La Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) a officiellement présenté le 25 août 2018, dans la province du Haut-Ogooué, le café 100% robusta du Gabon, issu de la plantation réhabilitée d’Alanga.

Séance de dégustation du 100% robusta du Gabon entre Ali Bongo, Brice-Laccruche-Alihanga et Ismaël Ondias Souna. © Caistab

 

© Caistab

La direction générale de la Caisses de stabilisation et de péréquation a procédé le 25 août dernier dans la province du Haut-Ogooué, à la visite du site réhabilité de la plus grande plantation de café du Gabon, sise à Alanga, et à la présentation officielle du 100% robusta du Gabon, issu de cette caféière étendue sur 170 hectares.

Cette action de promotion et de valorisation du 100% robusta gabonais s’est déroulée en présence du président de la République, des membres du gouvernement, des autorités locales, des notables de la localité, des partenaires économiques et des populations d’Alanga.

Pour Ali Bongo, la réalisation de ce projet témoigne du dynamisme de l’économie gabonaise et de l’effort de diversification des poches de croissance. «Je suis satisfait de l’avancement de ce projet qui met en lumière notre politique de développement de la filière café-cacao», a-t-il déclaré, avant de procéder à la dégustation du café Alanga.

Selon les responsables de la Caistab, cet évènement jette les bases d’un vaste projet de transformation du café vert en produit fini qui verra sa commercialisation sur le plan local, avec un référencement à l’international.

«Le café 100% robusta du Gabon, issu de la plantation réhabilitée d’Alanga, est un cru de qualité, sélection gourmet reconnu par des baristas et torréfacteurs indépendants, transformé en grains, moulu et capsules pour un instant de dégustation hors du commun», a affirmé le directeur général de la Caistab, Ismaël Ondias Souna.

Selon ce dernier, l’objectif de production de café vert dit marchand est de 6 tonnes par période de récolte, afin de s’arrimer aux standards des marchés internationaux pour une disponibilité en continu.

L’objectif général de ce programme de développement est d’atteindre une production de qualité de 1000 tonnes de café marchand, comme recommandé par le PSGE. La stratégie repose sur deux axes : augmenter la production de café et améliorer la qualité ainsi que la commercialisation du café.

 
 

4 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Le problème, c’est que le Robusta ne se vend plus guère. Si l’on veut
    un jour exporter il faudra du 100% Arabica.

  2. p.ngoulakia dit :

    Ikobey,
    Ne pas parler de choses que l’on ne connais pas.
    Si tu étais vraiment un consommateur de café ou un habitué de la question, tu ne dirais pas une telle ignominie. Les essences les plus rares et le moins produites sont très demandées à l’international. C’est le volume de production pour ne pas créer la rupture qui est le vrai défi. Toi même, mets toi au café produit chez toi au lieu de consommer du pur arabica.

  3. LOBIKAMOIS dit :

    p.ngoulakia, L’Arabica c’est le café le plus consommé au monde 70% du marché.Il contient moins de caféine que le robusta , ce qui en fait un café plus doux et d’une grande finesse aromatique en bouche. Le Robusta est plus corsée, plus amère et son goût puissant.
    Souvent garder le silence est meilleur sur ce sujet IKOBEY est mieux informé que toi…

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW