L’importante déclaration attendue, le 24 août 2012, de René Ndemezo’o Obiang, ex-ministre des Sports, baron du PDG et député de Bitam, n’a eu pour surprise principale que son approbation de la conférence nationale, revendiquée ces derniers temps par l’opposition.

René Ndémezo'o Obiang - Arias Danger Aimée/gabonreview.com

Cortège de plusieurs dizaines de véhicules, trajet Oyem-Bitam en 3 heures plutôt qu’en 45 minutes, arrêts dans les principaux villages situés sur cet axe, entretiens avec leurs notables, grand concert au stade de Bitam, le scénario annoncé pour l’importante déclaration que devait faire René Ndemezo’o Obiang, le 24 août dernier, n’a plus été déroulé. Pour de nombreux observateurs, le passage surprise du président Ali Bongo, le 20 août, à Bitam, y est pour quelque chose. Mais la déclaration annoncée a été effectuée, devant une foule composée de notables de la localité, de membres et sympathisants du PDG et de nombreux invités.

Alors que des sources concordantes annonçaient que René Ndemezo’o Obiang, l’ex-ministre des Sports, baron du PDG et député de Bitam, allait déclarer, ce 24 août, la création de sa propre formation politique, il n’en a rien été. Sans le réaffirmer explicitement, il a laissé entrevoir son attachement au parti fondé par Omar Bongo. «Député de la Commune de Bitam je suis. Député de la République gabonaise, je suis également», a-t-il affirmé, ne laissant nullement penser que son mandat de député pourrait être remis en jeu dans un proche avenir.

Intrigues politiciennes

Indiquant que l’objet de la rencontre était de fêter sa victoire aux élections législatives, le 17 décembre dernier, Ndemezo’o Obiang s’est allé à expliquer les manigances et intrigues politiciennes dont il aurait été l’objet, identifiant à demi-mots ses adversaires : «on y trouve pêle-mêle : des étrangers voulant faire main basse sur le Gabon et à la recherche de relais en divers points du pays et des personnalités nationales et locales qui considèrent que René Ndemezo’o Obiang leur fait de l’ombre.» Il n’a pas moins laissé entrevoir une sorte de main tendue au Premier ministre Raymond Ndong Sima, au sujet de qui il a indiqué : «je n’ai cessé de lui renouveler les témoignages de ma haute considération et l’assurer de ma disponibilité pour toute initiative positive qu’il prendrait.»

Projet d’hévéaculture d’Olam

L’élu PDG de Bitam n’a pas surpris lorsque, abordant le projet controversé 28 000 hectares d’hévéaculture dans sa province, le Woleu-Ntem, il a souligné : «Le président de la République, en visitant lundi dernier l’un des sites dédiés à ce projet à Okok, vient de réaffirmer sa volonté de mener à terme celui-ci. Le problème n’est donc plus de savoir si le projet doit ou va voir le jour. Cependant, nous estimons que dans sa réalisation, le projet doit nécessairement d’une part intégrer l’impératif de préservation à long terme de l’environnement et de l’espace vital des populations, et d’autre part garantir des retombées positives au plan économique et social pour les populations et les zones en cause.»

Conférence nationale et André Mba Obame

La surprise est plutôt venue de ce qu’il s’est déclaré favorable à la tenue de la conférence nationale tant demandée par l’opposition et la société civile : «Depuis plusieurs semaines, une partie de l’opposition gabonaise, principalement l’ex-Union nationale, en concertation avec des organisations de la Société civile et des éléments de la diaspora gabonaise en France, propose la tenue urgente d’une Conférence nationale souveraine, considérant que le Gabon se trouverait en crise depuis les élections présidentielles de 2009.»

Rappelant que cette revendication a été exprimée avec force lors de l’arrivée d’André Mba Obame à Libreville, le 11 août, et qu’elle a entrainé les émeutes de Cocotiers, le 15 août, René Ndemezo’o a conclu : «j’observe la montée réelle de nombreuses tensions politiques et sociales dans notre pays, ainsi que le désir ardent des gabonaises et des gabonais de se parler, de dialoguer. Dans ces conditions, et pour préserver la Paix dont le défunt président Omar Bongo Ondimba disait qu’elle n’a pas de prix, je souhaite que le chef de l’État prenne l’initiative  de favoriser une rencontre entre toutes les forces vives de la Nation, dans un cadre à définir de manière consensuelle.»

Dans le feu de l’action et se détachant du papier, René Ndemezo’o a certainement déclaré d’autres choses que n’ont entendues que ceux qui ont assisté à son rassemblement ; le présent article étant écrit sur la base du texte original du discours prononcé, parvenu à la rédaction de Gabonreview. On peut lire par exemple, dans un texte de François Ondo Edou, ancien directeur général des élections et ancien journaliste résidant actuellement à Bitam, que «S’agissant des relations que le député entretient avec André Mba Obame, «elles sont d’ordre familial», a-t-il précisé, et bien que l’un et l’autre appartiennent à des chapelles différentes, cela n’empêche pas qu’ils puissent se voir, discuter, échanger. Fait important, c’est la première fois depuis l’élection présidentielle anticipée de 2009 que René Ndemezo’o Obiang admet qu’il peut rencontrer André Mba Obame, son oncle maternel.»

On pourrait penser que René Ndemezo’o Obiang s’est livré, là, à un exercice d’équilibriste, maniant, à l’adresse du pouvoir, le bâton et la carotte ; ménageant le choux et la chèvre lorsqu’il prend en compte l’opposition. Reconnu comme un bon manœuvrier politique, on devrait penser que cette déclaration de Bitam n’est que la prémisse, le point de départ, d’une stratégie qui sera certainement déroulée selon un chronogramme connu de lui seul.

 
 

99 Commentaires

  1. Oh! Le Gabon là me fait peur avec ses politiciens. Même toi René, tu rentres dans le jeu? De toutes façons je te soutiens mon frère. Tu commences à comprendre que l’alternance positive est proche. fais ce qui est juste et bon pour toi, ta famille, tes amis,les populations de ta circonscription dont tu as la charge en particulier et au Gabon en général.

  2. RNO en tant que député de la République comme tu prétends si bien le dire joues franc jeu avec nous les opprimés car nous ne volons plus de ces comédies politiciennes étant donné que ce serait de la lâcheté de rejoindre l’opposition quand le bateau d’Ali et ses sbires aura coulé. IL n’ya plus de neutralité à faire soit tu es au PDG corps et âme soit tu rejoins l’opposition ouvertement que de le dire de manière voilée. Merci ce n’était qu’un conseil d’amis.

  3. Xercès XL dit :

    est-ce la, les prémices d’un revirement de bord?

  4. nababy dit :

    de tout ce “tralala” on retient juste l’approbation de Ndemezo’o Obiang pour la tenue d’une conférence nationale tant pronée par l’opposition! c’est dommage!!! on n’est habitué a ces scenario dans notre pays “quand on se sent deja rejeté du pouvoir” on commence par gesticulé et voir finir dans l’opposition. Ndemezo’o Obiang c’est sa “fin” il peut decider ce quil veut! c’est regrettable car ils ont tous contribuer a la situation “chaotique du Gabon”

    • Boukoubi Maixent dit :

      @Nababy. Et la même logorrhée reprend : ” ils ont tous contribué”. Dans ce cas, que faire ? Avec qui construire le Gabon ? Les Martiens ou des bébés ? RNO a posé un acte courageux, quel que soit le calcul tactique ou politique qu’il ya deriière. La maison PDG ne saurait ho^nnêtement restée insensible à cette sortie. Il faut que mon homonyme nous dise ce qu’il en pense…..
      Au passage, je vous signale qu’un autere René, Radembino Coniquet celui_là, ancien président du Sénat jouissant à ce titre d’une retraite confortable, a pris la même position récemment dans son fief d’owendo. L’histoire est en marche…..

  5. azizet dit :

    Très bien Ndemezo, le Gabon a besoin de toi, tu es son fils. Tu t’y connais bien en politique et tu as de une expérience non négligeable.

    Franchement si tu t’entoures bien au regard de l’évolution de la société gabonaise et du monde (occidental en général), tu peux être très utile pour ton pays et principalement pour la commune de Bitam chez toi.

    C’est bien que tu as su sortir de ta réserve et donner ton point de vue sur l’importance de dialoguer à travers une conférence nationale, ça ne peut être que positif sur le plan politique, ce qui est sûr c’est que l’économie sera certainement influencer positivement ensuite le social par la redistribution des retombées, c’est cool non ?

  6. azizet dit :

    RNO, tu es un grand homme politique, le Gabon a besoin de ton grand expérience politique. Nous pensons que tu es sérieux. La jeunesse gabonaise a besoin de toi.

  7. doumbu dit :

    Ndemezo, tu viens de susciter de l’espoir à beaucoup de jeunes gabonais.
    Même si tu reste au PDG, il faut que ça change dans le sens de ta déclaration qui rejoint celles des autres c’est à dire DIALOGUER dans le cadre d’une conférence national pour une 2e ou 3e république.

  8. loumbou dit :

    c’est bien Ndemezo, convainc ton camp, nous savons que c’est dur dur !!!!!!

  9. ngonguo dit :

    RNO, travaille avec les autres pour sortir le Gabon dans cet impasse, le pays est bloqué, tu sais ce qu’il faut faire sur le plan politique. Tu as l’habitude pour pareille situation avec Feu OBO.

  10. ni lire ni écrire dit :

    Que tout le monse se parle serait une bonne chose. Les sujets de discussion de manquent pas. Ils devraient se tenir au Parlement, mais les uns et les autres (des deux camps) n’ont pas joué un jeu assez démocratique pour que le Parlement soit pluraliste. Alors si des pédégistes veulent parler avec l’opposition OK, mais que ce soit toute l’opposition, pas seulement l’extrême droite de l’UN.

    • Guy Massard dit :

      @Ni lire ni écrire. Toujours les mêmes approximations… C’est quoi “extrême droite” ? Toujours la même utilisation hors de propos de concepts bien connus pour jouer les savants…. Il ne vous manque que d’écrire en anglais et comme ça on saura que vous êtes instruits que vous savez bien “lire et écrire”. C’est quoi extrême droite, parmons-en. L’extrême doite se caractérise par son côté traditionnaliste et son conservatisme, un refus du changement, un rejet des libertés individuelles et du suffrage universel, un attachement au sacré et à l’ordre moral et l’anti-intellectualisme. Qui s’est ouvertement montré à la télévision dansant le Bwiti avec Macapa à Masengelani ? Qui s’oppose au changement dans ce pays et veut maintenir coûte que coûte un système vieu de plus de 40 ans ? Qui restreind les libertés individuelles allant jusqu’à exhumer un décret de 1972 sans tenir compte du fait que la Constitution vise la Charte nationale des libertés adoptée en 1990 ? Qui bidouille les élections ? Qui refuse la biométrie ? Qui valide des élections avec un taux de participation de moins de 15% ? Qui dispose d’une Assemblée monocolore ? Qui affiche ouvertement ses “convictions religieuses” de “Mususlman” ? Qui lance la chasse au bistrots après 22H ? Qui lance la chasse aux “strip teaseuses” ? Qui nomme Assegone Obame, Tchango, Sylong, Moundounga…. au gouvernement ? Qui nomme un instituteur à la tête du département de la Recherche et de l’Enseignement supérieur ? Que recherche-t-il par cette nomination ? Humilier les chercheurs et universitaires ? Qui nomme un apprenti humouriste au protocole d’Etat ? Qui nomme des rappeurs à la Présidence ? Non, cher ami, ne jouaons pas avec les mots….. L’extrême droite si elle existe au gabon se trouve du côté que vous défendez sans en avoir le courage…. Bien à vous…..

      • MissMaroundou800 dit :

        @Guy Massard Chapeau je suis archi-d’accord avec vous. c’est une situation difficile et très complexe. “Nous ne savons plus à quel saint nous vouer “. tu me diras, le contraire serait plus dangereux. Nous devons faire attention à ne pas nous laisser manipuler par tous ces bourreaux de service. Par contre il faut laisser place à un compromis. cela aboutira surement à un processus de sortie de crise et à un pacte de paix entre les formations politiques pour amener le Gabon en haut, à respecter son peuple et les lois. Bien à vous.

    • NDONG NDONG Yannick Martial dit :

      “Ni lire ni écrire”, vous savez bien que vous présentez là des idéalités démocratiques qui ne sont de mise nulle part, même pas dans les prétendues démocraties avancées. Les dernières élections législatives n’étaient pas un vote, mais un plébiscite (114 députés sur 120 places). Vivement que vous ne croyiez point à un plébiscite du PDG, car il n’est simplement pas possible dans notre pays! Aussi, si l’UN passe, à vos yeux, pour un parti d’extrême droite, j’ose espérer que PDG en est un de l’extrême gauche. Or, si la démocratie a un bord politique et idéologique, c’est résolument celui du Centre; elle a horreur des polarités rigides qui la confinent dans le totalitarisme!

  11. La Fille de la Veuve dit :

    Apres l’ancien President du Senat, Rene Randembino Coniquet, c’est au tour de Rene Ndemezo’Obiang d’apporter son soutien a cette initiative politique.

    Il semble qu’a travers ces deux personnalites, c’est la voix de la sagesse qui semble s’exprimer au sein du PDG. Il y a lieu des lors d’observer quelles seront les reactions de l’executif du PDG, donc de Faustin Boukoubi, du Gouvernement a travers le Premier Ministre et des autres hauts responsables politiques du Pays.

    Une chose semble certaine. Rene Ndmezo’Obiang, en reconnaissant publiquement que la crise politique dont parle l’Union Nationale dissoute n’est pas qu’une vue de l’esprit, tout en reaffirmant son appartenance au PDG, semble mettre sur la place publique une forme de scission qui pourrait exister entre le PDG, le Gouvernement et Ali Bongo. Scission qui avait ete mise a jour par la reaction du PDG et d’Ali Bongo face a la proposition du Premier Ministre d’une concertation nationale.

    Bref, les esprits semblent desormais murs…

  12. Petit-Connard Ogandaga dit :

    Rene Ndmezo’Obiang dit: “on y trouve pêle-mêle : des étrangers voulant faire main basse sur le Gabon”.
    Héééé, Accrombessi, hééé Acrombessi, y a pas un autre, y a que toi. Hééé Accrombessi, tout le monde? tu t’en prends donc à tout le monde, même à ceux qui ne sont pas au palais? Mba Obame a raison, dégage!

    • Moi même dit :

      Je voudrais juste faire remarquer que lorsqu’on parle d’étranger qui veulent faire main basse sur le pays, il a y a plusieurs d’entre nos politiques qui ont des choses à nous dire,. Et notre cher René n’aura pas le courage d’ouvrir la boite de pandore

  13. moure tabe dit :

    Omar avait raison en disant qu’il avait plus confiance à un Bûcheron qu’à un Pédegiste fang. Ce qui est en train de se tramer va lui donner raison ; les fang sont entrain de déserter le PDG pour rejoindre leur parent AMO, le reste n’est que folklore. Les Billie bi Nze et autres Charles Mve finiront par leur emboiter le pas. En un mot les fang sont entrain de faire imploser le PDG. Je conseillerai à Y’Ali de créer son propre parti pour donner un relai solide à sa politique d’émergence. Car le PDG actuel n’est rien d’autre qu’une grosse coquille vide dirigée par un ramassis d’opportunistes plus aptes à se ménager des trésors de guerre pour des lendemains qui s’annoncent incertains

    • Nelson Mandji dit :

      Gabonreview devrait proscrire ce type de commentaires tribalistes. Les Fangs, les Fangs, ce sont là des propos divisionnistes. Personne ne dit les Batéké, les Batéké… il n’y en pas qui sont ouvertement membres de l’opposition. Cela, personne ne le déplore. Moi, je déplore le fait que désormais un Fang ne peut plus se rapprocher, ne fut-ce qu’intellectuellement, d’un autre, que déduit au repli ethnique. Ce faisant, on sème les graines de la haine et même des conflits ethniques. Arrêtons avec ces raccourcis dont on ne mesure pas les effets pervers.

      • Luc Lemaire dit :

        Nelson, je ne vois pas d’insulte dans le commentaire que vous incriminez. le mot “Fang” n’a rien d’une insulte et si nous devions interdire tous les messages qui le citent, il n’y aurait plus de discussion possible. Mais nous comptons sur vous pour réagir, valider ou contester ce que d’autres disent et pensent. Le tout sans animosité, c’est beaucoup plus sain !

        • Oliver Bierhoff dit :

          Lemaire, le commentaire de Nelson ne récuse pas l’idée de “Fang” comme injure, mais il est traversé de bout en bout par une interrogation implicite: est-ce que le vrai tribaliste n’est pas, au final, celui qui décèle comme vous l’ethnocentrisme dans tous les faits et gestes? Dans ces conditions, quelle idée avez-vous de la République, en tant que transcendance de nos particularismes?

          • Luc Lemaire dit :

            Je répondais simplement au fait que nous ne censurons pas les commentaires, sauf dans des cas précis définis ici. Pour le reste, chacun est libre de parler, répondre, s’offusquer ou s’extasier !

    • La Fille de la Veuve dit :

      Vous venez, par votre propos de confirmer ce que disent toutes les personnes qui s’opposent a ce régime, a savoir qu'”IL N’A D’AUTRES BUT QUE DE SERVIR LE CLAN BONGO”. Qui est René Ndemezo’Obiang qui demande aujourd’hui a Ali Bongo d’accepter de regarder la réalité en face avant que celle-ci n’ai raison de lui ?

      René NDEMEZO’OBIANG débute sa vie politique en militant activement au sein du mouvement étudiant gabonais et africain en France, dans la ville de Rennes. En 1971 il est élu Vice-président de l’AGEG, puis l’année suivante, en 1972, Vice-président de la FEANF chargé des relations internationales de ce grand mouvement panafricain des étudiants. Il est réélu au même poste au congrès de Décembre 1973 de la FEANF.

      En Aout 1979 il rentre au Gabon. Il intègre alors immédiatement le PDG comme chargé d’Etudes au Secrétariat Administratif du Parti Démocratique Gabonais dirigé à l’époque par Zacharie MYBOTO.

      En 1980, il est promu Directeur de l’Orientation Nationale et des Organismes spécialisés du Parti. Il est élu lors du 3e congrès du PDG tenu en 1986, Membre du Comité central de ce Parti.

      Il est élu en 1991, Membre du Secrétariat Exécutif du PDG en qualité de Secrétaire National à la Communication, Porte –parole du parti. Un an plus tard, au 5e Congrès, il devient Secrétaire général, chargé de la Communication et de la Propagande, Porte-parole du Parti, fonctions qu’il occupera sans interruption jusqu’en 2007 en y ajoutant la conduite des Relations Extérieures du Parti majoritaire à partir de 2005.

      De 1996 à 2001, il a siégé à l’Assemblée National en assumant les lourdes et délicates fonctions de Président du Groupe Parlementaires PDG au sein de cette Institution.

      Il a joué un rôle de premier plan dans toutes les campagnes pour l’élection présidentielle qui se sont déroulés au Gabon depuis 1990. C’est ainsi que lors du scrutin présidentiel de 1993, il a été Vice-président, représentant la majorité, au sein de la Commission Nationale Electorale.

      En 1998, il assumé les fonctions de Directeur Provincial de Campagne pour le Woleu-Ntem du candidat Omar BONGO ONDIMBA.

      En 2005, il a été le Porte-parole du candidat Omar Bongo Ondimba et en 2009, Membre du Comité Stratégique d’Ali BONGO ONDIMBA et un des 2 coordinateurs de sa campagne pour la province du Woleu Ntem.

      René NDEMEZO’OBIANG est par ailleurs membre du Comité Permanent du Bureau Politique du Parti Démocratique Gabonais depuis la création de cet organisme qui a joué un rôle majeur dans l’investiture d’Ali BONGO ONDIMBA comme candidat du parti aux élections présidentielles du 30 Août 2009.
      Je vous épargne les fonctions gouvernementales.

      Et aujourd’hui, parce que Comme René Ramdebino Coniquet, il indique la voix dialogue pour éviter le Chaos a notre pays, tout ce que vous trouvez à dire c’est : IL EST FANG.

      C’est cela, des lors que l’on contrarie ce régime on devient tantôt traitre, tantôt tribaliste, tantôt Fang. Ndemezo’Obiang, ainsi que le montre son parcours est un haut responsable du PDG depuis 32 ans. Cela mérite au moins respect et considération ! Mais vous n’êtes pas capable de respectez pas cela, c’est trop vous demander ! On comprend mieux pourquoi le pays se trouve dans cette situation !

      • Oliver Bierhoff dit :

        Très éclairant commentaire, Fille de la Veuve! Le tribalisme ou, mieux, l’accusation de tribalisme, sont des expressions d’une profonde inculture. Mais, j’attends de voir comment l’on tracera des voies démocratiques en tenant plus de 40% de la population nationale pour paria, du fait d’une appartenance ethnique politiquement problématique. Depuis quand ça?

  14. kevazingo garnett dit :

    quelqu’un a di un jour’un grand pvoir implique de grandes responsabilitées’RNO vs etes cmme vs l’avez di député de la republique!j m dmande pourkoi vtre point de vu est cnsidéreé cmme une trahison,cmme une manière d’aller dns l’opposition,cmme une fin de vtre vie politique,cmme…j sais plus trop. est-ce parcequ’au gabon on ignore le role d’un député?d’un homme politique?ce n’est un parti ki a fait de député de bitam mais se sont des gabonais! courage!

    • le fils de l'homme dit :

      moure tabe, il faut arreter de dire les Fang ceci, les Fang cela, parlons du Gabon tout simplement.
      Nous sommes un petit peuple de 750.000 + 500.000 popo et autres…
      Le linge sale se lave en famille.

  15. blasédelavie dit :

    kiakiakiakiakia ! l’amnésie dont vous faites preuve frise la folie quand même ! RNO est bien l’un de ceux qui n’ont aucune leçon a donner à qui que ce soit ! c aujourd’hui après avoir pillé mon pays avec l’autre du bord de mer là ainsi que le gars de Médouneu là que vs vs reveiller avec des paroles mielleuse ! non pas vous ! vraiment pas vous !

    • Oliver Bierhoff dit :

      Notre subjectivité nous oblige à insister sur des figures politiques, donc des acteurs; tandis que l’objectivité nous met devant le constat selon lequel la situation politique au Gabon est au plus mal ces trois dernières années. Si Ndemezo’o en arrive à cette conclusion, tant mieux; le contraire aurait été moins surprenant. La scène politique, quelle qu’elle soit, gagnerait à n’être pas systématiquement pensée comme des extrêmes toujours en confrontation, sinon l’idéal consensuel en devient un mirage! C’est cette exigence qui fonde la société civile.

  16. JOHN dit :

    Pourquoi ça doit choquer?

    Il est député et libre de dire ce qu’il pense !!!

    Vous êtes habitués à la pensée unique qui consiste à devenir traitre lorsqu’on ose dire ce qui se passe mal dan son propre camps. La démocratie, c’est l’esprit critique qui fait évoluer la société.

    Un député PDG de Minvoul a d’ailleurs fait la même chose contre le Projet OLAM.

    AMO dit que le PDG est mort, Nous on ne va spas vous pourchassez, vous êtres nos frères, pendant qu’il est encore temps je vous recommande de quitter ce camps des oppresseurs et de rejoindre les forces démocratiques qui défendent les opprimés :

  17. Banagoye dit :

    Effectivement Ndemezo est libre de dire ce qu’il pense.
    Et ce qu’il pense de bien pour le pays n’est autre chose que le dialogue à travers la conférence nationale souveraine. Où est le mal en ça ????
    RNO sait avec les autres ce qu’il faut faire pour débloquer cette situation de crise politique.

  18. Chritian BONGO ONDIMBA dit :

    ce que je sais c’est que chaque peuple merite ces dirigeant; meme les jumeaux chaqu’un a son point devu. Pourquoi pour cetains Gabonais , quitter le PDG est un crime? meme une femme avec qui tu as eu des enfants quand sa ne va plus tu as le droit de l’a quitter . meme la bible , le coran autorise autorise le divorce malgre ce que les uns et les autres on pu avoir comme gain dans cette relation. dans les cas cité plus haut parle ton de trahison. A tous les internotes sachez que:” seul les imbeciles ne changes pas”.M. NDEMZO TU es un hommmes et tu verras que malgre le parti politique tu sera toujours de BITAM par ce que tu n’est pas un imbecile.je reprend ce que tu as dis a ton ami et frere à BITAM “respeter quelqu’un ne veut pas dire avoir peur de lui ” fin de citation. BRAVO et encore BRAVO; en ce qui concerne le debat sur les fangs reliser l’histoire du gabon et vous saure la place de ce peuple dans la sous region . Un fang à paris est gabonais ;un bateke à paris est gabonais ; un myene à paris est gabonais vous avez vus le denominateur commun , donc mes freres elevons le debat; les fang du nord n’ont jamais empecher un leader politique dans leur province ; comme chante l’autre on vous connait ; donc le replie identitaire on sait ou il vient les vrais gabonais ne sont pas dupe.Attention n’est pas derriere c’est devant.Merci

    • La Fille de la Veuve dit :

      Utilisons des Pseudos parce que nous pensons, a tort ou a raison, que nous avons besoin de cette protection, Oui. Toutefois, attention a ne pas usurper l’identite d’autrui et lui etre ainsi nuisible. En d’autres termes prenons sur nous de ne pas nuire aux autres en essayant de nous proteger.

      Bien amicalement.

      • Le fils de la Veuve dit :

        @La VFille de la veuve. Oui ma soeur. Tu as raison. Pourquoi prendre une identité de quelqu’un qui existe ? Pour vouloir nuire à cette personne ? Drole de conception du débat démocratique… Honte à celui qui l’a fait….. Si Christian Bongo nous lit, qu’il se rassure : personne ne croit qu’il est l’auteur de ce salmigondis…

  19. Banagoye dit :

    On a besoin d’un calibre comme Ndemezo dans des situations de blocage ou de crise comme celle là parce que l’homme a de l’expérience.
    Laissons le tribalisme à côté, utilisons toutes les compétences des fils et filles du pays car c’est le Gabon qui gagne.

  20. song dit :

    YA René, au gabon quand vous faites vos petits calculs politiciens ont les voients claire. Depuis qu’Ali BONGO t’a zappé, tu n’as plus rien. Tu ne vaux plus rien.
    D’abord tu étais en boule parce qu’il t’a valsé du gouvernement, le seul poste qu’il t’a laissé c’est “DEPUTE” alors qu’on te connait si bien que t’aime le prestige. En annoncant que tu vas faire une déclaration, tu as voulu faire peur à Ali BONGO. Pour dire au gabonais ou au Bitamois que t’es toujours dans le PDG, avais-tu besoin d’annoncer une déclaration! Non je ne pense pas. Tu savais qu’en annoncant ça, Ali BONGO devait se dire “mais qu’est ce qu’il va dire celui là” mais sache que tu as été ridicule dans ta déclaration alors, d’autant plus que tu te dis favorable à la conférence nationale souveraine et que t’es toujours dans le PDG. Très chèr, un vrai, je dis bien un vrai PDGISTE lorsqu’il entend conférence nationale souveraine, c’est un cauchemar pour lui. Et toi te disant être encore PDGISTE, tu le dis comme si dans le PDG les choses se disent facilement commeca. Lorsqu’André MBA OBAME s’était autoproclammé Président de la République, alors que t’était encore Ministre et PDGISTE en plein, qu’est ce que tu n’a pas dit sur la déclaration d’André MBA OBAME. Aujourd’hui tu te dis PDGISTE et favorable à la conférence nationale souveraine. Père, la seule façon de prendre ta déclaration au sérieux c’est de dire ou, tu es toujours du PDG, ou tu es désormais opposant. Mais pour l’instant tu joues au pêcheur. Ya toi même le pêcheur, ta déclaration c’est la canne à pêche, lhamecon et l’appa, Ali BONGO c’est le poisson. On vera si ton plan va mordre. Mais mon cher Ali BONGO c’est pas un petit. C’est à son père qu’on faisait des trucs pareils.

  21. Brice Mezui dit :

    Mercii bocoup René, toi au moin tu as compris kil yavais une vrai crise dans ce pays..seul ls sourd émergent refuse de l’accepter, mais il fodrè kil reagisse très vite avan kil ne soit trop tard, a bon entendeur…

  22. mong y'olong dit :

    L’expérience est une lumière qui éclaire le chemin parcouru disais Confucius. Pourquoi être fang au gabon de nos jours pose tant problème ? En 2009, à ceux qui disaient(Plus de 70% des gabonais Tous Sauf Ali (TSA) ; on a opposé le désormais célèbre Tous sauf fang (TSF).Ce TSF qui devient un règle non écrite dans certaines administrations gabonaises. Le président Ali se retrouve malgré lui otage de ceux qui l’on fait roi qui agitent le chiffon rouge du fang comme l’ennemi à abattre, l’anti patriote, le catalyseur de toutes les rancoeurs et autre frustations gabonaises… Moi le fang qui n’a jamais adhéré à l’ex UN je me suis retrouvé samedi dernier bloqué dans un controle de gendarmerie de melen. Nous étions en cortège avec d’autres compatriotes non fang.A tous les autres on a rien dit, mais mon véhicule a été fouillé de fond en comble dès présentation de mes papiers. Ce qui a suscité l’ire de mes accompagnateurs. Nous y avons passé 45 minutes. Ce type de comportements assimilable au délits de faciès sont légions actuellement à Libreville. Nous nous devons de condamner ce type d’agissement pour ne pas donner du grains à moudre aux extrémistes de tous bords (et ils sont nombreux), qui n’attendent que l’occasion propice pour mettre le feu aux poudres. De grace évitons de faire du Gabon une Côte d’Ivoire bis. Mes frères pédégistes regardez comment les partisants de Gbagbo sont pourchassés et humiliés partout. Car en politique, il n’existe pas de certitude absolue.

  23. Ayong dit :

    Bravo RNO !

    Mais que pense ton ex- sous ministre de la communication BILIE BI NZE de ton appel à la conférence nationale souveraine ?

  24. arnaud MBOUMBEKING dit :

    A monsieur “blasédelavie” , seul les imbeciles ne change pas ; on adhere au PDG volontairement comme on peut en ressortire , RENE o ne FAME

  25. doquo luc dit :

    RNO : Bravo pour ta contribution dans l’instauration du dialogue et peut-être de la conférence nationale qui permettra au vrais fils et fille du Gabon de mettre à plat tous les problèmes du pays sur la table et de repartir du bon pied.

    Ndemezo : que penses-tu des bêtises de Ndoungou ????
    ça vole très très bas n’est ce pas non ????

  26. doquo luc dit :

    Visiblement SONG a des soucis avec RNO. Sache que c’est un humain, il peut faire des erreurs.

    Pour le moment cet homme devient très important dans pareille situation de crise politique, après tout c’est un gabonais, on connait là ou il est né et a grandit

    S’il te plait règle tes soucis avec cet homme hors de ce site, nous voulons votre contribution pour instaurer le dialogue pour une conférence national afin de régler les problèmes du pays comme le suggère l’Honorable Ndemezo ainsi que le Sénateur Coniquet à Owendo.

    RNO est très important pour le pays, laisser ce courageux tranquille.

  27. YOKO Mamboundou dit :

    Voila comment Mouretabe revient vouloir nous distraire avec du tribalisme anti-fang, de grâce ne tire pas le pays vers le bas, nous sommes fatigué de cette vielle recette.

    Sache que cette recette anti-fang ne fonctionne plus même si ça a souvent marcher pour bien entuber les non-fang qui ne voient que la poussière.

    Ali a démontrer que le PDG est son affaire hérité de son père OBO raison pour laquelle il s’est imposé avec force comme candidat du PDG en bafouant les statuts. Il n’y a même pas eu vote pour désigner le candidat.

    Dans ces conditions on fait comment ???? C’est le parti de ton père OK vas y et la suite on la connait !!!!

    Alors arrêter de toujours nous servir le tribalisme antifang, ça a souvent marché le peuple pense que ça ne marchera plus.

    C’est comme en France, Sarkozy a échoué en voulant toujours utilisé la discrimination (certes ça avait marché il fut un temps) alors que les français avaient besoin d’autres chose que F.Hollande a compris d’ou la victoire de ce dernier.

    Invitons nos hommes politiques d’accepter la conférence nationale souveraine pour le plus grand bien des gabonais envahis par des étrangers très étranges et arrogants, en plus c’est eux qui dirige notre pays : on a vu ça ou ? Eh ben oui on le voit uniquement au Gabon d’Ali Bongo.

  28. pablo mozess dit :

    Bien vue Yoko Mamboundou, le pays a besoin de tous ses fils et filles.

    Ndemezo est incontournable dans ce genre de situation de crise que veut volontairement ignorer ABO, sauf que la réalité est en tarin de le rattraper.

    Je comprends que le pouvoir rend sourd et aveugle aux dictateurs (confère B.Alasad, Ben Ali, etc) mais la volonté de la majorité de la population fini toujours par s’imposer lentement mais surement.

    Quel pays peut-être dirigé par des étrangers en lieu et place des gabonais eux mêmes sachant qu’ils ont des compétences requises pour travailler pour leur pays avec amour et patriotisme ????

    Pourquoi tourner les gabonais les uns contre les autres comme ABO le fait pour divertir les gens ????

  29. La Fille de la Veuve dit :

    Ce qui fait la force du propos de René NdEmezo’Obiang c’est le fait qu’il soit capable, tout en restant au PDG de dire ca ne va pas, ce que nous sommes en train de faire depuis 3 ans ne marche, Stop arrêtons !

    Il accepte ainsi d’affronter sur la place publique ses amis pour le bien du pays. Il nous dit : « Mon appartenance au PDG ne saurait m’amener a sacrifier mon pays ». Il nous dit : « La patrie avant le parti ».

    Alors qu’Ali Bongo dit : « Il n’y a pas de crise au Gabon » et que Boukoubi, Nzouba et leurs Vuvuzeleurs claironnent a la suite comme toujours, RNO affirme a la suite d’Ali Bongo et de tout ce monde : « j’observe la montée réelle de nombreuses tensions politiques et sociales dans notre pays, ainsi que le désir ardent des gabonaises et des gabonais de se parler, de dialoguer. »
    En quittant le PDG, si tel avait été son intention, son propos n’aurait pas été entendu et on aurait juste retenu que RNO à claqué la porte du PDG et de nombreuses raisons auraient pu être alors avancées.

    En agissant comme il l’a fait, RNO a réellement voulu que son message soit Clair : IL FAUT ALLER A LA CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE.

  30. madoungou dit :

    Merci Ndemezo, pendant que d’autres utilise la fibre tribalisme en particulier anti-fang qui est une vieille recette qui ne marche plus aujourd’hui surtout dans le contexte actuelle de la mondialisation.

    Les gabonais ont beaucoup voyagé et ont découvert comme ça se passe dans d’autres pays notamment en occident.

    En France c’est rare qu’un étranger occupe un poste de responsabilité dans la fonction publique.

    Au Gabon d’Ali c’est possible et c’est ce qui se passe. Alors quand les sages comme Ndemezo + Coniquet tirent la sonnette d’alarme on doit les écouter, c’est pour éviter le pire, et le pire c’est l’avenir….

  31. andakdouma dit :

    Visiblement SONG a des soucis personnels avec Ndemezo, on te comprend.

    S’il vous plait épargnez nous de vos problèmes personnels, tout le monde en a, soyez plutôt positif pour le plus grand bien de notre cause commune. L’homme prône tout simplement le dialogue

    N’importe comment le pays a besoin de ces hommes d’expérience pour allez vers l’avant d’abord politiquement et le reste suivra certainement.

  32. Moi même dit :

    Ah Ah Ah Ah Ah Ah !!!!!!!!!

    les politiques arrivent encore à vos distraire. En tout cas si vous êtes “du peuple” avec ou sans conférence Nationale vous n’aurez RIEN ah ah ah ah ah ah ah !!!! je dis bien Rien, la preuve c’est qu’au moment où les chinois, les Japonais et les autres travaillent, vous vous excitez pour Ali ou Mba Obame. Mais vous aurez quel pouvoir ? le pouvoir est d’abord économique, c’est le fric qui prend les décisions, demandez à Obama, il ne dirige pas les USA, il n’a pas de fric. C’est le pognon qui dirige le monde, si tu n’a pas de fric dans ce domaine tu n’es rien. Et il y a des ong gabonaises qui l’ont compris. Elles ont trouvé des financements chez des grands lobby pour faire du bruit, mais c’est l’argent qui dirige le monde. Continuez de vous exciter vous allez finir votre life au bas de l’échelle. Au fait vous avez de quoi surfer parce que ça rapport du fric à ceux décident, bref vous pouvez encore vous battre et peut être ça va rapporter du fric à ceux qui veulent vendre des armes dans le pays, mais ce qui vont se tirer dessus? se sont vos gamin BON DIEU.

    “No comment”

    • La Fille de la Veuve dit :

      @ moi meme,

      Mais puisque nous n’avons deja rien, qu’avons-nous a perdre ?

      Bien au contraire, nous avons tout a gagner a essayer de changer les choses en notre faveur, nous le peuple. Ce n’est peut-etre pas garanti, mais ce n’est qu’a ceux qui ne font rien que rien n’arrive.

      Vous avez tort quand vous affirmez qu’Obama ne dirige pas les USA. Diriger un pays ne signifie pas s’enrichir. Obama Dirige les USA, Hollande dirige la France, merkel dirige l’Allemagne. Aucun n’est riche parce qu’aucun d’eux ne le fait pour etre riche. mais chacun d’eux inscrit sont nom dans le grand livre de l’histoire de l’humanite. Et pour certain, c’est plus important d’abolir la peine de mort que de figurer dans le livre des reccords des fortunes de ce monde. Comme pour certains Gabonais, il est bien plus important d’etre libre et de vivre dans la dignite que d’etre lache et de vivre terre comme une taupe.

      pour finir, en 1948 l’Inde a prefere la misere de l’Independance a la fortune supposee de la colonisation britannique. 64 ans apres ou en sommes-nous ? C’est d’abord la liberte et la democratie qui ont crees les conditions de la prosperite actuelle de l’Inde.

    • Guy Massard dit :

      @Moi même. Du grand n’importe quoi !!!! Le pognon toujours et encore. Qui vous a dit que le pognon se fabrique sans vision stratégique, dans la tricherie, la fourberie, la négation de tous les principes ? Vous me parlerez de la Chine ou des dragons d’Asie du sud-est, je vous dirai que ces régimes ont, au moins, la particularité d’être acceptés par leurs peuples, comme l’était le régime d’Omar Bongo. Je vous dirai aussi qu’en 52 ans, la Chine a plus changé de dirigeants que le Gabon. je vous dirai aussi qu’au sein du Parti communistre chinois, il ya de vrais débats internes, il ya une vision stratégique. Or, le régime d’Ali Bongo est honni par les Gabonais qui ne l’ont jamais accepté. Pire, le PDG est une entité monolithique voire familiale qui exclut systématiquement toute personne qui n’adhère pas au catéchisme bongoïste. Si avec ça vous voulez faire du fric, je crains pour vous que vous ne soyez relégué au rang de machine à laver, comme cela est de plus en plus visble depuis 2009 avec les fumeux projets d’une multinationale bien connue….

      • Moi même dit :

        Le régime d’Omar Bongo Accepté par son peuple, pourtant il y a eu plus de morts, en 1993 qu’en 2009, en 1998 qu’en 2009 et plus de mort en 2005 qu’en 2009. Vous êtes aveugle ou quoi ? Si Omar Bongo c’est votre référence alors je crois pourquoi, les gens s’excitent autour des pseudo opposants gabonais et c’est demain que vous allez sortir de cette situation. je ne sais si vous savez de quoi vous parlez lorsque vous évoquez la Chine. Vous devez davantage vous informer sur ce pays, il a des choses à vous enseigner.

        Vous dites “le régime d’Ali Bongo est honni par les Gabonais qui ne l’ont jamais accepté. Pire, le PDG est une entité monolithique voire familiale qui exclut systématiquement toute personne qui n’adhère pas au catéchisme bongoïste” je vous le concède. mais vous ne dites pas qui le soutient depuis plus de 40 ans.
        Moi je demande au gabonais de travailler et de se battre dans leurs vies pour s’imposer dans ce monde, au lieu de se laisser distraire. si la Chine s’est imposer c’est parce qu’elle travaille

        • Guy Massard dit :

          @Moi-même. Ete accepté ne signifie pas être légitime ou ne pas faire de morts…. Le régime d’Omar Bongo était brutal, anti-démocratique mais les Gabonais admettaient le pouvoir d’Omar Bongo et les contestations post-électorales se tassaient en quelques mois. C’est d’ailleurs, cette erreur d’analyse qui a laissé Mborantsuo et ses huit gosses de la Cour constitutionnelle croire que bnous accepterions Ali Bongo après le putsch. Ete acceoté ou toléré n’est pas être légitime cher ami…. Pour la Chine, merci de nous informer en récrivant l’histoire comme vous savez si bien le faire. Comptez le nombre de dirigeants qui se sont succédé en Chine depuis 1960 ou plus simplement depuis Mao et vous verrez… Le soutien au PDG ou la référence à Omar Bongo ? Se réferer à quelque chose n’est pas en faire son modèle. Ici il s’agissait jusqte d’illustrer un propos et de marquer une nuance. Qui a soutenu Omar Bongo ? C’est une vielle antienne….. Ce qui compte aujourd’hui c’est comment faire partir la bande de prédateurs arrogants et incompétents que vous soutenez….

  33. MissMaroundou800 dit :

    Bien dit !!

  34. Moi même dit :

    Mais il n’y a pas de liberté dans ce moment, il y a juste des hommes qui dirigent et ils le font avec ceux qui ont du fric. Si vous vérifiez bien, les pauvres n’ont pas de décision à prendre même en Inde, ils suivent ce que les riches orchestrent. Ils n’ont pas de pouvoir. Si voulez décider un jour ayez un peu de pouvoir financier et vous comprendrez.

  35. douma dit :

    Ceux qui dirigent le font mal raison pour laquelle il y a trop de tensions politique et sociales, il faut discuter, pourquoi le pouvoir ne veut pas ????
    Si la situation politique n’est pas bonne, l’économie va empatir et au final le social ne pourra pas être fait.

  36. Moi même dit :

    C’est normal dans ce pays c’est la politique qui fait l’économie. dans les autres pays c’est l’économie qui fait la politique

  37. enombo dit :

    En principe dans nos genre de pays (en voie de développement) et même dans les grandes démocraties, la politique a toujours été le “leitmotiv” qui insuffle une dynamique économique pour mieux faire le social si ça dit aux gouvernants de s’occuper de leur peuple.

    Ce n’est que récemment où dans les grandes démocratie (France, USA, etc) on a vu l’économie l’emporté sur la politique. Cela est possible parce que les occidentaux avaient mis en place depuis longtemps des institutions fortes au lieu des hommes forts ce qui fait que quand ça ne va pas on peut très vite remonter à la source parce que les responsabilités seront partagées avec les sanctions adéquates quelque soit la personne ainsi que son appartenance politique : c’est ça les respect des institutions démocratiques préétablies. Donc rien que le mérite…

    Dans le cas de la récente crise financière en occident, ce n’était pas la faute des politiques mis en places dans le système capitalo-libéral mais plutôt la non maitrise des limites de spéculations boursières qui a découlé par la suite ce qui fait que au final la crise financière s’est installée aux conséquences politiques que tout le monde connait en occident puisque les agences financières avaient pris le dessus sur la politique tel est le cas de la Grèce…

    Au Gabon, nous ne somme qu’au début, donc il faut faire une politique qui satisfait la majorité de la population pour une dynamique collective et dans le respect des (nouvelles) règles établies sans “passe-droit”, d’où l’appel du sénateur Coniquet à Owendo et de l’Honorable Ndemezo dans la Commune de Bitam

    • le we la dit :

      très belle analyse cher ami enombo…..partant de cela certain comprendront mieux qu’il ne peut y avoir de véritables activités économiques favorables aux investissements aussi bien locaux qu’étrangers s’il n’y a pas une meilleur transparence et lisibilité de notre environnement politique…..
      vouloir prôner le développement sans assainir notre système politique…..vraiment !!! c’est comme vouloir faire en même temps un pas en avant et un pas en arrière…tout en se convainquant qu’il est possible d’avancer ainsi…

  38. willy dit :

    Je suis vraiment navre par des nombreuses reactions lues jusque la. En lisant entre les lignes, je me rends compte que tous ceux qui sont contre Ali Bongo le sont tout simplement parce qu’il n’est pas du meme cote que Mba Obame et Eyeghue Ndong. Sous le Gouvernement de Casimir Oyemba, Jackie mille diplomes…en passant par celui de Eyeghe Ndong le Gabon fonctionnait deja tres mal et le pays etait meme au sol, mais comme les opposants d’aujourd’hui etaient encore parti prenants du directoire decidant, l’on ferme complement les yeux la dessus. Pitie de nous. Honnetement parlant, le bilan d’Ali Bongo en 3 ans est largement superieurs a celui de Bongo en 15 ans. Si Bongo Pere pouvait vivre 100ans (malheureusement Regis Massima n’avait pas reussit a lui donner quelques annees de sa vie en depit de toute sa volonte), Mba obame, Eyeghe ndong et tout le reste seraient encore entrain d’opprimer le peuple et piller le pays comme ils l’ont fait pendant des annees. Comment peut on etre aussi aveugles. Ces hommes n’aiment pas le Gabon et les Gabonais!!! Ils font le bruit a Ali parce qu’ils ont ete ecartes des affaires that’s all.

    • Guy Massard dit :

      @Willy. Vous ne vivez pas au Gabon. Mba Obame, Eyéghé Ndong, Oyé Mba ont quittéé volontairement le PDG. Ils n’ont jamais été virés. Le 30 août 2009 ces personnalités n’étaient plus au gouvernement. Comment Ali a-t-il donc opu les écarter puisqu’il n’est accusé d’être président que depuis octobre 2009 ? De telles incohérences historiques traduisent le côté enfantin de votre réaction…. Personne n’est obligé de réagir… On peut se contenter de lire….

  39. abine ntoma dit :

    Cher Willy, quand vous dites ceci : “En lisant entre les lignes, je me rends compte que tous ceux qui sont contre Ali Bongo le sont tout simplement parce qu’il n’est pas du meme cote que Mba Obame et Eyeghue Ndong”

    Willy s’il vous plait, tout le monde n’est pas pro-AMO.
    Votre sentiment tribaliste anti-fang se ressent très bien.
    Le temps où ces méthodes anciennes pour bien entuber les non-fang en leur servant cette vieille recette est révolu.

    Willy si tu aimes ton pays, acceptes-tu que nos dirigeants salissent l’image du Gabon en France comme l’ont fait le porte Parole de la présidence de la république et compagnie en faisant faux et usage de faux documents ????

    Dans ce cas précis, quelle est la réaction du procureur de la république face à cette délinquance au col blanc au sommet de l’État ???

    Nous comprenons bien votre sentiment anti-fang mais le temps est au changement et ce changement est en marche au Gabon.

    Willy tu as maintenant la preuve par récurrence que Ali et le PDG de son père sont des trafiquants.
    Personnes ne peut plus douter aujourd’hui qu’ils avaient trafiqué les procès verbaux en 2009 puisque ils ont encore été pris en flagrant délit en France pour faux et usage de faux.

    Je suis triste pour mon pays, je pense que si tu aimes le Gabon tu devrais t’en indigner et dire : PLUS JAMAIS ça !
    D’où l’importance d’un dialogue républicain et donc une conférence nationale souveraine pour fixer les nouvelles règles pour que les gabonais se réapproprient leur pays parce que il y a des gabonais très compétents qui sont à l’étranger dont certains ont eu la malchance d’être fang et automatiquement sont opposants pire encore si ils ont fait des études.

    Donc leur place n’est pas au Gabon alors que ce pays est normalement un pays en voire du développement donc à construire en impliquant tout les gabonais. C’est après qu’on peut faire appel aux étrangers dans des secteurs qui en vaut la peine.

    Donc il faut changer tout comme le souhaite AMO et compagnie, Ogouligende, Kombila et Coniquet + Ndemezo du PDG.

    Pffffff !!!!!!!!

  40. willy dit :

    @ abine ntoma, s’il ya une guerre contre les fang aujourd’hui, je serais moi meme victime parce que j’ai un cote fang et porte entierement un nom fang. Cessez de traitez les gens de tribalistes car je ne le suis pas. Citer les noms comme Eyeghe Ndong et Mba Obame,qui sont parmi les leader carismatiques de UN (qui est un parti dont on doit retablir la legitimite pour l’equilibre des forces politiques au Gabon), c’est montrer a tous ceux qui insultent le pouvoir actuel que le pays est ce qu’il est a cause de tous les Pede gistes d’hier et d’aujourd’hui. Toutes ces tetes pensantes a l’image de Nde mezo sont a l’origine du declin de notre pays pour avoir supporte le Parti qui a ete cree pour opprimer le peuple, piller le pays sans un seul plan de developpement. Maintenant qu’on amorce un semblant de developpement depuis 2009, je suis decu qu’on veuille ici nous faire croire que les choses s’empirent. @ Guy Massard, relisez moi. Dire qu’ils ont ete ecartes du pouvoir ne veut pas dire qu’ils ont ete vires. Le but de AMO c’est etre preseident, et on lui a fait ce qu’il a fait aux autres hier (ecarte brillamment). Le reste a “quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent” parce qu’il savait qu’il n’aurait plus les privileges qu’il avait avec le “Pere”. Certes, Il faut un debat politique pour la reconstruction du pays, mais arretez de nous montrer que ce sont les opposants d’aujourd’hui qui ont la solution au deveppement parce qu’ils n’ont rien fait quand ils etaient aux affaires.

    • Guy Massard dit :

      @Willy. Mboumiyakou a organisé les présidentielles de 93 et 98. Celle de 2005 fut l’oeuvre de Christian Clotaire Ivala. Mba Obame n’a jamais organisé de présidentielle puisqu’il n’est devenu ministre de l’Intérieur qu’en janvier 2006. En 2009, c’était au tour de Ndongou. Donc ceux qui ont truqué les élections présidentielles au gabon se nomment Mboumbou Miyakou, Christian Clotaire Ivala et Jean-François Ndongo avec une prime pour Mboumbou Miyakou, jadis surnommé le tripatouilleur national…. A ceux-là on peut ajouter tous ceux qui ont été membrres de la Cour constitutionnelle. Là aussi vous ne pourrez y mettre Mba Obame Vous réécrivez l’histoire. Attention à ne pas enseigner à vos enfants une histoire du Gabon tout droit sortie de votre imagination….

  41. MissMaroundou800 dit :

    No comment @ Willy je n’y comprends rien à ce que vs dites !!! Sorry sorry Willy. merci bien.

  42. Nguema dit :

    Ndemezo sait que l’étau contre son vol de l’argent de la CAN se resserre. il est obligé de jouer les équilibristes. c’est tout simplement un bandit. Tous ces voyous qui ont trompé Omar. Ali tient bon. le Gabon est avec toi.

    • Guy Massard dit :

      @Nguema. Et qui n’a pas volé l’argent du gabon ? Ali ? Vous nous faites rire. savez-vous combien l’hôpital militaire a coûté au Gabon ? savez-vous que pour les fêtes tournantes des casernes financées n’ont jamais vu le jour ? Connaissez-vous la réalité des comptes d’OPRAG…. Parlez, parlez mais ne le faites pas pour ne rien dire…. Qui a plus volé au Gabon que la famille Bongo ? Expliquez nous comment Jeff Bongo, un simple fonctionnaire du Trésor public, finance sur fonds proprees à hauteur de 4 millairds CFA un film ? Expliquez nous d’où vient la fortune de Pascaline Bongo ? Dites-nous qui a coulé la Banque du gabon et du luwemboug si ce n’est Patience Dabany, la “maman” de Ali Bongo ?

      • La Fille de la Veuve dit :

        @ Guy Massard, il faut comprendre le raisonnement PDGiste de notre Ami @ Nguema;

        Le Gabon étant la propriété des Bongo, tant que vous êtes un de leurs sujets sagement et fidèlement installé au PDG, vous ne pouvez être un voleur. Vous avez juste la chance de bénéficier de la Générosité de votre bienfaiteur : La Famille BONGO.

        Essayez de quitter le PDG ou de penser par vous-même. Amusez-vous a avoir un avis différent de celui de BONGO. Alors vous devenez Traitre, Voleur, Mauvais Gabonais, Tribaliste, etc.

        C’est cela le Gabon vu par le PDG. La propriété privé de la famille BONGO.

  43. l'amour de kingstone dit :

    Ndemezo n’a pas géré la logistique de la CAN, il a coordonné les choses sur le plan politique depuis le ministère.
    Demander plutôt des comptes financières aux agences des grand travaux.

    ABO a une vision pour le Gabon, mais il s’est enfoncé gravement. C’est son parti qui doit normalement faire le service après vente. En dehors de Ndemezo et Coniquet, personne ne lève le petit doigt pour proposer quelque chose de sortie de crise.
    C’est maintenant qu’il faut défendre ABO

  44. mindzadzala dit :

    Le problème de ABO est son entourage avec des étrangers très étranges qui sont plus gabonais que nous tous, ce sont ceux là aussi qui entretiennent gravement ce sentiment antifang qui vaut son pouvoir l’indifférence totale et le rejet du peuple dans sa majorité.

    Il faut reconnaitre que AVANT, les grands ami de ABO étaient les fang.
    Le désamour envers son frère AMO est venu depuis son éviction au ministère de l’intérieur et lors de l’investiture de ABO par le PDG.
    Mais ABO dans sa course au pouvoir a choisi de casser tout obstacle sur son passage au point de s’entourer avec ceux qui font qu’aujourd’hui il soit isolé. Or quand on est isolé on est capturable…
    En tout cas ABO va discuter avec son frère AMO tôt ou tard, l’urgence du moment va l’imposer et l’un ou l’autre n’aura pas le droit de refuser.
    c’est maintenant clair qu’ils sont diamétralement opposés sur le plan politique ce qui est une bonne chose pour le pays sur le plan démocratique.

    • Guy Massard dit :

      @Minzadzala. L’entourage ne s’est pas auto-nommé. Le problème c’est celui qui nomme. C’est lui qui ne sait pas s’entourer. C’est lui ne sait pas constituer une équipe en tenant compte (1) du rapport de force politique, (2) de la technicité, (3) de la connaissance du fonctionnement de l’appareil d’Etat (4) de la capacité d’organisation des uns et des autres et (5) de leur capacité à anticiper et se projeter dans l’avenir… Le problème gabonais porte un nom, quoi que vous en disiez ; Ali Bongo

  45. may sur mer dit :

    Le bilan de Ndemezo est globalement positif, aucun étaux ne se resserre autour de lui.
    ABO a maintenant intéret à l’écouter

  46. bingougoumagondo dit :

    Guy Massard, nous sommes d’accord sur les 5 points que tu as souligné. je pense que ABO n’a pas encore dit son dernier mot.
    Il faut savoir qu’il n’est pas bête, il va réagir et il va surprendre beaucoup de gabonais. Par exemple, le problème du fameux Accombeci pourra se résoudre d’ici peu, vous allez voir…
    Il doit réinventer avant tout le PDG à sa manière selon les exigences du moment en composant dans le fond et non la forme avec ses frères du nord en lieu pour faire le contraire du tribalisme anti-fang qui lui a été imposé par les faiseurs de roi pour bien l’isoler.

    • Maixent Boukoubi dit :

      @bingougoumagondo. Vous en etes encore à rêver ? Si à mi-mandat on en est encore là, quand est-ce qu’il fera cela ? On ne fait pas d’un bouc un cheval de course. Voilà tout….. Tout le monde n’est pas taillé pour tous les postes. Zacahrie Noah fut footballeur son fils Yannick tennisman et le fils de ce dernier Joakim basketteur…. Ce n’est pas parce que papa a été quelque chose que tous ses gosses croient pouvoir le devenir. Aucun fils Paltini n’est footballeur…. Une fois encore, jamais un bouc ne deviendra un cheval de course. Malheuresement pour vous, celui dont vous parlez n’est pas un inconnu, hormis une certaine maîtrise des claviers ( plus précisément du piano) personne ne lui a jamais reconnu de talent, y compris ceux qui font semblant d’y croire aujourd’hui par couardose et opportunisme…. Voilà tout…

  47. bingougoumagondo dit :

    ABO va rebondir jusqu’à nous surprendre positivement pour l’intérêt du Gabon qu’il aime profondément me si vous êtes sceptiques et je peux vous comprendre, vous allez voir.
    Il rebondira surtout dans le bon sens parce que il aime le Gabon et il vient de comprendre ce que les vrais gabonais, ses compatriotes veulent dans le fond.

  48. bingougoumagondo dit :

    ABO est un quelqu’un de bien dans le fond.
    Excusons le, il se débarrassera de Accombessi dans bientot, il sait que le Gabon doit être un pays émergent et cette émergence ne pourra se faire qu’avec des vrais gabonais.
    ABO a laissé le tribalisme anti-fang, il veut composé avec tout le monde.

  49. MissMaroundou800 dit :

    @ Bingougoumagonda, J’espère qu’il rebondira positivement…!!! lol

  50. Grand Maitre du Djobi dit :

    Bravo RNO, nous pensons que le PDG doit t’écouter vue ce qui est entrain de se passer à Mouila, c’est comme si tu savais.

  51. DE POTOS dit :

    Ndemezo, dit à ABO que si il continue sur cette voie entretenue par ses faiseurs de roi, il sera cuit.

    Nous avons les échos de Mouila, c’est du lourd qui se prépare là-bas, nous sommes très surpris de la grande union de l’opposition, personne ne pouvait l’imaginer. De plus AMO n’y est pas et c’est comme si il était ce qui veut dire que le sentiment de changement est bel et bien là.

    Si ABO ne négocie pas ça va être difficile pour lui de contenir la population et si il envoie l’armée pour tabasser le peuple quand les manifestations de la rue vont commencer, ce sera pour lui la CPI car l’opposition gabonaise est devenue responsable et reconnu par la communauté nationale et internationale notamment par la France de F.Hollande et le PS, ce qui veut dire : ATTENTION !!!!

    Donc ABO et le PDG ne peuvent plus discréditer l’opposition, ils seront obliger de céder, mais à quel prix ?

    What is the question

  52. koko dit :

    Ndemezo, vite, allez y vite le peuple attend que tu amène les autres à la raison nationale comme tu l’as ressenti
    Mboukou mamé !!!

  53. bougui dit :

    ne laisser pas l’opposition s’accaparer de la conférence nationale souveraine, faite quelque chose car l’opposition au Gabon est maintenant reconnue par la communauté internationale

  54. Grand Maitre du Djobi dit :

    Donc Ndemezo avait raison.

    Nous ne voyons pas comment le PDG va survivre avec cet envie de changement fortement voulu par le peuple et pire encore par l’opposition qui est devenue crédible et responsable et reconnue aussi par la communauté internationale dont la France de F.Hollande.

    De plus les accords militaires ont été révisés, ce qui veut dire que l’armée française ne peut plus venir en aide au président du Gabon en cas de soulèvement interne (revendications légitimes du peuple) comme ce fut le cas à Port-gentil à l’époque de OBO.

  55. MAGONDO dit :

    Quelle miracle fera le PDG pour renverser démocratiquement la tendance.

    L’opposition a bien imprimé sa nouvelle marque. Ce qui est surprenant c’est l’union qu’ils ont appelé l’Union des Forces du Changement (UFC)

  56. ETENGOU dit :

    Donc Ndemezo a bien ressenti la chose et a eu raison.

    C’est bien que L’UNION DES FORCES DU CHANGEMENT (UFC) est née. Merci l’opposition responsable et reconnue par la communauté internationale notamment la France de F.Hollande.

    C’est encore bien que l’UFC est née dans la Ngounié et non dans le Woleu-Ntem parce que ABO et son PDG allaient encore sortir la très vieille botte qu’est le tribalisme anti-fang savamment orchestré pour bien entuber les non-fang parce que à leurs yeux ce sont les bénis oui oui.

    Nous espérons que cette fois que Mayila + Maganga Moussavou ne vont plus retourner leurs veste pour se désolidariser des autres si ABO leur fait des appels du pied.

  57. OLAM dit :

    La CNS voulue par l’opposition n’est pas à prendre à la légère.
    Si le PDG a fait semblant d’en ignorer, je pense qu’il a grossièrement tord.

  58. Abou dit :

    Que risque le PDG si il ne va à la CNS ?
    Le PDG risque de perdre le pouvoir et ça sent le soufre.

  59. Ngoung dit :

    maintenant que l’UFC est née, il va falloir maintenant discuter au lieu de faire l’esquive en s’abritant derrière l’Etat.
    Forcément que le PDG va négocier tôt ou tard, c’est une question de temps.
    Ndemezo tient toi prêt parce que quand on observe la scène politique nationale on constate que Gagui va faire appel à toi vu tes talents dans la maîtrise de la politique nationale gabonaise.

  60. madonna dit :

    Ton expérience peut servir beaucoup à l’opposition si ABO veut la mort du PDG de son père c’est-à-dire si il continue sur cette voie.
    Et d’ailleurs il continue sur cette voie puisque il vient de reconduire sa belle mère à la cours constitutionnelle.

  61. BIGOUGOUMA dit :

    Ndemezo est un visionnaire, il sait très bien que la mayonnaise de ABO n’a pas encore pris.

    Quand on observe bien, la déclaration de RNO n’est pas à prendre à la légère, il dû consulter ses amis (et pas des moindres) avant d’aller parler chez lui dans son fief à Bitam.

    On lui reprochait de s’être entourer des voyous qui ont eux même pris la poutre escampette à la 1ere orage, aujourd’hui c’est carrément le contraire raison pour laquelle le pouvoir tremble.

    Sa parenté avec AMO doit certainement aussi faire trembler le pouvoir.

  62. MUANO'OO dit :

    Quand RNO dit ceci : “j’observe la montée réelle de nombreuses tensions politiques et sociales dans notre pays, ainsi que le désir ardent des gabonaises et des gabonais de se parler, de dialoguer. Dans ces conditions, et pour préserver la Paix dont le défunt président Omar Bongo Ondimba disait qu’elle n’a pas de prix, je souhaite que le chef de l’État prenne l’initiative de favoriser une rencontre entre toutes les forces vives de la Nation, dans un cadre à définir de manière consensuelle”.
    Le pouvoir ne doit pas refuser le dialogue.

    Surtout avec les délinquants comme Bilé Bi Zé (confère son casier judiciaire et le Pr ONA ONDO ne me démentira pas à ce sujet) ABO et son PDG n’iront pas loin dans cette vision des choses.

  63. Bidzofaza dit :

    Nul besoin de rappeler que le peuple regarde et a besoin d’un nouveau souffle qui ne peut naître qu’après un vrai dialogue.
    Un jour pourrai arriver de rendre des compte a la hauteur de l’arrogance vis-vis du peuple!

    Voila pourquoi Ndemezo appelle au dialogue comme le leur a montré Feu OBO au prix de la paix en passant par la tolérance sauf que quand on est bête comme toto on est nul et con en même temps

  64. chocolat dit :

    Il faut dialoguer pour un Gabon nouveau, cela ne veut pas dire que ABO cédera son fauteuil.

  65. boungabounga dit :

    Les gens comme ndemezo, toungui, adiaheno, biyogue mba doivent convaincre et rassurer le président qu’il ne quittera pas son poste et que le dialogue national est plus que nécessaire.

  66. mboune dit :

    Il faut la CNS et mettre les étrangers arrogants et incompétent dehors et garder ceux et celles qui nous apportent leur force de travail et en retour ils auront l’hospitalité.

  67. ongari dit :

    mboune a raison. Pas tous les étrangers mais ceux qui font main basse et qui sont arrogant et incompétent.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW