Le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) a été éconduit ce jeudi du stade de basketball d’Awendjé (Libreville), où se tient actuellement l’assemblée générale de Dynamique unitaire.

L’ex-vice-Premier ministre Bruno Ben Moubamba a été humilié, le 2 août 2018 à Awendjé. © D.R.

 

Bruno Ben Moubamba hué à Awendjé, le 2 août 2018. © i24gabon.com

Si la veille il n’a pas caché son intention de quitter la scène politique «dans les délais raisonnables» parce qu’estimant avoir fait sa part au profit du peuple gabonais, Bruno Ben Moubamba pourrait être amené à accélérer son départ. L’ex-vice-Premier ministre a subi une humiliation ce jeudi 2 août au stade de basketball d’Awendjé où se tient actuellement la «grande assemblée générale de décision» organisée par Dynamique unitaire. La confédération syndicale entend décider des actions à mener en vue de faire barrage aux réformes du gouvernementales visant les agents de l’Etat.

Ces réformes, comme la quasi-totalité des personnes présentes à Awendjé, le président de l’ACR les condamne pourtant depuis leur annonce en juin dernier. Mieux, le 10 juillet, il était jusqu’à rompre son «alliance objective» avec Ali Bongo, estimant que le président de la République avait «sacrifié le peuple gabonais sur l’autel des intérêts égoïstes». L’ex-vice-Premier ministre avait alors présenté ces réformes comme «des mesures clochardisant le peuple gabonais». Cette sortie ne l’a pas empêché de subir les huées, les injures et les jets d’eau, alors qu’il tentait de rejoindre le nombre de responsables politiques de l’aile dure de l’opposition présents à cette assemblée générale. Il a finalement été éconduit sous l’escorte de quelques participants compatissants.

Hier, Bruno Ben Moubamba qui avait assisté à l’AG de Dynamique unitaire organisée au même endroit le 11 juillet, a appelé les jeunes à soutenir la confédération syndicale dans son mouvement. Son invite a, semble-t-il, a été mal interprétée.

Il n’empêche, les responsables de Dynamique unitaire, à l’instar de Jean Rémy Yama ont vivement condamné le traitement infligé à l’opposant. Pour le président de DU, Bruno Ben Moubamba, comme d’autres politiques, est un soutien de la confédération syndicale et non un adversaire.

 
 

9 Commentaires

  1. Le lion dit :

    Je vous avais bien dit cher compatriote qu’il fallait suivre notre regard ;
    -Avoir les nerfs en acier
    -Avoir l’estomac en Betton
    -La lutte continue jusqu’à la victoire finale
    -Et avoir la devise Union-Responsabilité-Dignité
    Qui trahis L’UPG se trahis lui-même et Signe sa mort Politique

  2. Olsen dit :

    BBM nous ne sommes plus duppe, après avoir été vomie par BOA faites devenez subitement compatissant? On a tout compris.

  3. Nkembo dit :

    Ce rassemblement si on s’en tient au communiqué qui conviait les gabonais à y prendre part n’était pas politique. Mr Moubamba paie les frais du non soutien à la candidature de Ping.

  4. Foya dit :

    Qui a trahi trahir. Moubamba a eu ce qu’il mérite. En plus il s’en est encore pris au président élu après avoir assisté à la réunion de Dynamique Unitaire. Oui c’est Parce qu’on est trop tolérant avec les recto-verso qu’on se fait toujours avoir. Demain Maganga Moussavou va revenir se servir de vous, vous allez aussi l’accueillir. Si on peut accepter les repentis ex-pedegistes, on ne dois plus accueillir ceux qui font le sens inverse pour revenir alors qu’il est depuis des années évident qu’il n’y a plus rien à espérer avec ce régime. Il faut maintenant être radical avec les personnes inconstantes

  5. Le paysan dit :

    Toujours le “le m’as tu vu ? ” BBM, lors que vous commettez une erreur politique, et vous êtes vomie par le peuple, c’est n’est qu’après 10 ans que vous pouvez vous remettre et avoir le soutien du peuple. Veuillez vous retirer comme vous le souhaitez et profitez de ce temps pour vous racheter auprès de ces Gabonais que vous aviez fait dormir à le belle étoile.

  6. bibalou dit :

    nous sommes fatigué de subir les injustices

  7. OTOLI dit :

    C’est une fin triste pour moubamba.
    Ben, je sais que tu es chrétien catholique, tu ne peux pas servir Dieu et le diable.
    Sois tu es avec le peuple ou soit tu es avec le diable ALI bongo.

  8. espoir dit :

    cet homme doit comprendre qu’il a perdu la confiance du peuple quand il a decide d’aller servir BOA.c’est fini la pour lui.qu’il se repente et laisse la politique qui n’est pas a son niveau.

  9. De la presse présidentielle dit :

    Mais quel courage?
    Mais quel audace?
    Où Est donc passé votre honte?
    Pourquoi ne veux tu pas accepter ton salaire?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW