Les contestations relatives à l’élection présidentielle d’août 2016 au Gabon ne faiblissent pas hors du territoire national. Après les événements de New York, Edouard-Pierre Valentin et Crépin Gwodock ont, à leur tour, «encaissé l’onde le choc», le 24 juin 2017 à Paris. Une situation condamnée par l’ambassadeur, Haut représentant du Gabon en France.

Crépin Gwodock, impassible devant ses «verbalisateurs». © Gabonreview/capture d’écran

 

Décidément, les voyages, hors du pays, des personnalités gabonaises aux affaires ou ayant des liens avec l’exécutif se transforment de plus en plus en cauchemars. Après l’épisode de la délégation du président de la République huée à New York, l’attention s’est tournée le weekend dernier vers Paris (France) où, en séjour depuis une semaine, pour des «raisons professionnelles», Edouard-Pierre Valentin (président du Conseil d’administration de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) et accessoirement père de l’épouse d’Ali Bongo, Sylvia Bongo Ondimba) et Crépin Gwodock (administrateur, directeur-général de la même société) ont verbalement été bousculés par des membres de la communauté gabonaise de France proches de l’opposition.

Edouard-Pierre Valentin durant la véhémente «verbalisation». © Gabonreview

Dans deux vidéos amateurs circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir les deux hommes, assis à la terrasse d’un café sur le boulevard Haussmann, subir les récriminations des contestataires du résultat de la présidentielle d’août 2016. Baptisé les «Panthères», ce groupe de Gabonais a abordé avec véhémence les deux personnalités, les affublant de diverses expressions dépréciatives : «assassins, criminels, tueurs, pédés…». Le petit groupe de manifestants les accuse en effet d’avoir «massacré les gens au Gabon le 31 août». «Ils ont tué les enfants, ils ont tué des gens au Gabon. Les Gabonais vous regardent…», ont-ils bruyamment scandé, visiblement très remontés.

Face au ramdam, des agents de police sont intervenus pour sécuriser les deux personnalités et écarter les manifestants. S’il y a eu du café et des verres renversés, l’intégrité physique des deux assureurs n’a pas été atteinte.

Dans la même journée, Flavien Enongoué, l’ambassadeur, Haut représentant du Gabon en France et auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est intervenu à la télévision depuis Libreville et a publié un communiqué pour condamner «la multiplication des actes de violence contre les personnalités gabonaises en séjour en France et déplore(r) le sentiment d’impunité qui contribue à les alimenter». Le communiqué du diplomate note la «gravité des faits» et dénonce en outre «l’atteinte à l’intégrité physique, à la dignité et à l’honorabilité» de ces personnes. Il précise par ailleurs que la représentation diplomatique du Gabon a «requis d’assister ces personnes dans l’action judiciaire qu’elles ont immédiatement engagée contre les agresseurs».

Des manifestations de ce type sont devenues courantes dans la plupart des villes occidentales où séjournent  les officiels gabonais. Les opposants de la diaspora gabonaise reprochent régulièrement à des officiels ou aux membres de la constellation Bongo leur proximité avec le pouvoir et les accuse de «cautionner» et d’avoir «laissé tuer les Gabonais pendant les émeutes postélectorales». Pour la plupart, ces manifestants établis dans des pays occidentaux souhaitent que Jean Ping, qui revendique la victoire à cette élection, soit établi dans les fonctions de président de la République.

 

 
 

20 Commentaires

  1. Nzam ata dit :

    Il s’agit du beau père du président,nous sommes toujours au service d’une famille(la famille présidentielle)depuis1967.En quoi cela concerne l’Ambassade du Gabon en France?

    • Jerôme Ollomo dit :

      Vous avez tout compris !

      Ou bien pas encore???

      Les gabonais de la Diaspora, continuez a agresser les gens dans vos pays d’accueil…

      On va continuer à déposer des plaintes contres vous.
      Vous avez agressé un vieil homme en plein Paris et vous mentez sur lui en disant qu’il est recherché par la CPI..

      Voilà pourquoi certains blancs ont raison d’être racistes et que certains noirs n’aiment pas les gabonais; vu que vous donnez une mauvaise image de l’Afrique et de l’homme noir dans ces pays où le quotidien des noirs qui sont là bas, c ‘est de se battre contre les préjugés et l’image de l’homme noir.

      Continuez à vous comporter la bas comme si vous étiez chez vous. Avec vos casiers judiciaires qui vont se construire, même un boulot au MAC DONALD vous n’aurez plus! Dès que les employeurs vont voir nationalité gabonaise, ils vont classer le dossier au mieux ils vont se renseigner auprès des services de police pour voir si vous n’êtes pas des individus à problème.

  2. Perroquet gris dit :

    A quel titre l’ambassade du Gabon se mèle des disputes entre gabonais? demain si on me crie dessus dans la rue j’espère que flavien enongoue viendra me rediger une plainte. Vous n’avez pas encore compris que ce pays est entrain de glisser petit à petit vers les extremes à cause d’un seul individu qui s’obstine à marcher sur tout un peuple pour satisfaire sa soif de pouvoir. Bongo a perdu les élections qu’il s’en aille et nous laisse en paix

  3. patriote dit :

    Je vous ai fait lire cet extrait car votre site fait de la démagogie. L’agissement de ces malades payés par des opposants qui ne prendront jamais le pouvoir car étant des traîtres et des ingrats qui ont assassiné le Gabon est un signe de déficit mental les rabaissant au rang d’animaux en errance en France où ils sont allés pour acquérir la science. Mais font partie des gens dont on dit “Bêtes comme des Gabonais”
    Relisez l’extrait objectif
    A travers un communiqué de l’ambassade du Gabon en France transmis, nous apprenons qu’avec l’aide de cette dernière, les agressés, Messieurs Edouard-Pierre Valentin Rechercher Edouard-Pierre Valentin et Crépin Gwodock Rechercher Crépin Gwodock ont porté plainte contre ceux qui ont violemment fait irruption pour les agresser alors qu’ils déjeunaient samedi à la terrasse d’un restaurant parisien.

    N’eut été la prompte intervention des forces de police, la situation aurait pu dégénérer au regard de l’intensité de violence mesurée à travers l’élément vidéo de la scène captée et diffusé avec fierté par les partisans du candidat malheureux à la dernière présidentielle qui a néanmoins ouvert sur un vent de consternation dans l’opinion africaine comme constaté.

    Occasion est par ailleurs donnée à l’ambassade de condamner le comportement des opposants dont l’action coup de poing qui est allée jusqu’à l’évacuation du restaurant, survient au lendemain d’un premier séjour à Libreville d’une équipe d’experts de la cour pénale internationale (CPI) en vue d’ouvrir ou non une enquête sur les présumés crimes commis par le camp de Jean Ping Rechercher Jean Ping au moment de la crise survenue après la proclamation des résultats de la présidentielle de 2016.

    “L’Ambassade du Gabon en France condamne la multiplication des actes de violence contre les personnalités gabonaises en séjour en France” et “rappelle que la démocratie suppose la forclusion absolue de la violence” comme relevé.

    Reste désormais à être situé quant à la suite de la plainte déposée.

    • Milangmissi dit :

      Patriote ou Ventrocrate?
      On va gagner, on ne lâchera rien jusqu’à la victoire finale.
      L’ambassadeur parle “de personnalités gabonaises” qui est une personnalité? Et qui ne l’est pas? ça veut dire quoi en français?
      L’ambassadeur s’est t’il exprimé quand un minable est parti de Libreville pour venir en decoudre avec des compatriotes qui manifestent pacifiquement depuis 9 mois? L’administration Française ne laisse pas manifester des gens pendant 9 mois s’il s’agit de personnes violentes ou inciviques?
      Quand Crepin Gwodock s’est permis d’insulter les migrants de la jungle de Calais est ce que quelqu’un lui a fait comprendre que c’est indécent?
      Homme sans culture sans histoire voilà ce que disait Mandela
      “C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé qui détermine la forme de lutte. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’aura pas d’autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n’était qu’une forme de légitime défense”

    • Perroquet gris dit :

      Tu n’es pas un patriote quand tu choisis le camp de l’assassin

  4. OZORY dit :

    Patriote

    Vous naviguez à contre courant,vous êtes de ceux là qui empêchés les gabonais de rêver. La roue est entrain de tourner, faites comme dans la sainte bible il faut se repentir.

  5. Mba Bitome dit :

    Verbaliser, definitions:

    1- Énoncer des raisons ou des faits pour les faire mettre dans un procès-verbal.

    2- Faire de grands discours inutiles et qui n’aboutissent à rien.

    Comme nous sommes tous sûrs que ce n’est pas la première…

    • gabonreviewadmin dit :

      VERBALISER : “bavarder, palabrer” ; “Dresser un procès-verbal” ; “Exprimer quelque chose au moyen du langage” ; “Processus aboutissant à utiliser le langage pour s’exprimer”… Voilà également, selon le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), les différentes acceptions du mot “Verbaliser”.

    • Milangmissi dit :

      Rien d’étonnant toujours à regarder le doigt quand vous montre la lune.
      Les gens sont incroyables au Gabon, la chaîne que vous financer par vos impôts est gangrenée par l’incompétence et est accusé de partialité par OIF. Vous venez parler à Gabonreview. Ils ont utilisé ce terme déjà pour rétablir la vérité car dans les vidéos il n’y a aucune agression physique contrairement à ce qu’affirme les pdgistes.

      • Fangtomas dit :

        Chacun voit ce qu’il veux avec ses yeux mais à partir du moment où un inconnu vous touche l’épaule, vous retire vos lunettes pendant qu’un autre vocifère, vous menace du doigt et tape sur la table à en faire tomber des verres, je suis désolé il y a agression.
        À priori ce n’est plus de la revendication, il est plutôt question d’expression d’une frustration profonde et un désir de vengeance.

  6. bassomba dit :

    Des actes tout simplement barbares. Dans l’Histoire, même les représentants des régimes parmi les plus autocratiques du monde, où on fusille pour un oui ou pour un nom (Corée du Nord, Russie, Chine….), n’ont jamais connu ça de la part de leurs compatriotes opposants à l’étranger. Ces actes font rigoler les occidentaux qui se convainquent de la bestialité africaine dans la résolution des conflits.

  7. nguema21 dit :

    Si l’injustice s’érige en justice aux ordres et que l’impunité s’accroît au grand jour sans que rien ne soit fait pour y remédier,cela veut dire que la promotion de l’étique ou l’élitisme sont définitivement enterrés.La conséquence immédiate de telles comportements au sommet de l’état est à l’origine de cette forme de déviation.Donc,de grâce…Que nos autorités nettoient d’abord la maison Gabon en respectant l’application des vrais résultats issu des élections présidentielles de 2016.Saint Christophe disait je le cite”à une loi injuste nul n’est tenu d’obéir”.
    A un président mal élu,une gouvernance par défaut qui entraîne le manque de respect car c’est l’imposture qui en est responsable.

  8. Le gabonais dit :

    Qu’attendez vous des gabonais sans emplois financés par nos opposants qui aujourd’hui se plaignent alors que ce sont eux qui ont fait du pouvoir ce qu’il est ?
    50 ans avec les bongo et ping il a fait combien d’année dans ses 50 ans? N’était-il pas là tant que la vie etait rose pour lui? Et Nzoumba et le reste? Des personnes qui bougent en fonction du vent.

    Vous condamnez les violences alors que vous même vous etes violents.
    J’espère qu’ils finiront en prison ces barbares.

    • Milangmissi dit :

      Je marche tous les samedis, je suis franco-gabonais, je ne suis pas chômeur, je gagne très bien ma vie. Changer de refrain. Votre problème justement est que les gabonais qui marchent depuis 9 mois ne sont pas des gens achetables vu leurs convictions et leurs niveaux de vie.

      • Pierre Manon Antchouet dit :

        Fous le camp la bas !

        Tu gagnes très bien ta vie où?

        Tu travailles où?

        Si ton Employeur dont tu représentes la boîte savait ce que tu faisait, tu finirais sans nul doute à Pôle Emploi!

        Dis nous ou tu travaille ou bien donne nous ton profil facebook dans lequel tu affiches fièrement tes délires de “TERRORISTES”

        Les Gabonais toujours vous !! Même les français BLANCS font attention à ce qu’ils font dans leur propre pays.

  9. nguema21 dit :

    Une élection présidentielle est un concours dans lequel le vainqueur est celui qui a été choisi par le peuple pour parler au nom du peuple et agir au nom du peuple pour le peuple.Ce qui est différent de l’usurpateur manifestement têtu à la tête du pays.Et pour être plus claire concernant ce point,quelque soit les candidats en présences,quelques soient leurs passés,il faut bien que les règles soient respectées…c’est à dire:le meilleur (moins pire des pires) pour le cas des résultats de la présidentielle au Gabon par rapport à la victoire de Jean PING. On devait parler de PING comme vainqueur à la tête du pays au lieu de çà(cette chose-là)!!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW