Le président Ali Bongo Ondimba prend part depuis le 10 décembre et jusqu’au 12 décembre 2012 au forum international sur le sport, baptisé Doha Goals, qui se tient à Bayt  Qatar, résidence officielle du Comité olympique du Qatar à Londres. Une organisation placée sous le patronage de son Altesse Cheik Hamad Bin Khalifa Al-Thani, Émir du Qatar, et organisée par Richard Attias.

Ali Bongo assis aux côté de Nicolas Sarkozy aux Doha Goals, pendant que Cécilia Attias passe devnat eux - © Karim Jaafar, AFP/Getty Images

Ali Bongo assis aux côté de Nicolas Sarkozy aux Doha Goals, pendant que Cécilia Attias passe devnat eux – © Karim Jaafar, AFP/Getty Images

Au cours de cette grande rencontre Qatarienne qui voit la participation des légendes et vedettes du monde sportif de tous les continents, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a prononcé un discours le 11 Décembre, essentiellement axé sur les enjeux du sport pour le Gabon. De même, il a décliné les actions et attentes de la population dans l’orientation de la politique sportive ainsi que son impact social et économique du pays.

«Je suis ici comme sportif. Ne vous y méprenez pas même si j’ai pris un peu de poids et que je ne puisse pas me prévaloir de vos carrières, médailles et performances. Mais toujours est-il que je suis un sportif et un fan de sport», a rappelé Ali Bongo Ondimba à l’ouverture devant l’assemblée avant de reconnaitre que, «le sport, aujourd’hui, est devenu de plus en plus un fédérateur des cœurs, un moment fort d’espoirs, de rêves, d’émulation, de performances et d’accomplissement individuel et collectif. Il passionne et draine les peuples et les foules, les stades et aires de jeux et occupe une place de premier choix parmi les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs et internautes. En Afrique, il aura permis de dépasser certains complexes d’infériorité et reste un moyen de valorisation sociale, de reconnaissance et de respect au niveau international».

Au cours des soixante douze heures de discussion, les participants à ce rassemblement, des chefs d’État, des légendes olympiques et certains des plus importants sponsors au monde dans le domaine du sport, réfléchiront pour proposer des solutions pouvant faire du sport un moteur majeur de développement. Il s’agit de les amener à participer à l’essor des pays en développement via le financement des infrastructures sportives. Une manière pour ces décideurs d’inciter les sportifs de haut niveau à soutenir le développement du sport dans le monde, surtout dans des pays en voie de développement.

«Le sport crée des opportunités pour les communautés : les athlètes des petits pays et des régions pauvres peuvent concourir sur la scène mondiale et mettre leurs communautés sur le devant de la scène. Cela crée ensuite des opportunités économiques dans le pays, ouvre le monde extérieur à la vision et à la compréhension de nouvelles cultures et permet aux athlètes d’utiliser cette plateforme publique pour faire bouger les choses de manière positive», a déclaré l’Américain Carl Lewis.

«Lorsque j’avais 20 ans et que j’ai vu Carl remporter la médaille d’or lors des Jeux olympiques de 1988, je me suis intéressée à la façon dont il se conduisait en tant que champion. Je me suis même dit, d’ici quatre ans, je veux devenir une championne comme lui», a confié l’une des participants à ce rendez-vous, la Française, championne du monde et championne Olympique Marie-José Pérec en guise de témoignage.

À l’issue du forum qui comprendra des sessions plénières, des débats et des groupes de travail spécialisés pour faciliter une réflexion constructive et une collaboration ciblée à l’aide d’une technologie novatrice, un Livre Blanc sera publié. Il listera des solutions concrètes pour développer le rôle du sport dans le développement économique, social et politique. Par exemple, l’idée de taxer à 1% les plus hauts salaires des sportifs pour financer des infrastructures sportives dans les pays en développement. Une mesure dont pourrait bénéficier le continent africain.

«On publiera un livre blanc. Il n’y aura pas que des initiatives, il y aura aussi des recommandations. Le but n’est pas de transformer le monde du sport, mais de l’améliorer. Nous voulons agiter des idées. On veut aller plus loin, en transformant notamment Doha Goals en une ONG. Le forum deviendrait alors sa réunion annuelle», a indiqué le promoteur de l’événement Richard Attias.

Ressemblant étrangement, dans la forme comme dans le discours, aux divers forums organisés par le couple Attias, il va falloir attendre les conclusions annoncées pour juger s’il s’agit-là d’une énième rencontre de copains dispendieuse ou d’une initiative originale et constructive, tant son utilité ne saute pas aux yeux à priori.

 
 

16 Commentaires

  1. ndziman dit :

    Bravo M.Président c’est génial ce genre de participation à ce type de sommet va mettre le Gabon en lumière . Et du coup on va se développer. Penser à faire des photos avec les perec et autres sportifs c’est bon pour l’image.
    Et l’internaute “info juste” trouve que c’est coup de maître . Franchement un séminaire ou Hollande, Merkel, Obama, …et les autres n’ont pu être invités le Gabon l’a été . Bravo M.Le président . Et surtout pour ce type d’événements ne laisser jamais le ministre des sport y aller . D’abord il ne comprend pas l’anglais. Quoi Sarkozy y était et ne parle pas non plus anglais . Penser à organiser un événement annuel du sport avec Attias à l’organisation.
    ça coûte cher mais c’est bon pour l’image Et c’est bon pour Attias

    • ni lire ni écrire dit :

      MDR… J’avoue que l’utilité de passer 3 jours à ce forum ne me saute pas aux yeux. Encore moins celle d’en diffuser des informations au Gabon…
      Pendant ce temps le championnat de football distribue l’argent public aux présidents de clubs qui “oublient” de le reverser aux joueurs “professionnels”.
      Tout ceci est lamentable, désolant, voire désespérant. Ce pays n’a pas besoin de projets. Ce pays a besoin de gens capables de mener à bien les projets retardés, oubliés, enterrés, bloqués, détournés, désossés par son administration inefficace.

  2. Firewall dit :

    Nous sommes le 12 Décembre aujourd’hui. Il va rentrer de Doha.Ensuite,quelle sera la prochaine destination, puisque Monsieur Ali adore voyager.

  3. demain un jour nouveau dit :

    Je suis sur que dans les cartons et les archives du ministere e la jeunesse, des sports et des loisirs, il existe toutes les “brillantes” recommandations que notre PR est alle chercher au Doha Goals. Ce n’est qu’une balade de plus a l’etranger a depenser les sous des gabonais. N’importe quel agent du ministere auraient pu lui dire ce qu’il a entendu la bas.
    A croire que notre salut ne viendra que de l’Etranger et des etrangers.
    A croire qu’aucun gabonais n’est capable de de contribuer au developpement de son pays.
    A croire qu’avec 1000 milliards de cfa de budget d’investissement nous avons malgre tout besoin d’aller faire la courbette et demander l’aumone ailleurs.
    Il fut une epoque ou le gabonais etait fier de son pays, partout ou il passait il bombait le torse et aucun africain ne pouvait l’ouvrir devant lui… Mais ctai a une epoque…

  4. La Fille de la Veuve dit :

    “«Je suis ici comme sportif. Ne vous y méprenez pas même si j’ai pris un peu de poids”… A la naissance.

  5. manondzo dit :

    @ Dos d’anne. posez la question à Gabonreview qui dit je cite :”Au cours des soixante douze heures de discussion, les participants à ce rassemblement, des chefs d’État, des légendes olympiques et certains des plus importants sponsors au monde dans le domaine du sport, réfléchiront pour proposer des solutions pouvant faire du sport un moteur majeur de développement”. L’auteur de cet article vous dressera sûrement la liste des chefs d’Etat présents à ce forum

    Article original : https://www.gabonreview.com/blog/ali-bongo-ondimba-intervient-au-doha-goals/#ixzz2EpLb4PbN
    Follow us: @gabonreview on Twitter

  6. Lionel Obiang dit :

    Mais le gabonais est toujours fier de son pays…

  7. ZOULOU dit :

    Très bonnes chose,

    Nous pouvons dire qu’on a une très bonne visibilité du gabon à l’international, chose qui a évidement un impact politique dans notre pays. Impact politique, économique surtout. Car le président va toujours signer des partenariat et trouver des nouveaux investisseurs au Gabon.

  8. "on ne change pas une équipe qui gagne" dit :

    Pardon!
    Je comprends maintenant pourquoi la traite négrière a pu existé.
    Nos rois “nègres” aiment tout ce qui brille!
    Ils adorent qu’on les flatte (ils sont les plus forts, les plus beaux.
    Pour exemple, la stratégie dite “de croissance économique” de nos émergents nationaux qui se traduit de la manière suivante :
    -organisation sans fin de forum, de séminaire à Libreville ;
    -assister à toutes les conférences internationales (pr être vu) ;
    -réalisations de projets prestigieux de type “éléphant blanc”…

    En conclusion, “Gabon Pays Emergent” en l’an 2999!

  9. Alpha Koumbi dit :

    Les gars vous avez tous dit. Et n’oubliez pas que c’est l’occasion de retrouver ses amis (Sarko le president je sais tout, je peux tout). Attias sait ce qu’il gagne en organisant de telles rencontre, tant pis pour ceux qui font le suivisme…

  10. Grav'diza dit :

    Vraiment, ok on doit s’occuper du sport et avoir une visibilité internationale mais cette visibilité est négative quand on achète des châteaux de 150 millions d’euros et qu’on fait des dons de millions de dollars à une université américaine, j’ai l’impression que ce président noie le poisson dans l’eau et pour éviter d’affronter des vrais pb du Gabon se pavane ici et là dans le monde entier. Tout ça pour rien car il y a aucun impact socio-économique au Gabon…Le Gabon connais sa pire période depuis l’indépendance ALi dilapide à tout va le blé du pays…PIRE QUE SON PERE , voilà maintenant on manque de tout au Gabon, le championnat national ou pseudo championnat national est une honte , qu’est ce qu’Ali peut dire à propos du sport dans son pays car on sait que malgré les maigres résultat ce secteur st négligé par l’incompétence et le vol flagrant de ses dirigeants…En tout je ne vois aucun intérêt à ce déplacement du faro dans le yah…balais d’abord devant ta porte avant d’aller balayer devant celle de ton voisin

  11. magdala13 dit :

    Moi je crois qu’il savoir raison garder. Si ce forum peut permettre à notre président de comprendre que le sport ne se limite pas qu’au foot, se sera déjà ça de gagner.Je me demande toujours qui a bien pu conseiller à notre président de pratiquer une politique aussi discriminatoire que celle de valoriser le foot, tout en affichant une totale indifférence à l’égard des autres sports. C’est ce qui illustre la politique gouvernementale en matière de sport. Quel engouement à ce jour pour ce championnat? Que pensent les autres sportifs de cette politique? Dieu! ayez pitié …

  12. manami dit :

    Ce pays est le dernier visité par les divinités celestes, aussi lorsqu’elles arrivèrent au Gabon ,il faisait nuit noir,et tout le monde dormait,les pôvres ont cru que le pays n’était pas habité .
    La suite de ce passage nocturne ,c’est bien évidemment ce que nous vivons au quotidien dans notre propre pays, à peine on se croirait étranger chez nous,car on a pas besoin d’avoir fait sorbone pour constater que même chez les moins nanti que nous ,tout va pour le meilleur de monde,et au pays des molusques c’est la croix et la bannière voir la géhènne, le supplice assuré dans la vie des gabonais,il faut prier pour les Quataris les londoniens et tous les autre peuples de la terre qui vivent le paradis sans le Gabon.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW