Le Gabon a entrepris de construire une annexe de son Assemblée nationale. Si Eiffage construction a remporté, en 2014, le contrat de conception et de construction de ladite dépendance, le bâtiment n’a jamais vu le jour. Entre décaissements jugés fictifs et absence de travaux, l’espace réservé à cet effet est resté dans le décor de la haute herbe. Pour un éventuel démarrage des travaux, une réunion a été tenue au Sénat.

En face de la sortie arrière du Palais Léon Mba (ici après l’émeute postélectorale du 31 août 2016), se trouve le terrain destiné à l’annexe de l’Assemblée nationale, clôturé mais envahi par la haute herbe, © Marco Longari/AFP

 

La présidente du Sénat, Lucie Milébou Aubusson, a reçu le 10 décembre le ministre en charge de l’Equipement et des infrastructures, Christian Magnagna, celui des Relations avec les institutions constitutionnelles, Noël Nelson Messone, accompagnés du directeur général d’Eiffage construction Gabon, Henri Walker. L’entreprise française a remporté, en 2014, un contrat pour la construction de l’annexe de l’Assemblée nationale, pour un montant de 80 millions d’euros, un peu plus de 52 milliards de francs CFA.

Lucie Milébou Aubusson recevant les membres du gouvernement et le directeur général d’Eiffage construction Gabon le 10 décembre. © D.R.

L’objectif de cette rencontre, a indiqué Christian Magnagna, était de «rendre compte à Mme le président du Sénat, maître d’ouvrage de ce projet, de l’Etat d’avancement de ce projet. A savoir, les différentes évolutions apportées quant au programme de la construction de cette annexe».

L’idée d’une annexe de l’Assemblée nationale date de 2004. En témoignent les différentes dotations budgétaires affectées à cet effet. Mais le projet avec le groupe français Eiffage date de 2014 avec un démarrage des travaux alors programmé en janvier de la même année pour une durée de 27 mois. Les travaux portaient sur la construction de deux bâtiments de 10 étages devant contenir 482 bureaux, la réalisation d’une salle de conférence et plus de 300 places de parking. Ceci, sur une surface de 30.340 mètres carrés.

L’ambitieux projet semble, cependant, avoir subi quelques changements. «Ce qui a été acté entre le gouvernement gabonais et Mme la présidente du Sénat, c’est définir un nouveau programme du projet d’extension des bureaux des députés. Un programme qui permettrait d’avoir non pas un projet très optimisé, comme cela prenait forme, je dirai, mais un projet dans lequel les députés auraient un outil de travail un peu plus confortable», a déclaré Henri Walker à l’issue de la rencontre.

Après plus d’une dizaine d’années de lignes budgétaires sans construction, et 4 ans après l’obtention du marché par Eiffage, les travaux devraient démarrer. Toutefois, rien n’a été dit sur la date du lancement du chantier qui pour rappel, est dans l’herbe derrière le Palais Léon Mba.

Auteur : Alix-Ida Mussavu

 
 

1 Commentaire

  1. AIRBORNE dit :

    Écoutez c’est de la distraction, où allez vous trouver le pognon pour construire cet annexe si déjà certains bâtiment sont restés à l’abandon tel que celui des affaires etrangeres et ses annexes. Manque de sérieux c’est la poudre de perlimpinpin.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW