Les leaders associatifs membres du mouvement “Ça suffit comme ça” sont montés au créneau, le 24 août 2012, pour exiger de la part des autorités Gabonaises la libération des détenus politique et l’implication de la communauté internationale dans la résolution de la crise générale qui sévit dans ce pays depuis déjà trois ans selon ces dernières.

Gabonreview.com - Marc Ona, leader médiatique de Ça suffit comme ça - © Jean-Pierre Rougou

À travers un communiqué de presse publié le 24 août dernier, la société civile gabonaise réunis au sein du mouvement “Ça suffit comme ça”, a réagi à la détention des 62 personnes interpellées à l’issue des émeutes de cocotier et qui sont actuellement en attente de jugement fixé pour le 6 septembre prochain, conformément à la décision du Tribunal de Libreville.

«Les détenus politiques actuellement écroués à la prison centrale de Libreville sont soumis à la torture et à toutes sortes de traitements dégradants contraires aux engagements internationaux du Gabon en matière de lutte contre la torture», indique le communiqué du mouvement.

Ces personnes ont comparu le 23 aout 2012 devant le tribunal de première instance de Libreville à huis clos, le Président du tribunal ayant refusé la présence du public. C’est alors que leurs avocats ont claqué la porte et demandé aux prévenus de ne pas coopérer avec un tribunal agissant dans l’illégalité et en violation des principes élémentaires des droits de l’Homme dont les droits de la défense. Ils ont par la suite obligé les détenus à comparaitre en l’absence de leurs avocats.

«Face à cette nouvelle agression contre les libertés fondamentales et à l’emprisonnement de personnes opposées à la gestion catastrophique de l’État Gabonais par le clan BONGO et le système mafieux du PDG, le mouvement Ça suffit comme ça sollicite les gouvernements français, américain, les Nations unies, l’Union africaine et l’Union européenne pour une forte implication dans la résolution de la crise générale qui prévaut actuellement au Gabon et qui résulte d’un déficit démocratique à tous les niveaux de l’échelle de la gouvernance au Gabon», poursuit le communiqué.

Selon les membres de ça Suffit Comme ça, la gestion des autorités à la tête du pays est caractérisée par : «les crimes politiques et rituels ; les crimes économiques marqués par l’accaparement de l’essentiel des ressources par une minorité de personnes corrompues et le pillage généralisé de l’État ; l’incapacité de répondre à la forte demande sociale de la majorité des citoyens qui vivent sous le seuil de la pauvreté ; la répression des opposants, de la société civile et des médias indépendants qui sont régulièrement suspendus ou victimes d’actes de terrorisme ; le mensonge érigé en système de manipulation de l’opinion publique à travers une propagande scandaleuse, digne d’une république bananière et véhiculée par les médias publics au service exclusif de monsieur Ali Bongo et de son parti ; l’utilisation des forces de sécurité et de défense encadrées par des mercenaires étrangers pour réprimer les défenseurs des droits de l’homme et les militants pro-démocratie».

En guise de conclusion, le Mouvement ça suffit comme ça demande aux organismes de défense des droits de l’Homme «d’appuyer l’action de la société civile gabonaise en faveur des détenus politiques des événements du 15 aout 2012 et des personnes assassinées, disparues et victimes de la répression des militaires pendant la crise postélectorale de septembre 2009 à Port-Gentil dont le dossiers est présentement en instruction devant la Cour Pénale Internationale».

 
 

10 Commentaires

  1. le futur dit :

    quelle definition donnez vous à detenus politiques Mr? les detenus du 15 ne sont pas des detenus politiques rectificatifs SVP, ce sont des gens qui ont faits du desordre et qui doivent etre punis par la loi.
    dans un pays comme le notre, si tout citoyen qui faisait le desorde et arreté pouvais se reclamer etre un prisonnier politique alors liberons aussi les assasins et voleur a main armé ou les bandits de grand chemin.

  2. ni lire ni écrire dit :

    La définition de prsonnier politique semble assez extensive pour l’opposition. Mais franchement, pourquoi demander le huis clos? Quand la justice est sereine, elle n’a rien à cacher.

  3. nababy dit :

    Monsieur de “Ça suffit comme ça” c’est qu’ammeme drole de faire dans la diffamation, soyons serieux! pensez vous que cette “bande de voleurs et pilleurs” sont des detenus politiques? je dis “non”. ce sont une fois de plus ” des bandits, des voleurs, des irresponsables,….” manipulés par le politique. la preuve ce qu’ il m’arrive souvent de poser des questions a certains jeunes de nkembo ou cocotiers c’est quoi la conférence nationale? reponse: on ne sait rien! on n’est juste la pour faire le “show”.

  4. Guy Massard dit :

    Chers amis…. Vous vous trompez d’adversaires…… Visiblement vous souffrez du Syndrome de Stockholm ou ne vivez pas dans le même pays que nous…. Visiblement, vous ne conaissez pas l’histoire de l’humanité… Visblement vous n”avez pas lu les textes nationaux et répétez le catéchisme ambiant… Les “bandits, pilleurs, irresponsables ” ce sont ces gens qui ne croient qu’en la force, ces gens qui ont du gabon une conception patrimoniale, ces gens sans légitimité qui veulent parler en notre nom. Ce que vous faites porte un nom ” le perroquisme”….

  5. jules obiang dit :

    @ Nabady @ ni lire
    Le prisonnier politique est celui qu’on enferme pour avoir emis ou manifesté pour ses opinons politiques “opposées au Pouvoir”.
    Conférence Nationale est un Dialogue Franc, ouvert sur les problèmes du pays et des solutions concrètes à ses problèmes assorti d’un calendrier et d’un chronograme pour resoudre dans le temps les prolèmes identifié et de les résoudre selon leur urgences et priorités.
    @ nabady : Question C’est quoi l’émmergence ?

  6. jules obiang dit :

    @ Guy Massard
    Mon Frère laisse, ne te fache pas. il faut leur expliquer. parceque qu’ils sont endoctrinés dans les ténèbres par la RTPDG.
    Le danger auquel il faut s’attendre c’est que quand un individu est habitué aux ténèbres, il pense que ce qui s’y passe c’est la vérité. Si tu lui apporte la lumière brusquement , tu risque ta vie parceque tu lui fera mal aux yeux et il te combattra surement c’est le cas de ces soit disant gabonais. Quand un Chien mange un os il oublie que de cet os on a obtenu un Beefteack. Mais l’os lui suffit.

  7. retecta dit :

    Je comprends que milama,essangui et autres sonts des garnds affabulateurs!!!si non les gens chez qui ils vont solliciter de l’aide aurait deja tirer la sonnette d’alarme en ce qui concerne la situation au gabon!!!mais on est surpris de lire et ecouter que des manifestants arretes lors des troubles ou une manifestation soit traités de prisonniers politique???on se rend compte qu’il ya une volonté de manipuler,nuire et galvauder les gabonais!!et ils s’etonnent que les responsables des organisations et missions diplomatiques leur demande s’ils parlent en tant que representant de parti politique ou representant des ong qui n’existent que de nom!!!

  8. La Fille de la Veuve dit :

    A tous ceux qui veulent nier a nos compatriotes le qualificatif de prisonneir politique j’invite a lire ce qui suit :

    Le procès de Rivonia eu lieu entre octobre 1963 et juin 1964 en Afrique du Sud devant la haute cour du Transvaal. Il impliquait une dizaine de dirigeants d’Umkhonto we Sizwe, branche militaire du Congrès national africain (ANC), jugés pour 221 actes de sabotage. Ces dirigeants étaient Nelson Mandela, Walter Sisulu, Ahmed Kathrada, Govan Mbeki, Dennis Goldberg, Raymon Mhlaba, Lionel Bernstein, James Kantor, Elias Motsoaledi et Andrew Mlangeni. Les faits reprochés sont : sabotage, destruction de biens (tous deux passibles de la peine de mort), violation de la loi sur l’interdiction du communisme. Le 12 juin 1964, Mandela, Sisulu, Mbeki, Motsoaledi, Mlangeni, et Goldberg sont finalement reconnus coupables et condamnés à la prison à vie.

    Alors, Mandela etait-il oui ou non un prisonnier politique ?

  9. le futur dit :

    la fille de la veuve ne faites pas des comparaisons imcomparable suis desolé .

    jules obiang, merci pour tes definitions, et s’il te plait rappel moi les mesures prises à la conférence nationale de 90 qu’est qui à nos jour a marché et pas si ce n’ait a la sortie la distribution des postes?

    s’il faut aller a la conférence nationale on doit poser les bases bien avant: pas de distribution de postes aux milliardaires. vous verez que personnes ne voudra y aller looooool

  10. scha dit :

    quel pays!!!!!! on est bien loin de voir le bout du tunnel!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW