquer que le meilleur de ces agences est a venir.faut avoir le courage de revoir en profondeur leur gouvernance, piur d’autres, les fermer et renforcer les capacités des administrations pour mettre en oeuvre les politiques publiques. Il nous a été dit que le Plan de relance de l’économie a prévu la rationalisation des services publiques personnalisés que doit mettre en oeuvre le gouvernement. Ou en est-on? Initiative parallèle?

  8. Kinguele au Gabon dit :

    Makaya, puisque toi tu le connais bien… Tu peux nous dire dans quelle école il a obtenu son Master en Finances ?

  9. Biswe dit :

    “Les grands esprits discutent des idées;les esprits moyens discutent des événements ;les petits esprits discutent des gens”…c’est l femme de quelqu’un qui a dit ça, une certaine Eleanor Roosevelt, c’est dingue je la connais même pas!!!

  10. makaya dit :

    Okoss, j’espère que tu as étudié à MIT, Harvard ou Cambridge? Même si c’est le cas, je sais qu’à plus de 80% nos études primaires et secondaires on les fait au bled. Ce n’est qu’après que les “privilégiés” partent dans les pays du Nord (même s’ils n’ont pas des moyennes brillantes et pertinentes)et ceux qui ont échoué aux concours des Grandes écoles nationales se plient en 4 pour aller étudier en Afrique de l’ouest ou au Maghreb. Okoss à te lire, tes limites grammaticales apparaissent d’elles mêmes.
    Quant à Kinguélé, je vais te dire mon frère: nous sommes dans un panier à crabe. Il faut avoir un minimum de reconnaissance quand l’autre a atteint la dernière sphère de l’Administration. Sinon la messe est dite et tout le monde dit AMEN!

  11. makaya dit :

    A mon ami Moubouloukou: dans la vie il faut éviter l’inflation de la raison. Tu penses franchement que lorsqu’un compatriote travaille pour le P.D.G on doit le peindre en noir? La vie c’est le relais; à chacun sa génération. Le pays est à nous tous! L’important c’est que tu dois être parmi les meilleurs de ta génération. Sinon, le temps passe, tu vieillis et tu disparais. Les grands doivent planer, un jour tu le comprendras.

  12. Moubouloukou dit :

    Monsieur makaya! Je disait hein! Le Gabon à des hommes et des femmes brillantes disant bien diplômés mais il ne veulent pas travailler pour le développement du pays c’est à dire trouver des stratégies pour hisser le Gabon au niveau des pays dis émergents mais malheureusement ces fameux intellectuels travaillent ou mettent leurs connaissances au service du Pédégé ils développent des stratégies pour affaiblir le pays et l’échec des générations futures.
    Enfin peux tu me dire combien d’écoles,collèges ou université ces intelos au service du Pédégé ont-ils fait construire? C’est mieux d’être intelligent pour le Gabon et non pour une bande d’individu si non mon frère pour ne pas finir comptable un jour de l’échec de la nation au yieux du monde et suis makaya, connais tu Sankara? Connais tu Mandela?

  13. Moubouloukou dit :

    Makaya, le relais c’est pour le développement du pays pas du pédégé ? Ping pédégiste déserteur, Ali Pédégiste pure et dure tous deux construits par le même système Pédégé et résultat ils bloquent le pays en se livrant à des actes de basse besogne.

  14. Ramses dit :

    Les amis ne vous accablés pas entre vous!
    nous sommes dans le même rafiot qui coule
    eux, naviguent dans des eaux séparées mais vers la même direction à bord de superbes yachts
    comprenez bien les pirates!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW