En plus de la mauvaise gestion imputée à certains responsables de structures de l’Etat, la patronne de l’Agence gabonaise du tourisme (Agatour) présente le prix des billets d’avion pour le Gabon et l’état des routes comme les principaux obstacles au développement du tourisme dans le pays.

Karine Arissani, DG de l’Agatour, veut faire décoller le tourisme au Gabon. © Facebook/Karine Arissani

 

Neuf mois après sa prise de fonction officielle, Karine Arissani connaît désormais les moindres recoins du secteur touristique gabonais. Au gré des rencontres avec les principaux acteurs du domaine au niveau national, et des conseils pris à l’occasion de ses voyages, la directrice générale de l’Agatour sait ce qui bloque le développement du tourisme dans son pays. Lors d’un récent déplacement à Franceville, où elle s’en est vertement prise aux responsables de l’hôtel Leconi Palace dont la gestion a été jugée peu conforme, elle a présenté le mauvais état de certaines routes et les prix des billets d’avion pour le Gabon comme des «freins» à l’essor du tourisme au Gabon.

«Comment un tourisme viendra au Gabon si le billet d’avion coûte 2 à 3 millions ? Comment un touriste peut venir au Gabon si pour aller à la Lopé il doit mettre 5 à 7 heures ?», s’est interrogée Karine Arissani, estimant également qu’«il y a beaucoup d’entités qui sont un frein au tourisme» dans le pays.

Pour pallier ces difficultés et tenter de faire décoller le tourisme, la DG de l’Agatour préconise que des réflexions soient menées, y compris en associant le gouvernement et les opérateurs économiques du secteur. Mais en attendant, Karine Arissani s’est fixée un objectif : faire des Gabonais les premiers touristes du Gabon avant d’en faire profiter les autres.

 
 

4 Commentaire

  1. Améliorer le secteur sanitaire (soins hopitaux) indispensable pour les touristes, bien sur les routes, privilegier de trés beaux sites naturels, ils ne manquent pas, accueil sympathique de la population à tous les étages, la sécurité. Aussi, il faut se pencher sur l’obtention des visas concernant les pays à fort potentiel

  2. Dengegre Alain dit :

    Un exemple qui bloque le touriste une famille La mère le mari et la fille décident de venir au magnifique Gabon que leur décrit leur cousin domicilié au Gabon mais cette famille domiciliée à Perpignan Sud de la France est obligée de se présenter tous les trois à Paris pour obtenir les visas .finalement ils auront été obligés d’attendre trois jours à Paris avant d’obtenir les Visas coût énorme restaurant hôtel sur trois jours puis retour sur Perpignan coût aller retour en train puis nouveau train pour prendre royal Maroc à Marseille
    Ils sont rentrés en France après 15 jours au Gabon éblouis par la beauté de ce pays exceptionnel et pensent y revenir un jour mais lorsque le problème des visas sera amélioré

  3. Esperance Menvola dit :

    Mme Arissani, ne baissez pas les bras car vous êtes sur le bon chemin. Cela ne fait pas 1an que vous êtes à ce poste et je note 1 meilleure visibilite du Gabon. Il est clair que ce n’est pas en 1 jour que vous pourrez tout realiser. Observez, ecoutez, jugez puis agissez. Bravo Mme!

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW