Le directeur général de l’agence nationale des bourses du Gabon a fixé les nouveaux critères d’attribution. 80% du montant alloué sera désormais destiné aux séries scientifiques et 20% aux autres séries. De plus, les étudiants doivent répondre au critère d’âge et de moyenne. Des exigences jugées discriminatoires les étudiants.

La devanture de l’agence nationale des bourses du Gabon.© Facebook ANBG

 

Arrivé à la tête de l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG), il y a moins de 12 mois, le directeur général vient de repenser les modalités d’attribution mettre des bourses.

Dans une note circulaire datée du 25 octobre adressée aux responsables des commissions techniques, Emmanuel Berre priorise les séries scientifiques, conformément aux nouvelles priorités du gouvernement.

Désormais, dit-il, «80% du montant alloué sera réservé aux séries scientifiques technologiques et professionnelles, puis 20% aux autres séries. De plus les étudiants doivent répondre au critère d’âge et de moyenne de classe».

S’il affirme se conformer à la règlementation en vigueur en la matière, les critères édictés par Emmanuel Berre sont jugés discriminatoires et injustes par certains étudiants. Ces derniers disent se fonder sur l’article 7 du décret 0404/PR/MENESTFPRSCJS du 26 septembre 2012, fixant les conditions d’attribution, de transfert, de suspension de bourses, d’orientation, ainsi que les modalités de prise de charge par l’Etat des élèves étudiants boursiers au Gabon et à l’étranger.

Selon cet article, «peuvent prétendre aux bourses d’études de l’enseignement supérieur, les candidats remplissant les conditions suivantes : justifier de l’obtention du baccalauréat ou d’un titre équivalent ; effectuer les études régulières et à plein temps conduisant à l’obtention d’un diplôme sanctionnant normalement les études considérées».

Si les étudiants s’interrogent sur le fondement de nouveaux critères, ils sont surpris par la précipitation avec laquelle le patron de l’ANBG envisage de les appliquer. En effet, Emmanuel Berre fait injonction aux responsables des commissions techniques d’appliquer immédiatement ces nouveaux critères.

Or, selon l’article 8 du décret fixant les conditions d’attribution de ces allocations, les commissions techniques de l’ANBG sont soumisses à l’autorité du ministère de l’Education nationale. Si pour l’instant aucune explication ne leur a été donnée, les étudiants envisagent de porter l’affaire devant le Conseil d’Etat. Dans un pays où le système scolaire est dominé à 90% par les séries non scientifiques, les nouvelles dispositions programment une grande partie de la jeunesse gabonaise à une «mort scolaire» certaine.

 
 

5 Commentaires

  1. Shaka Loubedi dit :

    Emmanuel Berre n’a jamais connu la souffrance. Il n’a jamais mange le pain avec la mangue ou un morceau de tubercule avec une boite de sardines. Donc il ne connait pas l’importance de la bourse pour un fils de proletaire. Quoi faut-il faire usage de la violence pour qu’on se respecte? Malheur a eux.

  2. piouf dit :

    qu’elle est l’âge max pour avoir la bourse?

  3. LA HONTE dit :

    Incroyable que le plus grand projet du biafrais est de créer un Gabon de béta comme lui.
    Depuis sa magistrature, il développe une énergie monstrueuse pour détruire l’école gabonaise.

    des mesures aussi nulles et cons les unes à la suite des autres.
    Jusqu’à quand allons nous rester immobiles dans ce pays que l’autre nous avait traité de merde?

  4. Ricci-Sthenn dit :

    Je trouve que ces mesures sont tout à fait nécessaires. Parlant de l’abrutissement de la jeunesse au Gabon, je ne vois pire cause que l’état d’esprit suivant lequel il suffirait d’avoir 8/20 au bac pour avoir la bourse et se reposer sur ses lauriers étant à la faculté à titre accompagnant des autres étudiants plus conscients. Faire que les jeunes se disent : “je suis d’une famille pauvre et je dois avoir ces 12/20 qu’ils demandent pour pouvoir être boursier et alléger les dépenses pour ma scolarité”, est une brillante initiative car les jeunes voudront se dépasser. Après, on comprend bien que le pays est dans une phase de développement et a besoin de former des constructeurs et non pas des consommateurs ou des artistes. C’est mon avis, moi aussi je suis étudiant, et j’ai souvent du dégoût en voyant des étudiants se prendre des 1 ou 2 en contrôle, c’est juste inacceptable.

  5. Paule-eunice dit :

    C’est inacceptable de vouloir faire les choses ainsi. Beaucoup se nourrisse, se soigne et certains étudiants arrivent a payer leur scolarité grâce à cette bourse donc réagir de la sorte c’est les poussés a devenir ds malfrats ou des mendiants pendant que vous savez que 90% des étudiants sont des non scientifiques

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW