Le jeune frère du ministre de l’Économie et de la Prospective est annoncé, sauf refus de l’UE de donner suite à sa demande d’accréditation, comme le prochain Représentant permanent du Gabon auprès de l’Union européenne. Dans un contexte marqué par des relations pas si cordiales entre Bruxelles et Libreville, la désignation d’un diplomate chevronné aurait peut-être été bien mieux accueillie…

Hermann Immongault, alors qu’il était ambassadeur du Gabon en Turquie. © tccb.gov.tr

 

Gabonreview annonçait, le 3 août 2017, que le successeur de Félicité Ngoubili comme ambassadeur du Gabon en Belgique et Représentant permanent du Gabon auprès de l’Union européenne (UE) serait soit Mireille-Sara Nzenzé, soit Hermann Immongault. Nous ne croyions pas si bien dire, puisque selon des sources proches de l’organisation à Bruxelles, c’est pour Hermann Immongault que les autorités gabonaises ont sollicité une accréditation. Celui-ci devrait donc arriver à l’avenue Winston Churchill, siège de l’ambassade du Gabon dans la capitale belge.

Nommé très rapidement Premier conseiller à l’ambassade du Gabon à Paris pendant que certains de ses condisciples en étaient encore à des postes de chefs de division, Hermann Immongault a été également nommé, très vite, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. C’était en février 2015 : il devenait le premier ambassadeur du Gabon en Turquie avec résidence à Ankara. Un peu plus de deux années plus tard, il est désigné pour succéder à Félicité Ngoubili comme ambassadeur auprès du Bénélux et Représentant du Gabon auprès de l’Union Européenne. Il n’est en tout cas pas un diplomate à la carrière époustouflante…

Pour de nombreux observateurs, la place de Bruxelles étant une des places fortes de la diplomatie européenne et de la coopération internationale, «peut-être aurait-il mieux valu y désigner un diplomate tout en rondeur, rompu à la tâche et connu dans le giron». Hermann Immongault n’avait déjà pas marqué les esprits lorsqu’il évoluait dans les services centraux du ministère des Affaires étrangères à Libreville. Il n’a pas non plus particulièrement été très en vue lorsqu’il officiait à l’avenue Raphaël à Paris. À Ankara, il a eu encore moins de chances, puisque, confronté au début de cette année à un mouvement d’humeur des étudiants gabonais expulsés de Turquie, l’ambassadeur du Gabon était, comme toujours, resté silencieux et peu offensif ! «Lorsque l’on a annoncé son remplacement, il y a quelques mois, nous nous étions dit qu’il était sanctionné parce qu’il avait eu du mal à résoudre la crise relative aux étudiants gabonais de Turquie. Or, on le positionnait pour la grande mission de Bruxelles. Mais pour être à Bruxelles, il faut avoir l’étoffe des grands ! Est-ce qu’Immongault a cette étoffe ?», s’interroge un ancien ambassadeur du Gabon en France. «Avec ce qui se passe dans d’autres capitales européennes aujourd’hui, où se multiplient couacs et erreurs de casting, il aurait fallu chercher quelqu’un de plus expérimenté», suggère-t-il.

Depuis l’élection présidentielle du 27 août 2016, les relations entre Libreville et Bruxelles se sont dégradées. La mission d’observation électorale de l’Union Européenne (MOE-UE), invitée par le gouvernement gabonais à venir observer le processus électoral et le scrutin, avait rendu un rapport, visiblement à l’origine de cette brouille. Pendant plusieurs mois, le Représentant de l’UE au Gabon, Helmut Kulitz, était une personnalité évitée, du moins peu fréquentée, par les autorités de Libreville. Pour démêler l’écheveau, Hermann Immongault devra faire montre d’une grande capacité de persuasion que, semble-t-il, peu lui connaissent pour le moment. Peut-être va-t-il se bonifier dans le feu de l’action.

 

 
 

8 Commentaires

  1. AIRBORNE dit :

    Hermman Immaugault, frere de Regis Immaugault s’il n’a pas l’etoffe pour etre a Bruxelle qu’on le change, au lieu d’aller faire le figurant devant les ambassadeurs des autres pays qui maitrise l’actualite et les relations internationales. Mettre l’homme qu’il faut a la place qu’il faut. Il y a des diplomates chevronne comme Nelson Menson pour remplacer valablement Ngoubili qui a ete par Pascaile Bongo qui passait son temps dans les salons de beaute pour rectifier sa laideur. Hermman revient au pays, incapable de gerer les gabonais en Turquie.

  2. Ari dit :

    Népotisme, quand tu nous tiens!

  3. Milangmissi dit :

    Je ne vois pas où est le problème, ce garçon mérite comme tous les autres dirigeants gabonais.
    Honnêtement si on était dans un pays normal, issoze ngondet pourrait être premier ministre? Ce type est sans charisme, s’exprime péniblement, a une formation douteuse…
    je ne veux pas parlé d’ali bongo lui même, mborantsouo…

    “L’homme, en bon simien, est un animal social, et ce qui prime en lui c’est le copinage, le népotisme, le piston et le commérage comme mesure intrinsèque du comportement éthique.”Carlos Ruiz Zafón

    “Bien des parvenus ne songent à la probité qu’après avoir fait fortune, et se persuadent, en la prêchant riches, l’avoir pratiquée pour le devenir.”John Petit-Senn

  4. Ange BOUSSAMBA dit :

    C’est la dynastie Immongault : Tatangani est ministre, une soeur Conseiller de ministre, un frère ambassadeur,…

  5. jean- jacques dit :

    oui cher Ari, aujourd’hui ce mot Népotisme est deja dans la famille de ce Manganga, femme deputé, pere VPR fils ministre même Bongo n’a jamais fait ça. Bongo mettait ses fils et non la femme. Et ce Manganga voulait même conserver le poste de Maire.

  6. makaya dit :

    Hermann a un doctorat lettres modernes

  7. Pierre Ntoum de Cocotier dit :

    Ali Bongo, et c’est dans son intérêt, choisi des collaborateurs à sa hauteur à lui. Hermann Immongault est moins incapable comme Ambassadeur du Gabon a Bruxelles qu’Ali Bongo comme Chef de l’État Gabonais ou l’autre Fol comme Directeur de Cabinet du PR.

  8. Hermann O. dit :

    @Makaya. “Le diplôme ne vaut que “présomption” et non “preuve” de compétence”. Michel LEYSENS. Ce Monsieur ne peut-être écarté du simple fait de son patronyme.Mais AIRBORNE a abordé la question sous le bon angle le contexte politique mondial actuel avec Bruxelles qui est l’épicentre de la diplomatie occidentale n’imposait t’elle pas de proposer un candidat avec une expérience et des états de service avérés? Simplement du bon sens.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW