Dans une lettre ouverte adressée au président français, la campagne internationale œuvrant à la promotion de l’alternance démocratique en Afrique a dressé une liste de requêtes. Notamment le changement de diplomatie vis-à-vis du Gabon et le gel de la coopération sécuritaire.

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

Dans le prolongement de sa série d’actions initiées depuis le «hold-up électoral» électoral d’Ali Bongo au dernier scrutin présidentiel, Tournons la page a adressé une lettre ouverte à François Hollande, le 5 octobre dernier. Œuvrant à la promotion de l’alternance démocratique en Afrique, les promoteurs de cette campagne ont demandé à Francois Hollande un changement de diplomatie vis-à-vis d’Ali Bongo et le gel de la coopération sécuritaire suite au hold-up électoral.

Tournons la page a fondé sa démarche sur la position de la France tout au long de la crise postélectorale au Gabon, avec une voix beaucoup plus forte vers la critique qu’à l’accoutumée. «Si les autorités du Gabon ont la responsabilité première de prendre les initiatives qui restaurent la confiance des Gabonais en leurs institutions, la France n’a-t-elle pas la responsabilité d’accorder sa politique extérieure avec le respect des droits fondamentaux et des valeurs démocratiques ?», s’est interrogé le mouvement.

Dans ce sens, Tournons la page s’est livré à une série de questions tout aussi pertinentes : «Quelle confiance les Français peuvent-ils avoir en l’action diplomatique de leur pays ? Quel message envoyez-vous aux Gabonais (…) qui risquent leur vie pour refuser la confiscation du pouvoir dans leur pays ? Alors que les services secrets gabonais ont mis sur écoute les observateurs de l’Union Européenne lors de leur mission à Libreville, continuerez-vous à faire d’Ali Bongo Ondimba un interlocuteur légitime ?»

Le mouvement estime que «Le non-respect par la Cour constitutionnelle d’une confrontation des procès-verbaux des bureaux de votes en présence des deux parties est la preuve d’une inversion flagrante des résultats qui valide la victoire de Jean Ping».  Il estime qu’il est encore temps pour la France de rectifier le tir. «C’est pourquoi nous vous demandons de geler les relations diplomatiques avec le gouvernement d’Ali Bongo et de suspendre la coopération sécuritaire française auprès de ce régime», a lancé Tournons la page.

Par ailleurs, les signataires de la lettre ouverte estiment que «La France peut rappeler son attachement au respect des droits de l’homme, en demandant la libération de tous les militants de la société civile et de tous les détenus politiques ainsi qu’une enquête internationale indépendante sous l’égide des Nations unies sur les massacres, les disparitions et les arrestations arbitraires». Pour conclure, « Tournons la page » pense que «La France devrait demander des comptes concernant la mise sur écoute des observateurs européens par les services secrets gabonais et sanctionner les responsables du coup d’Etat électoral et de la répression contre le peuple gabonais (gel et surveillance de leurs avoirs à l’étranger, interdiction de visa, annulation des titres de séjour…)».

 

 
 

4 Commentaires

  1. Jean - jacques dit :

    De n’importe quoi.quand vous rever que la Francdm sanction le Gabon je rigole entre la France et. Le Gabon qui depend plus de l’autre?le Gabon peut bien rompre avec la France on d’autres partenaines il ya la chine.la russie.Turquie.japon.usa.cuba.Inde.singapour.en ce moment qui construit le Gabon c’est pas la chine? La France ne fait rien. Et quand vous parlez de bloquer les sejours c’est votre criminel ping qui va avoir les difficultés pour quitter le sol gabonais il serait bloquer ã l’aeroport.et quelle enquête les observateurs de UA sont des les bandits de grands chemin leur objectif etait de voir le Gabon ploger dans une guerre mais comme leur plan a échouê

  2. tara dit :

    Tournons la page, pourtant c’est ce votre nom mais c’est pas ce que vs dites, s’il vous plait laisser nous en paix l’élection c’est fini, ceux qui sont en prison le sont parce qu’ils ont commis des actes de casse pillage etc… arrêter de nous fatiguer avec vos choses l’élection est derrrière nous.

    • natty dread dit :

      tara,
      imagine que tu mente et que tu trahisses ton (ou ta) compagnon (e) en permanence, et pour toute excuse, tu lui dise: ”oh, c’est déjà passé, tu ne vas pas me fatiguer avec ça”…quell ménage crois-tu créer? à moins ce que tu n’en ai pas, et là je comprendrai. simple question.

      • tara dit :

        On dit il souvent il faut reculer pour mieux sauter, l’élection a été organisé elle n’a pas été parfaite on est tous d’accord il convient aux uns et autres de tirer les leçons des élections qui ne sont pas totalement transparentes mais là n’est pas la faute d’un parti mais de tous les acteurs politiques qui ont participes car ils ont tous participés à la mise en place de ce système.

        Il conviendrait donc aujourd’hui à travers le dialogue initié de s’asseoir ensemble de toucher où ça fait mal revoir la loi électorale , la constitution le système des procès verbaux etc ensemble et faire en sorte que l’élection de 2023 et toutes les autres soient des modèles de démocraties. On ne peut pas se permettre de s’apitoyer ou de faire le deuil pendant des mois il faut avancer et mieux organiser les choses dans notre pays. Il faut trouver des solutions pour pr notre futur à nous tous car aujourd’hui nous pouvons vaquer à nos occupations mais qu’adviendrait -il en 2023 si nous ne posons pas les jalons d’une élection crédible dès aujourd’hui. Notre pays c’est ce que nous avons de plus précieux.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW