Selon le Groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, la détention, depuis plus d’un an, de l’ancien ministre du Pétrole et des Hydrocarbures «est arbitraire». L’organe demande sa libération immédiate ainsi que des réparations.

Etienne Ngoubou. © gettyimages

 

Placé en détention préventive le 12 janvier 2017, Etienne Dieudonné Ngoubou pourrait bientôt recouvrer la liberté. C’est, en tout cas, ce que le Groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil droits de l’homme des Nations unies a demandé, le 21 juin dernier, aux autorités gabonaises, à la suite de sa 81e session tenue du 17 au 28 avril 2018.

Dans ses avis, le Groupe de travail estime que la privation de liberté l’ancien ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, accusé de détournement de fonds publics, «est arbitraire en ce qu’elle est contraire aux articles 8, 9, 10 et 11 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et aux articles 2, 9, 10 et 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et relève des catégories I et III».

Aussi, l’organe intergouvernemental demande-t-elle au gouvernement gabonais de «libérer immédiatement» l’ancien ministre incarcéré depuis 17 mois, «et à lui accorder le droit d’obtenir réparation, notamment sous la forme d’une indemnisation et d’une garantie de non-répétition, conformément au droit international, tout en lui assurant les soins médicaux appropriés et nécessaires pour sa condition».

Pour se conformer aux normes internationales en matière de droits humains, le Groupe de travail exhorte le gouvernement gabonais «à mener une enquête complète et indépendante sur les circonstances entourant la privation arbitraire de liberté de M. Ngoubou et à prendre les mesures appropriées à l’encontre des responsables de la violation de ses droits».

 
 

12 Commentaires

  1. MEYE dit :

    Drôle d’intervention de l’ONU. Es ce que c’est NGOUBOU seul qui est détenu arbitrairement dans ce pays par le pouvoir établit ?

  2. Figo dit :

    Pour les nations unies il n’y a que Ngoubou en taule. Ce machin est le symbole même de l’hypocrisie des occidentaux.

  3. BEYEME dit :

    Donc comme ça, ce groupe de travail ne voit que M. NGOUBOU. Et les autres qui sont arbitrairement détenus?

  4. Jonas ZUE dit :

    Ça fait pitié de savoir qu’un frère est arbitrairement détenu. Mais, lui aussi, lorsqu’il était en poste et avec le parapluie Accrombessi, il montrait sa toute-puissance en injuriant les collaborateurs. Trop arrogant, hautain, écrasant tout sur son passage, Etienne Dieudonné ! J’espère que la prison va “produire” un nouveau Ngoubou, humain, respectueux, courtois. Parce que ces notions-là, il ne les connaissant plus, l’Etienne !

  5. jean- jacques dit :

    Vraiment l’ONU connait ce que ce type a fait vivre les gaboanis ? liberer Ngoubou de n’importe quoi.qu’il reste labas.

  6. LE MAYESIEN dit :

    Je peux comprendre les commentaires de certaines personnes, mais pour moi le mayesien, l’incarcération à des fins politiques et honteuses ou simplement arbitraires, a plongé ma communauté dans le deuil. Le pouvoir au Gabon étant directement lié à la politique pour son village,(ce qui est dommage pour une nation dite unie), ce type traité d’arrogant, de mal éduqué et de tous les maux dont on lui accable, a été à ce jour le seul Ministre de ma contrée a construire un acte social pour le peuple de Mayumba, grâce a sa proximité avec le pouvoir le pont sur la Banio a été réalisé après une attente et des dizaines de pierres posées pendant près de 50 ans. Il a bonifié le bled là où les MBOUMBOU, les NGOMA ont joué les rois et échoué lamentablement avec une politique de promotion familiale. Il a presque que réussi en peu de temps. Chaque village du Gabon aurait souhaité avoir un NGOUBOU dans son village, vous pouvez lui donner tous les noms des insectes, je garde de ce type un souvenir d’homme travailleur avec un gros cœur. Il est temps que justice lui soit rendue et qu’il revienne au village où l’attend son peuple.

    • Pierre Manganga dit :

      Le vol et le détournement sont donc des causes de détention politique? Que l’ONU aille voir à Guatanamo pour libérer des prisonniers politique. Ngoubou est un criminel. C’est tout

      • Félix MBANA dit :

        “Le vol et le détournement sont donc des causes de détention politique?” Si l’Etat ou le citoyen détient des arguments pour le prouver il faut juste les présenter pour prononcer la culpabilité. A pas les apporter c’est se reposer sur des allégations.
        On ne peut pas tolérer sous quelques motifs que ce soit, qu’une personne soit détenue pendant 17 mois sans jugements. On sort du cadre du juste et on ouvre la porte du désordre.
        Le voyoutisme de l’Etat est bien connu par tous ceux qui ont eu à gérer un pan de responsabilité.
        Si tant NGOUBOU était coupable, pourquoi ne pas l’avoir jugé plutôt que de le garder au gnouf comme s’il portait sur lui la bombe nucléaire.
        NGOUBOU a grandi avec Ali Bongo et les deux se connaissent au bout des doigts. Est-ce qu’il ne fait pas peur à Ali?
        L’histoire nous le dira.
        En tout cas, Libérez le

  7. JUST dit :

    Donc dans sa réunion l’ONU n’a évoqué que le cas Ngoubou ? Pourquoi l’ONU n’a jamais intervenu pour tous les prisonniers qui sont injustement écroués et torturés ? La vie de Ngoubou est elle plus importante que tout le reste ? Cette putain de politique est vraiment partout. Et qu’est ce que l’ONU dit sur les morts du 31/08/2016 ?

  8. Paul Bismuth dit :

    Je ne sais pas si c’est notre législation qui le prévoit, mais une détention préventive d’un an me parait exagérée. S’il n’y a rien contre lui, qu’il soit relaxé. Par contre si le dossier le concernant est plein, qu’il soit jugé et puni avec la plus grande sévérité en respectant la loi. Quand je vois la misère de certains compatriotes et l’opulence de ces responsables publics, j’ai l’écume aux lèvres. Que le le mamba continue de mordre ! Dans la famille et l’entourage de notre monarque (voulu par l’armée et les français), il y a beaucoup de gibiers de potence. Mais tant qu’ils seront sous l’aile du “satrape de bongoville”, c’est du sommeil du juste qu’ils dormiront.

  9. les VRAIS MAYESIENS dit :

    toc toc toc. Je m’adresse a celui ki post avec le sobriquet LE MAYESIEN. Depuis quand les NGOUBOU sont de MAYUMBA ??? Le pere NGOUBOU etait de NDINDI et la mere de cotonou !!! Et puis il faut eviter d’impliquer LA COMMUNAUTÉ dans les palabres des NGOUBOU

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW