Président du Rassemblement républicain et socialiste (RRS), exilé depuis le 2 octobre 2016 en France, à la suite des émeutes postélectorales, Alfred Nguia Banda estime dans une interview accordée à l’hebdomadaire L’Aube du 2 octobre 2017, que «les extrémistes Téké et leurs associés» constituent les adversaires des autres communautés de la province du Haut-Ogooué.

Alfred Nguia Banda lors de la présentation de son parti le 30 avril 2016 à Libreville. © D.R.

 

Exilé depuis un an en France et faisant désormais partie de la diaspora gabonaise dite résistante, Alfred Nguia Banda, l’ancien directeur général de la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP), s’est durement attaqué aux «extrémistes» de l’Ethnie Téké. S’exprimant à travers une interview dans l’hebdomadaire L’Aube du 2 octobre, il n’a pas hésité à les qualifier d’«ennemies des communautés du Haut-Ogooué», et partant, le pouvoir en place.

L’ancien hiérarque du Parti démocratique Gabonais (PDG), plusieurs fois directeur général d’entreprises publiques, souligne que les Téké et les Obamba, «comme d’autres peuples altogovéens, ont un seul adversaire, voire un seul ennemi : les extrémistes Téké et un groupuscule de collabos-opporto-situationnistes Obamba dont la mal gouvernance, la gabegie et les privilèges indus, les atteintes aux droits de l’homme ont plongé le Gabon dans le chaos actuel».

Interrogé sur ce qui apparaît, dans la rumeur au Gabon, comme une querelle entre Obamba et Téké, deux communautés majoritaires de cette province du sud-est du Gabon, dont est issu le président Ali Bongo, Nguia Banda n’y voit qu’une stratégie de «diversion et d’instrumentalisation des populations Téké par une oligarchie régnante, comprenant les extrémistes Téké et un groupuscule de collabos-opporto-situationnistes Obamba bien identifiés».

Pour lui, il n’y a pas de conflit Obamba-Téké. Cependant, relève-t-il, «l’évolution des sociétés modernes nous invite à sonner le glas des solidarités mécaniques, surtout quand elles deviennent nocives aux valeurs républicaines et au vivre-ensemble». «Ces deux peuples subissent les mêmes humiliations et les mêmes souffrances infligées par les Bongo», a-t-il déclaré.

Dans sa posture d’opposant, l’ancien directeur de cabinet de l’un des anciens ministres d’Omar Bongo, Idriss Ngari, s’indigne du comportement des «extrémistes» de cette ethnie aux affaires au Gabon. «Si les extrémistes Téké avaient une once de considération pour ce peuple, pouvait-on encore voir des constructions tôles en haut, tôles en bas, ne disposeraient-ils pas de dispensaires, des écoles, n’auraient-ils pas des routes praticables en toutes saisons, ne suivraient-ils pas Radio Gabon au lieu de Radio Congo voisin pour s’informer ?», a-t-il interrogé, pour exhiber le fait que les communautés de cette province et celles des autres provinces du pays sont logées à la même enseigne.

Pour coller à l’actualité, il a rappelé l’importance des sanctions ciblées préconisées par le Parlement européen. L’Union européenne doit tout faire pour que s’installe la démocratie, a-t-il souhaité, expliquant qu’«elle doit mettre en œuvre des sanctions pour les auteurs des exactions et des crimes».

 
 

17 Commentaires

  1. Allo241 dit :

    Toi tu étais aux affaires qu’à tu fais ? Même pas un geste pour les plus démunis de ta province.
    A ta place je me ferais tout petit.

    • rogers dit :

      Mais le pouvoir du Gabon appartient exclusivement aux altogovéens ou en core aux Téké? c’est ça le problème. les tékés veulent confixer le pouvoir au détriment de tout un peuple souverain. les tékés ne sont pas les plus intelligents du Gabon?!!! Les mandants présidentiels renouvelable à vie, c’est normal pour toi? thrrr.

  2. Cassandre de Troie dit :

    Quel contenu Nguibanda, l’Aube, la Loupe, et divers Obambas donnent-ils du terme “Intégristes Tékés”? Est-ce à dire que ABO n’est entouré que des Tékés intégristes? Où faut-il ranger ou classer Mborantsouo? Oyiba? Opianga? Rossantanga? etc… Sont-ils intégristes? Sont-ils classés Tékés (par la force des choses)?
    C’est une grosse ficelle que de vouloir faire croire aux gabonais qu’il y a un groupe de Tékés intégristes, qui entoure le président, qui profite de tout, qui assassine les gabonais, etc…
    Curieusement c’est la même sauce que celle qui était servie en 1990. A cette époque, les mêmes personnes comme les Nguiabanda, chantaient ici et là, qu’ils n’étaient pour rien dans l’état du Gabon, alors que longtemps ses oncles, frères et lui même occupaient des postes juteux dans tous les secteurs de l’administration civile, militaire et politique.
    Il faut avoir le courage de ses opinions, que de fluctuer au rythme des vents, bien que comme dit le diction, “il n y a que des imbéciles qui ne changent pas.

  3. MBIRE dit :

    là aussi CASSANDRE DE TROIE a raison, franchement ce NGUIA BANDA était d’une arrogance qui ne dit pas son nom…pour peu que ALI t’enlève aux affaires, tu deviens opposant… il parle de quel intégriste TEKE? lui même ALI, est ce qu’il considère même ces choses d’ethnies. on dit qu’il travaille avec des étrangers, vous parlez maintenant d’extrémistes TEKES…finalement ACCROMBESSI est un extrémiste TEKE? ou bien LAC CRUCHE est intégriste TEKE? de toute manière ce monsieur était incompétent,

  4. bassomba dit :

    Nguia Banda était d’une arrogance incroyable!

  5. Might dit :

    Je suis vraiment contre ce genre de propos qui sont de nature à attiser la violence et créer des tensions entre des gens qui n’ont rien demandé. Pourquoi identifier les gabonais qui sont proches du chef de l’état par leur ethnie et globaliser les agissements de ces individus à leur ethnie, si c’est pas l’ethnie à leur province et bientôt à leur religion, etc. C’est ainsi que des êtres bien pensants sont entrain de créer des tensions entre obambas et tékés alors que globalement il n’y a aucun antagonisme entre les deux…je trouve cela minable de la part de fils de cette région.

  6. ébirane dit :

    nguia boss du fatigues les gens. lorsque tu étais tout puissant DG de la marine marchande et que tu es rentré dans une église pour gifler l’abbé ngoua Joël en pleine messe, pensais-tu à ton prochain? grâce à toi il manque à nzeng-ayong un collège comme calasanz ou quaben parce que tu as céder le terrain à quelqu’un d’autre.

  7. ébirane dit :

    maintenant tu cherches à attiser la haine entre les ressortissants du haut-ogoué. es-tu sérieux ?

  8. Cassandre de Troie dit :

    Je reviens à ce propos: Mon objectif n’est pas de jeter en pâtures des individus, chacun assume ce qu’il fait en fonction de ses convictions. Mais il faut des exemples pour illustrer une thèse. Ce contre quoi je m’insurge, c’est cette façon qu’utilisent certaines personnes d’origine Obamba de faire croire qu’ils sont opposants, et insidieusement de désigner une communauté (les Tékés) comme étant ceux qui les empêchent de prendre le pouvoir. Depuis plusieurs mois, l’Aube et la Loupe ont créé le concept d'”intégristes Tékés”. Sous entendu, les Obambas sont tous des opposants, et les Tékés qui leur arrachent tous les postes sont les seuls qui soutiennent le pouvoir.
    Hier Nguibanda chantait les louanges de Ngari, aujourd’hui il le considère comme intégriste. Le monde est méchant.

  9. Guy dit :

    Je n’arrive pas à croire que ces propos viennent du sieur Nguia Banda. Mon Dieu. Pourquoi ces gens là sont comme ça. Que ce type se rappelle du mal qu’il a fait à nombreux compatriotes ou de ses abus simplement parcequ”il était sous l’aile de Ngari.
    Certains vont prendre le statut de réfugiés et par la suite, se retrouve coincés dans leur propre piège
    .

  10. okoss dit :

    Chers frères du HO, vous avez la entre vos mains un baton a merdes.Vous coquez sur le Gabon , sans partage depuis 50 ans.
    Vous avez envoye vos enfants apprendre dans les meilleurs universities du monde , surtout Canada et USA pour rattraper les autres!!! (Cf fameuses bourses presidentielles).
    Tout le Gabon vous observe, meme si pour le moment personne ne dit rien

  11. Ramses dit :

    Je n’en reviens pas qu’ Alfred perd le nord à ce point. Son discours politique se résume à promouvoir un clash ethnique?

  12. makaya dit :

    Je partage l’avis de Nguiabanda, sur un fait. Les tékés briment les autres communauté du haut-Ogooué, et partant de tout le Gabon. Notre pays compte 32 embassadeurs, de ces derniers le Haut-Ogooué en a 7. Et tenez vous bien, tous les 7 ambassadeurs ressortissants du H.O sont tous tékés! Les quelques grandes entreprises parapubliques qui nous restent , les tékés y ont fait razia. A savoir: CNSS Lassegué, puis Asselé, Caistab Ismaël SOUNA, Conseil Gabonais des chargeurs: Liliane Ngari, ANPI Nina ABOUNA, OPRAG Saïd ABELOKO; SEEG ONDJAMBI (Tous tékés) Et les autres communautés sinon gabonais? Je ne parle pas de l’Administration publique ou des corps habillés. Que valent les tékés numériquement au point de tout avoir?

  13. Moubouloukou dit :

    Je suis très déçu du comportement de Mr Nguiabanda car le Gabon n’est pas un pays qu’il faut qu’il tente de diviser ou de faire dans un repli identitaire chronique qui pourra détruire la cohésion sociale donc son histoire de téké ça ou là c’est pas utile pour le Pays le Gabon a soif d’égalité et de cohésion social donc le vivre ensemble , encore une fois Mr Nguiabanda suis désolé souvenez vous de votre boukin La République au village donc arrêter de faire dans la distration. Revenez au pays et travailler pour le développement .

  14. Moubouloukou dit :

    Quand Mr Nguiabanda jouait les surveillant général de lycée au travail vraiment ce Monsieur et il ose faire dans le repli identitaire clanique. triste

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW