A cause de nouveaux impayés dont le montant n’a pas été précisé, la société Colas, adjudicataire des travaux d’aménagement de l’axe PK 5 – PK 12, a décidé le mardi 19 décembre de retirer ses engins du chantier.

Les engins de Colas quittant le chantier du PK 5-PK 12 en direction de sa base à Oloumi, le 19 décembre 2017. © Gabonactu.com

 

Ce mardi matin, les usagers de l’axe PK 5-PK 12 ont eu la surprise de constater que la société Colas procédait au retrait de ses engins, sur la voie qu’elle est censée livrée normalement en cette fin d’année 2017. Face aux impayés, cette entreprise chargée de l’aménagement et de l’élargissement de cet axe en 2X2 voies, sur la route nationale 1, a arrêté les travaux. L’Etat n’aurait pas payé sa dette relative à la troisième rallonge.

Comme le 14 septembre dernier, Colas a interrompu les travaux pour faire pression sur le gouvernement qui peine à respecter ses engagements. En septembre, l’arrêt de travaux était dû au non-versement de 16 milliards de francs CFA par l’Etat, dans cette opération cofinancée pour un montant global de 54,9 milliards de francs CFA, par la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC). Mais pour ce nouvel arrêt des travaux, aucune information n’a filtré sur le montant réclamé à l’Etat.

Pourtant en août dernier, Jean-Pierre Oyiba, le ministre des Travaux publics et des Infrastructures et Fortunato Ofa Mbo Chama, président de la BDEAC, avaient affirmé que ces difficultés administratives et les décaissements étaient rentrés dans l’ordre.

A ce jour selon les sources de Colas, les travaux se situent à plus de 70% de réalisations. Long de 7 kilomètres, prévu en 2×2 voies, ce chantier débuté en janvier 2016 est loin de s’achever. Il devrait en principe être livré en fin 2017.

 
 

8 Comments

  1. jerome dit :

    Ah Dieu ce sont les 7 kilometres les plus difficiles de l univers et a 54 milliards cfa en plus. La le pays est deja complique. Les esprits bloquent?

  2. TCJ dit :

    Le contraire aurait été étonnant. Trop de politique stérile, peu d’actions concrètes permettant aux populations de rêver.
    Pitoyable.

  3. Shaka Loubedi dit :

    Pendant ce temps on fait des dons dans les sommets internationaux. C’est ca le resultat quand on est bête, et qu’on refuse de le reconnaitre.

  4. brasiali W dit :

    c’est exactement la marque de fabrique du pays. on finance trois fois cher des chantiers, projets et autres amenagements qui au final sont réaliser a 80% et prennent deux fois plus le temps convenu et arreté

  5. JUST dit :

    Ce n’est qu’en Afrique qu’on voit cela. un projet budgétisé et financé mais les décaissements arrivent avec beaucoup de problèmes. Où va l’argent pendant tout ce temps ?

    au lieu de faire des dons inutiles au One summit, il faut payer la dette locale.

    • L’illettré du Littré dit :

      @Saint Just et braziali, une petite allégorie.
      Un “Projet” c’est comme un gros gibier que le chasseur vient annoncer au village qu’il a abattu. La fameuse maquette qu’il en pressente, c’est la squelette du gibier. La viande, c’est le budget, et on en met plus que la normale car on sait que les mangeurs sont nombreux et voraces. Le Chef du village prend sa part de Lion-Roi, et après s’en fout des vautours qui suivent. Ils arrivent en masse et par rang d’importance. Chacal-Délégué Ministériel ne peut pas se servir avant Hyène-Ministre d’Etat du département concerné.
      Quand la mangeaille est finie, retour au squelette, la fameuse maquette qu’on met aux oubliettes, en attendant le prochain remaniement ou nomination pour la ressortir et recommencer. Ceux qui se plaignent ?
      Des jaloux, des aigris.., car tout le monde dans ce village de Gabao mange quelque part ou bien dans une main parente ou associée.
      Et puis silence, on parle pas en mangeant.

  6. MEYE dit :

    JUST
    Ne dit pas ce n’est qu’en Afrique qu’on voit cela. Cite un exemple de pays africain responsable qui a lancé les travaux d’un chantier qui n’est pas allé à terme. A ma connaissance, je sais pas ou je n’ai rien entendu à ce sujet. A côté de nous en Guinée Equatoriale, tous les chantiers lancés par le Président Obiang sont allés à terme. En Côte d’Ivoire, pareil pour Ouattara. C’est seulement au Gabon qu’on voit cela. Même depuis Omar Bongo, pire en ce moment où ali s’accroche au pouvoir. Honte à vous. Les Présidents des autres pays africains ne sont pas des amuseurs de galeries comme chez vous ici au Gabon.

  7. Patrick ANTCHOUET dit :

    Le tronçon PK12 – Owendo n’a même pas démarré. Le tronçon PK 12 – PK 40 demeure inachevé. PK 5 – PK 12, le tronçon le plus cher du monde (7 km), se fait aux pas de tortue. Un jour, ça va. Le lendemain, ça s’arrête. Pitoyable !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW