Suite à l’accident survenu, le week-end dernier, sur la Nationale 1, le gouvernement a interdit tous les voyages de nuit.

Policiers sur la Nationale 1. © D.R.

Policiers sur la Nationale 1. © D.R.

 

Le gouvernement a décidé d’interdire les voyages de nuit aux entreprises de transport terrestre disséminées dans le pays. Cette décision a été prise au cours d’une réunion de crise convoquée le 7 août dernier par le Premier ministre, à la suite de l’accident survenu un jour auparavant sur l’axe Oyane-Kango et qui a causé 18 décès et cinq blessés. Pour faire respecter cette décision, le ministère de la Défense nationale a annoncé le déploiement de gendarmes sur les routes, dès la semaine en cours.

L’accident de la nuit du 5 au 6 août 2016 à Kango. © D.R.

L’accident de la nuit du 5 au 6 août 2016 à Kango. © D.R.

Pour le gouvernement, qui a pris en charge les victimes de l’accident tout en mettant en place une cellule d’aide psychologique pour leurs parents, il s’agit de lutter contre les risques que représentent les voyages nocturnes. Visiblement prisés par les transporteurs, ces déplacements sont jugés rentables. L’on en compte en moyenne quatre par jour et par entreprise, à raison de deux en partance pour l’arrière-pays et autant qui en reviennent. La nuit étant relativement plus calme en termes de circulation, les chauffeurs ont tendance à préférer ce moment. Sauf que, des clients affirment que c’est également dans la nuit qu’ils sont le plus enclins aux excès de vitesse.

De même, il se dit qu’une concurrence s’est installée entre chauffeurs, chacun d’entre eux s’efforçant de faire le plus grand nombre de voyages. «Entre eux, ils font la course, et lancent quelques fois des paris pour déterminer qui arrivera le plus vite à destination», a témoigné une passagère. C’est pour faire cesser ces comportements que le gouvernement envisage de renforcer les mesures de sécurité sur la route, tout en promettant d’être plus stricte contre les contrevenants. D’aucuns l’ont, d’ailleurs, invité à lancer une campagne de sensibilisation à cet effet.

Les raisons de la collision survenue dans la nuit du 5 au 6 août au village Evinayong dans le Komo-Mondah entre un camion de marchandise et un bus de transport n’ont pas encore été déterminées. Le procureur de la République a annoncé l’ouverture d’une enquête. Les blessés suivent actuellement des soins intensifs dans des unités sanitaires.

 

 
 

8 Commentaires

  1. Ari dit :

    Toutes mes condoleances et soutien spirituel aux familles des disparus de cet horrible accident.

    “Le gouvernement a décidé d’interdire les voyages de nuit aux entreprises de transport terrestre disséminées dans le pays”. Est-ce une decision stupide ou quoi?!! L’economie d’un pays qui se veut competitif fonctionne 24/24.
    Selon moi, le mieux aurait ete de faire en sorte que les Gendarmes puissent sanctionner severement les contrevenants de tous bords au code la route, c’est a dire tout chauffeur pris en flagrant delit d’exces de vitesse.
    Dans certains pays developes, les contrevenants au code de la route sont souvent sanctionnes par des amendes (selon la gravite) et sont traduits devant un juge, avec pour consequences le retrait du permis de conduire ou meme l’emprisonnement.
    IL faut que tout chauffeur/citoyen sache que conduire sur les voies publiques un privilige accorde par les autorites, ce n’est pas un droit.

  2. Meradie ndossi dit :

    Une trait bonne décision

  3. Pica dit :

    Drôles, drôles de policiers, alors que l’Etat Gabonais consent des gros efforts pour habiller ces gens là,ils ne prennent pas la peine à bien se vêtir. La police est une institution et des tels comportements sont blâmables.Et c’est le même policier qui blâmera parce que votre visite technique ou assurance aurait expiré!!!!

  4. AXELLAH dit :

    Nous gueulons trop et pour rien!

    La décision est tout simplement stupide.
    Pour le savoir demandons au gouvernement:
    jusqu’à quand l’interdiction va durer? à l’installation des lampadaires sur toutes les routes nationales et secondaires?

  5. natty dread dit :

    des policiers à peine fagotés (??) devant un tonneau (plus tout à fait tonneau!!!) servant de check-point, sur une photo diffusée dans le monde entier…ah mon pays!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW