Actionnaire majoritaire de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig) à hauteur de 47%, PNB Paribas céderait ses titres au Fonds gabonais d’investissement stratégiques (FGIS).

© directinfosgabon.com

 

A la lumière de l’avis de convocation de l’assemblée générale ordinaire de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig), prévue le 19 juin à Libreville, BNP Paribas va quitter l’actionnariat de l’établissement bancaire. Parmi les neuf points inscrits à l’ordre du jour, figure, en effet, la «cession des titres détenus par la BNP Paribas au Fonds gabonais d’investissement stratégiques (FGIS)».

La cession est une opération par laquelle le cédant transfert la propriété de titres de capital à un cessionnaire qui devient le nouvel associé ou actionnaire. La nature des biens cédés rend parfois nécessaire la constitution de convention de garanties de passif et/ou de dépréciation d’actif au profit du cessionnaire. La cession des parts de la plus grande banque française est l’épilogue d’un chapitre entamé en 2016.

Reste à savoir quel sera le nouveau visage de la Bicig après la reprise des actifs de PNB Paribas par le FGIS. Le repreneur entretiendra-t-il le réseau de PNB Paribas ? Ou alors tissera-t-il le sien ? Des questions d’autant plus importantes que nombre d’entreprises françaises disposaient de certaines garanties (prêts et autres facilités) avec la Bicig, l’actionnaire majoritaire (à hauteur de 47%) étant français.

 
 

4 Commentaires

  1. AIRBORNE dit :

    L’actionnaire Français BNP Paribas décroche du Gabon, en prévision de l’orage qui arrive bientôt, vaut mieux quitter les choses avant que les choses ne vous quitte, il en est de même du bureau Veritas qui lui aussi s’en va comme Bouygues est partit. Voila des pères et mères de famille mis au chômage et par ricochet des jeunes gabonais qui ne seront plus scolarisés à la rentrée scolaire prochaine. Voila le Gabon de merde avant une flambée de prix tous les deux mois, mais mettez nous aussi, le pain à 200 fcfa et le sucre à 1000 fcfa et tout va pour le mieux dans le meilleur du gabon. Laissez nous avancé dans la merde, nous le méritons.

  2. C’est simplement le chemin vers la ferméture pour la Bicig, nous pouvons déjà le présager. FGIS ne parvient à entretenir les entreprises Nationales dont il a la charge, c’est une banque qu’il pourra géré ? Pas possible. l’administrateur de ce Fond lui même le sait. Tous bon à autre chose qu’eux mêmes savent.

  3. Dieudonné dit :

    Heureusement que la SEEG est enfin bien gérer et va “cracher” du cash

  4. La douleur dit :

    wait and see ,affaire entre nous meme, nous meme Pardon allez dire aux Chefs que c’est gaspillé ,ils vont tout piller NZEMBI

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW