Le vice-président de l’Assemblée nationale, Daniel Ona Ondo, a dernièrement assigné en justice deux journalistes ayant relayé les aveux des assassins de son adversaire aux législatives de 1996. Le compte-rendu du procès.

Tribunal de Libreville Gabon

Assignés en diffamation devant le tribunal de Libreville par Daniel Ona Ondo, vice-président de l’Assemblée nationale, les journalistes Jean-de-Dieu Ntoutoume Eyi du journal Ezombolo et François Ndjimbi de la lettre d’information Confidentiel Gabon (par ailleurs Rédacteur en chef de gabonreview.com), ont finalement comparus le 4 avril dernier. Le procès ayant été reporté à plusieurs reprises du fait de l’absence, à chaque fois, de l’une ou l’autre des parties.

Les faits

Le journal Ezombolo dont Jean-de-Dieu Ntoutoume Eyi est le directeur, a fait paraître, en date du 23 novembre 2010 un article portant sur la mort de feu Ondzingui Assoume alors en ballotage avec M. Ona Ondo lors des élections législatives de 1996 dans le canton Nyé. L’adversaire d’Ona Ondo avait en effet été retrouvé mort dans la rivière Mvezé. Dans sa déposition, le second journaliste, François Ndjimbi, assure fournir à des abonnés un service dénommé Confidentiel Gabon, consistant pour l’essentiel en «une synthèse d’actualité qui reprend les faits majeurs publiés dans la presse locale tout en étant agrémentée d’informations confidentielles.» Superviseur de cette lettre d’information, François Ndjimbi a assuré au président du tribunal avoir synthétisé l’article d’Ezombolo, soutenant qu’il ne saurait douter du professionnalisme de ce journal et surtout de Jean-de-Dieu Ntoutoume Eyi, dont la compétence ne souffre d’aucun doute auprès des pairs.

Lu au cours de l’audience par le président du tribunal, la synthèse de Confidentiel Gabon, publiée le 10 janvier 2011 sous le titre «Daniel Ona Ondo et l’assassin récalcitrant», indique : «Lors des législatives 2001, le professeur Daniel Ona Ondo, alors candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) et actuel Premier vice-président de l’Assemblée nationale, avait été mis en ballotage défavorable par un candidat du Rassemblement national des bûcherons (RNB), un certain Ondzigui qui avait alors raflé 42% des voix contre 27% pour l’universitaire. Deux jours avant le second tour, sieur Ondzigui fut assassiné sur la route Medoumou/Akok et son corps jeté dans un cours d’eau. Sans concurrent, Ona Ondo remporta le siège. Se présentant comme l’un des assassins, un certain Mbore Medzeghe s’est dernièrement confessé auprès de la veuve Ondzigui avant de se répéter devant une assemblée de témoins. L’assassin a dénoncé son complice et révélé que Ona Ondo était le commanditaire du crime. La veuve a donc porté plainte et les assassins ont été entendus sur procès-verbal. Depuis la veuve subi une pression de la part de son grand frère, un certain Ngou, collaborateur du présumé commanditaire du crime. La veuve Ondzigui, ses enfants et nièces ne veulent rien entendre. Le Pr Ona Ondo tient à ce que l’affaire ne fasse pas grand bruit. Il a un antécédent en matière de meurtre pour avoir abattu, par le passé, son propre frère pour une banale affaire de gibier

Exigence de preuves

Jean-de-Dieu Ntoutoume a en effet soutenu devant les juges qu’il a bel et bien reçu des émissaires du vice-président de l’Assemblée nationale. Appelé à fournir les preuves des écrits publiés, François Ndjimbi a campé sur la duplication d’un article publié par un confrère à la compétence éprouvée. Ntoutoume Eyi a, lui, assuré qu’après avoir reçu l’article de sa collaboratrice qui en est l’auteur, il a effectué un voyage dans le Woleu-Ntem en vue de recueillir les témoignages et recouper les sources au sujet de cette affaire toujours pendante devant les juridictions d’Oyem, Essono Medzegué  étant détenu à la prison de cette ville alors que son présumé complice de frère,  Asseko Medzegué, est en cavale.

Le directeur d’Ezombolo a d’ailleurs versé au dossier un procès-verbal d’audition dressé par un huissier  de justice.  Dans ce document, lu durant le procès par Me Lubin Ntoutoume qui assurait la défense des journalistes, Florence Ondzigui, veuve du candidat mort entre les deux tours des législatives de 1996, atteste avoir reçu l’aveu d’Essono Medzegué qui lui a dit : «Je sais que j’irais en prison et mes enfants vont souffrir. Nous avons abattu votre mari en forêt puis nous l’avons entrainé dans la rivière Mvezé pour dissimuler le crime (…) je n’étais pas satisfait du partage.» La veuve indique avoir eu droit à un autre aveu : «Me trouvant au Cameroun les 9 et 10 octobre 2011, j’ai croisé Asseko Medzegué au marché périodique du village Menguikom trainant un pousse-pousse. Me voyant, il s’est exprimé ainsi : «Je te présente mes excuses. Je ne suis pas le commanditaire. J’ai exécuté l’ordre de M. Ona Ondo et il m’a seulement remis un million de francs CFA. Je sais que tu es venue à ma recherche.» Il s’est enfui et a disparu dans la foule.»

Débat

Pour l’avocat de Daniel Ona Ondo et pour le Procureur de la République le procès-verbal d’huissier ne saurait être tenu pour une preuve. L’avocat a demandé la somme de 5 millions de francs à chacun des journalistes pour le préjudice causé à l’honorabilité de son client. Une réclamation que Me Lubin Ntoutoume a battu en brèche, estimant que l’honneur du vice-président de l’Assemblée nationale ne saurait se quantifier et estimant que celui-ci a juste voulu mettre en garde et prévenir les journalistes qui voudraient s’en prendre à lui.

L’article 125 du Code de la communication au Gabon a été rappelé aux deux prévenus. Il indique que «Tout acte de diffamation ou d’injure commis par voie de presse envers une personne ou un groupe de personnes est réprimé conformément aux dispositions des articles 283 à 288 du code pénal.» Rappelant le rôle essentiel de la presse et les risques que prennent chaque jour les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions, Me Lubin Ntoutoume a indiqué que les pays les plus avancés en matière de liberté et de droits de la presse, «ceux qui ont compris», ont dépénalisé le délit de presse. De même, il a soutenu qu’on ne saurait passer par perte les aveux d’une veuve qui continue de pleurer son défunt époux. Sa déposition devant un huissier de justice constituant une preuve suffisante pour les journalistes.

Ce procès a été en effet intenté alors que se profilait le renouvellement de l’Assemblée nationale. Daniel Ona Ondo a-t-il craint que les articles de presse sus cités ne déteignent sur sa réélection ? On est en droit de le penser, mais l’affaire datant de 1996 n’a pas eu un grand retentissement malgré sa remise à l’ordre du jour par Ezombolo et Confidentiel Gabon. L’avocat des deux titres a d’ailleurs indiqué au parquet avoir personnellement tenté de persuader l’universitaire de retirer sa plainte du fait qu’il n’entrevoyait pas quel bénéfice peut en tirer le député ; tout au plus le procès pourrait amener à un plus large écho par un effet boule de neige qui ternirait davantage l’honorabilité qu’il voudrait défendre. Ce qu’Ona Ondo n’a pas voulu entendre. L’homme a été réélu à la députation et a même été reconduit à son poste de vice-président de l’Assemblée nationale. Le procès a été mis en délibéré.

Quelle issue le tribunal va-t-il donc donner à cette affaire ? La presse va-t-elle devoir taire les éléments dont elle dispose, y compris après les avoir vérifiés, à chaque fois qu’une réponse judiciaire définitive n’a pas été donnée à un crime ou un délit ? Il y a quelques semaines, la Commission nationale contre l’enrichissement illicite convoquait la presse pour lui demander d’intensifier ses efforts d’investigation pour dénoncer les détournements d’argent et la corruption. Que penser de cette demande si la publication de ces enquêtes doit déboucher sur des condamnations pour diffamation ?

 
 

27 Commentaires

  1. Yves dit :

    Vraiment le Gabon ! Dans un vrai pays, la plainte d’Ona Ondo envers les journalistes aurait été irrecevable pour les raisons suivantes :
    1-Les journalistes n’ont pas inventé l’affaire. L’adversaire politique d’Ona Ondo qui a les faveur des populations trouve subitement la mort à 2 jours du scrutin par assassinat. A qui profite ce crime ? A Ona Ondo évidement. Il est donc normal qu’il soit suspecté. La police aurait dû se focaliser sur lui ; mais nous sommes au Gabon n’est-ce pas ?
    2-La veuve du défunt a rendu son témoignage aux journalistes dans lequel elle affirme avoir reçu les aveux du meurtrier sur la culpabilité d’Ona Ondo. En droit, le témoignage est admissible comme élément de preuve, surtout que ce témoigne émane du présumé meurtrier. Il y a des gens partout dans le monde qui ont fini condamné parce que quelqu’un avait témoigné de leur culpabilité. Les journalistes sont donc en droit de faire part de ce témoignage dans leurs écrits.

    Pour ces 2 raisons, et il y en a d’autres, ce procès est farfelu et Ona Ondo devrait avoir honte car dans un vrai pays c’est lui qui serait poursuivi pour meurtre. Mais bon on est au Gabon !

    • Fax1 dit :

      Yves,
      Ne soyez pas défaitiste.
      Ali a dit que le “Gabon avait changé”.
      Je présume qu’il faut donc s’attendre à l’émergence d’une vraie justice indépendante qui osera dire aux puissants “ça suffit comme ça”.

    • Basile congo dit :

      Voyez vous Yves plutôt jean de dieu ta première cause d’irrecevabilité est fabriqué puisque au moment du décès de ONDZIGUI en 2001 il n’était pas candidat , en plus si ru es gabonais tu dos savoir qu,en 2001il n’y avait pas deux tour aux élection ais un seul , tu vois jean de dieu qui était onseiller de monsieur ONA cette année le sais
      Votre deuxième cause d’irrecevabilité est fantaisiste parceque celle qui se présente pour madame ONDZUIGUI n’est pas son epouse . Aucune des épouses légitime de ONDZUIGUI ne porte le nom de Florence Ça aussi c’est la réalité. J’espère qu’étudiant auras autre chose pour poursuivre tes raison ‘irrecevabilité mais bon

    • ngoua ada ngouada@yahoo.fr dit :

      si Ona Ondo était un simple quidam vous n’aurez pas dit cela. Comme il est une personnalité il faut le salir. Le journaliste Conseiller de Ona Ondo au moment des faits a menti sur tous les points.Il le sait. Les fameux assassins n’ont jamais cité le nom de Ona ondo ils disent qu’ils l’ont tué en vempire. Ondzigui n’est pas décédé en 1996 Mais en 2001 et il n’était pas candidat. En 1996 où il était candidat et Ona Ondo l’a battu au second tour cela peut se verifiér . Monter un roman macabre pour salir un homme un grand homme homme parce qu’on a des ambitions politiques n’est pas digne d’un journaliste.Il doit prouver ce qu’il a avancé sans conditionnel. Il s’est contenté d’un procés verval fabriqué deux mois apres ses écrits.Ntoutoume Eyi a mangé dans la main de Ona Ondo Il crache aujourd’hui dans la soupe. Qui crache en l’air cela lui retombera dessus

    • Busk dit :

      C’est vraiment ridicule tous ça

  2. Michel Mvogo dit :

    Ah là là… le Francois Ndjimbi là aprmt aime reprendre les articles des autres après c’est pour dire c’est pas lui… Là je suis sur qu’en lisant ce commentaire il va encore vouloir répondre! Mais bon, mon message par rapport au procès: Bonne initiative mais vu comment ca s’annonce, economisez déjà les 5 millions!
    Votre “petit affabulateur” bien aimé…

    • Luc Lemaire dit :

      Petite précision : Confidentiel Gabon n’est pas un journal mais une revue de presse de la semaine au Gabon organisée pour offrir un service aux dirigeants et décideurs. Il est donc logique qu’il soit composé de résumé d’articles parus dans la presse…

  3. Alain dit :

    Et après tout cela on viendra nous dire que les coupables, les commanditaires des crimes ne sont pas connus dans ce pays… pffffffff….

    • ngoua ada ngouada@yahoo.fr dit :

      pour accuser quequn il faut des preuves. Ona ondo n’est ni de pret ni de loin melé à cette affaire qui date de 10 ans et qui sort comme par hazard pendant les élèctions.Ntoutoume eyi a menti. Demandez lui s’il n’était pas le conseiller de Ona Ondo en 2001.

      • Basile congo dit :

        Alain bonjour, il se peut que tu veux savoir la vérité et c’est aussi le sens de ma réplique.Le cas de commanditaire de crimes. Pour qu’il y ai commanditaire, il faut qu’il y’ai crimes jusqu’à l’apparition de l’article de jean de dieu personne au village n’avait cette version des faits. Les habitants de MENDOUMOU nous ont dit que notre parent était dans un état d’ébriété et qu’on lui aurait conseillé , à cette heure t’arrive de la nuit de ne pas traverser un pont de fortune , une planche imbibée d’eau posée sur la rivière qui permettait de passer , et qu’il n’y avait pas un passage possible par guai puisque la riviere etait sorti de son lit. Personne alors ersonne ne montre l’arme du criime celui se presente comme” assasin” dit l’avoir fait en vampire, il n’a jamais présenté l’arme du crime, il n’y a eu jusqu’à ce jour la reconstitution du crime ., il est vivant la justice qui ne croit pas a cette version l’a place en detention en attendant qu’il presente a la justice les preuves de son forfait. On en est la lorsque j de dieu fait sortir son ariticle du frigo. Parceque a la reunion de exUN il avait dit meme s’il n’est pas connu du canton il sait comment en venir a bout du probable candidat ona là est la vérité .Il faut savoir que jean de Dieu essaye de noyer le poisson , la vérité est la suivante , dans le cadre d’une réunion de l’ex UN trois candidats pour les législatives au canton NYE se disputaient la place parceque pensaient ils apres les présidentielle de 2009 il s’uffisait d’être Candidat duUN pour remporter les élections Jean de dieu s’est souvenu du cas de son oncle NGUEMA ÉMILE qui sans etre populaire dans le canton , était sur le point de remporter les locales en 1990 s’il n’y avait pas eu le boycotte de MBA ABESSOLE , parceque seulement il etait bucheron il a cru son heure arrivée et avait comme co-listié Eyi du village Obout ( respectant en cela un pacte non écrit du canton NYE qui fait que le partage entre terre NANG MEZUI ME EYI et MBEGA BIYOGHE) mais à ce jeux s’est greffé ADZABE Placide dit Abadie qui estimait que jean de dieu n’est pas connu du canton. Un troisième larron voulait faire part de son intention de se porter candidat, il s’agissait de ONDO NDONG Bonaventure, le fait d’être du même village que ONA lui aurait valu les foudres de guerres des responsables de exUN de la commune d’Oyem .voit tu alain c’est ça que je de dieu étouffe .jean de dieu prépare toi aux prochaines législatives et lorsque tu sera député n’oublie pas que les autres te feront ce que tu fais aujourd’hui

  4. Le fils de la Veuve dit :

    Tout le monde sait que Ona Ondo est coutumier du fait. Tout le monde sait que dans son adolenscence il a abattu son frère avec un calibre 12. Tout le monde sait que bus transportant les boeufs votants qui devaient lui permettre de faire “élire” en 2001 s’était écrasé dans la nature avec les dégâts que l’on connait. Mais, tout le monde sait aussi que c’est Ona Ondo qui a délivré, à l’époque en tant qu’asseesseur de la fac de droit et sciences éco, la fameuse maîtrise en droit de l’homme qui a bossé dur toute sa vie, l’homme qui sait que “la Gabon avait changé”. Est-ce ce service rendu qui lui autorise tout ? En tout cas, Ona Ondo n’a pas d’autre solution que se retracter. S’il est vraiment universitaire qu’il lise les signes des temps et il comprendra que bientôt l’imposture émergente sera à terre. A ce moment-là, la justice le rattrpera…. Il n’ ya pas de vérité que le temps ne révèle. Court toujours Ona, justice sera faite un jour….

    • Basile congo dit :

      Monsieur , c.est grave que vous parlez de votre compatriote votre frère comme un chiffon , Ona est – il le seul homme politique dont la voiture à fait un accident? Il y a pire . Vois tu les bitamois sont plus pudique que toi parceque il y’a eu des accidents de cette nature à BITAM sans que les hommes politiques soient vilipende comme tu le fais pour ton aîné jean de dieu arrête cette gesticulation qui ne te grandit pas l’accident dont tu fais état ce n’était pas des bœufs votant c’était des hauts cadres du ministère de la culture qui se rendaient à OYEM et qui ont fait une sertie de piste mortelle . Ce n’était pas au moment des élections. relate ce fait comme tu le fais est indigne . Juste pour vouloir dire qu’il est coutumier du fait. Salir … Salir … Tel semble être con credo

    • ngoua ada ngouada@yahoo.fr dit :

      Vous devez savoir si vous êtes un universitaire qu’un assesseur ne délivre pas de diplome. C’est le Recteur qui a le sceau de l’université. Ntoutoume Eyi n’a qu’à fournir les preuves de ses allégations. C’est tout. Lui il a du sang dans les mains demamndez lui.Si c’est en diffamant que l’opposition veut en finir avec l’émergence je peux vous dire que l’emergence aura encore de baux jours devant elle.

    • ngoua ada ngouada@yahoo.fr dit :

      si vous êtes le fils vous devez savoir que votre père est décédé en 2001 et il n’était pas candidat. C’est Mba Mezui qui représentait le RPG. Vous savez que votre père a bien été battu aux élections de 1996 au second tour par Ona Ondo donc acte.Vous savez que votre père était en état d’ébriété entraversant la rivière on lui avait déconseillé de partir. C’est pas en salissant ona ondo que la vérité sera dites. Vous savez que votre père avait plusieurs femmes et que celle qui se présente comme veuve n’était pas sa femme et que vous l’aviez accusé d’avoir tué votre père.

  5. Voilà un cas patent de criminalité impuni, je poserais une seule question à ONA ONDO qui est la suivante: Cher honorable dans votre jeunesse n’aviez vous pas abattu votre frère avec un calibre 12? Si vous répondez que c’est faux alors là prière de démissionner de l’Assemblée Nationale mème si l’affaire est prescrite votre conscience n’est pas tranquille car vous en avez toujours le remords de cet acte odieux. Quelles sont les raisons qui ont poussé votre père à fuir le village? Pourquoi aviez vous construit loin de votre village? Réponse: La famille du défunt ne vous a jamais pardonné malgré vos mille et un pardon et ne souhaite pas vous voir dans le village.Lors de vos séjour à Oyem vous résidez à la maison blanche et non à Akam Essatouk. De grâce nous Oyemois nous connaissons très bien votre biographie étant donné que votre père fut pasteur la preuve quand on cite votre nom la première phrase qui nous vient de la tête est: qui celui qui avait abattu son frère pour une gazelle? et non l’universitaire ou député que vous êtes. Ne vous faites pas ridiculiser inutilement. Je connais très bien Jean De Dieu NTOUTOUME EYI car ayant fréquenté avec lui au CES d’ANGONE et sachant sa moralité chrétienne. Tuer une mouche cela ne lui ressemble pas pire calomnier un faux élu du peuple.Ya Ali si tu veux vraiment sanctionner les commanditaires des crimes rituels voilà un cas flagrant au lieu d’amuser la galerie. ONA ONDO tes mains sont sales de sang arrêtes tes turpitudes. Nous Oyemois connaissons ta biographie d’assassin mieux que toi si tu doutes on peut l’étaler sur la place publique. Es tu prêt à relever ce défi ? et non de crier on ne mange pas la banane avec la peau. Pourquoi n’as tu dit ce conseil à ton défunt grand frère qui fut colonel à la police?

    • Basile congo dit :

      Bonjour votre affirmation est grave . À la question de savoir si honorable à abattu ( allusion à un gibier qu’on abat sans froid) on peut vous dire non! A la question était de savoir s’il y a eu un accident de chasse on peut vous dire oui? Est ce que ce accident est reste impuni comme vous dite , non puisque cette affaire à été tranchée devant le tribunal d’oyem.donc cette affaire n’est pas prescrite .ellle fut jugée.le père d’Ona n’a jamais fuit son village au moment de l’accident dont vous faites état le père de Ona était installé à MEKOME à l’emplacement actuelle de la maison de ONA cette information peut être vérifiée. dire qu la famille n’a jamais pardonnée est une invention de votre part, puisqu’il s’agit d’une même famille .savez vous que la mère et le défunt dont vous faites allusion ça leur fait de la peine en écrivant que leur fils à êtes abattu comme une gazelle quelle synisme vous écrivez avec cruauté sur une histoire qui a endeuillé une famille. Vous vous portez sur la bonne moralité de Ndoutoumou mais il a mentit. Il sait bien puisque tu parles de morale chrétienne qu’il ment, il était en compagnie du ministre Ona lorsque la nouvelle à été annonce à ce dernier. Ne mêlons pas DIEU lorsque nous voulons salir! Vos savez que quelque chose de flagrant est sans équivoque , est vous sur monsieur Ndoutoumou alias makoso de vos écrits. Jean de dieu tu es le seul à connaître monsieur Ona sous l’angle dans equel tu veux le présenter et tu es le seul à connaître les motivations qui ‘anime.. Tu es si vulgaire que tu associe sans trop savoir le nom de son défunt gra nd frère tu es minable jean de dieu, minable tu es à plaindre parceque tu utilise les moyens peu rthodoxe pour salir …. Hier tu étais conseiller de celui que t vilipende de mânière sauvage aujourd’hui Dieu te jugera un jour petit minable

      • Le fils de la Veuve dit :

        Oui ou non que Ona a tué quelqu’un ? Depuis quand les meutres sont impunis ? Vous pouvez évoquer un prétendu accident de chasse, personne ne vous croira…. Quel âge avait Ona à cette époque pour aller à la chasse et pour détenir un permis de port d’armes. Couvrez cet assassin… Couvrez-le jusqu’au jour où pour se faire élire il en finira avec un des vôtres. La place de Ona est en taule et non à l’Assemblée

    • ngoua ada ngouada@yahoo.fr dit :

      ona ondo a eu un accident dans sa jeunesse il en a payé le prix. cet accident date de plus de 50 ans ce n’est pas ce que Ntoutoume Eyi raconte dans ses écrits.Ntoutoume Eyi a menti pour quelle raison? naturellement pour diffamer.Ondzigui n’est pas mort en 1996. Il a eu un second tour et ila été battu. Il est décédé en 2001 et n’était pas candidaT.Voila la verité qui peut être vérifiée. Ona Ondo a une maison à Oyem une autre à Mekome et une à Libreville où est le problème.Pourquoi ntoutoume eyi ne va pas dans son village lui qui ne tuerait pas une mouche?Si ce dernier a une moindre preuve sur ses allégations qu’il la fournisse c’est cela le journalisme.Si vous avez les preuves de vos affirmations donnez les.

      • Le fils de la Veuve dit :

        Que fait Ona Ondo en liberté ? A-t-il oui ou non tué un Gabonais, fut-il son frère ? Quelle fut sa peine ? A l’époque où il l’a fait, la peine de mort était encore appliquée. Donc, si justice avait été faite, il ya longtemps que ce type aurait disparu…. Que fait Ona Ondo en liberté ? Que fait Ona Ondo en liberté ?

    • Basile congo dit :

      Monsieur ffils de la veuve bonjour, je vous rappel le principe du jeux sur les échanges, pas de diffamation, pas d’attaque ,pas de haine . Dans ce jeux nous devons échange des informations et non terre dans les égouts du mensonge , juste pour nuire . Cela dit attaquons nous a nouveau à votre dernier commentaire.
      Vous parlez de “prétention d’un accident de chasse “et de conclure que personne ne peut croire à cette version. Vous vous tenez la en dehors des faits, le tribunal d’oyem à bien tranche cette affaire et celui que vous ne pouvez croire à paye à la communauté pour cela.il se pourrait, à vous lirre, e que vous avez d’autres éléments de preuves sur le dossier dans ce cas en tant que citoyen avide de vérité vous devez les communiqué au tribunal , et selon la loi il devra réouvrir celui ci malgré le jugement qui a tête prononce il y’a plus de 40 ans. Est ce qu’il vous est arrivé d’avoir un peu de pudeur lorsque vous parlez de ce sujet: ” abattu comme un singe…” que la mère du défunt vit et qu’elle connait autre vérité que celle que vous diffusez dans la presse, puisque ce jour elle etait presente! Savez vous que celui que vous presente comme singe abattu a des freres qui au moment des faits avaient pour le plus age 4 ans et s’interroge aujourd’hui entre votre version des faits et celles de demoins du village! Savez vous qu’ils ont porte plainte a jean de Dieu pour cessation de trouble ,en souillant la memoire de leur deunt frere . Vraiment moi qui pensait que les partisants du changement deUN avait un peu d’ethique , de morale , de retenu, de dissernemnt, on ne salit pas une famille ainsi. Ce que jean de DIeu oublie c’est qu’en distillant des mensonges contre Ona c’est toute une famille , un village , un clan, une ville , et puisqu’il prte l’affaire a l’international un pays qu’il sali .
      Si vous savez que ce sont les membres d’une même famille vivent vos mensonges comme une provocation au point parceque eux ils étaient la , si tu es si soucieu de leur intérêt toi qui e d’oyem à tu apporte un réconfort à cette femme qui est de surcroît votre tante, tu n’a l’altruisme jamais mis pied dans sa maison , tu aurait pu gagner ébauche l’interrogeant , toi qui fait du journalisme te non du commérage , ton article aurait gagné en crédibilité . Pour les besoin de cette enquête et les éléments nouveaux que tu as en ta possession la famille est prête à répondre à ta question et te donner les faits tels que vécus il y’a 40 ans.
      À votre question de savoir quel âge avait Ona à cet époque, vous savez que c’est un homme publique sa biographie vous la trouvez sur le net et vous saurez !vous cherchez à savoir si justice à été faite ou est ce qu’un jugement à été rendu ? je vous dis oui un jugement ‘à été rendu.malheureusement votre conclusion laisse penser que vous ous inscrivez dans la haine Je vous laisse méditer sur cette phrase d’un homme politique français à qui on attribuait tout et son contraire :”
      “sur les ragots, sur la médisance,sur la méchanceté ,sur la volonté de nuire et de démolir,par ce qu’on a rien à dire…permettez moi de vous opposer le mepris le plus sanglant” et je termine à l’attention de ton champion jean de dieu ce gars gentil mais énigmatique du ces d’angone ” quand je pense que ce monsieur qui viole tous les principes du droit et du devoir déontologique de la presse qui porte des accusation sans fondement, qui parle d’une mort mystique, selon les aveux du prisonnier d’oyem comme un fait réel. Qui confond en connaissnace de causse la date du deces et celle des élections, lui , acteur politique de premier rang du canton NYE ,qui oublie de dire qu’en 2001 le jour ou le cadavre d’odeuigui était ramené dans un pick-up en 2001 , qu’il était physiquement présent, que celle qu’il fait comparaître comme Florence ODZIGUI ne fait même pas parti des héritiers de ce dernier,qu’il a attendu presque 10 ans pour faire sortir un article du frigidaire juste au moment ou il devait être investi comme candidat de l’ex UN dansle canton NYE pour salir son adversaire politique…ça fait frémir pour la démocratie , pour la liberté de presse, pour la manipulation des opinion comme ce SMS qu’il a fait parvenir “aux partisans du changement, parceque selon lui le pourvoir PDG qu’incarne les magistrats était sur le point de l’enfermer pour étouffer la démocratie … Belle fuite en avant. Enfin avec une nouvelle plainte pour cessation de ctrouble l’affaire ONDZIGUI n’est pas sur le poit de finir!

  6. Yves dit :

    @ Basile et Ngoua (peut être la même personne mais enfin bref!)

    Vous faites semblant de ne pas saisir le côté biscornu de cette plainte par votre champion, contre les journalistes. A moins que je ne lise mal les chefs d’accusation contre les journalistes, Onda-Ondo dit avoir été diffamé par ces derniers. Hors c’est cette charge contre ces journalistes qui est farfelue car un journaliste qui ne fait que diffuser ce qui lui a été rapporté ne peut en aucun cas être en position de diffamer. Nous parlons ici de droit et non de mon opinion et encore moins de la vôtre. Quand un journaliste reçoit un témoignage, la déontologie lui demande de vérifier la crédibilité de l’information par un recoupage. Dans les grands bureaux de presse, la règle est de 3 sources indépendantes doivent confirmer les fait pour que le témoignage soit publié. Dans l’affaire Ona-Ondo, que la dame en question ne soit pas l’épouse légitime du défunt et tout le reste importe peu, ça vous le savez et faites semblant de bâtir une muraille de négation autour de cette donne sans grande importance. Ce qui est critique vient du fait que les présumés meurtriers soient connus, se soient confessés et aient nommément identifié Ona-Ondo comme commanditaire du crime de sang. C’est là le nœud du débat. Les journalistes n’auraient pas fait leur travail s’ils n’avaient répercuté l’information. Arrêtez un moment de considérer que tous les gabonais ont la même bassesse morale que le militant moyen du PDG. Ne déplacez pas le débat en accusant les journalistes comme vous l’a appris le CNC du pouvoir. Il y a eu crime, il y a eu aveux de la part des présumés meurtriers ; c’est Ona-Ondo qui doit comparaitre. S’il a un alibi en béton, que la justice décide ! S’il est innocent, que la justice le démontre. Mais ne venez pas ici nous pondre des conneries sur des arguments sans importances. Un homme est mort, les meurtriers sont connus, le commanditaire a été nommé et vous nous entretenez de sophisme. Mais enfin, vous êtes allés à la bonne école et y êtes toujours. Bonne chance à vous et j’espère qu’un de ces jours, on ne retrouvera jamais un de vos proche gisant dans un cours d’eau, assassiné a des fin fétichistes ou politiques. Ce jour-là, vous apprendrez à ne pas prendre les douleurs des autres avec la légèreté d’un mouvement de rein kounabeliste.

    • Basile congo dit :

      Yves bonsoir ou jean de dieu bonsoir peu importe le prénom , alons au débat, pour une fois je vois que votre débat est constructif , loin des insultes des invectives vois tu jai du plaisir à répondre , en fait c’est cela le but du jeux arguments contre argument!. Jean de dieu tu sais qu’un journaliste ne peut diffuser tout, parceque tu écris “journaliste reçoit un témoignage, la déontologie lui demande de vérifier la crédibilité de l’information” c’est la le nœud , le journaliste ici ne reçois pas l’information, il était lui même acteur, à ce titre ne peut se cahier derniere cette posture de recevoir l’information.Vous affirmez :il y a a eu crime, il y a eu aveux de la part des présumés meurtriers. Sur ce point nos information diverge . Je vous félicite du fait que vous parlez de présumé meurtrier, comme dans ce cas vous devez parlez de présumé coupable .et dans la même veine vous devez nuance en ce qui concerne le crime, parceque ,il n,y’a pas l’arme du crime et le présumé dit qu’il a tue son frère en VAMPIRE, c’est cela sa déposition qui peut croire à cela ?relisez bien le papier de l’huisier, votre seul preuve, nul part le présumé coupable ne cite le nom de Ona ondo Jean de dieu , je sais que tu ados ce papier ,je te e au défit des let etre en ligne et tout le mondes.s’appercevra del la supercherie et le faux que tu entretiens volontairement.je peux vous dire que la famille ONDZUIGUI ne se sent pas de près ou de loin de vos écrits. Il n’est question ici ni de PDG ni de l’opposition. Jean de dieu publie le papier de l’huisier au lieu de faire des faux commentaire,.

      • Guy Massard dit :

        Il faut arrêter ces mensonges. Au canton Nyè tout le monde sait que le défunt était l’homonyme de son asssassin, c’est-à-dire que lui aussi se nommait Ona. Et Ona de l’assemblée a pensé que pour avoir le pouvoir mystique hérité de celui dont il tient le nom, il fallait qu’il se débarrasse de l’autre. Pourquoi les vêtements du défunt, maculés de sang ont-il été gardés pendant des décennies. Si Balise et Ngoua continuent on va tout mettre sur la place publique, y compris le rôle de la maman de Ona…. Pourquoi a chaque élection de Ona il y a des morts ?

    • Basile congo dit :

      Jean de dieu as tu lu la réponse qui a été faites à vous lorsque vous écrivez au nom de fils de la veuve, le nœud du problème est la n’est ce pas?

  7. Marcelle dit :

    La justice ne fera rien! C est sa conscience qui le torturera,on ne meure jamais sans se confesser.vous êtes sure qu il dors bien? si c est réellement lui le tueur il paiera ,peut un porte le temps que ça prendra.

  8. Marcelle dit :

    Il n’y a que dieu seul qui peut intervenir,on ne va jamais l encontre du système,lous pouvez tout dire,il n y aura rien

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW