Sujet des plus commentés en ce moment dans la province gabonaise de la toile mondiale : le dîner offert, le 20 septembre dernier à New York, par le président le plus puissant du monde à des présidents africains triés sur le volet. Ali Bongo n’y figurait pas. Morceaux choisis dans le déferlement de commentaires y consécutif.

Le dîner offert par Donald Trump à 9 dirigeants seulement, le 20 septembre dernier à New York, en marge de la 72e AG de l’ONU. © D.R.

Les réseaux sociaux gabonais grouillent de posts commentant l’absence d’Ali Bongo au dîner offert, le 20 septembre dernier, par Donald Trump à une dizaine de dirigeants africains, sur la trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement présents à New York dans le cadre de la 72e Assemblée générale ordinaire des Nations Unies se déroulant du 12 au 29 septembre courant.

Pays qui comptent en Afrique

Dans les groupes de discussion WhatsApp et Facebook mais également sur bien de sites et blogs, nombreux raillent en effet l’absence du président gabonais à ce dîner où étaient conviés Alpha Condé (Guinée), Alassane Ouattara (Côte d’ Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Nana Akufo Addo (Ghana),  Hage G. Geingob (Namibie), Muhamadu Buhari (Nigéria), Jacob Zuma (Afrique du Sud), Yoweri Museveni (Ouganda) et Hailemariam Desalegn (Éthiopie). En ses convives, Donald Trump, hôte du repas, voit «des partenaires pour promouvoir la prospérité et la paix sur une série de problèmes économiques, humanitaires et de sécurité.» Il n’en fallait pas plus pour que les contempteurs d’Ali Bongo glosent et concluent qu’il est de notoriété internationale que celui-ci est incapable d’impulser la prospérité de son pays, encore moins d’y garantir la paix.

Pourtant, dans son discours à la tribune des Nations unies, le lendemain jeudi 21 septembre, Ali Bongo Ondimba a soutenu qu’«à propos de la paix, il s’agit, avec la sécurité, de préalables nécessaires au développement de l’Afrique et de mon pays, le Gabon» et que son «gouvernement s’efforce d’offrir aux Gabonais des conditions de vie meilleure, par diverses mesures, allant de la réduction des prix des denrées de première nécessité à la construction d’hôpitaux universitaires de troisième génération» ; sans oublier le «programme pour l’égalité des chances». Donald Trump le savait-il ? Cela compte-t-il pour lui ? Toujours est-il qu’outre Ali Bongo, aucun président de l’Afrique centrale n’était invité au dîner du président américain, induisant de ce fait la même raillerie, notamment au Cameroun envers Paul Biya.

Un air des violences politiques au Gabon entre 2009 et 2016

Pour certains commentateurs, Trump n’a invité à sa table que les leaders des pays qui comptent en Afrique noire. «Le Gabon n’en fait pas partie selon l’administration américaine», estime un internaute sur Infos Kinguélé, avant d’ajouter, visiblement bien documenté : «Donald Trump appelle d’ailleurs à des réformes démocratiques dans le monde. Il l’a rappelé lors de ce dîner mais aussi lors de son discours à la tribune de l’ONU, lorsque prenant le cas de l’Iran il a condamné les régimes qui en viennent “à restreindre l’accès à Internet, détruire les antennes paraboliques, tirer sur les manifestants étudiants non armés et emprisonner les réformateurs politiques “». Des actes qui rappellent en effet les violences politiques survenues au Gabon entre 2009 et 2016.

Pour le média en ligne gabonais info241, l’absence d’Ali Bongo à la table de Donald Trump est «une douche froide», un sérieux camouflet diplomatique pour Ali Bongo qui «n’est pas un “leader fréquentable” en Afrique ou du moins n’est pas un président démocrate». Le journal tourne en dérision la «campagne de communication et de propagande web qui n’ont duré que quelques heures du fait d’un saupoudrage hallucinant», notamment basée sur «une hypothétique photo tronquée qu’auraient pris ensemble les deux chefs d’Etat, en témoignage de l’excellence des relations qui lieraient les deux pays». Dire que, toujours selon info241, Ali Bongo «a tout misé sur les lobbyistes et ses fanatiques pour tenter de redorer son image égratignée par la résolution de l’Union européenne qui appelle aux sanctions ciblées contre son régime coupable de fraude électorale et des violations des droits de l’homme.»

«Heureux les invités au repas du Seigneur !», entend-on souvent dans les églises catholiques à chaque eucharistie. Alors, malheureux ou honnis ceux qui n’étaient pas au repas de Trump ?

 

 
 

26 Commentaire

  1. Panurge dit :

    En république très, très démocratique du Bantoustan, où tous les Bantoustanais viennent d’un village bien déterminé, on est habitué à cohabiter avec des pachidermes (énormes créatures de la nature qui ont largement aidé les populations bantoustanaises dans leurs migrations grâce à leurs pistes), un éléphant sans trompe (trump en anglais), ça trompe énormément! L’Amérique de l’oncle Sam et de l’oncle Trump! Terre de souffrances pour les Bantoustanais vendus sous forme de pièces d’Inde ou de “bois d’ébène”. Là-bas les neggers ont perdu leur condition d’êtres humains; jusqu’aujourd’hui ils sont toujours niggers (sous-hommes, nègres et esclaves). Oh, ironie du sort! Les nouvelles qui nous parviennent de la toute puissante Amérique de Tromp (trompette) ne sont pas si réjouissantes que cela. Les éléments, la nature, DIEU! La juste colère du Tout puissant s’abattrait-elle sur l’Amérique, pour le GRAND NETTOYAGE, pour laver l’affront subi par le peuple noir du Bantoustan? OURAGAN, oh OURAGAN quand tu me tiens! Apocalypse now…MAINTENANT!

  2. Philibert dit :

    @l’autreur de l’article
    Il faut peut etre preciser que si ‘aucun des presidents de l”Afrique centrale n’a ete invite’ comme vous le dites c’est bien parce que tout, absolument tout les presidents de cette region de l’Afrique sont des dictateurs sanguinaires legendaires a l’image d’ali bongo. Et Trump, bien avant son election n’a cesse de vililepnder ouvertement ces dirigeants Africains qui virment leur populations pour se maintenir a vie au pouvoir.
    Quand aux discours d’ali bongo que vous prenez comme refenrence et preuves de ses bonnes qualite de gouvernant, vous pouvez aussi nous ressortir les tonnes de beaux discours et merveilleuses promesses qu’il n’a cesses de nous pondre depuis qu’il s’est impose en 2009, toujours par la violence aussi. C’est avec cela que vous pourrez construire le pays avec lui en:
    -faisant justice aux familles nombreux compatriotes qu’il a tues comme une bete a sang froid.
    – liberes tout ces compatriotes illegalement et injustement emprisonnes parce qu’ali a decider de faire du Gabon une monarchie ou personne n’a plus le droit de manifester. Recemment il ya eux 2 jeunes qui sont morts dans les goulags d’ali bongo et aucun journaliste n’en a parle!
    -de donner du travail a tout ces 1000e de GAbonais qui opnt perdu leur boulots parce qu’ali et ses complices ont casses les caisses du tresor public.
    -Donner aux eleves des bourses et des condtions d’etudes humaines.

    -Arretez la dilapidation de nos ressources naturelles et de nos terres a laquelle Ali bongo s’appliquent en faveur de ses amis venus d’ailleurs.

    – Construire des dispensanires et des des hopitaux ne seraitce que dans 1 par grande villes du pays! A POG par exmple d’ou je viens,
    i n’y a aucun hopital public digne de ce nom. TOut es en ruine et delabres! Quand on n’a pas les moyens de payer les soins dans une clinique on n’a plus que la providence qui nous reste.
    – Payer les salaires des fonctionnaires et meme des agents du prive sans que cela ne soit vu comme un exploit du roi Cesar!
    – Mettre de l’eau, cette matiere vitale, dans les robinets des maisons!
    -Vivre dans un pays ou on n’a pas besoin d’etre franc-macon, minsitres ou se faire PD par un grand quelqu’un pour reussir!
    – Savoir que sa terre et est sa terre! Ce regime a rendu les Gabonais aux niveaux de mendicite ou meme les gens qui ont leurs maison, leur terrains familiales ancestraux peuvent se voir a tout moment deloger avec par un qlqconque quindam du regime avec pelle, mercenaire cagoules, police meprisante et oppressive etc C’est au point ou certains etrangers, togolais, camerounais, beninois etc se sentent le pouvoir de faire intervenir la justice mafieuse et la police du desordre pour depossedes un proprietaire Gabonais de ses biens. Des histoires ou les locataires etrangers refusent de payer leur loyers des mois durant et menacent de faire mettre en prison les proprietaires qui les demande liberer leur bien sont devenu ordinaire chez nous.
    – Des detourneurs de fonds public notoires, des repris de justice, des gens qui n’ont comme bagage intellectuel que d’etre un lecheur d’ali bongo se retouve aux plus hautes fonctions de l’etat.
    La liste est infini, et c’est avec cela que vous voulez defendre Ali bongo! Mais vous etes sans conscience!

  3. espoir dit :

    c’est pourquoi nous disons a macron qu’on a compris son jeu d’ombre comme l’ont fait ses predecesseurs mais cette fois ci il n’imposera pas aux gabonais ce qu’ils ont honni pour sauver l’avenir de leur pays.

  4. Je ne suis pas un idiot dit :

    Trump est libre d’inviter à sa place qui il veut…son élection est aussi contestée que celle d’Ali. Yoweri Museveni démocrate, cela l parait être une vraie méconnaissance de la democratie en Afrique par Trump et les contempteurs d’Ali.

  5. L'observateur dit :

    A la rédaction.
    Le repas offert par Donald Trump n’était pas un Diner mais un Déjeuner. Si vous suivez l’allocution de ce dernier, il parle bien de LUNCH. La précision à toute son importance. Le Président Ali Bongo participait au Forum Bloomberg au même moment. Le soir, Tous les chefs d’Etat et de délégation présents étaient reçus à DINER par le Président TRUMP.
    Aux commentateurs, depuis Lundi que le Président est à NY, on n’a pas arrêté de décortiquer et critiquer ses faits et gestes. En prenant du recul, la Moisson de l’ONU 2017 a été plutôt bonne pour Le président Ali Bongo : Rencontre avec Macron, Forum avec Macron, Diner et Photo avec Trump, Rencontre avec Le SG de l’ONU, Audience avec la Procureur de la CPI Fatou Bensouta,……hmmm….Au lieu de critiquer son lobbying, visiblement très efficace, n’en déplaise, je pense qu’il faudrait plutôt penser à revoir celui du camp d’en face non qui malgré un carnet d’addresses “impressionnant” en est réduit 1 an après l’élection à “subir” l’actualité au lieu de la faire….
    Le Président tant décrié est absent du gabon pendant 1 semaine. Que font ceux qui le décrient? Au lieu d’occuper l’espace médiatique en parlant des problèmes quotidiens des gabonais, ils nous parlent en permanence des moindres faits et gestes du Président “décrié” qui est absent … Incroyable…..!!!!!
    C’est le monde à l’envers….

    • BEYEME dit :

      Où sont les preuves de tes allégations Mr l’observateur.

      • MBIRE dit :

        Quel diner Qu’Ali était invité? vous aussi…

      • L'observateur dit :

        Cher Beyeme

        Le lien suivant montre l’intervention de Trump à ce repas. A 3m40s il commence son intervention et parle bien de “LUNCH”. Je pense ne pas avoir à vous traduire ce mot?
        https://www.youtube.com/watch?v=Vyn_Ir2614E

        Le lien suivant vous montre un résumé du Bloomberg Forum avec tous ses participants…

        Pour le reste, vous avez vu les photos et vidéos entre Le président et Macron, La photo avec Trump, la photo de la rencontre avec le SG de l’ONU, Mr Guitterez.

        Ci-dessous l’article montrant l’audience accordée à la procureur de la CPI.

        http://www.gabonactu.com/72eme-assemblee-generale-de-nations-unies-ali-bongo-a-recu-en-audience-fatou-bensouda-procureur-de-la-cpi/

        J’espère avoir répondu à vos interrogations.

        • gabonreviewadmin dit :

          Au-delà du caractère synchronique des deux événements qui, comme on dit dans les enquêtes policières, est un bel alibi, pouvez-vous démontrer que le président gabonais était bel et bien invité à ce repas (appelez-le comme vous voudrez) ? Êtes-vous sûrs que notre président, tel qu’on le connaît, aurait préféré le forum de Bloomberg au lunch de Trump ? En êtes-vous sûrs, lorsqu’on sait que les services diplomatiques préparent tout et l’annoncent à l’avance aux concernés ? Ou alors ce n’est plus notre bien-aimé Ali Bongo national. Un alibi reste un alibi et cet article ne cherchait pas du tout à tourner Ali Bongo en dérision. Dès son chapeau, il annonce qu’il s’agit d’une collecte de commentaires. Merci de continuer à nous suivre.

          • L'observateur dit :

            Chere gabonreviewadmin

            Vous posez de question fort intéressantes et légitimes. Mais, c’est vous les journalistes, pas nous. Nous ne somme que lecteurs. A vous de mener votre enquête….. Avant d’écrire l’article de préférence….

            Vous parlez d’une collecte de commentaires…. Mais quand vous parlez d’un DINER alors qu’il s’agit d’un DEJEUNER, cela montre, qu’il n’y a eu aucune vérification faite…..
            Diffuser des commentaires et des informations sans aucune vérification c’est la spécialité des réseaux sociaux ces derniers temps. J’en attends un peu plus d’un site d’information tel que Gabon Review.

            Vous restez mon média préféré, mais de grâce, ne tombez pas dans la facilité et restez objectifs. Une certaine ironie pointe dans vos questions sur le Président me semble en contradiction avec l’objectivité qui est dans votre ADN et qui nous plaît tant.

        • observateur,
          tu te le dis mais tu l’es pas. Si tu es vraiment gabonais biologique, tu ne tiendrais pas ce langage; mais bons c’est fort possible que tu sois soit idiot, ignorant ou de cette famille. Je suis dessus par ceux-la qui jusqu’aujourd’hui se mettent a soutenir Ali Bongo pendant qu’ils souffrent plus que moi.

          • L'observateur dit :

            Cher “Le vrai Gabonais”

            Répondre par des insultes à de gens qui ne pensent pas comme toi…. C’est ça ton idée de la “démocratie”?

            Je n’ai pas soutenu qui que ce soit. j’ai juste remis certains faits “à l’endroit”. Je t’invite à me relire sans passion. Maintenant il semble qu’on est “vrai gabonais” quand on insulte le président et le dénigre sans réfléchir sur les faits relater. La moindre nuance dans le débat vaut condamnation au bucher….. Et vous vous étonnez que la dictature perdure???? Elle est apparemment exercée par ceux la même qui la dénoncent…. Le chemin va être long Mr le “vrai gabonais”

    • Mboung dit :

      Ns y voilà ‘lecher les souliers de Macron”, “dormir avec Macron”,boire du macron etc était le vrai objectif de tt ce couteux et inutile raout qu’est ce que cela change à la question de fond d’usurpation (ultra?) violente??? Epsilon !! sinon 000 !!! 1 élection ne se gagne pas à la 3eme mi-temps si macron trouve utile d’écouter (il lui apprend la définition de l’idiot utile?) ses balivernes (mm pas en tant que chef d’état élu puisqu’il ne le reconnait pas mais bien en tant que 1er serviteur zélé de sa nouvelle lubie) alors tant à lui qu’à tous ceux qui croient au mensonge Tant pis pour eux…La vérité elle est unique,sacrée et têtue… vraiment Incroyable…..!!!!!
      ” La paix est impossible sans la justice. ” Desmond Mpilo Tutu

    • Mouanda gildas dit :

      Donc tu veux nous faire croire que ce monsieur a décliné l’invitation de Trump à déjeuner pour assister a un forum? Connaisant la soif de reconnaissance de cet individu, frère tu racontes des bêtises, manges ton pognon et arrêtés de nous distraire. Ton champion à été recalé comme tous ces amis dictateurs africains, le reste c’est de la division.

      • L'observateur dit :

        Cher Gildas

        Je ne veux rien vous faire croire du tout. Visiblement vous croyez ce que vous voulez et c’est votre droit. J’ai juste énoncé des faits vérifiés et vérifiables que cet article ne mentionnait pas, c’est tout.
        Je n’ai jamais dit qu’il a été invité et qu’il a décliné. J’ai juste dit qu’il était ailleurs au même moment. La réponse à cette question est le travail du journaliste, pas la mienne.
        Il n’y avait pas que des “démocrates” qui étaient invités à ce déjeuner : Yuweri Museveni, démocrate? Alpha Condé qui refuse d’organiser des législatives, après deux présidentielles hautement discutables et discutées, , et qui cherche à modifier sa constitution pour se représenter, démocrate? Allons, soyons un peu sérieux…
        Et ce n’est pas parce que on ne verse pas dans l’insulte et le dénigrement systématique et pavlovien, qu’on “mange du pognon”. Ne soyez pas insultant je vous en prie. Ceci est un espace d’échanges et de débat.
        Enfin, les soucis du Gabon et des gabonais sont assez nombreux et réels, palpables au quotidien pour se perdre dans du dénigrement des faits non vérifiés, inexactes et somme toute, insignifiants…au regard des préoccupations qui existent.
        Bonne continuation.

  6. Très respectable GRAND MAITRE. dit :

    c’est des Présidents non démocratiques qui ont été invités. Autrement dit, TRUMP les a conseillé de suivre à la lettre la démocratie et les droits de l’homme.

  7. L'enfant de Bakouaka dit :

    Oui Mr Steeve Jordan, ce diner defraye la chronique sur les réseaux sociaux. Cependant vous êtes sélectif sur la variété des réactions…
    J’ai lu sur Facebook que sur 53 états africains, il n’y avait pas 52 chefs d’états,ABO étant exclu, au déjeuné de Trump.
    J’ai lu qu’il n’y avait pas des démocrates comme Roch Marc Christian Kaboré, Ibrahim Boubacar Keita, Hélène Johnson Sirleaf ou Patrice Talon.
    J’ai lu que Yoweri Museveni, dictateur pour moi et grand démocrate pour vous, était à cette table.

    J’attends le prochain article où vous matière à des réactions des internautes. J’espère que vous nous ressortirez leurs variétés en toute objectivité

    • Mboung dit :

      Curieuse ressemblance dans “Le Vieux Nègre et la médaille ” de Ferdinand Oyono il est (aussi?) question d’1 repas organisé par le grand chef blanc et qui finit mal pour Meka ….Pfff !!!

      *tte ressemblance(sic!) n’est que coïncidence (impure?)…kia kia kia …

  8. LeGambanais dit :

    Il n’a pas été invité a déjeuner comme mes autres présidents africains et c’est ça la vérité.

    Qu’il était au forum de je ne sais quoi, ou à faire on sait quoi d’autre, sérieux si il avait été invité il n’y serait pas aller, peut être en courant, pour se montrer et tenter de redorer son image?

    Il n’y était pas point.

  9. Awou dit :

    Dieu a vraiment maudit lhomme noir et africain de surcroit. Etre heureux d’avoir été recu ou dine avec ce monstre qu’une bonne partie de l’Amérique vomit, c’est pathetique et en dit long sur ce que beaucoup africains sont: des complexes devant le blanc. Ce Trump, dangereux, raciste, supremaciste. Se satisfaire dune rencontre avec lui qui méprise les noirs, qui n’a pour politique détricoter tout ce qu’a fait Obama par pure haine du noir. Vraiment pathétique.

  10. James BOND 007 dit :

    La moitié des commentateurs de cet article ne savent mm pas s’ils mangeront demain matin. Que de frustrés incompétents!

  11. Ysiance dit :

    Cher Observateur,

    Ce n’est pas a coup de gros Français pompeux et de fausse modestie que vous aller nous faire croire a votre objectivité. Peut importe les relations étrangères que le Gabaon entretien avec celui ci ou celui la qui ont bien a faire dans leurs propres pays qui est réellement important.
    Les Gabonais meurent de faim et croule sous les difficultés de la ville comme l’augmentation du coup des denrées, de la scolarité du transport etc…. peut import ce que vous pouvez dire nous somme un pays de moins de deux millions d’habitants avec toutes ses ressources rien ne peut justifier l’échec. Le Gabon et le reste des pays que l’Afrique central qui n’était pas invité a ce déjeuner son le parfait model A NE SURTOUT PAS SUIVRE!!!L’Afrique de l’ouest est loin devant il faut le reconnaitre et calqué sur eux

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW