Selon le ministre de la Fonction publique, l’opération de mise sous bons de caisse des fonctionnaires de l’Estuaire a permis de montrer que plus de 6500 d’entre eux ne se rendent pas sur leur lieu de travail mais toucheraient leur salaire chaque fin du mois.

© Gabonreview

 

Deux jours seulement après la fin de la première phase de l’opération de contrôle des effectifs des agents civils de l’Etat, et alors même que la phase des réclamations a démarré hier, le ministre de la Fonction publique a dévoilé ce jeudi 26 juillet les résultats de ladite opération à l’Estuaire. Selon Ali Akbar Onanga Y’Obegue, plus de 6500 fonctionnaires fraudeurs supposés ont été débusqués dans la province. Ces derniers «ne viennent pas au travail» bien que touchant leur salaire chaque fin du mois.

Au gouvernement, ces premiers résultats loin de satisfaire, sont plutôt bien accueillis au regard de l’empressement à les rendre public. Ils visent notamment à convaincre l’opinion de ce que l’opération lancée le 17 juillet dernier est nécessaire en temps de crise, qu’elle cadre avec la stratégie gouvernementale visant à réduire le train de vie de l’Etat par la réduction de la masse salariale. Pourtant, des doutes subsistent.

A ce stade, le gouvernement est-il capable de déterminer le nombre exact des fonctionnaires fraudeurs, alors que certains disent n’être pas entré en possession de leur bon de caisse, malgré leur présence effective au poste ? Quid des fonctionnaires dont les attestations n’ont pas été signées par leur hiérarchie, les retardataires, les agents en stage ou ceux ayant été mal affectés ?

Il n’empêche, Ali Akbar Onanga Y’Obegue semble convaincu ce jeudi 26 juillet que la plupart des 6500 fonctionnaires fantômes débusqués résident hors du Gabon. Le ministre soupçonne d’ailleurs que ce chiffre est en deçà de la réalité. Aussi promet-il des sanctions administratives, pécuniaires et judiciaires à l’encontre des indélicats.

Le gouvernement informe par ailleurs que 35 503 bons de caisse ont été distribués durant les huit jours de la première phase de l’opération.

 
 

11 Commentaires

  1. Jack dit :

    Le chiffre de 6500 fonctionnaire ne peut etre consideré en l’etat comme etant celui du nombre de fonctionnaires qui ne sont pas presents à leur postes ou fraudeurs. A l’issue de l’operation, la quasi totalité des agents admis regulierement en stage à l’exterieur du Gabon a fait partie de ce chiffre. Il s’avère qu’il n’y pas pas une bonne conection entre les services de la fonction publique qui delivre les mises en stage et ceux du budget sencés codifié la position de stage dans le fichier paie. Des indiscritions indiquent que cette situation a été volontairement entretenu par la solde pour ne pas verser à ces agents la prime de residence à l’etranger. Consequence: ces pauvres agents n’ont pas pu percevoir leur salaire ce mois et ne savent pas s’ils vont le percevoir et quand, les services comoetents etant incapables de fournir des precisions fiables. Par ailleurs, plusieus agents ayant leurs documents de presence n’ont pas retrouvé leur bon de caisse et d’autres affectés a l’interieur du pays sont egalement sur bon de caisse et n’ont pas pu les recuperer. Toute chose qui fait que si la commission de reclamation traite efficacement ces cas(ce qui nous etonnerait), ce chiffre sera largement revu a la baisse. En fin de compte les vrais fraudeurs sont passés entre les mailles du filet et c’est plutot les honetes fonctionnaires qui payent le lourd tribut de cette operation. Le Ministre devrait egalement le reconnaitre.

  2. Diana calendre dit :

    Un Gabon où le mensonge est une tradition d’État. Lorsque ces kleptomanes, pilleurs,assassins, démagogues détournent nos deniers publics, à quand une enquête et une déclaration à ce sujet?. Vous essayez de gagner du temps mais nous fonctionnaires; nous vous avons à l’oeil. On vous lancent le défi de toucher à nos salaires.
    Bande de machins.

  3. Nkoum dit :

    Dommage que notre pays est habitué à de scenaris de ce genre. Le ministère de l’intérieur qui n’était pas concerné par ladite opération à vu l’ensemble de son personnel déconcentré et décentralisé privé de leurs salaires jusqu’à l’heure actuelle. Et c’est ce qui fait le gros des agents n’ayant pas touché leurs bons de caisse. Pourquoi le Ministre n’en fait pas état ?
    République bananiere c’est ça le Gabon

  4. Ikobey dit :

    Attention aux conclusions hâtives, Assele à la CNSS a dit beaucoup de bêtises sur les “faux retraités” lors du recensement.
    Peu de fonctionnaires ne viennent plus du tout au travail, mais beaucoup ne viennent qu’un jour ou deux par semaine, ou 1 heures ou deux par jour et ceux-là ont bien pointés. !

  5. le bon citoyen dit :

    Mensonge et mensonges. Dans cette quantité ils sont à l’intérieur du pays. L’administration devrait être à jour, beaucoup de ceux dont il déclare sont affectés en provinces.

  6. N’importe quoi comme constat. Entre les” 6500” (au moins) agents ”absents” au ”travail” et les constatateurs de cette ”absence” qui est malade pour ne pas dire qui a eu une folie dramatique ces dix dernières pour n’avoir pas pu éviter ça? Qui en est l’origine ?

    Le responsable c’est l’incompétence,l’occupation du pouvoir par les armes pour faire de l’opacité sectorielle un facteur de pérennité abusive et anti démocratique du pouvoir au seul but d’un accaparement outrancier de toutes ses ressources avec la main cachée sans doute du maroc au moins,organisateur vraisemblablement de fait du contrôle cynique et calamiteux du Gabon. On sait que sa main financière ”Attijari Wafa Bank” veut s’assurer au mieux des capacités de remboursements faramineux de ses hommes de main locaux via le trésor public gabonais-à ses avances de fait sur l’économie.

    Quant au FMI,il va de soi que si concours il ya ceux-ci ne devraient pas continuer à alimenter un potentat dont les distorsions et égarements de gouvernance n’ont nul autre objet que de perpétuer une gabégie monstre de ressources nationales ce, à travers des modes de vie pantagruéliques alimentés tant au Gabon que dans les pays occidentaux par quelques de troubadours et aventuriers.

    Le Gabon,que sieurs ogandaga,onanga, otando et al le sachent, retrouvera une véritable efficacité de l’administration publique,après une incitation éclairée à la reprise des postes de travail qui auront été clairement définis sur la base d’une vision politique réaliste et un redéploiement stratégique multisectoriel réfléchis .
    Cela se fera avec des compétences gabonaises ô combien sérieuses mais hélas volontairement mise en errance par souci d’abrutissement perpétuel de la population ou par pur complexe de carence intellectuelle et managériale d’une gouvernance hyper prétentieuse préférant avoir recours à une expertise expatriée totalement ignorante de notre pays mais très très coûteuse pour nos finances publiques.
    On ne le fera pas dans le sang,ni à travers une coupe inique et massive des salaires,ce qui relève de la pure idiotie et de la grande dangerosité car il est illusoire de penser à la détention du monopole de la barbarie encore moins dans le contexte délétère que connaît le Gabon aujourd’hui.

    Puisse le modérateur du site ait l’amabilité cette fois-ci de ne pas occulter ce message.

  7. Fouga dit :

    Ce sont les militants du Pdg et la parentèle des barons du pdg et des Bongo. De plus conclure aussi vite alors qu’on accorde une seule session aux fonctionnaire est encore une fois le reflet de l’amateurisme des pédégistes. Beaucoup avait des voyages prévu longtemps pour affaires, vacances de congées, visites familiales à l’extérieur. Pourquoi avoir choisi une période où de nombreux travailleurs se déplacent pour se reposer. Seul Ali Bongo a le droit de voyager pour se reposer avec sa famille ou il crois que tout le monde à les moyens d’écourter des vacances aux Usa par exemple et repartir les terminer (coût du transport multiplié par 4)

  8. Gabonma dit :

    sur quelle base le ministre peut affirmer que 6500 fonctionnaires ne se rendent pas sur leur lieu de travail, il faut avoir du temps avant de faire de telle chose, nous avons des fonctionnaires jusqu’à présent qui n’ont pas touché leurs bons de caisse, en ce moment il y a des enseignants qui sont affectés en province qui touche encore le présalaire sont considérés comme faisant partie de l’estuaire. nous sommes tellement mal organisés dans notre pays

  9. Francis dit :

    beaucoup sont venus du village et de la maison chercher les attestations et ont touché! Il n’y a pas de place ni de travail pour eux…les recrutements famille de l’époque nous rattrapent. donc ils attendent leur retraite à la douce!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW