Galvanisé par les appréciations de la directrice des opérations de la Banque mondiale, le ministre de l’Economie Jean-Marie Ogandaga estime que le Gabon fait partie des meilleurs pays à qui l’institution financière apporte son soutien.

Pour Jean-Marie Ogandaga, ministre de l’Economie, le Gabon est un des meilleurs partenaires de la Banque mondiale en Afrique centrale. © Gabonreview

 

En visite de travail actuellement au Gabon, où elle a rencontré le ministre de l’Economie et celui en charge de la Formation professionnelle, Elisabeth Huybens a jugé satisfaisant l’état d’avancement du programme d’appui de la Banque mondiale au Gabon.

«Nous voyons des résultats qui sont encourageants, notamment dans le sens du développement de l’agriculture et du secteur numérique. Le Gabon a quand même fait pas mal de progrès, déjà par le passé, mais qui commence aujourd’hui à montrer des résultats», s’est exprimée, mercredi 22 août, la directrice des opérations de la Banque mondiale. Il n’en fallait pas plus pour susciter chez l’un de ses hôtes, Jean-Marie Ogandaga, une fierté qu’il a eu du mal à dissimuler.

Content de l’appréciation de la représentante de la Banque mondiale, le ministre de l’Economie a présenté le Gabon comme l’un des meilleurs pays à qui l’institution financière apporte son soutien.

«Nous n’avons pas la prétention d’être le très bon élève de la classe, mais nous faisons partie des bons élèves. Et comme la perfection n’est pas de ce monde, nous tendons à être le très bon élève de la sous-région de l’Afrique centrale. C’est d’ailleurs pour cela que notre coopération avec la Banque mondiale va au-delà d’une coopération simple. C’est même une osmose, parce que la Banque mondiale nous assiste et nous rappelle à chaque fois ce que les populations attendent de nous», a déclaré Jean-Marie Ogandaga.

 
 

6 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    Certains diront “Au royaume des aveugles les borgnes sont rois”
    Les progrès sont réels, la route est encore longue mais nous réussirons.

    • Okoss dit :

      Tonton ikobey
      On ne peut se satisfaire de si peu avec un pays comme le Gabon qui regorge d autant de richesse.
      Bongo père n a pas eu besoin de la BM pour faire son chemin de fer.
      La question que nous nous posons tous c est de savoir où sont passés tous ces sous amassés depuis 2009.Après nous parlerons de progrès!!!!ou pas

  2. Olsen dit :

    Un ”ministre” qui déclare sans gêne, que c’est à la B.M de rappeller au gouvernement les attentes du peuple. Et GABON!

  3. Ponce Pilate dit :

    Quand on est élève, c’est que l’on est encore sur le banc de l’école i.e que l’on a pas le diplômé.

    La seule activité professionnelle que l’on peut avoir a ce moment est un stage ou un emploi saisonnier.

    Vu la fierté qu’ils ont a être élève de la banque mondiale,on en déduit donc que pour eux, diriger le Gabon est un stage et/ou un emploi saisonnier.

    Laisserz-vous un élève construire votre maison ?
    Laisserz-vous un élève vous soigner ?
    Laisserz-vous un élève planifier et assurer a temps plein le formation scolaire de vos enfants ?
    Laisserez vous un eleve gérer vos finances ?
    Laisserez vous … ?

    Bref,on voit mieux ce que donne la gestion du pays par des élèves.

  4. Olsen dit :

    Entièrement d’accord avec vous Ponce Pilate.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW