S’estimant abusés et lésés, les fonctionnaires n’ayant pas perçu leurs bons de caisse ont barricadé le Boulevard Triomphal Omar-Bongo pour manifester leur colère.

Moments de la manifestation des fonctionnaires sur le boulevard Triomphal Omar-Bongo. © D.R.

 

Les fonctionnaires gabonais ne digèrent plus ce qu’ils considèrent comme «une injustice» du gouvernement. De milliers d’entre eux n’ont toujours pas touché leur salaire du mois de juillet, faute de bon de caisse. Ils ont bruyamment manifesté ce 8 août sur la voie publique, en barricadant le Boulevard Triomphal Omar-Bongo. Leur seul objectif est de rappeler au gouvernement qu’ils ne sont pas des «fonctionnaires fantômes» et qu’ils ont besoin de leur solde pour faire vivre leur famille.

Moments de la manifestation des fonctionnaires sur le boulevard Triomphal Omar-Bongo. © D.R.

Avec quelques objets épars et des pneus, ces agents de l’Etat ont bloqué la route avant que n’intervienne la police. Les forces de l’ordre ont utilisé des grenades assourdissantes pour les disperser. «Ce n’est pas de gaité de cœur qu’on utilise ce matériel. L’objectif est que le bruit les disperse. On ne vise pas à faire du mal à qui que ce soit. Nous n’avons pas le choix. Ils bloquent la route et l’une de nos missions est de maintenir l’ordre et la sécurité. Voilà pourquoi on est intervenu», a déclaré un policier.

Déjà le 6 août, plusieurs fonctionnaires s’étaient massés devant le bâtiment du ministère de la Fonction publique pour réclamer leur dû. Curieusement, le ministère de la Fonction publique et celui du Budget ont décidé de laisser les plaintes des agents lésés sous la gestion des ministères d’origine des plaignants. Cette fuite en avant est à l’origine de la multiplication des contestations des agents de l’Etat, à quelques jours de la grande manifestation du 13 août prochain.

 
 

8 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    La méthode Assélé aurait-elle fait des émules ?
    Curieux moyen de résoudre les problèmes.
    Après les retraités fantômes , on passe aux fonctionnaires fantômes
    qui seront les prochains ? peut-être des ministres fantômes.

    A voir des fantômes partout on est pas loin de l’enfer ! A jouer ce jeu là, craignons que les fantômes finissent par nous jouer la révolte des mort-vivants.

  2. AIRBORNE dit :

    “Les fonctionnaires ne digèrent plus ce qu’ils considèrent comme «une injustice» du gouvernement. De milliers d’entre eux n’ont toujours pas touché leur salaire du mois de juillet, faute de bon de caisse. Ils ont bruyamment manifesté ce 8 août sur la voie publique, en barricadant le Boulevard Triomphal Omar-Bongo”. Monsieurs les fonctionnaires fantomes, vous n’aurez plus votre salaire du mois de juillet, c’est dans les poches d’Ali pour sa bamboula à l’etranger, il a reussit la mesure et le FMI et la BAD lui ont debloqués les millirads pour organiser les legislatives et locale pour mieux gouverner.Vous ete sacrifié un point un trait et on avance. Maintenant rendez vous pour le 13 aout pour ceux qui ont des couilles pour revendiquer haut et fort vos droit, dans le cas contraire rester chez vous et ne vous pointez plus au boulot pour remplir la fiche de pointage. Vous allez raison à Eyeghé Ndong, que Ali va vous dirigé avec les scorpions. La souffrance est à son début, nous sommes à deux ans de début de calvaire, il ya encore cinq ans si vous ne le dégagé pas.

  3. kombila dit :

    Pourquoi des fonctionnaires en affectation dans de nombreuses localités de l’intérieur du pays sont-ils considérés comme des “fantômes” et attendent toujours d’entrer en possession de leur dû ? A vouloir trop bien faire, comme dans le cas présent, on crée le chaos, au détriment de l’efficacité recherchée et de la paix sociale à préserver. Le gouvernement ferait mieux de reconnaître ses erreurs et de ramener la paix. Ces heurts prouvent bien que quelque chose n’a pas bien été mené.

  4. Piouf! dit :

    il faut continuer ce genre d’opération jusqu’au payement de vos salaires. Trop c’est trop!!!

  5. itsiembou dit :

    Ce problème n’est toujours pas résolu ? Finalement on peut conclure que tous les bons de caisse n’ont jamais été édités puisqu’on ne retrouve pas ceux des agents qui manifestent.Les amis ce n’est qu’en faisant du tapage que votre situation pourra être réglée avant le 25 du mois d’août sinon, vous seriez classés parmi les fonctionnaires fantômes.Faites un appel au président de République, il écoute tout le monde, avec vos papiers justificatifs, il rappellera ces gars qui sèment le désordre aux pas.

  6. NC4 dit :

    Dans cette république bananière, on s’empresse toujours de prendre des décisions hâtives sans réfléchir aux conséquences, une fois de plus le système témoigne de son amateurisme sur la gestion de la chose publique.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW