Vient toujours un moment où il faut prendre des décisions douloureuses et courageuses. A la fin des fins, il faut bien assumer son histoire et en payer le prix. Intangible, cette réalité n’appartient ni à la majorité ni à l’opposition.

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

Faut-il vraiment en rajouter au tohu-bohu et à l’incompréhension ambiante ? Faut-il ajouter la dispute et le mélange des genres à la colère et à la frustration ? Deux mois avant l’échéance constitutionnelle pour le renouvellement de l’Assemblée nationale, un débat sournois et potentiellement ravageur gagne progressivement la classe politique. Comme piqués au vif par les déclarations du ministre français des Affaires étrangères, certains s’épanchent publiquement. La perspective des législatives agite les chaumières.

Dans l’opposition, deux camps se dessinent. Pour les chantres d’un boycott non encore assumé, toute participation reviendrait, au choix, à faire le deuil de la dernière présidentielle ou à légitimer le pouvoir d’Ali Bongo. A leurs yeux, la participation à ces législatives sonnerait le glas de toute ambition présidentielle pour Jean Ping. Elle aurait valeur de capitulation et nous ramènerait à un scénario plusieurs fois vécu depuis 1990. «2016 ne sera pas 2009», répètent à l’envi les tenants de cette thèse.

Aboghé Ella fera du Aboghé Ella, Matha du Mboumbou Miyakou et Mborantsuo du Mborantsuo

En l’espèce, atermoiements ou louvoiements ne font plus sens: avec franchise, méthode et rigueur, ce débat doit s’ouvrir. La Constitution doit être respectée. En clair, les prochaines législatives doivent être organisées. Incontestablement, elles le seront par le gouvernement actuel. En toute logique, elles se situeront dans le prolongement de la dernière présidentielle. Sans aucun doute, Ali Bongo et les siens voudront en sortir vainqueurs. A coup sûr, ils chercheront à s’en tirer avec une majorité parlementaire à même de soutenir leur action. Fidèles à elles-mêmes, les institutions en charge de l’organisation – Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), ministère de l’Intérieur et Cour constitutionnelle – feront le reste. René Aboghé Ella fera du René Aboghé Ella, Lambert-Noël Matha du Mboumbou Miyakou et Marie-Madeleine Mborantsuo du Marie-Madeleine Mborantsuo.

Peut-on, dès lors, évaluer et analyser les enjeux de ces élections ? Ici, la controverse trouve tout son sens. Par cohérence intellectuelle ou, plus prosaïquement, par principe, l’opposition est libre d’envisager un boycott. Cela peut se concevoir, s’entendre et se défendre. Une partie de l’opinion le comprendrait. Une autre le soutiendrait même. Seulement, ce scénario rappelle furieusement celui des législatives de 2011. Il en avait découlé une assemblée nationale aux ordres. Tout au long de la législature finissante, les observateurs ont eu du mal à établir la différence comportementale entre un régiment militaire et une chambre parlementaire. Bien entendu, l’exécutif en a profité pour se tailler un dispositif électoral sur-mesure et modifier tout le corpus juridique national. De la Constitution au Code électoral en passant par les lois sectorielles ou l’organisation générale de l’administration, tout a été remis en cause, au gré des humeurs de certains. Faut-il reproduire cette expérience ? On peut en discuter. On est libre d’en douter.

Des décisions douloureuses et courageuses

Au lendemain d’une présidentielle chaotique et meurtrière, les passions sont portées à un degré d’incandescence rarement atteint. La frustration est grande et le désir d’alternance manifeste. L’accueil dont a récemment bénéficié Jean Ping traduit une forte adhésion populaire à sa revendication pour «la restitution de la vérité des urnes du 27 août 2016». Le temps passe, mais une frange importante de la population refuse de passer à autre chose. Ne pouvant tourner le dos à sa base, l’ancien candidat consensuel de l’opposition se fait le relais de ses aspirations. Comme si le temps avait suspendu son vol… Peut-on envisager des législatives sans la participation du camp Ping ? Où une élection mal organisée, mal négociée, devient un écueil à l’organisation d’autres élections.

Suggéré par Ali Bongo, le «dialogue politique ouvert à tous» peut-il être une solution ? Présenté comme une occasion de réfléchir aux réformes politiques et institutionnelles, il est aussi envisagé comme un préalable aux législatives. Décrit comme le lieu d’une catharsis individuelle ou collective, il est également censé aider à panser les blessures. Est-il pour autant opportun ? La démocratie a ses règles. En leur nom, les vainqueurs dirigent et les perdants s’opposent. Du coup, certains y voient un subterfuge, une stratégie pour laisser le temps faire son œuvre. Dans le passé, notamment au lendemain des présidentielles de 1993 et 2005, ce procédé a déjà été utilisé, parfois avec succès. Cette fois-ci, une certaine opinion y est rétive. Depuis deux mois, elle va ressassant son crédo, en passe de devenir un dogme : pas de dialogue avec Ali Bongo. En conséquence, toutes les hypothèses, y compris les plus farfelues, sont désormais sur la table.

Une autre issue de sortie consisterait à envisager l’organisation des prochaines législatives sous supervision internationale. Mais une telle décision heurterait nécessairement les souverainistes autoproclamés de la majorité, ces maurrassiens refoulés. Pourtant, pris entre une défiance populaire rarement observée, une opposition unie et pugnace, un déficit de respectabilité au plan international et des tensions de trésorerie de plus en plus manifestes, le gouvernement est condamné à solder le contentieux de la présidentielle. Vient toujours un moment où il faut prendre des décisions douloureuses et courageuses. A moins de se complaire dans le discrédit, la majorité est tenue d’organiser des législatives transparentes et crédibles. Est-ce possible sans apports extérieurs ? On veut le croire. Mais l’expérience du passé est éloquente à souhait. A la fin des fins, il faut bien assumer son histoire et en payer le prix. Intangible, cette réalité n’appartient ni à la majorité ni à l’opposition.

Faire appel à la communauté internationale

On le ressent d’ailleurs dans le traitement du débat sur les futures législatives. Sur cette question, la majorité s’astreint à une abstinence médiatique, signe d’une gêne certaine. S’efforçant de vendre le «dialogue politique ouvert à tous», elle essaie de détourner l’attention de l’opinion, se refusant à tout échange sur le renouvellement de l’Assemblée nationale. On l’a vu avec les fortunes des interpellations formulées récemment par Anges Kevin Nzigou. Disant plaider pour le «respect de la Constitution», le jeune avocat a jusque-là prêché dans le désert.

Au fond, la classe politique est face à un dilemme : respecter les délais constitutionnels et ouvrir la voie à une compétition électorale dans un contexte politique et sociologique surchauffé. Surtout, elle est consciente d’une chose : les prochaines législatives ne seront pas des élections comme les autres ; elles devront constituer l’amorce de la reconstruction de notre vivre ensemble. Voilà pourquoi tout le monde hésite. Sauf à consentir à faire appel à la communauté internationale, l’entreprise semble risquée …

 
 

10 Commentaires

  1. Harvy dit :

    Si cette question, de prime à bord parait difficile à répondre, en faisant le tour de la question, et avec un peu de hauteur, on peut aisément et courageusement répondre par la négative.NON…
    Si la démocratie, inventé à Athènes il y a 2 500 ans, signifie “le pouvoir par le peuple” il y’a lieu de s’interroger sur la place qu’elle occupe chez nous.Clairement définie, je découvre que la Démocratie nous renvoie vers le peuple, mais de quel peuple s’agit-il ici ( dans le contexte gabonais)?
    Cela se rapproche d’ailleurs d’une citation original:
    « Vox populi, vox Dei », selon la notice historique de Wikipédia, généralement traduite par « La voix du peuple est la voix de Dieu», ce qui soulignerait l’importance de l’avis du peuple dans le régime démocratique et dans certaines institutions religieuses.

    En prenant comme référence, 1990 ( Conférence Nationale), jusqu’à maintenant,il apparaît clairement que le parti démocratique gabonais PDG, n’a pas intégré, dans son logiciel une partition,dans sa base idéologique, la notion de Démocratie,encore moins de l’alternance ..comble pour le parti démocratique… se disant DÉMOCRATIQUE.
    Alors que doit-on attendre de ce Peuple? Puisqu’il s’agit encore de ce peuple qui ” devrait ” donner sa voix pour REJETER ou CHOISIR ses leaders. Non, n’utilisez plus mon peuple comme bête de somme..
    De mémoire , jamais ce peuple, qui ne demande pourtant pas beaucoup, n’a été autant blessé , humilié, déshumanisé.
    Il ne saurait être question de balayer du revers de la main, la disparition de mes frères et sœurs, pour avoir voulu simplement faire respecter leur choix. Et je pense très sincèrement que justice doit d’abord leur être rendue et la voix de Dieu respectée.
    La frustration du peuple est visible et grande, un signal fort des lendemains parfois incertains.
    Qu’on le veuille ou non, le Gabon est au creux de la vague,le Gabon est malade, le Gabon traverse un crise sans précédent. Non.. n’utilisez plus mon peuple comme bête de somme..

  2. Airborne dit :

    Harvy, je partage ton opinion, car on utlise le peuple pour des ambitions personnelles (deputé) qui ne profite qu’à la personne elle meme. Il faut d’abord restituer au peuple les resultats des elections passées ou bien demandé au peuple faut il aller aux elections legislatives en decembre? a mon humble avis la majorité dira NON donc le groupe parlement qui sera mis en place sera illegitime, d’où une paralysie politique et economique.

  3. mouendou dit :

    BIEN DIT CHER COMPATRIOTE HARVY

  4. Oteteign dit :

    Le peuple demeure souverain en verite.Les politiques ont toujours besoin de lui.Cependant compte tenu que le peuple est blessed et meurtri Je comprends qu’il ne veuille plus etre le “dindon de la farce” des politiques en refusant de participer aux elections legislatives.
    Or, la force du peuple est qu’en partcipant meme meurtri, il sanctionner et severement. Je supplierai le peuple de permettre ces legislatives afin que il existe une vraie tribune de la democratie pour l’opposition dans cette nouvelle assemblee qui doit naitre. Ces legislatives seront l’opportunite de l’opposition de prendre d’assaut l’Assemblee Nationale afin d’y pouvoir mettre en place par les Lois la Nouvelle Republique. C’est d’ailleurs la que le dialogue politique se concevra le mieux et plus justement.

  5. le moins âgé au grade le plus élevé dit :

    Voici ci- après les conséquences évidentes qui pourraient découler en cas d’organisation d’une législative juste et transparente:

    1- l’opposition serait largement majoritaire avec pas moins de 100 députés le sentiment anti BONGO PDG aidant.

    2- la cohabitation serait évidente, avec un PM issu de l’opposition, ainsi que certains ministères clés (la bande a moubelet, billi bi nze matha et les autres pourraient très vite pointer au chômage)

    3-le Premier Ministre peut lancer une procédure de destitution, Ali bongo passerait l’essentiel de son temps devant la haute cour à expliquer l’origine de ses actes de naissance;

    4- le Président de l’assemblée n’aurait pas de scrupule à se débarrasser de 3 trois bouffes cadeaux à la cour constitutionnelle.

    quand on voit tout ce cela implique j’ai du mal à penser que gens supposés réfléchis peuvent penser un seul instant que bongo va prendre ce risque après tout le mal qu’il s’est donné jusqu’à ce jour! je ne comprends pas comment dame Mboratsuo va accepter de voir débarquer dans sa cour, 3 empêcheurs de tourner en rond.

  6. le venerable de la loge dit :

    Écoutez les gabonais en ont assez avec vos stupidités histoires d’élections où c’est toujours la fraudes. Les gabonais veulent juste être un peu heureux , OK ? Soyez un peu humain. J’ai dit …

  7. Tatandi dit :

    Pour accepter les Législatives, il faut d’abord que la ” Vox Populi” du 27 août soit respectée.

  8. Mon pays dit :

    Il faut comprendre que tous ceux qui travaillent pour que la situation que le pays connaît depuis plus de 50 ans vont vous expliquer par des théories qu’il n’est pas question d’aller aux élections dans le climat actuel. Il faut comprendre qu’ils ont peur d’aller se faire sanctionner par le peuple et tout perdre par la suite car l’opposition raflera tout.

    Il faut donc arrêter d’écouter tous ces gens qui vous font croire que ce sont des opposants par leurs écrits mais ce sont en faite des gens qui veulent concerner leurs avantages et qui ne sont pas des opposants mais bien des PDGistes.

    Il faut demander à aller aux élections et chaque structure de l’opposition devra avec le peuple de la chaque localité, surveiller tout jusqu’à la fin. Le député vainqueur sera déclaré vainqueur et la cour ne pourra rien changer. Et une cohabitation qui conduira au changement des hommes s’ouvrira. Il faut y aller. Les législatives ne se passent pas comme les présidentielles. Il faut arrêter d croire que vos messages de mensonges passeront encore.

    Tous ceux qui disent le contraire, sont envoyés pour vous faire croire qu’ il faut renvoyer les législatives car ils savent que y aller maintenant est leur FIN.

    • imagine2016 dit :

      Mon pays,

      Dis moi tu es candidat?

      Toutes les raisons que tu évoques pour justifier la participation aux législatives sont pour moi un prétexte pour le partage du gâteau comme vous aimez le dire à ceux qui sont pour le dialogue.

      Au fait, pendant qu’on y est, celui qui appelle au dialogue ne serait-il pas le même dont les institutions à la solde organisent les législatives? alors édifies moi.

      Supposons que l’opposition remporte les législatives, accepterais tu que le Président illégitime, qui a du sang dans les mains te nomme PM ou un de tes amis? Une fois ce PM tout propre nommé, qui va présider les conseils de ministres?

      Si je comprends bien, tu serais enfin prêt à faire table rase, de ces morts que vous balancez à la figure de tous ceux qui sont pour le dialogue, tout ça pour une cohabitation, un partage de pouvoir, pardon du gâteau, sous la haute présidence de, de , d’….Ali?

      Eh bien , moi je vais te rétorquer, si au dialogue, nous partisans n’obtiendrons rien, dis toi bien que sous une cohabitation vous n’obtiendrez rien non plus, ne pensez surtout pas qu’Ali va jouer le rôle de la reine Elizabeth, qu’il va vous laisser faire.

      Faut-il aller aux élections législatives? NON, NON, NON

      C’est pas le moment, non pas du fait de l’assèchement des finances publiques, mais pcq nous devons d’abord laver notre linge sale en famille opposition-majorité, il faut parler de tout ce qu’il y a eu après la proclamation des résultats, pour moi c’est plus important, vous ferez votre cohabitation après avoir parlé, vomi tout ce que nous avons sur le cœur.

      “Tous ceux qui disent le contraire, sont envoyés pour vous faire croire qu’il faut renvoyer les législatives car ils savent que y aller maintenant est leur fin”

      De toi à moi, c’est vraiment la raison fondamentale? Mon pays aimes tu réellement ce pays?

      Moi je comprends surtout que ce qui vous intéresse c’est le pouvoir à n’importe quel prix, et là excuses moi , tu n’es pas bien différent d’Ali, n’ayant pu accéder à la présidence occuper les postes que l’on vous a promis, vous entendez mordicus vous rattraper aux législatives, en faisant l’impasse sur le dialogue qui pourrait éventuellement nous réconcilier et nous permettre de prendre un nouveau départ, je crois que tout compte fait, ceux qui souhaitent le dialogue sont plus crédibles que ceux qui veulent ces législatives tout en rêvant de postes ministériels.

      Zut, tu vas devoir prendre ton mal en patience, les législatives sont reportées pour juillet 2017, maintenant, vous pouvez toujours demander conseil à Bourgi via Sarkozy ou Fillon, c’est du pareil au même et vive l’interventionnisme!

      Vous ne pouvez prétendre ignorer le pouvoir d’Ali , refuser son dialogue et courir aux législatives rafler la mise pour un gouvernement de cohabitation avec quelqu’un dites vous qui a du sang dans les mains, n’est ce pas cynique et honteux pour les vrais patriotes que vous êtes toi et les autres?

      Pour ma part, Mon Pays, j’aime mon pays, je veux qu’il redevienne normal, enfin à peu près et pour cela nous devons nous parler et non continuer à nous ignorer, cette posture ne nous mènera nullement part, nous avons besoin d’un minimum de consensus, personne n’est content du climat qui prévaut actuellement dans le pays, ce pays qui est notre et que tous nous aimons.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW