Ayant peu apprécié son interview à Jeune Afrique, les soutiens de Jean Ping accusent la présidente de la Cour constitutionnelle de prendre parti pour le pouvoir et lui demandent d’en tirer les conséquences.

Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle. © D.R.

Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle. © D.R.

 

L’interview accordée, le 15 septembre 2016, par Marie-Madeleine Mborantsuo au site de Jeune Afrique a suscité l’«étonnement» et l’«indignation» des soutiens de Jean Ping. Dans une déclaration faite le 18 septembre, ils estiment que la présidente de la Cour constitutionnelle, «non satisfaite de s’épancher publiquement sur les tenants et aboutissants du contentieux électoral soumis au jugement de la juridiction qu’elle préside, a fait siennes la thèse et les arguments de monsieur Ali Bongo». Sinon, comment comprendre que comme lui, elle envisage d’aller au-delà de l’objet de la saisine du candidat consensuel de l’opposition pour s’intéresser aux provinces de l’Estuaire et du Woleu-Ntem ? Comment comprendre qu’elle se soit livrée à des commentaires et analyses sensiblement identiques à ceux du vainqueur provisoire du scrutin présidentiel du 27 août dernier ? Et comment comprendre qu’elle veuille s’intéresser au fait que Jean Ping se soit autoproclamé président de la République élu ?

itw-mborantsouo-2

Casimir Oye Mba, lisant la déclaration des soutiens de Jean Ping, le 18 septembre 2016. © Gabonreview

De Casimir Oye Mba à Guy Nzouba Ndama, les propos de Marie-Madeleine Mborantsuo sonnent comme l’expression d’un parti pris, tranchant de fait avec les obligations de neutralité et de réserve auxquelles elle est soumise. Aussi, ont-ils dit redouter «une décision politique couverte d’un vernis juridique» au terme de l’examen de la requête en réformation déposée par leur candidat, visant un recomptage des résultats bureau de vote par bureau de vote dans la province du Haut-Ogooué, où la participation a avoisiné les 100%, selon les résultats officiels.

Face à ce qu’ils ont considéré comme une faute de la part du responsable de l’institution la plus importante du pays, les soutiens de Jean Ping ont appelé Marie-Madeleine Mborantsuo à «tirer toutes les conséquences de sa prise de position politique». D’autant qu’«elle n’a plus l’autorité morale requise pour conduire la Cour constitutionnelle dans un processus si délicat de l’histoire de notre pays». Il s’agit, ont-ils justifié, de réhabiliter la légitimité de cette institution, dont la «décision inique» qui semble se profiler à l’horizon pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur l’avenir des Gabonais, voire du Gabon.

Pour les soutiens de Jean Ping, par ses propos, Marie-Madeleine Mborantsuo a «dilapidé le reste de crédit que l’on pouvait encore lui accorder». Pour eux, «elle vient d’en ajouter au climat de défiance et de méfiance qui préside aux relations entre la Cour constitutionnelle et le peuple gabonais», qui la perçoit comme une sorte de «Tour de Pise», penchant toujours d’un côté, et notamment du côté du pouvoir.

 

 
 

39 Commentaires

  1. dave dit :

    Cette dame n’a plus aucun sens de moralité et de citoyenneté il y’a plusieurs années. Elle a cessé d’être un modèle pour nos jeunes soeurs depuis qu’elle est à la tête de cette institution, donc moi je n’espère rien du tout venant d’elle. M

  2. la providence dit :

    j espesre qu’elle pourra ecouter les 1ere detonnations du siege de la Cours Constitutionnelles et qui marquera le signe de la fin de cette imposture!!!

  3. Alexandre pernot dit :

    Quoi qu’elle dise ou quoi qu’elle fasse, c’est la FIN !!!!

    • BIGBILY dit :

      Il faut arrêter le chantage et l’appel à la violence,vous les pingouins vous n’avez pas le monopole de la violence nous allons nous défendre s’il faut mais privilégions la PAIX.
      Vous assassinez les gens pour faire croire que c’est Ali qui donne l’ordre, vous êtes prêt à tout comme votre chef pour avoir le pouvoir.
      On a des preuves des vos crimes .

  4. okazaki dit :

    Mme Mborantsuo, le peuple au nom duquel vous dites le droit ne se laissera pas faire! Jusqu’au bout nous irons!

  5. alpha dit :

    Voila encore une femme qui se croit tout permise.. comment comprendre que la presidente d’une institution puisse tenir de tel propos? Pourquoi quand ce perroquet de Bilie bi nze a parle publiquement que Ali etait vainqueur personne ne leve le doigt..t dans .vraiment honte pour cette femme….la famille Bongo c se croit tout permit…dabs Gabon. On verra le 23.

  6. Le Villageois dit :

    C’est plus une femme d’affaires qu’une femme de droit. Elle ne va pas déroger à la règle qui dit qu’en affaires, on se préoccupe d’abord de ses intérêts.

  7. Charles Auleley dit :

    Prévisible…mais concoctons-lui aussi un retour du bâton prévisible. Soit une mort certaine au vu et au su de tous comme elle a souvent opéré: Le bûcher, la pendaison (haut, court….et bien penchée comme la Tour de Pise! ), une entaille à la carotide, une balle entre les yeux. Vite fait. Bien fait.
    Il faut en finir de façon exemplaire, dure et définitive avec elle ainsi que toute la bande de tricheurs. Bien évidemment, le Chef émergent sera le plat principal. La CPI ou toute autre prison serait du pur bonheur. Car ils nous nargueraient davantage derrière les barreaux.
    Y en a marre de ces assassins!

  8. Jean -jacques dit :

    De n’importe quoi la dame a dit la verité la cour doit tout verifier les 2580 pvs vous êtes que des sous hommes sans morale sans honte.laissez la dame son travail.avec votre haine.que vous allez tous payer.

  9. Antsiama dit :

    Toute chose a une fin . Vous êtes finis

  10. la pieuvre dit :

    Madame! Vous avez amassé beaucoup de biens, voulez-vous les perdre et perdre votre vie? Sachez que nous préférons mourir que d’accepter votre imposture. Nous on a plus rien à perdre, rien à gagner. Si vous voulez laisser un héritage à ce pays, prends la décision de dire la vérité rien que la vérité sinon toi même…

  11. Nangui dit :

    Quelle autre alternative reste au peuple gabonais si l’on valide la thèse selon laquelle 3 est plus grand que 6 ?

  12. kiki dit :

    A tous,
    Aux immortels(les) de ce beau pays que vous etes entrain de detruire pour continuer a reigner et imposer.Les ecoles que certains ont été pour s’eterniser dans leurs postes aujourd hui nous sortons de laba parfois même avec les nouvels techniques nous permettant de nous adapter a l’evolution du monde actuel.Il est temps que les immortelles laissent le pouvoir pour aller se reposer.Il n y a pas que vous dans ce pays.Avec autant de morts dans tout la pays et a cause de votre verdict de vendredi vous avez le choix de stopper le chaos ou de continuer et de rentrer dans l’histoire de ce pays et toutes les generations s’en souviendront.Le Gabon n’est pas un royaume.

  13. Alex Ondjila dit :

    Vous etes une honte pour le Gabon et l’Afrique et pourtant vous pretendez etre un enfant de Dieu mais sachez qu’il ne suffit pas d’ouvrir une église ou d’aller faire des pélérinages à Lourde ou au Vatican pour prétendre etre béni. On ne peut servir en meme temps l’argent et Dieu, vous en subirez les conséquances chere madame !

  14. CHE dit :

    Plan B
    Laisser MADO de coté /FIN POUR LE GABON/ JAMAIS DE BON AU POUVOIR AU GABON.

  15. akiba dit :

    Cette institution n’a pas d’expérience en matière de contentieux d’une élection présidentielle même pour les législatives il fallait d’abord soumettre la décision au palais du bord de mer. Depuis sa création les élections présidentielles sont régulièrement contesté pour et la cour n’a pas toujours pas de force pour réprimer. C’est le dernier tests que les gabonais l’accorde elle devrait saisir cette dernière occasion.

  16. oyemrepresente dit :

    Marie Mado il te reste un choix à faire.La cpi ou le pardon du peuple gabonais.

  17. wana brasiali dit :

    Si la cour constitutionnelle se permet de jouer ou tester les gabonais je pense que notre drapeau aura comme ajout la couleur rouge. car étant donné que sa discision n’est d’aucun recour et qu’il ne restera au peuple que la rue comme solution, il serai judicieux et sécuritaire que sa descision reflete la verité sinon soit de toute impartialité.
    car avoir beaucoup d’argent ne sert à rien si on ne peut dépenser un centime.

  18. Southgate dit :

    Bjr chères soeurs et frères gabonais !
    Je lis assidûment les commentaires des uns et des autres depuis le début de cette crise postélectorale, et je peux vous dire que rien ne se fera sans que le peuple se décide de prendre son destin en main. Je suis dans la province du haut ogooué, j’ai assisté au depouillement dans nombre de bureaux de vote, par conséquent je peux vous assurer que les chiffres publiés par la cenap et le ministère de l’intérieur sont faux et ça tout me monde le sait. De toute les façons, ils ne laisseront jamais le pouvoir leur filer entre mes mains, même par la voix des urnes. Dans l’histoire de l’humanité cela ne s’est jamais produit. Que ce soit sur notre continent ou en occident. Pour ne citer que le cas de la France, aucun souverain n’a abdiqué de lui meme au profit de la République. Pourquoi voulez vous que le Gabon soit une exception alors même que ce sont les mêmes raisons qui poussent ces gens là à vouloir se maintenir au pouvoir. N’attendez rien de la Cour constitutionnelle, elle ne peut pas se tirer une balle dans le pied. Beaucoup à leur place ferait certainement la même chose. C’est utopique de croire que la voix des urnes sera respectée, par ces gens-là car ce n’est pas dans leur intérêt. Ils ont si peur de ce qui pourrait leur arriver en cas d’alternance qu’ils sont prêts à tout pour pas le perdre. Je ne suis pas défaitiste encore moins pessimiste, mais tout simplement réaliste. Aucun individu normalement constitué ne peut accepter qu’on viole sa fille sans rien faire. C’est ce que font ces gens-là du peuple gabonais, qui a clairement exprimé son refus de les voir à la tête de ce pays. Que chacun prenne conscience de ce qu’il veut aussi bien pour lui que pour sa progéniture. Il est question ici de liberté et d’égalité en droit avant de penser à la prospérité. L’esclave ne peut s’épanouir, et s’il ne peut assumer sa révolte, il ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort. Prenons notre destin en main. Personne ne viendra la faire à notre place. Ce qui est en train de se faire, c’est un bouclage sécuritaire du pays en prélude à l’annonce de la Cour le 23 septembre. Ils ne comptent que sur une chose, les forces de sécurité et de défense. La peur du peuple à se faire violenter. Mais sachez que seul le peuple choisi son destin, par la joie ou par les larmes. La liberté, la vraie, a toujours eu un prix, soyons en conscients !!!
    Le 23, c’est dans quelque jours. Que ceux qui liront ce commentaire l’aient à l’esprit ce jour là !!!
    Que Dieu protège le Gabon !!!

  19. angazouamane dit :

    Amen ! Amen ! Amen ! Il n y a absolument rien à redire.

    • le GABONAIS dit :

      L’Afrique berceau de l’ingratitude est loin de s’épanouir.Depuis 1989 année de la conférence nationale,aucun candidat n’a pu terrasser le PDG Parti Démocratique Gabonais.Parti solidement implanté à travers les coins même très retirés du Gabon.L’opposition gabonaise veut le Pouvoir sur un plateau avec des acteurs politiques qui s’improvisent tout le temps.Ni moi ni ma famille ne sera dans la rue pour faire plaisir à ces richards.On ne comptera jamais un de mes parents mort ou sacrifié pour une opposition qui souhaite ramener le Gabon 50 ans en arrière.Je suis très convaincu du développement qui s’est accru dans mon pays le Gabon depuis 2009 grâce à ALI BONGO ONDIMBA.

  20. Jude OBAME dit :

    Message très important!!!

    A Mme Marie Madeline Mbourantsouo, nous savons pour qui vous penchez, mais comme nous pensons aussi que le bon sens ne vous a pas encore quitter, nous osons croire que vous direz le droit sorti des urnes enfin après plus de 18 ans de proclamation de faux résultats électoraux, vous êtes de fait inscrite au livre de records: 93, 98, 2005, 2009, mais 2016 chère madame, avec tout le respect maternel que vous devons, vous êtes priée de ne pas tenter l’impensable. la réaction du peuple sera violente et durable

    Pour l’instant vous n’êtes pas encore intégrée au fichier dont la descendance sera interdite d’occuper des hautes fonctions au Gabon, compte tenu de la haute trahison envers le peuple et l’Etat dont ont fait preuve leurs parents, il ne tient qu’à vous d’y rester en dehors. Au rang de cette liste figure déjà en tête Bongo Ali, Aboghé Ella, Billi Bi Nzé, Pacôme Boubélé Boubeya, Mathias Otounga Ossigadjouo et tous ceux qui voudront bien s’y ajouter, la liste est ouverte.

    Merci.

  21. le gaboma dit :

    C’est fini elle a tranché maintenant nous le peuple gabonais nous savons ce qu’il reste a faire cette petasse a toujours été comme sa je pari meme qu’elle couche déja avec ali elle ne perd rien pour attendre mado il faut mettre une armée devans chez toi car si ce n’est pas le cas tant pis pour toi salope

  22. Maeva dit :

    Pourquoi autant de haine et d’incitation à la violence dans un pays reconnu comme étant un pays de paix ? Relisez ce que vous écrivez. Est-ce là votre souhait pour le Gabon ?

  23. bonga pierre dit :

    Elle répond à la question posée sur ses affinités supposées avec Ali. Je pense très sincèrement qu’on ne peut pas donner une réponse juridique à une question d’ordre pesonnel.Ping a eu des enfants avec les Bongo, idem pour Mborantsuo, donc personne ne peut se prévaloir d’une quelconque relation familiale qui ferait pencher la balance dans un camp comme dans l’autre

  24. Jean -jacques dit :

    C’est tout ce queles sous hommes qui se declarent opposants savent faire qtjand la cour valide la victoire d’un faux opposant il n’y a pas depbmes.vous êtes tous que des gens mettre en prison.

  25. planB dit :

    Le plan B pour mborantsouo c’est ni Ali ni Ping il faut un homme neutre pour faire la transition

  26. blemine dit :

    je suis triste et lire certaines choses, juste une question qui peut me dire si être un Homme important est synonyme de ne pas avoir de sentiment nous sommes tous fait de chaire et de sang comment peut-on penser avoir le monopole de la violence verbale et se dire que personne n’a le droit de répondre?
    certaines personnes reste dans leurs maisons et pousses les autres dehors pour prendre les balle et on vient jouer les moralisateur par la suite.
    ce pays n’est pas la propriété de certain mais de tous les Gabonais, nous connaissons le début d’une guerre mais pas la fin de celle-ci, comparaison n’est pas raison nous sommes une population de moins 1.8 millions et cet pays peu facilement s’embraser, les autres on une populations 5 fois plus grande que la notre. le printemps arabe a commencé il y’a 5 ans et on en parle encore aujourd’hui la guerre du Congo voisin en 1994 à ce jour la centra-frique et bien d’autre c’est cela que nous voulons ? pour des personnes qui quelque soit alpha finiront par partir ? Dieu seul sait quand il va libéré le pays et personne ne s’y attendra car les voix du Seigneur sont impénétrable.

  27. Adis faye dit :

    Dans les luttes pour la liberté, chaque individu est un leader pour sa propre liberté et celle des autres. je trouve que gabonais réagissent souvent tard. pourquoi attendre le 23 pour manifester ? Les autres n’attendent pas. bref que Dieu vous libère.

  28. Adis faye dit :

    chaque individu est un leader pour sa propre liberté et celle des autres. Les gabonais réagissent souvent tard. pourquoi attendre le 23 pour manifester ? Les autres n’attendent pas. bref que Dieu vous libère.

  29. Adis faye dit :

    Pourquoi attendre le 23 vu que Marie mado a déjà choisi ? En plus tout le monde le sait. bref que Dieu agisse.

  30. Adis faye dit :

    Gabonreview, c’est comment ? ? Donc c’est pas étonnant que tout le monde attende le 23 alors qu’on voit tous le choix de Marie mado ? Ok je ne commettente plus

  31. amal dit :

    A entendre les declarations des uns et des autres, je me dis que le gabonais a perdu son ame a cause du mimetisme intellectuel. Il suffit de regarder a la television, pour voir les ravages de la guerre e en afghanistan, en irak, en syrie…les ivoiriens qui ont deja subi la guerre se sont servi de ping le dougourou pour detruire votre pays. Vos enfants paieront le prix tandisque ping sera a la cpi car les milliers des francais qui risquent de perdre leurs biens ne le laisseront pas faire. Les consequences eduquent mieux que les conseils. Salue!

  32. La justice dit :

    Ne vous méprenez pas. Cette Dame qui était la copine du père adoptif d’Ali veut perpétrer le système. Elle est à ce poste depuis combien de temps? Il faut qu’elle dégage aussi, n’y a t-il personne capable d’assurer ce qu’elle? Ou, parce que c’est l’héritage légué par leurs parents. Mais qu’ils sachent le Seigneur Jésus Christ n’a pas encore dit un mot pour ce pays. Cela ne saurait tarder. Ils verront la rétribution des méchants dont parlent les psaumes.
    Le Gabon n’est pas votre propriété, allez à Bongo-ville et faites en ce vous voulez. Dégagez du pouvoir même Satan ne veut plus de vous.
    Pendant la campagne vous avez dit:<>. Mais les pasteurs qui vous ont donnés ces paroles ne vous pas aussi dit que<>. Le peuple c’est exprimé alors acceptez-le et dégagez. A+

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW