Bien que son élection à la Fédération gabonaise de boxe ait été remise en cause en août dernier, Alfred Bongo a été élu membre du bureau exécutif de la Fédération internationale de boxe (Aiba), à l’issue de son assemblée générale, tenue le 3 novembre à Moscou, en Russie.

Alfred Bongo, l’actuel président de la Fegaboxe élu membre du bureau de
l’Aiba. © D.R.

 

La Fédération internationale de boxe (Aiba) compte désormais un Gabonais.  Alfred Bongo, l’actuel président de la Fédération gabonaise de Boxe,  a été élu membre du bureau exécutif de l’Aiba, à l’issue de son assemblée générale, tenue le 3 novembre à Moscou, en Russie.

Au cours de cette assemblée, Gafur Rakhimov a été élu président de l’Aiba. L’homme d’affaires ouzbek a obtenu 86 voix sur 134 votants, devançant ainsi son adversaire Kazakh Serik Konakbayev.

Selon Alfred Bongo, son élection au bureau exécutif de l’Aiba «constitue un gros avantage pour son pays. D’autant que le Gabon fera dorénavant partie des décideurs qui participent aux orientations du noble art mondial et partant, africain», a estimé le président de la Fegaboxe.

Pourtant, en aout 2018, soit précisément un an après son arrivée à la tête de la Fegaboxe, l’Aiba avait contesté l’élection d’Alfred Bongo. En effet, à la suite d’un recours en annulation introduit en mars 2017 par son concurrent, Pierre Anguinga Dickson, en raison des irrégularités qui avaient émaillé le scrutin, l’Aiba avait déclaré,  dans une correspondance, «ne pas reconnaitre l’élection d’Alfred Bongo, pour cause du non respect du processus (…)». L’Aiba avait invité la Fegaboxe «à procéder à une nouvelle élection, conformément aux statuts et règlements de l’Aiba».

Curieusement, l’Aiba a accepté que Alfred Bongo soit élu membre de son bureau exécutif. Qu’est-ce qui justifie ce rétropédalage ?

Pour Alfred Bongo, ce long feuilleton relève du passé, l’heure est désormais à l’unité. «Une nouvelle page s’ouvre. Lorsque je suis parti du Gabon, j’étais président élu qu’on veuille ou non. Je reviens renforcé dans ma position de président élu, mais aussi membre du comité exécutif de l’Aiba. De ce fait, il n’y plus de polémique. J’invite tous les acteurs du noble art gabonais à se joindre à moi, afin qu’ensemble on puisse faire évoluer la boxe», a-t-il déclaré.

Une décision étrange aux couleurs de la gouvernance de cette instance internationale de boxe amateur ternie par plusieurs irrégularités. Par ailleurs, selon les Etats-Unis, le nouveau président de l’Aiba, l’Ouzbek Gafur Rakhimov, est impliqué dans le trafic d’héroïne.

 
 

1 Commentaire

  1. Mimbo dit :

    Ça ne surprend personne .C’est pourquoi il finissent comme ils finissent.C’est à dire conspué dans les instants ou ils ont besoin de compassion.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW