Face à la «la diffusion d’émissions de télé-réalité et des clips musicaux dont les contenus heurtent la sensibilité des populations», le ministre de la Communication a brandi les peines en cas d’atteinte aux bonnes mœurs.

Scène du clip du titre “VIP” de Creol. © Youtube/Capture d’écran

 

Echaudé par les contenus tendancieux de programmes diffusés par certains médias publics et privés, le ministère de la Communication a tapé du poing sur la table. Le 3 septembre sur Gabon 1re, le Conseiller en communication de Guy Bertrand Mapangou a déploré «la diffusion d’émissions de télé-réalité et des clips musicaux dont les contenus heurtent la sensibilité des populations, notamment les plus jeunes».

«Le ministre de la Communication conscient du rôle de l’Etat dont l’essence est d’éduquer ses citoyens, notamment en leur inculquant des valeurs morales, et soucieux de la nécessité de protéger l’enfance et l’adolescence, ne peut rester insensible devant ce qui s’apparente aujourd’hui à une opération de dépravation généralisée des mœurs», a ajouté Eric Simon Zué Obiang.

Face à cette situation, le ministère de la Communication a rappelé aux «responsables des médias des services publics placés sous sa tutelle technique, mais aussi à ceux des médias privés», les peines prévues par la loi en cas d’atteinte aux bonnes mœurs. Il s’agit notamment d’une peine d’emprisonnement qui va de deux mois à deux ans. Et, d’une amende comprise entre 24 000 et 500 000 francs CFA, conformément à l’article 212 du Code pénal.

«Le ministre de la Communication invite donc tous ces différents médias à une stricte observation de l’obligation de protection de l’enfance et de l’adolescence qui leur est faite, par les règles d’éthique et de déontologie, d’une part. D’autre part, au respect scrupuleux de la disposition du Code pénal ainsi que de nos valeurs traditionnelles qui font de la pudeur et de l’honneur, des vecteurs cardinaux de bonne moralité de notre société», a conclu Eric Simon Zué Obiang.

Un rappel à l’ordre généralisé à l’ensemble des médias et artistes, mais qui semble viser Gabon 1re et la chanteuse Créole. Depuis début août, le média public diffuse une émission de télé-réalité «Fantastik life», mettant en vedette la fille de Mackjoss.

 
 

11 Commentaires

  1. Fayo dit :

    Créol est un soutien d’Ali Bongo. N’est ce pas que les soutiens de BOA ont carte blanche sur tout, notamment le droit de s’adonner impunément à tous les vices. Alors pourquoi c’est à Créol qu’on s’apprend? En plus son père a été militant du PDG du banc de l’école jusqu’à son départ.

  2. Mimbo dit :

    Y a mieux à faire que cette la diversion ,monsieur le ministre.Ne lisez pas la constitution comme un enfant du CP,c’est ça le problème des émergents à la noix.

  3. Jomi dit :

    On vous prendra au sérieux, le jour ou vous commenceriez à censurer toutes les merdes homosexuelle, pédérastie, pornographie, etc. Qu’on nous diffuse en longueur de journée sur les chaînes étrangères ( Bouquet canal par exemple) plutôt que de vous voir censurer des émissions sur France2 et autres journaux qui n’ont que pour tendances l’information. Simplement parce qu’on a osé parler de votre maitre.

  4. alex dit :

    L’état Gabonais ne paie l’abonnement d’aucun Gabonais pour regarder la TV. Aujourd’hui même pour regarder la première chaine Gabonais il faut payer. Mieux nous payons les taxes sur le TV. Alors laissez nous consommer ce que nous voulons car c’est nous même qui l’achetons. Nous avons nos télécommandes et un code parental pour gérer tout cela nous même. Vous avez mieux que ca à faire les Gabonais ont des vrais problèmes. Allez vous promener à Nkembo, à Akébé , au cocotier , à Kinguelé à Rio et autres. Allez dans nos villages. visitez nos écoles. regardez ces fonctionnaires qui sont à la soldes assis à même le sol et qui n’ont pas leurs bons de caisse depuis 2 mois.Comment vivent t-ils? comment font t-ils pour nourrir leur famille? Pourquoi un étudiant Gabonais doit payer 200000 Fcfa l’inscription pour étudier au Gabon? Voici quelques petits problèmes à résoudre au lieu de vouloir distraire les gens en parlant de CréoL, des clips et de TV.

  5. Ikobey dit :

    Les ennemis des liberté appellent vice tout ce qui les dépasse .
    Il est probable que les citoyens ne sont pas prêts à vivre dans plus de liberté. Beaucoup de Gabonais rêvent d’un état providence, les Africains sont des communistes congénitaux, avant les colons leur disaient ce qu’il fallait penser et faire, OBO a essayé , les moyens financiers ont manqué, ABO le paie lourdement.
    La liberté économique comme le domaine artistique n’est pas fait pour les esclaves, cette période de maturation des esprits et des mentalités est douloureuse mais il faut en passer pas là si on veut vraiment entrer dans le 21e siècle.

  6. Asphalt dit :

    Je suis vraiment deçus des réactions que suscite cette article.Pensez-vous que ce que ce Monsieur dit est faux ?Pensez-vous qu’il n’est pas normal qu’il y ai un filtre au niveau du contenu projeté devant nos ecrans ?j’aimerais vous voir vous quand votre petite fille de 4 ans se met à copier les pas de danse dans la vidéo VIP ou autres contenu obscène qu’on fait passer sur les chaînes de télévision publique qui plus est.Nous sommes africains préservons nos valeurs et notre culture s’il vous plaît ce n’est pas tout ce que les blancs font que nous devons copier.Ce pays n’avance pas parce que les gens sont de plus en plus acculturés aux cultures occidentales au détriment de leurs propre culture.Ils ne savent donc même pas où ils vont,ce qu’ils font et même ce qu’ils veulent, d’où la perte du patriotisme chez nos jeunes aujourd’hui.

  7. La Massue dit :

    @ Ikobey…il ne faut pas confondre liberté, développement économique et dépravation des moeurs. Et qu’est ce que l’état providence ou le communisme ont à voir dans tout cela ? Vous me semblez hors sujet. Notre culture africaine nous apprend une certaine pudeur, une certaine manière de voir les choses…ce n’est pas être l’ennemi de la liberté que de vouloir défendre ce que nous sommes.
    La culture occidentale est ce qu’elle est…elle est le fruit de plus de mille an d’histoires que vous ne semblez pas maîtriser. SVP il ne faut pas faire de mimétisme sauvage.
    Moi je pense que l’état doit agir et là n’est pas une question politique (Parceque sur ce site les gens aiment tout ramener à ALI et PING)

    • Ikobey dit :

      La liberté des moeurs est acceptables pour tout ce qui concerne les adultes consentants. Là où il n’y a pas de liberté économique , il n’y a pas de liberté des moeurs. La liberté est indivisible. Ceux qui parle de dépravation sont souvent les ennemis du libéralisme économique et de la démocratie. Il faut faire confiance à l’homme, et non pas l’embrigader dans un carcan de ce qui est bon ou mauvais pour lui. La liberté est souvent plus difficile à vivre que la servitude parce qu’elle fait appel à la responsabilité et à l’ouverture d’esprit. En outre l’ouverture d’esprit ne s’oppose pas aux traditions.

  8. beka dit :

    Je suis tout aussi déçu de certaines réactions, comme un autre lecteur ci-dessus. Pour comprendre la démarche du Ministre, il faut avoir une âme totalement gabonaise enfouie quelque part en son for intérieur. Si le 21è siècle nous contient, c’est sûr, il n’a pas encore enlevé, et je ne le voudrais point, la part de culture qui me rattache encore à ceux qui m’ont donné la vie et leur sang et leur croyance. Une belle culture : la culture japonaise, la culture chinoise. La technologie n’a pas ôté la part de vie que leurs ancêtres leur ont donnée. A ce sujet, je reste convaincu que, quand on n’a pas de culture, on bave sur toutes celles qui peuvent vous sembler appétissantes, qui peuvent combler vos insuffisances, même si ces cultures nouvelles, extérieures à votre corps, peuvent aussi vous accuser de piétiner les lingots d’or culturel laissés pour vous par vos ancêtres.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW