La structure politique dirigée par Alexandre Barro Chambrier a récemment appelé le candidat du PDG au dernier scrutin présidentiel à «tendre la main» à Jean Ping, et la Cour constitutionnelle à respecter le vote des Gabonais.

Des membres du PDG-Héritage et Modernité, avec au centre Alexandre Barro Chambrier (archive). © Gabonreview

Des membres du PDG-Héritage et Modernité, avec au centre Alexandre Barro Chambrier (archive). © Gabonreview

 

Plus d’un an après leur démission du Parti démocratique gabonais (PDG), en raison de profonds désaccords en interne, les membres du Rassemblement Héritage & Modernité n’en ont visiblement pas fini avec Ali Bongo. Si «la pratique politique, la gouvernance, les forbans et la pathologie festive» attribuées au président de la République avait été évoquées pour justifier leur départ, des semaines après le scrutin présidentiel du 27 août 2016, ils estiment que son rejet par les Gabonais ne fait plus aucun doute. Pour Alexandre Barro Chambrier et les siens, le premier responsable du PDG est loin d’être un homme d’Etat. Il n’a d’ailleurs pas cessé de dégrader la fonction tout au long de son mandat.

Convaincu de ce que les résultats de la dernière élection présidentielle ont donné vainqueur Jean Ping, à la faveur d’une sortie effectuée le 20 septembre 2016, Héritage & Modernité a appelé Ali Bongo à rendre dignement son tablier. Pour la jeune structure politique ayant soutenu Guy Nzouba Ndama lors de la présidentielle, Ali Bongo a tout intérêt à «restaurer la sacralité, la grandeur, le prestige et l’autorité de la fonction présidentielle en reconnaissant sa défaite, en tendant la main à Jean Ping pour le féliciter et procéder à la passation des pouvoirs». Héritage & Modernité l’invite notamment à poser un «geste de grandeur, de respect de soi et d’honneur» devant permettre au président de la République actuel de retrouver une certaine estime aux yeux des Gabonais, mais davantage de rentrer dans l’histoire.

Beaucoup doutent que l’intéressé sera sensible à cet appel. Pour eux seule la Cour constitutionnelle est habilitée à l’y contraindre en cas d’invalidation de sa réélection. C’est sans doute pour cela que le Rassemblement Héritage & Modernité a invité la présidente de l’institution ainsi que les juges constitutionnels à «ne considérer que l’intérêt supérieur de la nation, à rendre la justice au nom du peuple et à respecter sa souveraineté».

 

 
 

8 Commentaires

  1. voix de la Nation dit :

    la Victoire au Peuple rien que la Victoire au Peuple.

  2. MOT dit :

    La machine est en marche. Il partira.

  3. le gaboma dit :

    Nous demandons seulement a mado de lire le droit c’est tout simple comme de l’eau a boire le peuple a voté massivement car ils pensent que le vote doit ètre légitime

  4. rekoula dit :

    Ma proposition comme solution à la crise : ALI PRESIDENT et PING premier Ministre.

  5. JEAN JACQUES dit :

    Voila les gens qui vivent dans un monde de reve . Notre champion Ali est le vrai gagnant, PING doit se soumettre au verdict des urnes

    • FINE BOUCHE dit :

      Cher Jean Jacques vous parlez au nom de tous les PDG, vous êtes le seul à réitérer les même propos dans le même ordre. Heureusement que vous êtes là, GABONREWIEV serait taxé de censurer les partisans d’Ali.Vous connaissez la vérite, elle est dans les urnes tout le reste c’est du mensonge.

  6. #9graines dit :

    C’est le temps! : ce petit-la,avec ces gens-là,ils ne seront plus là!:Ce fameux président sortant qui ne reviendra plus jamais.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW