Anicet Moukagni, un habitant de Mouila, a subi une belle arnaque téléphonique, heureusement sans grande incidence financière.

Arnaque au GSM Gabon Libreville Chômeur, la cinquantaine, Anicet Moukagni vit dans un village à une vingtaine de km de Mouila dans la Ngounié. Tout récemment, un coup de fil inconnu lui a annoncé une heureuse nouvelle : «Allo, bonjour monsieur, nous vous annonçons que votre numéro a été retenu parmi les heureux gagnants de notre jeu concours, prière de passer dans l’une de nos agences Airtel récupérer votre chèque», relate l’Agence gabonaise de presse.

Alors qu’il se rend à l’agence la plus proche de la ville, son portable retentit de nouveau. Il rassure donc son correspondant de ce qu’il arrive bientôt. L’interlocuteur lui demande cependant d’acheter une carte de 5 000 francs CFA afin de suivre toute les démarches puis de lui transférer 20 000 francs CFA de crédit dont il sera remboursé au moment de percevoir son cheque. Parvenu à l’agence Airtel, quelques agents en poste derrière le comptoir lui facilitent le service et lui remettent des cartes de recharge pour une valeur de 20 000 francs, quitte à lui de la rembourser cela après la perception de son gain. Une fois le téléphone de son mystérieux correspondant crédité, celui-ci est devenu injoignable.

Anicet Moukagni se rend alors compte qu’il a été arnaqué. Il se retrouve cependant avec un problème : rembourser les 20 000 francs de cartes de recharge utilisées pour créditer le téléphone du mystérieux inconnu qui lui a annoncé son faux gain à un faux concours. Un attrape-nigaud pourtant des plus simplistes.

Des interrogations subsistent qui n’ont pas été soulevées par l’Agence gabonaise de presse : Pourquoi les agents de l’entreprise de téléphonie mobile ont-ils pu remettre des cartes de recharge à un individu sans contrepartie financière ? N’étaient-ils pas de mèche avec l’invisible arnaqueur ? D’autant plus que ces agents ont aidé  Anicet Moukagni à transférer le crédit téléphonique litigieux. Une altercation verbale s’en est suivie qui s’est terminée au poste de gendarmerie.

 
 

4 Comments

  1. joeblack dit :

    C’est pas tres malin de sa part mais bon nul n’est a l’abri d’une arnaque!

  2. ANGES CLAUDE MANFOUMBI dit :

    En effet je suis d’accord du fait que certains agents des entreprises de téléphonies mobile sont souvent de mèche avec des escrocs …
    Air tel devient un réseau non fiable …

  3. Citoyen libre dit :

    Monsieur Moukagni doit savoir que Airtel ne peut pas demander que le client face un CTP de 20 000 FCFA a un numero commancant par 07. Logiquement tous les services de Airtel ont un numero court.
    Il faut que Airtel donne la liste de tous ses numeros courts pour eviter tout arnaque.

  4. Herve dit :

    A mon avis la faute ne revient pas a sieur Manfoumbi. Peut-etre ne savait-il pas que quelqu’un pouvait se faire arnaquer de la sorte. Mais les agents d’Airtel Gabon devraient veiller au grain pour leura abonnes ne soient plus victimes de ce genre d’arnaque qui dure depuis la nuit des temps. Ne peuvent-ils pas poursuivre cet indeliquat a travers le numero dont il s’est servi pour qu’il reponde de ses actes devant les tribunaux. Ils doivent savoir que ces personnes se font passer psar des agents d’Airtel pour arnaquer les pauvres clients. Alors comme ce genre de comportement ternissent l’image de la boite, qu’ils mettent en plac une batterie de mesures pour apprehender ces indeliquats. Les pauvres paysans ne savent pas du tout ce qui se passe en ville! Lorsqu’ils entendent parler de sommes d’argent, tout de suite ils s’endettent avec l’espir de le percevoir dans le temps qui suivent. Vivement qu’Airtel prennent des mesures qui s’imposent pour pallier cette situation. Ce n’est pas la premiere fois d’ailleurs.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW