Le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) accuse le président de la République, son «allié», d’avoir «sacrifié» les Gabonais «sur l’autel des intérêts égoïstes», en acceptant notamment le Mécanisme élargi de crédit (MEC) proposé par le Fonds monétaire international (FMI).

Bruno Ben Moubamba, président de l’ACR, le 10 juillet 2018, à Libreville. © D.R.

 

Le divorce est-il prononcé entre Bruno Ben Moubamba et Ali Bongo, qu’il présentait encore des mois après son limogeage du gouvernement comme son «allié» ? Tout porte à croire que oui. Ce mardi, dans une lettre ouverte, l’ancien vice-Premier ministre n’est pas tendre avec le président de la République, qu’il accuse d’avoir «sacrifié le peuple gabonais (…) sur l’autel des intérêts égoïstes».

La raison de la discorde entre les alliés de jadis part des mesures d’austérité annoncées récemment par le gouvernement. Le président de l’ACR n’est pas convaincu que ces «mesures clochardisant le peuple gabonais» permettent de résorber la crise issue de la chute des cours du pétrole. Mieux, il rappelle qu’il avait mis en garde contre le Mécanisme élargi de crédit (MEC) proposé par le Fonds monétaire international (FMI), qu’il accuse d’avoir «mis le Gabon sous un plan d’ajustement structurel ne disant pas son nom».

«Votre vice-Premier ministre de l’époque vous avait prévenu qu’il existait d’autres méthodes de renflouement des caisses de l’Etat, telles que : le regroupement des multiples caisses du secteur pétrolier, le rachat de la dette, l’optimisation des régies financières, l’élargissement de l’assiette fiscale et le recours aux partenariats public-privé sans corruption», rappelle-t-il.

S’il rappelle également à Ali Bongo que «le FMI ne (lui) a pas dit de sacrifier le peuple gabonais aux travers des mesures d’austérité insupportables», Bruno Ben Moubamba tient à prévenir le président de la République de ce que «le peuple gabonais n’acceptera pas de mourir à petit feu».

«Monsieur le président de la République, le malheur de l’économie gabonaise ne se trouve pas à la fonction publique mais ailleurs. Et les auteurs de ces actes irresponsables et criminels sont bien connus de tous, ils restent impunis et se préparent aux législatives», adresse-t-il à son ancien «allié», qu’il accuse, entre autres, de «trahison» vis-à-vis des populations.

 
 

12 Commentaires

  1. Moussounda dit :

    C’est bizarre que l’article publie hier sur le sejour de sultan ‘ali Bongo en Espagne ait disparu. GR est il aussi independent qu’il le clame si souvent?

  2. Ali Bongo brille vraiment dans le deux poids deux mesures… Une telle sortie faite par Ali Washington ou Hervé Mombo et c’étaient les geôles de la junte directe!
    Mais Moubamba lui il a le droit de dénoncer le Raïs

  3. diogene dit :

    Girouette un jour de grand vent

  4. Ikobey dit :

    Pas une journée sans qu’un nouveau TRAITRE se dévoile fièrement !
    Le cheminement des traîtres est toujours le même : je collabore => le bonheur puis je suis limogé ou je perds mon statut => je deviens un “courageux résistant” victime du Pouvoir.
    Il faut reconnaître à ABO une force incroyable à vivre avec des collaborateurs dont on découvre leur vrai nature qu’à leur départ.
    Comment fait-il pour ne pas désespérer de la nature humaine ?Chapeau bas !

    • Mboung dit :

      De suite les grands mots “traitre” à qui ? et à quoi ? Pis s’il fallait “désespérer de la nature humaine” (rien de moins que ca ?) parce qu’1 faquin a choisi parmi ses semblables et d’autres malfrats et quelques illuminés ses complices surtout quand on pense a la moralité de ceux qui ne se sont pas encore révélés (ces vaillants et fiers titulaires de certificats de mise en liberté sic )
      En effet chapeau bas ceux qui espèrent des résultats (1jour ?) avec l’aide de pareils personnages …. Pfff …

      “le cancre essaie toujours de trouver sa place voire de l’imposer y compris par la violence son anti-dépresseur” D . Pennac

      “Le pire dans le pire, c’est l’attente du pire”. D. Pennac

  5. Me Ngane dit :

    Et si vous me dites que ce type n’est pas malade,c’est que le Gabon vraiment ça ne va plus.

  6. Avatar dit :

    Vraiment bbm,t’es vraiment un idiot tu pensais qu’entrant au gouvernement tu aurais aidé le peuple Gabonais mais t’es idiot aujourd’hui de comprendre que Ali a vendu le peuple Gabonais,franchement t’es un idiot

  7. Olsen dit :

    BBM arrêtes la distraction c’est après avoir mangé avec BOA que tu sembles te soucier de tes compatriotes? Traitre.

  8. Milangmissi dit :

    Pauvre moubamba tu as cru que les morts étaient morts, tu as cru qu’on se moque d’un géant comme Pierre Mamboundou??? En France on dit “Dans le cul la balayette”. moubamba nous sommes des africains on ne joue pas avec tout le monde, je l’ai écrit sur ce forum en 2015, mboumba nziengui commence aussi à comprendre, iwangou sera le prochain sur la liste.
    moubamba je te le dis tu n’as encore rien vu si tu as de la famille qu’ils t’aident pour des rituels de pardon

    “Ceux qui sont morts ne sont jamais partis
    Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire
    Et dans l’ombre qui s’épaissit,
    Les morts ne sont pas sous la terre
    Ils sont dans l’arbre qui frémit,
    Ils sont dans le bois qui gémit,
    Ils sont dans l’eau qui coule,
    Ils sont dans la case, ils sont dans la foule
    Les morts ne sont pas morts.”

  9. Koumaganga dit :

    Ce que le frère dit au sujet de la malédiction de ceux qui ont profané Mamboundou est vrai.
    Si BBM veut de l’aide, qu’il me contacte, je sais comment annihiler cette malédiction.
    Mboumba Nziengui je peux t’aider , Iwangou la FM ne peut pas résoudre ce problème

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW