Suite à l’article publié par Gabonreview, le 7 novembre 2015, sous le titre «Malversation financière à BR Sarl : le Gouvernement mis en cause», le ministère de l’Economie a excipé son droit de réponse, ci-après publié in extenso. L’on s’étonne tout de même de ce que la grande campagne médiatique menée par l’entreprise incriminée, sur des médias du service public et des panneaux d’affichage géants, n’aie suscité ni attention, ni nécessité de contrôle des services compétents.

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

Droit de réponse du Ministère de l’Economie à Gabonreview

Dans votre publication du 17 novembre 2015, vous affirmez la responsabilité du Gouvernement dans l’affaire des promoteurs illégaux qui auraient collecté des sommes importantes auprès des déposants, avant de fermer leurs portes.

L’auteur de l’article fait état des autorisations d’exercice qui auraient été délivrées par le Ministère de l’Economie au profit des ces promoteurs.

Nous tenons à signaler que l’exercice de l’activité de microfinance en République gabonaise est régi par un texte sous régional, le règlement N°01/02/CEMAC/UMAC/COBAC relatif aux conditions d’exercice et de contrôle de l’activité de micro finance dans la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale. Ce texte dispose dans son article 22 que « l’exercice de l’activité de microfinance est subordonné à l’agrément de l’Autorité Monétaire », c’est-à-dire du Ministre en charge de l’Economie.

L’exigence d’un agrément technique vaut aussi bien pour l’établissement que pour les dirigeants qui doivent répondre à un certain nombre de critères qui tiennent compte des qualités techniques et morales.

Ces agréments sont délivrés par le Ministre de l’Economie, après une procédure qui passe par une première instruction des dossiers par la Direction Générale de l’Economie, un examen au cours d’une séance du Conseil National du Crédit présidé par le Ministre de l’Economie et un avis technique de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale.

Dans le cas d’espèce, ni l’entreprises citée, c’est-à-dire BR Sarl, ni ses dirigeants n’ont obtenu des agréments délivrés par le Ministre de l’Economie. Cette entreprise et ses dirigeants sont donc poursuivables et seront effectivement poursuivis pour exercice illégale de l’activité de microfinance, en plus de la tromperie au dépend des compatriotes qui ont cru en leur publicité mensongère.

Nous tenons à signaler que les numéros au registre du commerce qui sont évoqués par les uns et les autres sont issus des fiches circuit délivrées par l’administration et qui font partie des éléments constitutifs des dossiers de demande d’agrément. Une fiche circuit ne peut être assimilée à un agrément délivré par l’autorité monétaire tel que prévu par les textes. Une fiche circuit ne permet donc pas au promoteur de démarrer les activités.

Par ailleurs, nous invitons d’ailleurs les victimes de cette supercherie à porter plainte pour escroquerie pour que l’action publique se mettre en œuvre.

Fait à Libreville, le 17 novembre 2015

Le Directeur Général de l’Economie et de la Politique Fiscale

 

 
 

29 Commentaires

  1. Alexandre dit :

    le plus drôle dans cette affaire est que ce ministre est sérieux quand t’il écrit ça. Il laisse une entreprise s’installer dans plusieurs villes du pays sans agrément comme cette entreprise n’exerçait pas aux yeux et au su de tous. Même le ministère de l’économie est à poursuivre il devrait avoir d’avoir faillit à son devoir de reconnaître des entreprises frauduleuses

  2. jojo dit :

    Attendez, ce directeur général est sérieux????
    il vient affiché son incompétence sur GR? Il a quoi dans la tête?

    Il vient nous dire que BR Sarl a exercée dans illégalité pendant toutes ces années et cette direction ne savait rien? BR Sarl qui a fait des pubs pendant longtemps? Tchouooooo! Il ne fallait cotiser ton “Droit de reponse”

  3. Yobe dit :

    Donc il a fallu que l’escroquerie soit dévoilée pour vous rendre compte qu’ils n’avaient pas d’agrément? Et toutes ces pubs que BR sarl faisaient? Non mais là, c’est grave ! Quelle administration.. Vraiment !

  4. Nobody dit :

    Mais on est ou la. L’autorité publique qui a la charge de verifier que les entreprises sous son controle sont en regles vient declarer in fine que dans ce pays vous pouvez tranquillement exercer dasn l’illegalité. C’est dangereux, le Directeur General de l’economie et la Politique Fiscale doit simplement demissioner et laisser la place aplus competent

  5. Gouvernement repens toi dit :

    Bonjour à tous, sincère j’aimerai remercier le directeur de Gabon revieuw pour le travail que son équipe et lui abbatent.si ce nes pas Gabon revieuw le gouvernement n’aurait jamais réagit. Je pense que ces gouvernement jouent avec le feu. Ce n’est pas normal que grand réseau d’escrocs soit actif sans la complicité du gouvernement. Il y’a des personnes que je connais qui ont mis des sommes colossales comme 80.000miliobs, d’autre ont mi des sommes comme 50millions, ma tante à miser tous ce qu’elle avait. Si ce n’est pas une politique pour affamer le peuple avec les miettes qui leur reste, dite moi qu’es ce ces ? Vous n’avez encore rien vu, rien subi, il n’y a que ceux qui seront cacher en Jésus qui seront epargne, soyez rassurer, c’est vous qui êtes tellement drogue du vaudou qui allé les supporter. Voilà les élections qui arrive. Les panneaux publicitaires ont été enlever, des famille aux chômage, la dette intérieur pas régler pendant que les immeuble poussent comme des champignons le pir c’est que le nécessaire du niveau de vie augmente sans sur personnes ne se plaint. La SEEG augmente ses facture sans que personne ne parle. Jésus aide nous. Même les esclaves au temps de pharaon étaient mieux traité…Merci Gabon Revieuw

  6. Yannick dit :

    Bon, si j’ai bien compris, la fiche circuit ne suffit pas à elle seule pour démarrer des activités commerciales!?

    Si c’est le cas, on a donc un stock d’entreprises exercantdans l’illégalité totale pour certaines…

    C’est bien !!

    • ombouwoutou dit :

      laissez moi ces menteurs d’emergents;si la fiche circuit à elle seule ne suffit pas puor démarrer des activité pourquoi alors les impôts infligent-ils des pénalités et taxes à partire de la date de l’établissement de cette fiche circuit même si pratiquement l’opérateur n’avait pas démarré ses activités?

  7. victime dit :

    La gouvernance a failli, dans quel pays sommes nous? Les autorités laissent prospérer une activité illégale sur son territoire pendant 4ans? c’est extrêmement grave, les citoyens gabonais sont en danger. Un état qui ne protège pas ses citoyens et vous l’avouer publiquement à travers les journaux. Au président de la république d’apprécier.

  8. joel dit :

    ce Monsieur vient de manquer sa plus grande occasion de sa taire. les arguments développée dans son droit de réponse me laisse sans voix, et ferait parler un muet pour exprimer son étonnent avant de retourner à son mutisme. on est vraiment dans un pays atypique et hautement pathétique quoi!

  9. RUTH dit :

    Voila ce qui se passe quand le pays est dirigé par des INCOMPETENTS. Puisqu’on en parle et qu’on dénonce cette incompétence, bili bi ze notre grand moralisateur (j’espère avoir mal écris son nom) viendra encore crier au complot de l’opposition. Toi le ministre de l’économie, c’est maintenant que tu viens nous dire que cette entreprise d’avait pas d’autorisation d’exercer alors que tu as regardé ces pub comme nous sur la <>. Toi le ministre et ceux qui t’on nommés vous êtes NULS. J’ai perdu mon argent à cause de votre incompétence. Pendant que j’y pense, toi et tes amis, nous êtes certainement actionnaires dans cette société. JE VOUS EMMERDE MEMBRES DU GOUVERNEMENT !

  10. Pendjet Fortunet dit :

    Voilà la messe est dite. Une société fait un matraquage de son activité illégale au vu au su de nos fonctionnaires du Ministère de l’Economie gracieusement payés (salaire, fonds communs, voiture de service luxueuse etc.) par l’argent du contribuable gabonais.
    Un peu de patience dans une semaine exactement, ce sera le 25, ils vont encore passer à la caisse

  11. Elé-Ayong dit :

    En dehors du tribunal de droit commun où ils doivent porter plainte contre BR Sarl, toutes les victimes de cette escroquerie doivent simplement intenter une cation en justice contre l’Etat auprès du Conseil d’Etat. ça sent une complicité et des pot de vin dans l’air!!!

  12. Freeman dit :

    C’est vraiment pathétique et consternant…
    Après plus de 4 années d’exercice et plus d’un mois après les premières difficultés de l’entreprise BR SARL, enfin nos gouvernants, à travers un simple “DG” viennent nous dire que cette entreprise exerçait en toute illégalité. Incroyable.
    J’invite tous les clients à demander à l’ Etat Gabonais de rembourser les fonds perçus et perdus. Une forte mobilisation est nécessaire car la responsabilité de l’état est clairement engagée dans cette affaire.
    Ce n’est pas la première fois que notre pays vit ce genre de situation et les bénéficiaires de ce désordre entretenus sont connus.
    Aujourd’hui ces memes gouvernants ne réagissent pas alors que d’autres pyramides de Ponzy (MAGNIFICAT…GLOBAL INVEST,…) sont en developpement au vu et au su de tous!

    IL est temps que le seul responsable: l’Etat gabonais assume sa responsabilité et rembourse les sommes dus aux citoyens. Des actions doivent etres menées à cette fin.Soyons solidaires.

    me contacter: freeman.maroga@yahoo.fr

  13. Muriel dit :

    C’est tous simplement une escroquerie nationale, je me souviens qu’en 2010 ou 2011 alors que j’étais étudiante au Benin, il y a eu la même chose et comme toujours le gouvernement a dit qu’il n’en savait rien et jusqu’aujourd’hui personnes n’a été remboursé, et j’ai comme l’impression qu’il s’agit de la même chose un peu comme l’affaire MADOFF aux états unis

  14. au Total dit :

    et si je vous traîte de pingouins ! je risque quoi, suis pas blanc ! à c’est grâve ! et voler …

  15. Ditsoga dit :

    J’espère que vous avez enfin compris !!! La population n’est pas protégée. N’importe qui peut faire n’importe quoi ici dans notre doux pays où tout va bien. Le peuple soutient toutes les actions initiées par les puvoirs publics. A quoi bon encore nous pleindre ? !

  16. Just dit :

    C’est vraiment pathétique ! Donc la population vit dans un pays sans aucune protection. Je comprends pourquoi on leur tire des balles à chaque manifestation parce que le gouvernement n’a rien à fotre de sa population.

    Voila une structure qui est bien implantée dans la capitale et à l’intérieur du pays au vu et au su de tout le monde et un DG vient déclarer que cette entreprise n’avait pas d’autorisation. Mais de qui se moque t-on ? Pourquoi le gouvernement n’a pas intimé l’ordre de fermer depuis son ouverture ? C’est une vaste escroquerie organisée, avec la complicité du gouvernement.

    Ce Mapakou et ses amis ne vont pas s’en tirer facilement. Ils doivent rendre l’argent des epargnants tres rapidement.

  17. laurent dit :

    haaaa quant le sang humain,le vol , la médiocrité le cannibalisme, le manque de dignité et le bon sens rongent ses tintins du pdg des bongo ils n’ont plus de choix entre avoir le collera et la lèpre juste LA MORT pitié

  18. mack.fi dit :

    Nous sommes au regret de constater qu’au Gabon, malgré l’Emergence qu’on nous fait miroiter, l’exercice d’une activité économique de surcroît une entreprise de microfinance peut exercer sans document y relatif. Et de plus , le fameux gérant ou promoteur de la dite affaire était déjà parait-il,objet à un fait divers dans une église de reveil, qui lui avait value une condamnation à gros bouquet, comment a-t-il fait pour venir encor tromper des nobles citoyens ?

  19. Okassa dit :

    Edouka
    17 NOVEMBRE 2015 À 16 H 00 MIN
    Vraiment le Gabon voici un repris de justice à qui on a donné une autorisation d’exercice délivrées par le ministère de l’économie.
    Sachant que pour créer une entreprise au Gabon il faut fournir un casier judiciaire comment a-t-il fait ?

    (Gabon: David Yes Mapakou, le « pasteur violeur », écope d’une peine de 5 ans d’emprisonnement ferme)

    Article ci-dessous

    http://fr.allafrica.com/stories/200903040398.html

  20. ROSTOTATE dit :

    Il y a un super truc dans notre corps qui a une belle fonction. S’ouvrir uniquement pour sortir quelque chose de pas bon pour le corps, même si les dérapages sociétales lui ont données aujourd’hui un autre boulot.
    Mais c’est un truc bien qui doit nous enseigner beaucoup sur la fonction de prise de parole.

    Voila un ministre jouant les costauds qui vient pavaner devant les peuples avec des paroles qui font plus mal que l’escroquerie elle-même.
    Un quelqu’un débarque chez nous, utilise les médias d’État pour sa publicité, s’installe a travers le pays utilise le circuit monétaire de la Republique et personne ne lui dit que tu n’es pas en règle. OOOOOOh Ya Ali, ou vas-tu les chercher tes ministres?

    Papa, si tu es juste, honnête et fier d’être un homme, je te défie a la démission de ton poste.

  21. Romuald dit :

    Le gouvernement est à l’image de son président j rêvé ou quoi?? Sortez nous notre argent c’est dans vos poches

  22. Cyr dit :

    franchement nous avons là encore une preuve de l’incompétence de notre Gouvernement.A bien lire ce droit de réponse, le Gouvernement gabonais n’est-il pas de connivence avec BR SARL? pour dépouiller au maximum les pauvres gabonais. Pitié, que Dieu nous aide!!!

  23. […] Dans un communiqué daté du 17 novembre 2015 par lequel il souhaitait se dédouaner de toute responsabilité dans l’affaire BR Sarl, le ministère gabonais de l’économie par le biais du Directeur général de l’économie et de la politique fiscale indiquait  « ni […] BR Sarl, ni ses dirigeants n’ont obtenu des agréments délivrés par le Ministre de l’Economie. ». Si l’en s’y tient, cela revient à dire que BR Sarl a pendant 3 ans collecté l’épargne des gabonais, accordé des crédits à des tiers sans autorisation officielle, sans que l’autorité de tutelle n’interviennent pour mettre fin à cette forfaiture, alors même que le Directeur de la structure est réputé être un criminel. […]

  24. […] Dans un communiqué daté du 17 novembre 2015 par lequel il souhaitait se dédouaner de toute responsabilité dans l’affaire BR Sarl, le ministère gabonais de l’économie par le biais du Directeur général de l’économie et de la politique fiscale indiquait  « ni […] BR Sarl, ni ses dirigeants n’ont obtenu des agréments délivrés par le Ministre de l’Economie. ». Si l’en s’y tient, cela revient à dire que BR Sarl a pendant 3 ans collecté l’épargne des gabonais, accordé des crédits à des tiers sans autorisation officielle, sans que l’autorité de tutelle n’interviennent pour mettre fin à cette forfaiture, alors même que le Directeur de la structure est réputé être un criminel. […]

  25. […] commercial. Ce qui laisse penser que ces sociétés n’ont reçu aucun agrément. Par ailleurs, le communiqué du ministère gabonais de l’économie du 17 novembre dans lequel il disait n’avoir jamais délivré d’agrément à BR Sarl qui depuis a fait […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW