Profitant de la 5e édition de l’Africa agri forum qui s’est ouvert à Libreville le 10 décembre, le gouvernement gabonais a lancé le Recensement général de l’agriculture (RGA). Etalé sur 3 ans, son objectif est de doter le Gabon de statistiques fiables et actualisées.

Le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et quelques officiels lors du lancement du RGA le 10 décembre. © D.R.

 

Le directeur national du RGA, Francis Thierry Tiwinot, prononçant son discours à l’occasion du lancement du RGA le 10 décembre. © D.R.

Le Gabon a décidé de se doter de statistiques fiables et actualisées à travers l’organisation d’un Recensement général de l’agriculture (RGA). L’opération a été lancée le 10 décembre, au cours des assises de l’Africa agri forum 2018. «Lancer officiellement le RGA au cours de cette rencontre, vise à montrer l’importance que le gouvernement accorde au développement de l’agriculture» a déclaré le directeur national du RGA, Francis Thierry Tiwinot, en présence du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et certains membres de son cabinet.

L’opération se déroulera en trois phases. La première est relative à l’accès aux mobiles de base comprenant des questionnaires pour recueillir des informations relatives aux activités agricoles, piscicoles, aquacoles au sein des ménages et sur les villages. La deuxième est relative à l’enquête de production et la troisième se rapporte à l’enquête sur l’horticulture, le maraîchage, la pisciculture.

Selon Francis Thierry Tiwinot, cette démarche aidera le gouvernement à redéfinir sa politique agricole pour la sécurité alimentaire, sur la base des données statistiques fiables et récentes, ainsi que la mise œuvre d’une meilleure politique pour la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire au Gabon.

«Cette base de données, permettra de mieux calibrer les interventions du secteur public comme du secteur privé et d’améliorer l’écosystème en l’optimisant, en permettant un meilleur accès au foncier, un meilleur accès au financement, un meilleur accès au conseil agricole, à l’assurance, etc.» a estimé le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou.

Cette initiative est appuyée par la Banque mondiale, grâce à un prêt de 2 millions de dollars, soit 1 milliard 159millions de francs CFA, destiné au développement de la statistique du Gabon. L’opération se déroulera sous l’assistance technique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao).

Auteur : Alix-Ida Mussavu

 
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Il n’y a même pas de but concret!
    Faire un recensement un but en soi en empruntant de l’argent, c’est de la folie!
    il faut arrêter cette gabegie ! Un franc dépensé, une réalisation concrète, point barre.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW