Le projet Gabon Mayumba a fait l’objet d’un nouvel accord entre le gouvernement et SFM Africa, le 14 novembre à Libreville. Cela permettra à la compagnie d’aménagement durable de reprendre ses investissements au Gabon après l’échec du projet en 2015. 

Poignée de main entre Jean-Marie Ogandaga et Alan Bernstein, le 13 novembre 2018 à Libreville. © L’Union/Sonapresse

 

Le gouvernement et SFM Africa ont signé le 14 novembre à Libreville, un nouvel accord portant sur le développement du projet Grande Mayumba, dans la province de la Nyanga. Le projet a été initialement signé en avril 2011 pour consolider et développer une zone forestière de 631 100 ha et une zone marine de 260 900 ha, sur la base d’un plan de gestion foncière à long terme, écologiquement sain et économiquement optimal.

Ce nouvel accord se substitue à celui signé il y a cinq ans qui, en raison d’un différend survenu en 2015, n’a pas permis de développer le projet. La nouvelle signature va ainsi permettre à la compagnie «pionnière dans l’aménagement durable et la conservation des forets à travers l’Afrique», de reprendre ses investissements et ses activités au Gabon avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC), comme partenaire stratégique.

Concrètement, le projet s’articule autour de la mise en œuvre des projets intégrés de développement durable dans la région de Mayumba, notamment dans les domaines de l’exploitation forestière, la transformation du bois, l’agroforesterie, la pêche et les infrastructures. Grande Mayumba intègre également le développement d’un circuit touristique avec les loges et infrastructures connexes dans les parcs nationaux dans cette région du Sud du pays.

«C’est surtout un projet important pour la République gabonaise, qui épouse l’ambition du chef de l’Etat de voir notre pays se développer de manière harmonieuse, diversifiée et dans le respect de notre environnement», a affirmé le ministre de l’Economie. «C’est véritablement un projet de développement durable», a soutenu Jean-Marie Ogandaga, ajoutant que le gouvernement va accompagner SFM Africa dans la réalisation de ses projets, «tout en lui délivrant les autorisations administratives nécessaires».

Le président exécutif de SFM Africa, pour sa part, a décliné les ambitions de sa société dans le cadre de ce projet d’envergure. «SFM va devoir redémarrer ses investissements et ses activités, mais également montrer une voie sur le développement durable au Gabon», a souligné Alan Bernstein.

Ce dernier a estimé par ailleurs que «la manière avec laquelle les travaux sont menés ces derniers mois, sont pour nous un message beaucoup plus important et, procure un accord beaucoup plus solide qui permettra pour l’avenir de fonder un partenariat plus vaste et plus dynamique, entre les deux parties. C’est un message important vis-à-vis des investisseurs extérieur qui pourront voir et constater la somme de travail qui ont permis cet aboutissement».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW