Faustin Boukoubi a été élu, le 11 janvier, président de l’Assemblée nationale pour la 13e législature. L’élu PDG du premier siège du département de la Lombo-Bouenguidi a été porté par 126 voix sur 134 votants.

Faustin Boukoubi (à gauche), le 11 janvier 2019, à Libreville. © PDG/Gabonreview

 

Faustin Boukoubi vient d’être porté à la tête de l’Assemblée nationale au terme du vote du bureau tenu le 11 janvier à Libreville. Il va diriger la 13e législature, largement dominée par le Parti démocratique gabonais (PDG) qui a remporté 90 sièges sur les 143 élus que compte l’Assemblée nationale.

Selon les chiffres officiels, le nouveau PAN a bénéficié de 126 voix sur les 134 votants, soit un suffrage de 94,02%. 3 députés ont voté contre et 5 se sont abstenus.

Né le 20 mars 1954 à Dolisie au Congo, Faustin Boukoubi a été tour à tour ministre délégué aux Finances, ministre de la Santé et ministre de l’Agriculture sous le règne d’Omar Bongo.

En 2007, il est nommé à la tête du PDG, en remplacement de Simplice Nguedet Mandzela. L’élu du premier siège du département de la Lombo-Bouenguidi restera au secrétariat général dudit parti durant le premier mandat d’Ali Bongo, arrivé au pouvoir en 2009. Il va démissionner de ce poste en 2017, peu avant la tenue du congrès du parti au pouvoir.

L’élection de cet originaire de l’Ogooué-Lolo, comme Guy Nzouba Ndama ayant dirigé l’Assemblée nationale pendant 20 ans, est perçue par certains analystes comme le retour au schéma classique de la géopolitique gabonaise, où les postes clés du pouvoir étaient réservés à des provinces spécifiques. Dans tous les cas, c’est un apparatchik du PDG qui est installé au perchoir de l’Assemblée nationale.

 
 

9 Commentaires

  1. sergio dit :

    Comment va-t-il faire? Lui qui ne supporte pas la contradiction.

  2. Fayo dit :

    Vive les apparatchiks au Royaume des Bongo

  3. Abieri dit :

    N’en déplaise aux grincheux professionnels, la méritocratie existe bien dans notre pays.
    Bonne route Boukoubi !

  4. Nkembo dit :

    J’ai comme impression que les meilleurs sont de votre camp. Quand je vois les gens se réjouir de l’insolence de la gabonaise d’adoption d’origine camerounaise Laurence ndong, je suis surpris
    Une mère de famille qui brille par une impolitesse caractérisée, une insolence qui ne dit pas son nom, qui ne se préoccupe même de ses enfants qui la regarde à la tv.

  5. Akoma Mba dit :

    90 pour cent des gabonais ne sont pas allés au urnes. Voilà une Assemblée Nationale sur mesure. Pauvre Gabon

  6. Serge Makaya dit :

    Vous titrée cela “l’heure de gloire” ? Pitié ! Tout ce que je sais maintenant, ;c’est que pour mettre fin à cette dictature Bongoiste – PDGiste, il faut une insurrection. Ce n’est pas en faisant des commentaires ou des livres que ce régime dictatorial disparaîtra, mais en étant sur le terrain (au Gabon, bien sur)… Désormais je ne ferai plus de post. Je suis sur le terrain pour combattre ce régime POURRI…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW