Loin d’être désemparé, l’ancien candidat à la dernière présidentielle a réaffirmé, ce 30 septembre sur RFI, son engagement dans le combat de revendication de sa victoire face à Ali Bongo : «On ne peut pas être KO quand on sait qu’on a le peuple, le droit et la communauté internationale avec soi».

© answersafrica.com

© answersafrica.com

 

En dépit de la prestation de serment d’Ali Bongo, Jean Ping ne désarme pas, comme il l’a une nouvelle fois démontré sur Radio France internationale (RFI), ce 30 septembre. «Je ne peux pas être KO. On ne peut pas être KO quand on sait qu’on a le peuple avec soi, le droit avec soi et la communauté internationale avec soi. On ne peut pas être KO», a confié Jean Ping, expliquant au passage son appel à la «résistance active».

«Ça veut dire, tout simplement, que nous avons en face de nous quelqu’un qui a usurpé les résultats des élections, qui a fait un coup d’Etat militaro-électoral, qui a pris le pouvoir, qui veut le conserver encore sept ans. Ça veut dire 57 ans de pouvoir. Et ils utilisent tous les moyens pour y arriver. Et je crois que, cette fois-ci, le peuple ne veut plus de ça», a expliqué Jean Ping.

L’ancien candidat à la dernière présidentielle est également revenu sur le dialogue inclusif que le pouvoir entend organiser incessamment. Avec qui ? Jean Ping s’en est expliqué. «C’est simple : le dialogue est quelque chose qu’on ne peut pas négliger. Surtout lorsque le pays traverse une crise aussi grave. Je pense simplement que le dialogue doit être organisé par celui qui a gagné les élections, avec tous les Gabonais», a-t-il indiqué. «Pas par celui qui n’a pas gagné et qui cherche un dialogue juste pour se faire légitimer ! Et de surcroît, il vous appelle au dialogue revolver sur la tempe, les Mirage qui terrorisent les populations à basse altitude, les hélicoptères d’attaque, les emprisonnements, les tueries… Est-ce un dialogue, ça ? Ce n’est pas un dialogue !», a-t-il poursuivi.

Taxé d’incitateur à la haine et à la violence par ses détracteurs, Jean Ping s’en est défendu. «La violence est pratiquée par Ali, pas par nous (…) Les avions à réaction qui volent à basse altitude, c’est contre qui ? Les hélicoptères d’attaque, c’est contre qui ? Les arrestations arbitraires, c’est contre qui ? Les morts qui ne cessent de s’accumuler, c’est contre qui ? Il y a une volée de violence disproportionnée de l’Etat. Nous, nous n’avons tué personne, nous n’avons pas d’armes», a-t-il déclaré.

Conseillé par la communauté internationale de déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle, après la proclamation de la victoire d’Ali Bongo par la Commission nationale électorale autonome et permanente (Cenap), l’ancien candidat a dit être partagé sur le fait d’accepter cette démarche. «Non, parce que si nous ne l’avions pas fait, la communauté internationale nous aurait accusés de ceci ou de cela, de ne pas vouloir respecter les règles. Nous l’avons donc fait en pensant que la communauté internationale jouerait à son tour son rôle. Et ça n’a pas été le cas. Nous pensons que la communauté internationale doit maintenant jouer son rôle», a-t-il indiqué, avant d’ajouter : «La population gabonaise en appelle à l’assistance de la communauté internationale».

 

 
 

33 Commentaires

  1. BIGBILY dit :

    Ping-pong peut continuer toujours à rêver les jeux sont fait,il n’a plus de soutien numéro l’intérieur ni de l’extérieur les puissances étrangères l’ont bien compris tout le monde est parti Ping-pong est seul comme un clown sur scène.

    • Fille dit :

      Mais non mon petit, c’est vous qui êtes dans l’illusion devenue pour vous réalité à cause de la force brute que vous opposez à la volonté des gabonais. Les jeux ne sont pas faits. La ficelle est trop grosse cette fois ci.

  2. chance dit :

    Quand je vois Ali venir à la télé et dire qu’ il a eu la confiance des Gabonais, sincèrement je suis sidéré. Ce monsieur n’ a aucune morale. Quel image donne t’ il au Gabon au plan international ? il nous enfonce dans la merde pour des intérêts personnel.

    • Ogoula Nze dit :

      C est plutot PING qui a voulu utiliser l election et les gabonais pour resoudre des problemes personnels.

      Mias il perd son temps, ca na pas marche et ca ne marchera pas.

      Maintenat retour a la realite, il pensait qu en etant president il allait s affranchir des dossiers de corruptions et des scandales financiers qui le suivent.

      Les procedures suivent son leur cours…On n a pas oublie. On ne peut pas oublier…

      Attendez ca arrive..comme il n a rien a faire dans sa vie, il a fini de faire sa vie et na que des souvenirs, et plus d avenir…attendez ca arrive avec la cour Penale internationale…Il aura de quoi s occuper.

      Mais Vous chers freres et soeurs…pensez a votre vie, a votre travail, a construire une famille et un avenir..

      Cela ne se fera pas par magie par le fait que quelqu un soit president ou pas, mais par vos efforts et votre travail quotidien.

      Prenez soin de vous.

  3. Le juste dit :

    Il parle de quelle communauté Internationale ? La même qui est entrain de se moquer de lui?

    • l'ombre qui marche dit :

      Bien parlé le plan B dont je parlais c’était faire entendre le bruit des kalach à l’usurpateur et sa clique car je savais que les pédégistes nous enverraient leur armée en OR nous tuer avec les armes achetées par mos impôts car cette armée n’a rien de patriotique même ces militaires savent qu’ils ont voté contre ali mais obéissent à des ordres données par des hauts gradés de pacotille! en ce qui me concerne j’ai déjà donné trois mois de préavis aux trois miliciens qui louent chez moi et chez mon père j’espère qu’ils trouveront des maisons à louer à la sablière avec leur solde!

  4. l'ombre qui marche dit :

    Mince! lire “les armes achetées par nos impôts” et plus loin “des ordres donnés”

  5. le gaboma dit :

    bien dit mon frère moi aussi jai donner un préavis a trois militaires qui vivent chez moi ce sont des bandits

  6. Marino Ngokeleleh dit :

    Précisez la DÉTERMINATION des GABONAISES et des GABONAIS

  7. Koek lun dit :

    Il faut continuer le combat ! Jean Ping est le president . Nous devons perseverer nous avons la communaute internationale avec nous . Le jour du deuil c est le 6 nous allons profiter pour marcher Vers la cours const . Nous allons montrer nos larmes a cette femmme Qui. N a pas dit le droit . Et de la nous allons Vers la presidence du Gabon on se receuillera labas et que le locataire de labas s il lui reste encore quelque chose d humain qu il quite on lui serait gre . Doit on oublier les pv de votes ou on inverser les resultats de votes et que ou Jean Ping a gagne ? Doit on oublie nos freres tues dans une nuit ensanglantee qui fut pour tout un peuple une nuit eternelle ? Doit on oublier les cris des vainqueurs et les cris des perdants ? Doit on oublier que c est Jean Ping qui a gagne les elections pour donner la chances a tous les gabonnais meurtris par la corruption des dignitaires gabonais de la monarchie bongo? Non Mes freres nous ne seront jamais complices de ces crimes . S ils veulent qu ils nous prennent tous en addition pour dernieres victimes y Comprit Ping tous nos sentiments leurs seront asservis

  8. Koek lun dit :

    Doit on oublier si on ne s en souvient plus nos freres tues injustement et prives des funerailles ? Doit on oublier si on ne s en souvient plus nos freres arretes (juste parceque ils sont honnetes de dire que Ping a gagne) et envoyes dans nos prisons ? Non non !

    • Ogoula Nze dit :

      Il fallait y penser avant mon cher ou ma chere

      C est ce qui s appelle etre UNE PERSONNE RESPONSABLE.

      Mais SVP arretez d utiliser le malheur des gens comme fond de commerce.

      C est Malsain.

      De toute les facons. C est fini!

      Si vous avez la force de parler ainsi en

  9. Ogoula Nze dit :

    N importe quoi…

    GAME OVER M.PING.

    Toutes le manigances que vous avez montees contre le Gabon et contre sa dignite jusqu a aller vous offrir a Bourgi et a la Cote d Ivoire contre des DEALS dont vous seuls aviez les secrets, mais qui ne verront jamais le jour au GABON.

    Oui M.PING, pour vous c est fini vous etes tres age et croyez moi vous ne tiendrez pas.

    Personne ne vous suivra parce que chaque gabonais a une ambition et des reves qui ne dependent pas du fait que vous soyez president ou pas. Ou du fait que ce soit Ali qui soit President ou pas.

    Nous avons notre propre destin en main quelque soit le president.

    Donc ayez pitie des gabonais que vous voulez manipuler et pour qui vous n avez jamais rien fait et que vous n auriez rien fait du tout de toute facon.

    Vous avez des enfants et des petits enfants, ayez pitie d eux. Votre attitude n est pas responsable.

    Si vous ne voulez pas travailler pour le Gabon pendant les sept ans qui arrivent…c est votre choix. Votre choix sera respecte, alors respectez aussi le choix des autres.

    Bien cordialement.

    • Iboundji dit :

      C’est votre pestilente tyrannie qui fatigue. Elle donne les premiers coupables entrain de faire la morale aux premières victimes c’est du moutouki à tous les étages Discours propret formel, mais bien faiblard sur le fond puisque ne déconnecté des faits, et du climat général ambiant. Quid de l’excès de la souffrance, de l’humiliation et de la révolte, d’1 peuple veut témoigner la vérité de son vote et surtout de ses victimes inutiles? Le ras-le-bol s’exprime parfois par des expressions exagérées. Mais si personne ne dit la vérité, les opprimés (qui sont désormais de + en + nombreux et de – en – silencieux se sentent niés et veulent prouver qu’ils n’ont rien fait pour mériter pareille tyrannie. Vos mantras ineptes disent ”Non ne nous dites pas le mal que nous vous faisons depuis si longtemps” ”non ne vous révoltez pas, n’ayez pas d’ambition ou d’aspiration propre, sinon que serons-nous!” ou les esclaves de maison modernes ”non c’est notre faute ne luttons pas, ne nous indignons pas, acceptons d’être exploités et fermons-la”. La stratégie en cours d’étouffer de force ne sert qu’à retarder le moment de l’éclatement, comme cela paraît absolument évident de nos jours. Avec 1 lâcheté consommée, vous faites dans l’allusion sans nommer clairement les choses comme le fait d’avoir abattu inutilement des personnes pour l exemple vous demandez au Président Ping d’accepter d’en devenir le meurtrier ce qui est idiot et ignorantin car il n’y a pas de prescription à la douleur d’autrui il faut bien à 1 moment payer et le plus tôt est le mieux. Vos mantras ineptes prouvent juste que le chemin de l’enfer est pavé de (fausses ?) bonnes intentions… et malhonnêteté infatuée ….
      «Eli e virebe ke bèra tèbe » [l’arbre qui est courbé ne se relève plus] sagesse Ekang
      “A force de dire oui à tout, on disparaît soi-même !” C de Gaulle
      « Ovono wi kewe ngulu » [la ruse depasse la force] sagesse Myènè

  10. Koek lun dit :

    Les autres c est qui ? Bien sur vous avez une vie . Mais nous qui ne Sommes pas du clan nous n avons plus de vie . Notre vie c est la justice au Gabon et c est de cette justice que les gabonnais normaux auront aussi une vie comme la tienne que tu veux preserver . Mon cher ou ma chere , sache que nous n avons pas de vie. ma famille et moi seront devant . Pour quoi ca t ennuie si tu sais que tu n y seras pas.

  11. Koek lun dit :

    Et comme tu parle de trop age dans 7 ans ma fille qui est a la maternelle sera ton meilleur candidat! Lol !

  12. Rtg1 dit :

    De la dictature à la démocratie… KIAKIAKIAKIAKIAKIA 😉

    https://www.youtube.com/watch?v=1zUg9NrkcAQ

  13. Rtg1 dit :

    Tout est fin prêt pour passer à la vitesse supérieur, si l’ex-prési mbouroumbourou fait valoir les “accords de défense” et que les otangani’s y répondent favorablement. Ils peuvent déjà faire une croix sur le camps De Gaulle et d’autres privilèges… 😉

  14. Rtg1 dit :

    La trajectoire d’un peuple. Le Burkina Faso 😉

    https://vimeo.com/164691700

  15. louetsi dit :

    Ping est le president elu du gabon un point un trait

  16. Ogoula Nze dit :

    Je ne participe pas au forums de Gabon review pour me baigner dans l injure et dans le dialogue avec qui que soit. Si cela est le passe de certains, ils peuvent bien ne pas lire ces ecrits.

    Je pense que Gabon review est un medium serieux qui lorsque l on le lit donne une image du Gabon. Donc, je ne repondrai pas a vos invectives.

    Je dis juste qu il y a un temps pour tout. Le temps des elections, le temps de la construction…

    Un proverbe chinois dit: En tre le ruisseau et la Pierre, le ruisseau l emportera toujours. C est une question de temps.

    Dons ne bacuons pas dans l afropessimisme.

    On veut faire croire du n importe quoi sur le Gabon. Mais croyez moi les gens a l exterieur voient l exgaration.

    Bref…

    • LB dit :

      L Afrropessisme….? Cela me rappelle un débat entre Maître oyane et Denise Mekame. Au sortir de l élection de 2009, Maître Mekame nous disait que les institutions fonctionnent qu il n y a pas de problèmes donc pas besoin de dialoguer. Donc Monsieur, comme d habitude au Gabon on a fait la politique de l autruche et nous avons tous repris le boulot en se disant “on va encore faire comment”. Tout en sachant qu’ il y avait les casseroles de 2009…On a les a traîné en 2016. Et voilà le résultat…Je ne parlerai pas d Afropessisme parce k Monsieur voyez vous le vrai pb c est l être humain au delà des besoins primaires a aussi besoin de RÊVER. De rêver que dans mon pays c est possible d alterner c est possible de changer. Or cela on ne le peut pas. Bcp de nous aspirons à mieux pour nos enfants. Nous travaillons pour prendre soin de nos famille. Nous nous battons malgré le contexte a trouver des marché par ci par là. Mais il n en reste pas moins que ce pays est triste,malade,en deuil et qui reste foncièrement divisé. Donc nous allons travailler en sachant qu ali n est pas légitime et qu en 2023 sauf mort d homme il va encore rempile pour 2030 vu que l émergence c est pour 2025.

  17. lepositif dit :

    LETTRE A JEAN PING.
    Jean Ping, je me permets aujourd’hui de te suppléer de nous laisser maintenant tranquille. Tu as bien perdu ooh, tu as mal perdu ooh, les resultat est le meme, TU N’ES PAS LE PRESIDENT DU GABON. Tu as voulu etre president pas par amour du Gabon ou de son peuple comme tu veux le faire croire, mais par vengeance contre ton beau frere Ali Bongo, dixit toi meme quand tu as declare : “Comme il veulent m’emmerder, je vais les emmerder”, parce que les colloraborateurs de ton bof avait refuse de donner les marches a ta societe que tu as prefere aller installer chez ta femme en Cote d’Ivoire et donner du travail aux Ivoiriens a la place des Gabonais dont tu te sert aujourd’hui pour te venger.
    Ping ou etais-tu et qu’a tu fais quand on a emprisonne et torture ton frere Agondjo Okawe?
    Ping ou etais-tu et qu’a tu fais quand on a tue ton frere Joseph Rendjambe?
    N’etait-ce pas la, des occasions de changer de camp et de combattre ce pouvoir suppose etre les commanditaires de ces actes?
    Tu as prefere t’ amouracher avec la fille du suppose”tortionnaire” et “meurtrier” de tes freres.
    Seul le refus de pas te donner les marches au Gabon a reveille en toi l’ame de guerrier que tu affiches aux yeux du monde, toi le pompier de service que ton beau-pere Omar Bongo envoyait eteindre les incendies chez les voisins, voire au dela…devient le pyromane de son pays. Pourquoi tu es comme ca.
    Ping, dans les 200 morts que tu deplores dans les evenements du 31 Aout 2016, tu as perdu combien de tes enfants ou meme de parents?Combien? Parle vrai. Tes amis Myboto, Eyeghe Ndong, Oye Mba, etc. en ont perdu combien?
    Ce sont les enfants d’autrui que tu incites a aller revendiquez ta supposée victoire dans les rues, casser et piller les biens d’innocents, pendant que les tiens sont a l’abri du besoin et de la peur. Ping, pourquoi tu fais ca?
    Ping, c’est toi qui reclamme le recomptage des voix d’une election que tu as refuse a Laurent Gbagbo avec tes camardes de corconstaces les Francais au moment ou tu presidais l’Union Africaine? Tchuoooo, meme pas honte.
    Ping, tu as fais quoi pour que la communaute internationale dont tu deviens la marionnette empêche la mort de Mouammar Kadhafi?
    Ping, a ton age, tu ne realise meme pas que cette meme communaute internationale t’a roule dans la farine en te demandant de te conformer a la legalite avec ton recours a la Cour Constitutionnelle. Le diplomate que tu es, ne sait pas que cette meme communaute internationale ne peut pas etre hors la loi vis a vis d’un pays souverain quel que soit la qualite de ces institutions?
    Ping, agit comme un vieux, ne pense plus a ton avenir, mais a celui des jeunes qui vont avoir besoin de ton experience en allant au dialogue, faire un toilettage des reformes de notre loi electorale que tes anciens camarades et toi aviez change en 1998 au temps ou vous mangiez au PDG et ignoriez le Peuple et permettre au pays de se reconcilier avec ses enfants. Va au dialogue pour montrer aux yeux du monde que c’est l’avenir du Gabon qui t’importe et non le Pouvoir. A bon entendeur…salut.

  18. Top dit :

    A tous ceux qui sur ce site insultent, calomnient et poussent à la haine, lisez cette réplique de monsieur NDONG SIMA à vos post d’un autre âge.
    Vous proférez des discours de haine parce que l’on n’est pas idéologiquement d’accord avec vous sur telle ou telle question. Vous appelez à la violence parce que nous ne sommes de la même ethnie que vous. Vous appelez au meurtre parce que nous ne sommes pas de la même condition que vous.
    J’ai même lu dans un post ici que les militaires devraient être vidé des maisons qu’ils louent parce qu’ils n’auraient pas fait la volonté de ceux-là qui veulent embraser le pays. Mais bon sang où sommes-nous ? Une armée est censée être républicaine et non s’occuper de politique. Une armée est là pour protéger les biens et les personnes contre toutes menaces extérieures comme intérieures et non pour faire des coups d’état.
    Pour vous, un commerçant qui a sa petite boutique avec laquelle il paye les études de ses enfants, les nourrit, les habille, etc. et qui est pillée, cassée, détruite par des bandes de criminelles envoyés par ceux-là qui disent défendre la démocratie, devrait applaudir ? Quel est le rôle de l’armée dans ce genre de cas ? Laisser faire ou porter secours ?
    Cette femme, qui vend son manioc au marché d’AKEBE, pour pouvoir subvenir à ses besoins et ceux de sa famille et qui voit son commerce détruit ou son existence passer de vie à trépas parce qu’elle est originaire du HAUT OGOOUE et tout ceci au nom de la démocratie. Pour vous l’armée devrait laisser faire ou porter secours?
    Il y a une différence entre revendication politique responsable et ce que nous avons vécu le 31/08/2016. Ce que l’on devrait comprendre c’est que des voyous de tout bord, souvent manipulés et drogués sont envoyés afin de commettre des exactions, vandaliser, tuer, piller. Mais ça pour vous l’armée devrait laisser faire ?
    Quand des personnes préparent des actions déstabilisatrices contre la république soit disant au nom de la démocratie, l’armée devrait laisser faire ?
    Et Il y a tellement d’exemples à prendre.
    En tout cas merci à cette armée, cette police, cette gendarmerie qui a su protéger la population contre ces personnes et qui est restée professionnelle et républicaine. A mon avis, sans elle le pays aurait pu sombrer dans la désolation et le chaos.

    En tout cas Voici ce que dit NDONG SIMA:
    “J’ai le courage de mes opinions et je les revendique.
    Je n’appartiens pas à cette catégorie de pyromanes qui jettent de l’huile sur le feu en poussant la population à l’affrontement et à l’insurrection, à mains nues, contre des troupes légales entrainées et armées sans, en contrepartie, vouloir en assumer les conséquences.
    Je n’envoie pas aux gaz et aux balles (en caoutchouc ou réelles) une jeunesse dont une partie est excitée par des consommations de produits qui lui font perdre la tête. Je ne peux pas adhérer à des stratégies qui se donnent des objectifs quantitatifs de morts dans le but de faire intervenir les Nations Unies.
    Je ne compte pas sur les réactions épidermiques de certaines provinces qui ont les nerfs à fleur de peau et se posent généralement des questions après avoir réagi.
    Je ne crois pas qu’une élection soit un rendez-vous que le pays se donne tous les sept ans pour s’insulter, se diviser, s’entretuer, en un mot, pour s’entredéchirer.
    Je défends des positions difficiles, peut-être, mais claires et conformes à l’esprit républicain. Ma présence à la prestation de serment du candidat déclaré élu par la Cour Constitutionnelle a déclenché un déferlement d’injures et de menaces qui en dit long sur les convictions démocratiques de ceux qui les profèrent.
    Dans une République, espace dans lequel nous prétendons être, on commence par respecter les institutions. Au besoin, on fait la preuve qu’elles ne fonctionnement pas correctement. C’est bien ce que j’ai fait en allant à la Cour Constitutionnelle contester les décisions de la CENAP avant le début de la campagne. C’est encore ce que j’ai fait sans rencontrer le moindre écho (y compris chez ceux qui se plaignent aujourd’hui) en disant avec insistance que les préparatifs étaient bâclés et qu’il fallait reporter l’élection.
    Je note au demeurant que les ambassadeurs des Etats Unis, de l’Union européenne et de différents pays européens qui ont dénoncé des failles dans ce processus électoral sont venus à cette prestation de serment, représenter leurs pays et ont validé par la même occasion cette élection. Cette présence ne fait pas pour autant l’objet de critiques particulières.
    Le temps des bilans vient et chacun devra répondre de ses stratégies et non chercher à s’exonérer et même s’absoudre de ses erreurs en couvrant d’injures ceux qui ont eu le malheur d’exprimer des points de vue différents. Et ce n’est pas le vacarme sur le net qui y changera quelque chose.
    Lorsque l’Estuaire et l’Ogooué-Maritime, qui représentent 52% de l’électorat, ont un taux de participation de 46% à une élection majeure, il faut s’interroger sur le contenu de l’offre politique faite au pays. Il faut admettre que cette offre est restée loin des préoccupations des électeurs puisque cela veut dire que 54 électeurs sur 100 enrôlés ne sont pas allés voter, ne se sont pas sentis concernés. La classe politique a là un problème. On ne peut pas, c’est bien connu, se prévaloir de ses propres turpitudes et de ses erreurs.
    Alors que tous ceux qui m’adressent injures et menaces souvent derrière de courageux pseudonymes les gardent pour eux et commencent plutôt leur examen de conscience. De toute façon un jour ils sortiront de leur anonymat.
    J’ai le courage de mes opinions et je les revendique. Je suis un républicain et je respecte les institutions de la République. Je n’approuve pas toujours ce qu’elles font mais je m’inscris dans la légalité. On ne construit pas un pays dans la haine mais dans le dépassement et le surpassement de soi; dans la concorde et la fraternité.”
    Raymond NDONG SIMA
    A BIEN MEDITER!

    A gabonreview, j’aurai souhaité que vous en fassiez également écho mais je me rends compte que votre impartialité d’avant s’est effritée. je comprends que ça vous arrange de ne mettre sur votre site que des informations qui peuvent vous rapporter gros et non ceux qui permettent de faire comprendre à tous ici que nous n’avons qu’un seul pays et le bruler ne résoudra pas le problème de savoir quel candidat a remporté les élections présidentielles.

  19. la question que je me pose ne vous fâchée pas.
    Mr Ping a gagné les élections avec combien de voix svp j’aimerais savoir pour me situé

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW