Vingt mois après son incarcération à la prison centrale de Libreville, l’ancien député démissionnaire du Parti démocratique gabonais (PDG), soutien de Jean Ping à la présidentielle d’août 2016, a bénéficié d’un non-lieu pour une partie des chefs d’accusation pesant sur lui. Il reste donc toujours incarcéré à «Sans-Famille».

Bertrand Zibi Abeghe (archive). © D.R.

 

Bertrand Zibi Abeghe a bénéficié le 15 mai dernier d’un non-lieu. Le premier juge d’instruction du tribunal de première instance de Libreville a abandonné une grande partie des charges retenues contre lui, ayant conduit à son arrestation puis son incarcération à la prison centrale de Libreville, le 1er septembre 2016. L’information a été donnée, lundi 28 mai, par Georges Mpaga (ROLBG), le pasteur Georges Bruno Ngoussi et Eliane Oyougou dans un communiqué conjoint.

Les trois acteurs de la société civile précisent toutefois que l’ancien député démissionnaire du PDG et soutien de Jean Ping à la présidentielle d’août 2016 poursuivra son séjour en prison. Il est renvoyé au tribunal correctionnel, où il aura à répondre du délit d’«instigation à commettre des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat».

Pour Georges Mpaga, Georges Bruno Ngoussi et Eliane Oyougou, l’accusation qui maintient Bertrand Zibi Abeghe à «Sans-Famille» est peu convaincante. Les membres de la société civile estiment, en effet, que la détention l’ancien élu de Minvoul «est de nature politique». Ils croient savoir que c’est «pour avoir exprimé publiquement sa désapprobation de la gestion scabreuse du pays sous l’administration d’Ali Bongo et réclamé respect du vrai résultat de l’élection présidentielle du 27 août 2016 gagné par Jean Ping» que Bertrand Zibi est maintenu en détention. Aussi, exigent-ils sa «libération sans condition» ainsi que celle d’autres opposants qu’ils considèrent comme des «prisonniers politiques».

Les charges ayant été abandonnées par le premier juge d’instruction sont : le crime contre la paix publique, l’association de malfaiteurs, l’instigation aux actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat, l’incitation aux violences et voies de fait, la non-assistance à personne en danger, la détention illégale d’armes à feu, les coups et blessures volontaires aggravés et la séquestration arbitraire.

 
 

9 Commentaires

  1. C'est moi dit :

    un régime totalitaire amateur et finalement ridicule

  2. medzomekoure dit :

    Vraiment ridicule,des incapables qui règnent par la force.

  3. Ngouss Mabanga dit :

    Tu es un garçon Grand frère, un homme, un vrai!

  4. FINE BOUCHE dit :

    Détention de deux ans pour finalement retenir contre lui seulement l'”instigation à commettre des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat». Et dans cette phrase tout est dit il est formellement interdire de manifester sa désapprobation du système actuel qui lui se parjure d’etre une démocratie républicaine. On est ou là ?

  5. FINE BOUCHE dit :

    Deux ans de détention pour ne retenir contre lui que “instigation à commettre des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat. Mais on est ou là?

  6. OKALIMAMBO dit :

    Il y a au Gabon un Ministre de la Justice, Garde des Sceaux et Ministre des Droits Humains??? Chers compatriotes, nous avons tous été à l’école, savons-nous encore quel est le sens des concepts que nous utilisons? C’est une honte.

    • FINE BOUCHE dit :

      Tout a fait d’accord, en sachant qu’un non lieu est assujetti d’une liberté immédiate, puisque que le délit qui lui est reproché peut etre communé en sursis. j’aimerais que les avocats s’insurgent mais on éclaboussent pas les robes de ses confrères… chez eux ce sont des petits arrangements entre amis qui valident la justice pour laquelle ils ont prété serment

  7. KIEM dit :

    Tout le monde sait qu’ABO a une peur bleue de Bertrand, c’est le seul gabonais capable actuellement de soulever les foules pour une insurrection, la seule voie pour déloger les imposteurs par les SEULS GABONAIS.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW