Ordinateurs, écrans de télévision et documents administratifs ont été dérobés au siège du Conseil national de la démocratie (CND) à Libreville, dans la nuit du 22 au 23 octobre.

Le siège du CND, après sa prise d’assaut par des manifestations en colère pendant les troubles postélectoraux de 2016. © pbs.twimg.com

 

Des cambrioleurs se sont introduits, dans la nuit du 22 au 23 octobre, dans les locaux du Conseil national de la démocratie (CND) sis au Boulevard Triomphal Omar Bongo, à Libreville. Ordinateurs, écrans de télévision et documents ont notamment été emportés par les cambrioleurs.

«Les cambrioleurs sont passés dans la nuit de dimanche à lundi. Ils ont détruits certains bureaux au premier, deuxième et sixième étage», a déploré le directeur de cabinet du président du CND. «Ils ont emporté des ordinateurs, des télévisions et un certain nombre de documents appartenant aux agents de l’institution», a poursuivi Louis Ingongui.

C’est tout de même  curieux car le site est sous la protection des éléments de la police. Défaillance sécuritaire ou coup monté ? Louis Ingongui a plutôt opté pour la première option.

«L’immeuble est sous surveillance, avec des agents de force de sécurité qui y logent. Ils ont été alertés par le gardien. Mais ces agents, n’ayant pas d’armes sur eux, ils ont appelé des renforts. Des collègues armés sont arrivés mais ne pouvaient pénétrer dans l’immeuble à cause de l’obscurité (…) Du coup ils ont rebroussé chemin et les voleurs ont pu prendre la fuite», a expliqué le directeur de cabinet du président du CND.

Nul doute qu’une enquête devrait être ouverte pour déterminer les conditions exactes de cet acte. Car s’introduire dans un bâtiment administratif, qui plus est, sous surveillance policière et dérober du matériel sans être inquiété est purement et simplement surréaliste. A moins que…

 
 

15 Commentaires

  1. JuGabonais dit :

    Vraiment surréaliste. Bienvenue au Bongolande. La gouvernance des BONGO a tellement détruit l’âme et les valeurs cultivés par les gabonais que les choses qu’on observe font honte. En matière de violence et d’immoralité, de corruptions le Gabon a dépassé le niveau du Cameroun et du Nigéria. La souffrance, la violences autant morales que physiques ont fait de nous des animaux vivant dans une jungle ou chacun cherche à dévorer son prochain.

  2. Philibert dit :

    les armes, c’est pour tirer sur les populations, pas pour arreter les voleurs et atres criminels qui gangre le pays

  3. M.H dit :

    “Des collègues armés sont arrivés mais ne pouvaient pénétrer dans l’immeuble à cause de l’obscurité (…) Du coup ils ont rebroussé chemin et les voleurs ont pu prendre la fuite” Donc ils sont repartis en laissant les voleurs dans le bâtiment, à cause de l’obscurité? Le récit ressemble à un film d’action des années 60

  4. Milangmissi dit :

    Franchement cette institution sert à rien si des compatriotes ont récupéré les ordinateurs pour les utiliser où est le problème ?
    Quand les gens du Mogabo volent est ce qu’on parle de cambriolage surréaliste?
    Tous ses gens qui sont milliardaires au Gabon sans avoir une épicerie les appelle-t-on cambrioleur ?

  5. velevele dit :

    Non, mon Dieu laisse moi riiiiiiiiiiiiiiiir

  6. diogene dit :

    Bravo! A part tirer sur la foule nos forces de l’ordre n’ont pas le courage de rentrer dans un immeuble obscure.
    La couardise doit être un critère d’évaluation…

    Ou ils ont reçu l’ordre de ne rien faire…
    Faites votre choix.

    Trouillards ou corrompus ?

  7. natty dread dit :

    mort de rire! un bâtiment administratif situé en pleine ville sans lumière! les pauvres policiers ont du passer la journée au soleil, le peu de braquage qu’ils ont effectué sur les usagers de la route a du leur servir pour payer du pain au chococam et quelques régabs et repus, ils ont estimé mériter un bon repos!!!peut-être meme qu’ils ont partagé leurs pains avec leurs visiteurs d’un soir, qui sait! et ce n’est que le début, le pays implose littéralement…accrochons-nous!!

  8. Christian dit :

    Vraiment incroyable !!!!!

  9. MBOUMA LENDOYE Rémy dit :

    Mon gars tu m’as l’air complètement perdu…
    de quoi tu parles ?
    tu as lu l’article au moins ?
    ou tu places des commentaires juste pour en placer.

  10. Akébé Vite !!! dit :

    Si c’était un cambriolage On aurait fait venir les joyeux encagoulés ceux qui tirent dans le tas sans savoir sur qui ni pourquoi il est évident que tout ceci était coordonné comme tous les légendaires faux cambriolages depuis des décennies juste un peu plus loin dans l’ancienne cité de la démocratie (ou règnent en pagaille les cambriolages sans infractions)…
    Le tout en espérant par ailleurs que certaines causes INTERNES n’entrainent pas tt ceci…

    https://www.gabonreview.com/blog/cnd-agents-a-diete-2-ans/

  11. BEYEME dit :

    D’ici quatre matins, ils accuseront(les mêmes) M. PING de formater ce genre d’opérations idiotes. Nous avons encore en souvenir, l’ambassade du Benin, l’AN, l’affaire du djihadiste A.M.(restée sans suite) et bien d’autres petits coups juste pour fausser l’opinion nationale et internationale sur les vraies aspirations des populations gabonaises actuelles. Nous n’aurons pas besoin de ce genre coups bas pour arriver au bout du tunnel. Ce CND ne représente rien pour les vrais fervents du changements.
    Que le cirque continu.

  12. stephanoetus dit :

    Excusez moi les agents qui ont été appelés en renfort n’ont pas suivit une formation d’intervention en situation d’obscurité?donc pas de torches où même de frontales comme je le vois dans nos séries là à canal où à Tf1!

  13. MUEL MANDAKA dit :

    Le CND,c’est la cuisine privée de NDAOT. IL gere sa popote comme il entend.que fait-on au CND?Pourquoi NDAOT n’organise plus de session dépuis janvier 2017?lui qui disait que le dialogue politique allait se faire avec le CND.Des voles masqués pour justifier la liquidation prochaine de cette l’institution.j’ai dis

  14. Le Bantou de "Makata ma ngoye" dit :

    A Bongoland,quand “le chat devient la souris” et vice-versa!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW