Aux côtés de Jean Ping, en tournée dans la Nyanga du 18 au 23 septembre dernier, Jean Eyéghé Ndong a expliqué, comme une ritournelle, son choix pour celui qui fut son ministre des Affaires étrangères avant d’être élu à la présidence de la Commission de l’Union africaine.

Jean Eyéghé Ndong et Jean Ping au domicile de feu le Général Boulingui dans la Nyanga. © Gabonreview

Jean Eyéghé Ndong et Jean Ping au domicile de feu le Général Boulingui dans la Nyanga. © Gabonreview

 

L’on se souvient encore de ce qu’au cours d’une déclaration à la Chambre de Commerce de Libreville le 13 juin 2015, Jean Eyéghé Ndong, l’un des vice-présidents de l’Union nationale (UN), avait dit sa préférence pour Jean Ping comme candidat de l’opposition à l’élection présidentielle de 2016.

Connu pour son franc-parler, le ci-devant dernier Premier ministre d’Omar Bongo était de la délégation de l’ancien président de l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (OPEP) dans la Nyanga, du 18 au 23 septembre dernier. Durant ce périple de 6 jours pour une trentaine d’étapes, le sénateur du 2e arrondissement de Libreville a expliqué, à plusieurs reprises, les motivations de sa préférence pour l’ancien président de la 59e Commission des Nations Unies (ONU).

Selon le natif de Nkembo, «il faut réfléchir pour l’avenir de notre pays. Je suis Fang. J’ai dit officiellement à Libreville, le 13 juin 2015 que je préférais Jean Ping comme candidat à la présidence de la République. Certains de mes frères Fang m’ont reproché de soutenir un Nkomi, au lieu d’un Fang comme moi. Certains ont même dit, ”Pourquoi toi-même tu ne te présentes pas ?” Je leur ai dit que l’élection du président de la République n’est pas l’élection d’un député, d’un maire ou d’un sénateur. L’élection du président de la République ne concerne pas les ethnies, les tribus… Ce sont des affaires privées, comme quand on va épouser une femme : on établi des liens. Mais quand on parle des affaires publiques, les affaires du Gabon, là n’interviennent plus les ethnies ou les tribus. Là, c’est la citoyenneté qui intervient. Ayez cela en tête. Si vous jugez qu’une personne est citoyenne, a des atouts, des aptitudes, est comme le président Jean Ping : une Personnalité Internationale de Nationalité Gabonaise (acronyme populiste de P.I.N.G – ndlr), engagez-vous pour elle. Parce que là, il n’y a pas d’ethnie ni de tribu. Je vous donne rendez-vous en 2016 pour fêter la victoire de Jean Ping après son installation sur le fauteuil du président de la République».

 

 
 

27 Commentaires

  1. jean-jacques dit :

    L’homme de nkembo il faut se taire, c’est pas toi qui est parti faire les courbettes chez Ali? c’est un autre Eyeghe, vous les vieux politiciens gabonais m, vous avez jeter la honte franchement, ce ping que tu fait croire à certains naifs comme vous qu’il est le sauveur du gabon, il esdt parti mettre ses affaires en cote d’ivoire avec l’argent du Gabon, pour embaucher les ivoiriens tandis que les jeunes gaboans cherchent l’emploi.Il a fait quoi dans sa province, quelle oeuvre ? citez moi un projet de ce chinois. à l’UA.c’est un bilan zero.

    • BIVEGHANE dit :

      “Le Franc CFA est un frein au développement des pays africains”

      Le franc CFA est un frein au développement des pays africains». Voilà résumée la démonstration faite par l’économiste Kako Nubukpo, intervenant au Forum citoyen hier sur le thème: “France-Europe-Afrique, cinquante-cinq ans après les indépendances, un nouveau partenariat?”. L’ex-ministre togolais de la Prospective a levé le voile sur l’urgence de revoir l’arrimage à l’euro du franc CFA (franc des Colonies Françaises d’Afrique), la monnaie des pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale. Créée en 1945, cette monnaie est encore utilisée par seize pays dont le nôtre.
      Au nombre des maux que traîne ce mariage monétaire, se pose la question de la parité Euro-Franc CFA. Le franc CFA a une parité fixe avec l’euro. Le “prix” de l’euro par rapport au FCFA est fixé de façon plus ou moins arbitraire, ne dépendant pas du jeu économique, il est arrêté par une décision politique. Cet attachement à l’euro crée d’une part, une dépendance conjoncturelle vis-à-vis de l’Europe.
      D’autre part, ces Etats qui avaient, au départ l’obligation de déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français, atteignent aujourd’hui, “les 80%”. De ce fait, les banques centrales BEAC (Banque des Etats de l’Afrique centrale) et BCEAO (Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest), disposent actuellement de plus de “3 600 milliards de francs CFA” auprès du Trésor français. Kako Nubukpo, se fondant sur les propos de François Hollande, soutient que rien n’empêcherait aujourd’hui, les Etats intéressés à les récupérer pour accompagner leur croissance.
      Ensuite, monsieur Kako Nabukpo a montré la difficulté liée au ratio crédit. Selon lui, les États ont besoin de crédit pour soutenir la croissance et le développement. Or ce ratio crédit à l’économie sur PIB dans les pays de la zone franc est de 23 % quand il est de plus de 100 % dans la zone euro. L’écart est donc considérable entre nos économies et ceux des pays émergents tant que le franc CFA reste arrimé à l’euro. Ce qu’il faut, c’est établir des régimes de change adaptés aux nouvelles visions et au dynamisme des Etats concernés, afin de donner à notre monnaie l’occasion de jouer son rôle d’outil de stratégie économique.
      En résumé, cet ancrage du FCFA à l’euro le rend dépendant de la conjoncture européenne. Peut-être faudrait-il penser à un flottement contrôlé qui permettrait de corriger les effets négatifs lorsqu’elle se frotte à d’autres monnaies. Dans tous les cas, les États doivent contrôler déjà le versement des réserves de change fait. Car, peut-on espérer atteindre l’émergence sans en maîtriser les outils? Les États qui se veulent émergents doivent contrôler leur monnaie.

  2. jean-jacques dit :

    si c’etait moi le seul electeur tous ses vieilliards ne pourront jamais occuper un poste electif dans le pays.les memes cusiniers ne doivent plus devenir cuisier dans le meme restaurant.(Pays).

  3. La Fille de la Veuve dit :

    Jean Eyeghe Ndong est malhonnête et Dangereux pour le Gabon, parce que tribaliste. Tribaliste en ce sens qu’il n’a qu’un regard tribaliste de la vie publique.

    Malhonnête, parce que le repproche qui a été fait en premier à Jean Eyeghe Ndong est celui de déclarer sa préférence pour la candidature de Jean Ping, alors que celui-ci n’est pas membre du Parti politique dont il est le Vice-president.

    Malhonnête parce que Jean Eyeghe Ndong veut laisser croire que c’est le fait que Jean Ping ne soit pas Fang qui pose problème. Si tel est le cas, pourquoi alors Myboto, Bandega Lendoye, Paulette Missambo et tous les autres responsables non-Fang de l’Union Nationale ne l’ont-ils pas suivi dans cette démarche ? Pourquoi, comme par hasard, ce ne sont que des Fangs qui, au sein de la Direction de l’UN (Gérard Ella Nguema et Jean Ntoutoume Ngoua) qui se son embarqués avec lui ?

    Pour quelqu’un qui se veut être le chantre du Tribalisme et le Citoyen modèle, expliquez-nous donc Pourquoi dans la Mairie du 2eme arrondissement de Lbv, aucun non-Fang n’occupe de poste de Maire, maire adjoint ou Sénateur ?

    Et pourquoi, Chantal Gondjout qui a réalisé le meilleur score dans les autres arrondissements de Lbv n’a pas été désignée pour remplacer JEN comme chez du Groupe Lbv pour Tous au Conseil Municipal ?

    Eyeghe, Ntoutoume Ngoua et Ella Nguema sont les Champions du ralliement opportuniste. Ils espèrent comme en 2009 aux côtés d’AMO pouvoir venir dire ensuite, c’est grâce à nous que…

    Cela s’appelle de l’escroquerie politique.

    • TARAMEK dit :

      @La Fille de la veuve,

      Alors là la go tu es allée trop loin avec JEN. Si on le mettait devant toi, c’est sûr qu’il allais recevoir une giffle ou coup de poing.
      Par moment, et on peut le comprendre, la vérité peut blesser. M. JEN a été franc et à porter son choix sur la personne de M. PING en quoi aujourd’hui il devient malhonnête?
      Il fut un temps toi la veuve ne jurait que par JEN. Tchouoooo toi aussi!
      D’ici peu, tu verras les personnalités qui vont rejoindre JEN et ce jour là, sois courageuse de venir dire ici dans ce forum que tu t’es trompée sur la personne JEN le visionnaire.

  4. Lekori dit :

    A qui Eyeghe veut il dire que lui est detribalise ? Eyeghe se fout du monde. Lui qui n’a pas trouve mieux que son fils pour être maire du 2e arrondissement et sa fille pour etre particuliere du maire. Une soeur particulière de son frere….Lui qui a contesté a Mba Abessole le droit de se présenter a Nkembo ……Eyeghe doit simplement avouer ses’soucis financiers..Comme Ping est connecté à a banque Bongo de Pascaline

  5. Bouka Rabenkogo dit :

    “TU ES UN PROPHÈTE JEAN EYEGHE NDONG”
    Le 29 août 2009 au quartier London, André Mba Obame (AMO): c’était ton choix. Le choix de ta clairvoyance. Nous étions tous, presque tous qui se tenaient assis vendredi 2 octobre 2015 derrière Jean Francois Ntoutoume Emane. “Regarde la Lune, ne regarde pas mon doigt”.

  6. Dzingo dit :

    Eyeghe est un opportuniste. Il fait de tout petits calculs. Persuadé que par ses propres turpitudes il n’a plus aucune chance d’être le candidat de l’UN, il fait le mauvais coeur, préférant soutenir Ping qui, en cas d et victoire, peut lui confier la primature. Qu’il ne rêve pas. Le pays est en crise et les futurs chefs de gouvegouvernements sortiront des rangs des économistes. Il choisit Ping de la façon la plus maladroite possible car pour le faire il détruit son propre parti. Maintenant si Ping devient candidat du Front quelle possibilité aura – t – il, lui, Jean Eyeghe Ndong, de convaincre les militants et sympathisants de l’Union Nationale de suivre Ping ? Amateurisme, quand tu nous tiens….

  7. sylla hab dit :

    éyeghe ndong tu as raison, le moment ne plus aux tergiversations inutile, PING SEMBLE Obtenir L4APPROBATION D’une bonne partie de la population, que d’attendre le cafouillage en juin 2016 que chacun donne sa position, le peuple choisit son candidat qui affrontera le PDG afin que le pugiliste de l’opposition se prépare sereinement. SACHEZ QUE LE PEUPLE HUERA sur tous les fauteur de trouve et on découvrira les délinquants, les faut prophètes de l’alternance.

  8. mec dit :

    Notre pays le Gabon est vraiment en pleine crise dans tous les domaines à mon humble avis j’estime que ni Ping ni Ali ni un vieux crocodile de l’epoque de feu Bongo ne devrait etre president.il nous faut du sang neuf quelqu’un de nouveau jeune et integre chose qui nous manque à tous Gabonais auj Ping est le bon candidat or en 2009 lors du combat de Feu Amo il n’etait pas là et je pense qu’il etait en PDG qu’on viennent pas nous dire qu’apres qu’il a été viré de commission africaine il à eu la revelation que le PDG c’etait de la merde. tout ses anciens pdgistes sont pareils ils ne pensent qu’a eux personne ne pense à la population souffrante quand je pense que le Gabon on est maxi 2millions et que le Gabon avec toutes ses richesses pouvait etre un des plus beaux pays d’afrique c’est vraiment dommage on veux un president qui aime son pays plus que lui meme ou son compte en banque où son les hommes integre du Gabon tel que lumumba sankara mandela ????

  9. Jovite dit :

    JEN, un opportuniste? Ok ! Mais il a au moins le courage de faire son choix. Il y aura probablement des primaires dans les rangs de l’opposition d’ici peu, que chacun choisisse son champion et que le meilleur gagne ou bien ? Aout 2016 n’est plus loin car de boycott, il n’en est pas question. Avec ou sans transparence, on y va !

  10. Venance Pambou dit :

    L’élection du président est une affaire privée ? Eyéghé tu mens…. C’est une affaire publique… Quels sont les Fangs qui te l’ont reproché ? Ntoutoume Ngoua ? Gerard Ella Nguéma ? Radegonde Mbah ? Francis Aubame ? Eyéghé tu mens puisqu’il n’ y a que des Fangs avec toi autour de Ping… Ayant étét gouverneurs de la BEAC, Oyé Mba et Philibert Adzembé sont ils des “personnalités internationales de nationalité gabonaise” ? Dis nous Eyéghé…. Il n’ ya pas d’ethnie ou de tribu ? Mais, quand il faut être maire ou sénateur au 2è , il n’ ya ni tribu, ni ethnie mais la famille, c’est ça non…. Eyéghé tu mens et tu commences à faire pitié… Bientôt tu verras ce que le chien avait vu à Nzeng-Ayong

  11. Djoudson dit :

    Le problème avec nous Gabonais est la versatilité et la diversion. Mr EYEGHE NDONG est taxé de tous les noms pour avoir déclarer son positionnement pourquoi cela pose t-il problème? N’est-il pas la même personne lors des obsèques de Feu Omar Bongo avait dénoncé la dynastie Bongo?Qui a eu raison six ans plus tard? Cessez de traiter des personnes qui ont travaillé pour ce pays de la sorte. Des injures ne serviront à rien dans le contexte actuel. Apportez des avis constructifs au lieu de laisser place à la délation.

  12. Bouka Rabenkogo dit :

    “PEUPLE GABONAIS LÈVE TOI, DES GENS VENUS DES PROFONDEURS S’ACCAPARENT DE TON PAYS”
    *Jour J-0*
    “CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE INCLUSIVE”
    Pourquoi n’écoutons nous jamais nos prophètes? Pourquoi n’écoutons nous rien que les prophéties de prophètes qui ne prient Dieu qu’en criant. Dieu le Père Tout Puissant, qui ne se “Trompe Jamais”, donne pourtant à chaque peuple ses prophètes. Les artistes, Martin Rompavet, Marcel Djabio, Mackaya Mackjoss et le doyen Hilarion Nguema qui ont ouvert par la chanson, l’allocution de Jean Francois Ntoutoume Emane, comme tous les autres absents, Pierre Claver Nzeng, Pierre Claver Akendengué etc… sont pourtant nos prophètes. Mais, comme tout peuple embrouillé à dessein, nous n’avons pas fait attention et saisi les prophéties. L’un d’eux, Martin Rompavet à chanté une chanson de son répertoire qui prédisait et alertait déjà dans les années 1980 en ses termes: Peuple gabonais lève toi, aux risques d’être transformer en esclave et rendu dernier dans ton propre pays. La terre de tes ancêtres est envahie par des personnes étrangères venus des abîmes et des profondeurs avec des habitudes en parfait déphase avec tes “Us et Coutumes”. Ces cafards pénètrent déjà tes “Forets Sacrées”.
    Nous Peuple Gabonais. Peuple épris de Paix, avons épuisé toutes les voies humaines, toutes les voies juridiques et constitutionnelle pour attirer l’attention d’Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Chef de l’Etat par défaut, de libérer sagement le pouvoir usurpé en 2009. Aucun peuple au monde digne de ce nom, ne peut accepter cette infamie. Nous Peuple souverain déclarons ce jour, 5 octobre 2015, que ce qui arrivera à Ali Bongo et sa bande d’apatrides mafieux n’est que le fruit de leur “Impénitence”.
    Peuple Gabonais tout entier levons nous, comme un seul homme, pour chasser Ali Bongo et le “Système Mafieux” hérité de son père Omar Bongo Ondimba qui a nivelé par ensorcellement le Gabon et tous les gabonais vers le bas.
    # NE NOUS LAISSONS PLUS DISTRAIRE #
    “Fin de la théâtralité”.
    (Détails à suivre)

  13. l'observateur dit :

    Salut cher compatriote vraiment notre pays a encore des efforts à faire en terme des débats démocratique , la majorité des gabonais dénoncent la dictature et la mauvaise gouvernance du PDG là on s’accorde presque tous mais est ce qu’on se rend compte que cette vilaines culture anti démocratiques de ce PDG font ravages dans notre société ? ? est ce que vs le constatez ? Jean Eyeghe Ndong est un citoyen libre qu’elle crime ou delit qu’il commet quand il fait son choix ? il ne force personne il vs propose son choix de son candidat et ns sommes libre de dire oui ou non mais c’est quoi qui justifie ses propos intolérants chers frères ? en démocratie personne n’est idiot parce qu’il donne son opinion

  14. Mats dit :

    PDG, PARTI DEMOCRATIQUE GABONAIS. En face? Rien! Mais avec qui le PDG a-t-il fait sa démocratie pendant quarante cinq ans? Qui étaient les adversaires du PDG? Peut-on être démocrate dans un système de Parti unique? Pourquoi les Gabonais se sont-ils laissés abrutir pendant tout ce temps pour découvrir les grandes vertus du débat démocratique plusieurs années après? Je trouve ça étrange; vraiment étrange! C’est comme s’il y avait eu une forme d’endormissement, une sorte de lavage de cerveau, un peu comme dans les sectes où un gourou vous dicte sa loi. C’est comme si même les MAMBOUNDOU et AGONDJO n’avaient pas existé! Ils n’ont laissé aucun disciple, aucune ligne politique susceptible d’être suivie.Le Gabon, sur ce plan ressemble à un bateau ivre sans capitaine. Comme on dit, la nature a horreur du vide. Qui peut combler le vide politique et idéologique au Gabon?

  15. maureen dit :

    En juin 2009, ya Mboumbou était chargé par Ali et certains caciques du régime de trouver un nouveau PM. Parmi les personnalités consultées figurait Théophile Mba Andeme (Bibi) le mari de Bitoughat.

    Une fois approché, Bibi se rapprocha de sa mère et lui fit part de la proposition d’Ali, ce dernier avait déjà formé son gouvernement. La mère de Bibi lui demanda de refuser la proposition, en effet, il aurait été inapproprié pour le petit fils de Léon Mba d’apparaitre aux yeux de la famille comme le diviseur.

    D’autres ressortissants de l’Estuaire furent approchés dont Mr Pierre Obame Ondo l’ancien DG des impôts. Obame qui n’aime pas les problèmes politiques refusa l’offre de ya Mboumbou et appela tout de suite Eyeghe Ndong pour lui dire que ses jours étaient comptés à la primature et que ya Mboumbou était en train de démarcher pour lui trouver un remplaçant. Mis au parfum , Eyeghe démissionna pour ne pas se voir virer de la primature. Depuis sa fameuse démission, tout le monde dit de lui “Eyeghe ane fame ” on a oublié que Eyeghe c’est le même type que l’on surnommait Za Fe, celui qui déclarait que sorti de Omar Bongo, il n’y avait personne capable de présider aux destinées de ce pays.

    Eyeghe Ndong a le droit de choisir son candidat et nous avons aussi le droit de dire qu’il n’agit jamais pour l’intérêt général, il pense d’abord à lui-même et à sa famille.

  16. YOVE dit :

    Jean EYEGHE NDONG est un visionnaire doublé d’un honnête homme. Chapeau, Monsieur!

  17. imagine56 dit :

    Yove,

    du moment que l’on soutient ton candidat, tu ne peux que donner ta bénédiction à Eyeghe.

    Bientot tous ceux qui sont à sans famille pour des crimes et délits divers viendrons frapper à votre porte, surtout ne regardes pas la qualité, fies toi à la quantité et après ne viens pas nous dire que tout ce fiasco est le résultat de l’entourage.
    bisous

    • TARAMEK dit :

      @imagine56,

      Salut soeurette, on dit what? Très heureux de te retrouver et surtout de me dire au finish qui tu soutiens. Je prends bien soin de lire toutes tes interventions sur ce forum. malheureusement, je remarque trop souvent ton indécision. L’heure n’est plus aux indécis, déclare ta flamme pour un Homme, un groupe, une pensée si t’es réellement une adepte du changement. Le Gabon a besoin de toi ma soeur.Ne m’insulte pas aujourd’hui kokolo !

      • imagine56 dit :

        frerot,

        je ne suis pas pressée, j’observe, à dire vrai, je suis indécise
        j’attends, il y a de forte chance pour que je penche pour …un gabonais je peux te rassurer.
        Donc tu persistes à croire que je t’ai insulté? tsuooooooo Taramek, tu es mauvais dè!

        • TARAMEK dit :

          @imagine56,

          Sois en sûre, je vais plus te le dire, mais je t’encourage seulement à faire vite et bien afin qu’ensemble nous partageions nos modestes idées à nos futurs gouvernants. Fais un choix par exemple M. P(aie!)
          Ayons la foi soeurette
          Bon weekend

    • YOVE dit :

      Tu exagères indûment, ma Battante. Mais je n’en formalise pas. Je me joindrais plutôt au bon conseil que te prodigue TARAMEK ici.
      Bisous.

  18. imagine56 dit :

    coquille

    bientôt……délits divers viendront

  19. naf dit :

    La fille de la veuve, tu fais trop pitié. Aucun niveau intellectuel, aucune assise et aucun poids politique, honnêtement que représente tu devant une personnalité comme eyeghe ndong. A quel niveau peux tu parler avec lui! …tu ne peux absolument rien comprendre. Avoir de l’argent ne suffit pas pour parler, tais toi!

  20. Doukdouk dit :

    Lisez la lettre confidentielle d’Alice Vincent, publier par Mr EYA- ces neo opposants ont voulu dupé le peuple gabonais- c’est vrai ils veulent en finir avec ALI, mais pas avec les Bongo… le reste n’est que du vent.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW