Le Bureau gabonais des droits d’auteur et des droits voisins (Bugada) a tenu son conseil d’administration, le 27 juillet dernier à Libreville.

Conseil inaugural du Bugada, le 13 juillet 2016, à Libreville. © Gabonreview

Conseil inaugural du Bugada, le 13 juillet 2016, à Libreville. © Gabonreview

 

Le conseil inaugural du Bureau gabonais du droit d’auteur et des droits voisins (Bugada), tenu le 13 juillet dernier, à Libreville devrait être celui de la renaissance. Outre le budget triennal, arrêté à 116 millions de francs, les administrateurs ont adopté le montant des frais d’adhésion des auteurs des œuvres de l’esprit, fixé à 20 000 francs. Ils ont aussi arrêté un plan d’action.

A cette occasion, le président du conseil d’administration s’est désolé de la suspension des travaux en mai dernier. «Je n’ai jamais assisté à un conseil qui suspende une session pendant deux mois et deux jours. Ce qui est une singularité qui souligne la spécificité de la situation actuelle du Bugada. Deux mois de suspension d’une session, c’est énorme», a souligné François Owone Nguema.

L’heure est désormais au travail, car le Gabon a accusé un retard énorme en matière de droits d’auteur.

 

 
 

1 Commentaire

  1. Issipock dit :

    Très bonne chose pour les artistes gabonais. Nous osons croire que ce n’est pas un élément de campagne pour le tirant du pays. Trois ans pour autant d’argent. Si le travail est bien fait, les artistes, pourtant très talentueux et productifs comme Didier Décokaye, Patrick Bouémé ou Kurtyce Essamekuass qui tirent le diable par la queue vivront de la production de leurs esprits. Vraiment dommage que Sony Edingo nous quitte sans avoir bénéficié des revenus de de son titre phare Mikouss par exemple qui continu à alimenter les radios, les bistrots…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW