Pour faire face aux difficultés d’accueil des élèves à l’Estuaire et au Haut-Ogooué, l’Etat gabonais envisage de construire de nouveaux établissements d’enseignement primaire et secondaire dans quelques localités de ces deux provinces. Ces projets devraient coûter plus de 8,6 milliards de francs CFA.

La construction de nouveaux établissements scolaires coûtera plus de 8,6 milliards de francs. © Gabonreview

 

La province du Haut-Ogooué et celle de l’Estuaire, qui compte le plus d’élèves dans le pays, devraient voir leur capacité d’accueil des élèves du primaire et du secondaire se multiplier dans les mois qui viennent. L’Etat envisage de lancer, dans les prochaines semaines, la construction de nouveaux établissements scolaires à Libreville, Owendo, Nkoltang, Okolassi et à Moanda. Des projets qui devraient coûter près de 8,7 milliards de francs CFA.

Il s’agit notamment de la construction d’une école primaire au quartier Ondogo, dans le 6e arrondissement de Libreville (7,4 millions), à Owendo (954 millions), à Okolassi (988 millions) et à Moanda (988 millions). De nouveaux établissements d’enseignement secondaire seront également construits dans certaines des mêmes localités. Ce sera notamment le cas de la commune d’Owendo (1,6 milliard) et du quartier Ondogo (1,3 milliard), qui accueilleront chacune un nouveau lycée.

A Nkoltang, dans les environs de Nkok où l’Etat a lancé plusieurs projets visant à booster l’économie gabonaise, la construction d’un collège est prévue, qui coutera plus de 815 millions de francs. La ville de Moanda accueillera, elle aussi, un nouveau collège. Coût des travaux : plus de 1,2 milliard de francs.

Les sociétés ayant répondu aux appels d’offres des 19 avril et 22 juin derniers ont été évaluées, celles répondant aux critères fixés par la direction générale du Budget et des Finances publiques (DGBFIP) ont récemment été contactées pour la suite des projets. Au ministère de l’Education nationale, l’on espère que les chantiers seront livrés pour l’année scolaire 2018-2019. Pour l’heure, les chantiers lancés il y a plusieurs mois, prévus pour être livrés pour l’année 2017-2018 ne l’ont pas été jusqu’à lors.

 
 

4 Commentaires

  1. Doly imossi dit :

    Toujours la politique des maquettes et du faire semblant. Simplement pour donner l’impression que les choses avancent,que les choses sont en chantier et que les enseignants, les eleves les parents ne devraient pas faire dans la mauvaise fois en réclamant de nouveaux établissements vu qu’ils sont en chantier. Cependant null n’ignore ici les méthodes de nos illuminés, ils font toujours semblant avant les élections de louer des engin avant les élections pour laisser penser croire que les chantiers de routes avancent, désormais il ferront semblant d’annoncer les travaux de construction d’école avant chaque rentrée pour laisser penser que les écoles sont en construction. Ou est la logique de pretendre lancer les travaux de construction de nouveaux établissements juste deux semaines avant la rentrée alors qu’on a eu 12 mois de grève ou on aurai pu lancer ces travaux? Évidement c’est juste et malheureusement de la diversion. Ils poseront des premières pierres et ensuite attendront 7ans pour inoguré ces établissements

  2. St Thomas dit :

    S’ils “envisagent” de construire ces établissements scolaires comme ils ont envisagé la construction du 2×2 voies en sortie de libreville(Pk 5-Pk12)! Moi je dis qu’un voyage sur Mars a plus de chances d’être réalisé avant de voir des élèves dans de nouveaux établissements.
    Ali Bongo est parvenu à la tête du pays en étant un élève médiocre( Doc. France 2 confirmé par lui même).
    Pour lui, l’instruction n’est pas fondamentale. Conséquence immédiate des stades de foot au lieu des écoles, lycées et universités.

  3. VERITE dit :

    Vous êtes des vrais blagueurs, ces bâtiments seront prêts pour quelle rentrée scolaire? Ali si c’est trop dur le devoir appelé Gabon, laisse le être fait par celui qui comprend plus vite.

  4. JuGabonais dit :

    Toujours les annonces et les maquettes. Mais ont sait que les virus du volé, de la médiocrité et de l’échec sont profondément ancrés dans les corps et les esprits des pedegistes. Points de salut pour le Gabon et les gabonais tant qu’on ne se serait pas débarrassé du système Bongo-pdg et de ses agents.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW