Présentée comme une solution face au défi de l’emploi au Gabon, l’agriculture parvient tant bien que mal à attirer des jeunes. Pour les motiver, le ministre de l’agriculture a annoncé au cours d’une visite à IRDC Africa, la création cette année de 6 incubateurs agricoles.

Photo de famille après la rencontre avec les jeunes à IRDC Africa. © Gabonreview

 

Biendi Maganga Moussavou s’entretenant avec les agripreneurs, le 10 janvier. © Gabonreview

Face à la crise de l’emploi qui gangrène la jeunesse gabonaise, certains veulent devenir agriculteurs. Ils épousent ainsi la proposition de rêve vendu par Ali Bongo, celle de faire de «l’agriculture le nouveau pétrole du Gabon». Une proposition qu’ils jugent «pertinente et intéressante». Certains ont d’ailleurs intégré des ONG comme IRDC Africa pour avoir quelques repères. Ce 10 janvier, ces jeunes se sont entretenus avec le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou. «S’entretenir avec les jeunes c’est important puisque l’agriculture prône le retour à la terre. Le retour à la terre pour les jeunes, c’est le retour à nos valeurs, à notre identité. Chacun des gabonais que nous sommes, sommes issus de la ruralité. Nous sommes des agriculteurs dans notre âme», a-t-il déclaré.

IRDC Africa agrège des exploitants agricoles et coopératives, forme les jeunes, les encadre «dans cette entreprise agricole qui est difficile, périlleuse et qui demande un soutien», a indiqué Biendi Maganga Moussavou. Cette ONG comme d’autres est, selon le ministre de l’Agriculture, soutenue par le gouvernement qui prône leur «réelle intégration» et fait «en sorte qu’ils bénéficient de toutes les opportunités qui s’offrent».

IRDC, a-t-il souligné, travaille sur les questions de QHSE qui permettent de s’assurer de la qualité des produits made in Gabon et plusieurs des jeunes avec qui, il s’est entretenu ce 10 janvier, ont reçu une formation en QHSE. «Ce que nous allons faire le plus rapidement possible, c’est faire en sorte que les normes sur lesquelles ils travaillent pour améliorer la qualité et la sécurité des produits made in Gabon, soient adoptées dans le corpus légal et réglementaire du Gabon pour que l’ensemble des acteurs respectent ces normes et que nous ayons des produits made in Gabon qui soient réellement compétitifs», a-t-il déclaré à propos d’IRDC.

Hervé Omva Ovono présentant les jeunes agripreneurs à Biendi Maganga Moussavou © Gabonreview

Biendi Maganga Moussavou a annoncé la création en 2019 de 6 incubateurs dédiés à l’agriculture. Dans ces incubateurs, les jeunes «seront pris en charge, leur formation sera assurée et ils pourront bénéficier de l’encadrement pour faire en sorte que leurs projets deviennent des projets de champion. C’est important que ces jeunes puissent comprendre que c’est eux qui doivent être les propriétaires de notre agriculture, des fers de lance de notre agriculture», a-t-il prêché.

«Echanger avec ces jeunes c’est important et le ministère de l’agriculture cherche des outils adaptés, pour séduire les jeunes à s’intéresser au secteur agricole. Et c’est pour ça que nous avons pensé permettre à ces différents jeunes qui s’intéressent au secteur agricole de discuter avec monsieur le ministre», a déclaré Hervé Omva Ovono, coordonnateur des programmes d’IRDC Africa. A travers les échanges, les agripreneurs ont demandé au ministre de l’Agriculture de prôner une «politique protectionniste», et de faire en sorte «que les incubateurs soient en phase avec les réalités du Gabon».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW