En promettant prendre le pouvoir en ce mois de janvier, le leader de l’opposition a suscité de fortes attentes.

Jean Ping à la présidence de la République, est-ce possible ? Lui veut le croire. © Steve Jordan

 

Peu importe leur appréciation des faits, les partisans de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) ont appris à faire avec les déclarations tout à trac de Jean Ping (lire «Désormais tout peut être envisagé»). Ils ont tout autant appris à conjuguer avec ses saillies inquisitrices. Surtout, ils ont appris à vivre avec ses annonces d’un épilogue heureux (lire «La terre promise est très proche»). Sur tous les tons, par des formules diverses et variées, ils ont eu droit à des promesses de grand soir. En ont-ils soupé ? Rien ne l’atteste. N’empêche, depuis quelques jours, de nombreux militants reviennent sur sa promesse de prendre le pouvoir en janvier 2018, certains entretenant même un compte à rebours. Tout cela donne lieu à une passe d’armes assez musclée, les uns accusant les autres de naïveté, les autres plaidant la confiance ou le refus de faire le jeu de leurs adversaires politiques.

Agacement ou découragement

Tout est parti d’un discours prononcé le 9 décembre dernier au quartier général de Jean Eyéghé Ndong. Ce jour-là, Jean Ping avait dit être prêt à «s’installer à la présidence». Accusant Ali Bongo de faire de la «gesticulation», il avait affirmé devoir épuiser la «voie démocratique», avant de recourir à un soulèvement populaire. Pour de nombreux militants, cette sortie était de trop. Elle résonnait même comme une galéjade. Le départ d’Ali Bongo n’avait-il pas déjà donné lieu à plusieurs annonces ? Jean Ping n’était-il pas supposé rentrer le 25 juillet 2017 «en tant que président» ? Fallait-il en rajouter ? Etait-ce un moyen d’éviter des explications sur sa faible implication dans le débat sur la révision constitutionnelle ? Certains le croient. Etait-ce plutôt un stratagème pour taire le débat latent sur la participation aux prochaines législatives ? D’autres l’affirment.

Même si tout le monde s’en défend publiquement, la stratégie de Jean Ping est de plus en plus décrite comme une bouteille à l’encre. Sur le réseau social Facebook, certains de ses soutiens s’écharpent désormais. Au fil du temps, les échanges deviennent plus vifs, plus rudes mais aussi plus directs. Face aux récriminations des uns, les autres établissent systématiquement un parallèle avec la trajectoire d’André Mba Obame. Malgré les invites à taire les divergences, les appels à davantage de solidarité ou les silences réprobateurs, rien n’y fait. Reprenant malicieusement des propos ou slogans de campagne, les militants inquisiteurs affirment demeurer fidèles aux recommandations de Jean Ping lui-même voire à la répartition des rôles. «En votant pour lui, j’ai rempli ma part de contrat. Il doit aussi remplir sa part», lit-on çà et là. Parfois les reproches se font plus précis : «Il nous avait dit que s’il s’arrête, on le pousse alors je le pousse». Difficile de ne pas y voir le signe d’un agacement ou d’un découragement progressif.

Une conjoncture inédite et longtemps espérée

Comme s’il entendait rassurer sa base, Jean Ping s’est récemment confié à notre confrère français Libération. Réagissant à la citation à comparaitre et à l’interdiction de sortie du territoire délivrées par le premier juge d’instruction près le tribunal de première instance de Libreville (lire «Jean Ping bientôt entendu»), il a redit sa conviction. Selon lui, «Ali (Bongo) joue sa dernière carte». Surtout, «la communauté internationale (ne) laissera (pas) les Gabonais se faire massacrer à nouveau». Il aurait voulu préparer l’opinion à une insurrection ou à des manifestations de masse à venir, il n’aurait pas dit autre chose. S’il s’est trouvé des militants ou sympathisants pour voir dans l’intervention de Marie-Christine Lébama le signe d’un manque de sérénité dans le camp Ali Bongo, cela n’a pas pour autant restauré la confiance. Au-delà de la dénonciation de la judiciarisation de la vie politique, une partie de l’opinion affirme toujours attendre la fin du mois de janvier pour juger de la sincérité et du réalisme des promesses de Jean Ping.

A l’endroit du leader de l’opposition, les attentes sont fortes. En promettant prendre le pouvoir en ce mois de janvier, Jean Ping a quelque peu joué à la roulette russe. Candidat consensuel de l’opposition à la présidentielle d’août 2016, sa situation est sans commune mesure avec celles vécues naguère par Paul Mba Abessole, Pierre Mamboundou et André Mba Obame, engagés dans des aventures solitaires. Porté par une conjoncture inédite et longtemps espérée, il ne manque pas une occasion de réaffirmer sa détermination à aller «jusqu’au bout», c’est-à-dire à la limite du possible. Jean Ping à la présidence de la République, est-ce possible ? Lui veut le croire. Mais, la multiplication des promesses non tenues nourrit désormais tous les doutes.

 
 

41 Commentaires

  1. MEYE dit :

    C’est votre opinion pas la notre.
    Quelque soit les déclarations faites par Jean PING, il reste et restera et sera notre président élu par nous mêmes les gabonais. N’en déplaise à vous qui faites dans la désinformation et le découragement. Vous n’allez pas nous décourager à espérer voir Jean PING à la présidence. Qui vivra verra.
    Même si la fin du mois de janvier est proche, nous avons espoir qu’il sera président du Gabon.
    Merci pour l’intérêt que vous accordez à ses paroles.

  2. Olsen dit :

    Pas question de se décourager moi aussi j’ai voté PING mais tant que les BONGO ne sont pas partis le combat continu

  3. Olsen dit :

    PING ou quelqu’un d’autre au pouvoir en 2018 ou plus tard l’essentiel est que les Bongo et leurs sbires s’en allent

  4. jean- jacques dit :

    pitié de ce vieillard, Boukoubi est plus jeune que toi, il a decidé de laisser la place aux autres,mais ce ping pense qu’il a 50 ans, est ce que Ali voyage avec le palais tu attends aqui pour aller à la presidence? il faut continuer de trop rêver tu ne sera jamais president au Gabon.

  5. Judes Bertrand dit :

    Vous êtes sûr de ce que vous écrivez Jean Ping vous à confirmer que c’est janvier où bien vous êtes dans le groupe des blagueur de l’opposition qui travaille pour le pouvoir

    • gabonreviewadmin dit :

      Il vous suffit de chercher sur Google, avec les mots “Ping au palais en janvier” et, en 0,38 secondes, vous aurez environ 330 000 résultats sur le sujet. Le samedi 9 décembre 2017, lors d’une causerie politique à la permanence politique de Jean Eyeghé Ndong à Nkembo, Jean Ping avait dit : «Si on échoue d’ici janvier dans l’accès au pouvoir, par une voie démocratique avec Macron, le peuple gabonais se soulèvera !!!» Et, parlant d’Ali Bongo un peu plus loin dans la même déclaration, il avait insisté : «Je puis vous assurer qu’il va partir, tout ce qu’il fait, c’est de la gesticulation, du cinéma, et nous allons entrer au palais».
      Merci de continuer à nous suivre.

      • Information dit :

        Non, arrêtez de mentir, la video est disponible et il a dit “en janvier on va voir ce qu’on va voir !”

        Quel intérêt à mentir alors que la vérité est accessible à tous ?
        Vous êtes vraiment heureux de continuer à subir le Gabon des Bongo ?
        Si il n’y a rien en janvier les gabonais vivront mieux ?
        Quel intérêt ?
        Tristes habitants des tropiques…

  6. Pierre Claver Meviane dit :

    jean ping n’est pas fatigué d amuser les gens.

    • Iboundji dit :

      ” Mwè-dimbu a sa gongu dyumbi” [le soleil ne se détourne jamais d’ 1village parce qu’il est petit] sagesse Guisir

      ” Mudjabi nstila,na mukapi muréri,madjabi nstila re invunda” [entre le guide et le porteur, l’important c’est le guide] sagesse Punu

      “Tari gignuda mpugu m’okyègè ni”[le soleil ne refuse pas d’éclairer 1village parce qu’il est petit] sagesse Obamba

    • Nkembo dit :

      Il avait fait la déclaration suivante: Si j’avance, suivez moi.” Si je recule, poussez moi mais si j’abandonne, tuez moi”.
      Il a tellement fait des déclarations tapageuse qui se sont agrippé à sa conscience. Il est obligé d’amuser pour faire signe de vie politique. Sinon le type sait qu’ il n’y a plus rien à espérer.

  7. Gilbert dit :

    Renvoyez son discours dernier. Ce n’est pas exactement ce qu’il a dit. Il a insinuer que les choses allait prendre in tournant décisif en janvier ( on devine clairement que c’est pour cette raison sur le dictateur à empêcher le président élu de prendre son vol pour Paris au mépris des lois) mais il n’a jamais dit qu’il serait effectivement en exercice des fonctions présidentielles que le suffrages universel lui a accorder en janvier. Réécouter son discours svp parce que là vous faites dans la mauvaise information encore appelé ‘intox’.

    • Okenkali Jules dit :

      @Gilbert.Fanatisme ou excès de Cobolo ? Vous voulez jouer à quoi ? Vous êtes le seul à comprendre le français ou à pouvoir analyser ? Ping a commencé par annoncé une prise de pouvoir au 17 août 2017. Puis, il a annoncé lui-même la fin de la résistance. Il avait même félicité la diaspora en disant que l’heure était maintenant à la reconstruction. Après ça Eyéghé a dit qu’il allait revenir en qualité de président. Et le clou ça a été cette déclaration que vous voulez interprêter de façon tordue. C’est vous qui faites de l’intox…. Ping a dit qu’il a allait prendre le pouvoir et pas qu’une seule fois. Ce n’est pas la première fois qu’il donne une date. Et c’est ça qui fatigue…. Continuez à rendre vos cobolos seul mais n’essayez pas de venir jouer les intelligents…. Mouf…

      • Mboung dit :

        Très Cher faquin,
        Si vouloir faire respecter son choix C’est devenu du fanatisme qu’il en soit ainsi Doit-on Vs rappeler : que cela Vs enchante ou pas Très Cher(s?) faquin(s?) Ce sont les Gabonais qui ont élu en toute liberté leur nouveau Président pour 1 (réel?) nouveau départ et il leur appartiendra (toujours?)de pardonner leurs bourreaux ou de leur punir, Tous vos flous, manipulations,ruses (bidons?)n’y changeront RIEN. Les mm simulacres ont monté leurs limites en mettant ce pays à terre.

        « Ceux qui peuvent vous faire croire en des absurdités pourront vous faire commettre des atrocités »Voltaire

  8. Tarek dit :

    L’opposition gabonaise refuse le bien être de gabonais et tout cela est sur le dos du Président. Ping refuse d’investir au Gabon, même pas une école à amboué. Ping toi aussi actionnaire à total, tu as des entreprises en Chine. Tu es un bongo aussi. De quoi as tu peur? As tu fini de payer tes membre de l’opposition? Soit tranquille tes part à Toyota n sont pas influencé que je sache. Mon plus grand mal, c’est la jeunesse ignorante. Un certain opposant en 1993 à fait du mal au population et ensuite il à dit j ne demander de me suivre. L’histoire doit il encore se répété ? Population Gabonaise, la paix est mieux que tout. Créons autre chose pour faire entendre la voix du peuple au lieu de nous faire mal entre nous. N’oublie jamais que le policier, le gendarme, le militaire est aussi l’enfant de quelqu’un, il à les droit comme toi. Si tu commence, il n peux que se défendre avec ce qu’il. Puisque toi tu en fais au tant.. Laisser Ping et sa famille, que chaque membre de l’opposition gabonaise, prend ses enfant vont au combat. Mais laisser la jeunesse ignorante en paix. En parlant de famill, sa propre sa nièce qui est à la cour constitutionnel n’a telle pas valider l’élection de Ali Bongo comme président de la république.Donc pour vous dire que Ali est président. Si vous voulez soyez en attente pour 2023. Merci

    • Lucas dit :

      Et donc ta solution à toi Tarek c’est de laisser Ali au pouvoir? donc aussi brillant que peux être un jour ton enfant tu accepteras toujours qu’il soit dernier de la classe parcequ’il est dans la même classe que des enfants à papa? Le problème dans ce pays c’est que c’est pas l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ça ne l’a jamais été et c’est cela qui ronge ce pays depuis des années.

      Sinon comment concevoir que quelqu’un organise un concert a plus de 100 millions de francs cfa alors que la province d’où il est originaire a chaque pluie est inondée? Cet argent ne pouvait pas servir au nettoyage des canalisations ou encore mieux a la création des canalisations?

      Et pour se justifier on nous dit que le chanteur aurait chanté une chanson qui dit on reste debout, avons nous besoin des chansons ou des actes concrets? Tarek toi qui parle d’investir dans ce pays dit combien l’ont fait? dit moi aujourd’hui combien de gabonais profitent des investissements des personnes aux affaires depuis plus de 50 ans?

    • MoukaMounguengui dit :

      Donc le vote de la majorité des gabonais ne compte que pour du Beurre, juste parce que Ping est bongoiste?
      La fraude, les assassinats et les enlèvements orchestrés par ton “président” sont à applaudir parce qu’avec ton cerveau de moineau tu ramène tout à Ping. Eh beuh sache que même un mouton à la place de Ping, le choix du peuple reste celui du peuple. Et tel est le principe en matière électorale.
      Donc si Ping est pour toi un voyou, c est quand même le voyou là que le peuple a choisi. Qu’il fasse ses preuves et si c pas bon, le peuple choisira quelqun d’autre.
      C’est quand même étrange quoi! Depuis les (vrais faux)résultats de la présidentielle vous n’êtes pas parvenus à prouver votre victoire dans les urnes. Vous préférez tout mettre en oeuvre pour diaboliser ping. Oui il est du système, mais d’où provient Ali? de l’opposition???

      • Pierre Manganga dit :

        Où était Ping quand, en 1993, il dit que c’est Mba Abessolo qui avait gagné l’élection présidentielle? Le vote de la majorité des Gabonais a pourtant compté pour du beurre pour lui. Ce fut la même chose, selon ses propres propos, en 1998 et 2009. Où était-il, et avec lui tous les autres septuagénaires et octogénaires qui empestent la vie des plus jeunes?
        Personne ne diabolise Ping, on le met devant ses agissements d’enfant gâté du régime qui l’a fabriqué et nourri pendant plus de 30 ans, et duquel il veut se distinguer sans restituer tout ce qu’il a reçu et volé. Pourquoi refusez-vous qu’on ouvre quelques pages troubles de sa vie de gigolo?

  9. Triste dit :

    Raison pour laqu’elle,bizarrement c’est en janvier qu’on l’interdit de voyager, vous me direz, en fevrier,ils lèveront la mesure et le feront passer pour un menteur ou blagueur.

  10. Mon Gabon dit :

    Quelque soit la durée de la nuit, le jour finit toujours par se lever. La majorité des gabonais a choisi le Président Jean PING et tout le monde sait pourquoi il n’est pas encore installe, mais il le sera tôt ou tard…

  11. CANTON LEYOU dit :

    Il vaut mieux tard que jamais et le plus important c’est que cet espoir démeurera.
    Patriotiquement.

  12. IPANDY dit :

    Salut à tous !
    En effet, l’espoir de voir les bongos quitter le pouvoir,qu’a suscité Ping est en train de mourir.Comme d’ailleurs,celui qu’avait suscité ces prédécesseurs que vous avez déjà cité ici. Je crains fort que cela tourne à l’avantage du pouvoir en place.
    Quand le peuple comprendra que Ping est dans l’imcapacité de tenir sa promesse, il se resignera et perdra espoir.Cette nouvelle perte d’espoir nous entraînera à un très grande abstention aux prochaines élections législatives.
    Une abstention du peuple est favorable à ces criminels qui tiennent notre pays en otage.
    C’est pourquoi mon plus grand souhait est que Ping tienne ses promesses.

  13. BSerge Okogo dit :

    Tous ceux qui croient que Jean Ping à déjà perdu la bataille,se bourrent d’illusions. Posez vous la question pourquoi certains veulent absolument une rencontre entre Ping et Ali Bongo ? Une chose est sûre Jean Ping n’est pas hors course comme certains l’espèrent.

  14. Félix AYENET dit :

    Attention, nous avons l’impression que le temps ne passe pas pour vous.L’élection a eu lieu en 2016 et la nous sommes en 2018. Continuez à rêver.

  15. BEYEME dit :

    Vraiment, quand il s’agit de mon Président, la toile afflue de vampires, prêts à dévorer ceux qui ont décidé de changer ce cataclysme vampirique que nous connaissons tous. lol!

  16. Mimbo dit :

    Ping n’ a pas de plan B.Il sait comme vous et moi que le pays s’écroule et rien n’est fait pour que cela s’arrête donc le pire est à nos pied.Dans cette situation il sait aussi sans l’avouer aux siens que d’ici là si le fruit tombe ce ne sera pas entre ses mains. Il redoute que ce soit entre les mains d’un inconnu qui pourrait ignorer l’élection d’Août2016 voilà le problème de Ping qui n’est pas forcément celui de tout les Gabonais.

  17. dikoka dit :

    les gabonais aimes la politique la on voix les commentaires

  18. Akandais dit :

    Faut-il encore croire au Gabon? Ou faut-il une refonte globale de ce pays?

  19. Catherine dit :

    L’opposition, aujourd’hui incarnée par Jean Ping, n’a jamais été aussi loin dans son bras de fer avec ce pouvoir corrompu depuis plus de 50 ans. Si elle lâche du lest, ce sera de nouveau perdu pour de longues années encore avec la même famille…

    • Pierre Manganga dit :

      Où étaient Ping, Mybotos, Nzouba Ndama, Oye Mba, Missambo, Chambrier, Nguia Banda, Ntoutoume Emane, Adiahénot… pendant ces 50 ans? Qu’ont-ils faits et d’où viennent les milliards qu’ile possèdent? Myboto et Ping ne font-ils pas parties intégrante et intégrale de la famille Bongo Ondimba? Foutage de gueule. Ils n’auront rien en plus de tout ce qu’ils ont déjà pris.

  20. Akandais dit :

    Donc il faut laisser ceux qui ont bouffé avec eux continuer de bouffer allègrement? Ils organisent les élections; ils acceptent les candidatures de ceux qui ont bouffé avec eux. Ces derniers gagnent et les autres ne partent pas. Ils veulent la guerre, le caos. Mr Trump a raison: nous vivons dans des pays de merde en Afrique; et les africains un gros tas de mrd quoi!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW