Le Conseil des ministres du 26 janvier 2018 a annoncé l’adoption de quatre (4) projets d’ordonnances initiés par le ministère de l’Intérieur, relatifs notamment au découpage des circonscriptions électorales et à l’augmentation du nombre de députés de l’Assemblée nationale qui passe de 120 à 143.

A l’issue des prochaines élections législatives, le nombre de locataires du palais Léon Mba passera de 120 à 143 députés. © D.R.

 

L’Assemblée nationale gabonaise comptera désormais 143 députés au lieu des 120 qui ont toujours siégé au palais Léon Mba. C’est l’une des annonces phares du dernier Conseil des ministres qui a ainsi entériné la mise en place de certaines conclusions des Actes du Dialogue politique d’Angondjé.

Sur proposition du ministre de l’Intérieur, ce sont quatre (4) projets d’ordonnances qui ont en effet été adoptés. Il s’agit du projet d’ordonnance modifiant et complétant la loi n° 7/96 du 12 mars 1996 portant dispositions communes à toutes les élections politiques ; de celui portant modification de certaines dispositions de la loi organique n° 11/96 du 15 avril 1996 relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale ; du projet d’ordonnance portant fixation et répartition des sièges de députés par province, département et commune  et du projet d’ordonnance modifiant certaines dispositions de la loi n° 17/96 du 15 avril 1996 portant dispositions spéciales relatives à l’élection des députés à l’Assemblée nationale.

S’agissant principalement du deuxième projet de texte, il s’articule autour de l’adoption du scrutin majoritaire, uninominal à deux (2) tours ; l’augmentation du nombre de sièges des Députés et l’adoption du principe du cumul des mandats sans cumul des rémunérations.

Le troisième texte, quant à lui, prend en compte, également, les recommandations du Dialogue Politique et les circonscriptions électorales nouvellement créées. Il dispose en effet que «le nombre de siège de députés passe de cent vingt (120) à cent quarante-trois (143), soit une augmentation de vingt-trois (23) sièges».

Selon le communiqué du Conseil des ministres, il est attribué à chaque arrondissement de commune, un siège de député à l’exception de la commune de Libreville qui dispose de deux (2) sièges par arrondissement.

«Sont concernés par cette disposition, tous les autres chefs-lieux de province ainsi que les Communes d’Akanda, d’Owendo et Ntoum dans la province de l’Estuaire et de Moanda dans la province du Haut-Ogooué», explique le Communiqué final du Conseil des ministre qui ajoute que «s’agissant des Communes non-subdivisées en arrondissements et dont les sièges couvrent en même temps la Commune elle-même, le district et une partie du Département, les pondérations faites ont permis de créer un siège supplémentaire».

Au final, le nombre de députés à élire à l’Assemblée nationale est de cent quarante-trois (143). Les provinces de l’Estuaire et du Haut-Ogooué se partagent, à elles seules 49 députés, soit 26 pour la première citée et 23 pour la deuxième.

Cette nouvelle répartition donne 26 pour l’Estuaire, 23 pour le Haut-Ogooué, 10 pour le Moyen-Ogooué, 18 pour la Ngounié, 11 pour la Nyanga, 12 pour l’Ogooué-Ivindo, 12 pour l’Ogooué-Lolo, 13 pour l’Ogooué-Maritime et 18 pour le Woleu-Ntem.

Avec ce redécoupage et cette augmentation du nombre de députés à l’Assemblée nationale, il est clair que l’on s’achemine inexorablement vers l’organisation des législatives, cette année comme l’a promis Ali Bongo dans son discours de fin d’année.

 
 

9 Commentaires

  1. diogene dit :

    Il y a trop de députés et leur utilité est loin d’être avéré au Bongoland, et voilà qu’on en rajoute…

    Manœuvre grossière : à l’aide des résultats bidons du recensement des populations (consultables sur la toile), le nombre de députés va flamber dans les provinces manipulables, le haut Ogooué va une fois de plus prendre autant sinon plus d’importance que tout le reste du pays réuni.
    Certains députés actuels ont été élu avec quelques dizaines de voix ( j’ai souvenir d’un de ces pantins qui a obtenu moins de trente voix et a tout de même siéger dans cette assemblée tête haute et insolence en bandoulière ) , il est à craindre que ce record lamentable sera battu aux prochaines législatives dont le but n’est pas la représentation démocratique mais juste une foire aux copinages pour chambre d’enregistrement…

    L’opposition pour obtenir la majorité des sièges devra remporter cette élection avec les neuf dixièmes des voix ce qui est loin d’être impossible…

  2. jean- jacques dit :

    Oui c’est le cas de notre vieillard Ping à plusieurs reprise, il a perdu les legislatives dans sa province c’est OBO qui le poussait, on peut augmenter le nombre des élus c’est pas un problemes en question on reduise leur salaires , crimes mettre fin à des voitures de focntions, en Suisse les députés utilisent le trensport commun, s’il veut une voiture il achete avec son argent. pas l’Etat. Nos députés font quel travail? les enseignants souffrent, les agents du ministere des affaires etrangeres souffrent les medecins souffrent , le chomage fait ravage je n’ai jamais entendu d’une commission sur la diplomatie, chomage. insecurité, ou sur le social rien tout c’est le Président qui doit prendre les initiatives. quel est alors le rôle ou l’importance de ses députés. les bugdets retardent chaque année pour être voté.

  3. KIEM dit :

    Celui qui a dit “pays de merde” a vu juste pour certains d’entr’eux.

  4. Fili Mot dit :

    Donc selon ce nouveau découpage le Haut-Ogoué, dont le taux de fécondité est décidément très impressionnant, bénéficie de 5 sièges de plus que le Woleu-Ntem (très peu peuplé comme tout le monde sait) et fait presque jeu égal avec l’Estuaire…et certains continuent de faire comme si tout était normal au Gabon. Question: quel degré d’humiliation faut-il qu’Ali Bongo inflige aux gabonais pour qu’ils réagissent ?

  5. AIRBORNE dit :

    Tout ce phletore de débuté pour faire quoi, rien que pour prendre les frais de commission de chauffe siège lors des assemblée plénière, voté des lois après avoir glissé une enveloppe dans son casier,c’est cela des corrompus dans un pays de merde.

  6. LURON DE MAYE dit :

    Oui tu as raison JJ IL YA 120 députes dans le village de Ping

  7. beka dit :

    Donc, il y a déjà eu recensement dans notre pays ? Ça a eu lieu quand, puisque je n’ai pas vu l’ombre d’un recenseur depuis au moins six mois au Gabon ? Quant à cette augmentation des effectifs des Députés, il faut dire qu’elle était prévisible mais pas à ce taux trop élevé. Car le gouvernement ne semble pas avoir pris la mesure de la situation économique du pays. Nous sommes en récession et il opte pour une escouade de budgétivores ? La bonne logique aurait voulu qu’on en diminue encore le nombre, d’au moins une vingtaine. Car deux députés par arrondissement, dans une petite ville de six cent mille habitants comme Libreville, ça sert à quoi ?

  8. Akandais dit :

    La belle envolée ? C’est du bidon! Le ridicule ne tue pas, heureusement ! Sinon les rues de notre capitale poubelle, véritable cimetière à ciel ouvert des cadavres des chiens et des épaves (humaines et véhicules) seraient jonchées de cadavres! Vous êtes les seuls à croire encore en votre soit disant pays. Combien de chefs d’État étrangers ont foulé le sol gabonais en visite officielle ces cinq dernières années ? Pendant ce temps, les ouestafs qui pullulent dans nos rues raflent la mise. La honte quoi! La poisse même, je dirais!

  9. roberto dit :

    ali bongo agit sur ordonnance a quoi servent les deputes?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW