Pour apurer sa dette vis-à-vis de la Gabon Oil Company (GOC), l’entreprise de Jean-Baptiste Bikalou lui a cédé, jeudi, deux de ses stations-service à Libreville.

Petro Gabon a cédé à la GOC deux de ses stations-service à Libreville. © D.R.

 

Jean-Baptiste Bikalou a reçu un cadeau de Patrichi Christian Tanasa, patron de la GOC, le 27 décembre 2019. © Directinfosgabon.com

Le fait est inédit. Petro Gabon s’est résolu à céder à la GOC deux des 12 stations-service qu’il détient à Libreville, précisément celles de Likouala et de la Voie Express. Le distributeur de produits pétroliers et de gaz butane a signé, jeudi 27 décembre, une convention de cession d’actifs avec la société nationale d’hydrocarbures avec laquelle il avait un contrat de livraison de produits pétroliers. Cette cession est, en réalité, une façon pour le groupe de Jean-Baptiste Bikalou d’apurer sa dette vis-à-vis de la GOC, précise le site Direcinfosgabon.com.

«Plutôt que de recourir aux établissements financiers pour régler la dette en cours, les deux sociétés ont décidé d’opter pour un choix citoyen et stratégique visant à améliorer l’expertise nationale dans le domaine concurrentiel de la distribution des produits pétroliers, et démontrer au-delà des pesanteurs et réticences récurrentes que deux entités gabonaises, l’une privée et l’autre publique, peuvent faire des choix qui rendent possible nos ambitions pour notre pays, le Gabon», commente la GOC.

Pour lui permettre de mieux tirer parti de ses nouvelles acquisitions, Petro Gabon s’est engagé à fournir une assistance technique à la Gabon Oil Marketing, la filiale de la GOC chargée de la distribution et de la commercialisation des produits pétroliers. Cette assistance est prévue durer six mois, le temps de transférer les connaissances au personnel de la GOM.

 
 

2 Commentaires

  1. TARA dit :

    Très bonne initiative, ceci dit cela permet aussi de ne pas asphyxier Pétro Gabon qui emploi quand même des Gabonais.

    Avant dans nos cultures on ne connaissait pas l’argent c’était je te donne le manioc tu me donnes la banane même si cette formule ne peut plus vraiment tenir aujourd’hui à cause de notre société capitaliste, on peut toute fois le pratiquer de temps à autre

  2. Bill Ngana dit :

    Curieuse transaction tout de même ! Parce qu’elle ressemble à une vente-achat. Une hypothèque n’était-elle pas plus convenable? Donc la GOC va nous servir du super dans ses nouvelles stations services. Était-elle préparée à celà ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW