Absents de leurs postes de travail durant les législatives et locales prévues dès le 6 octobre prochain, les candidats et les membres de leurs équipes de campagne bénéficient, selon le ministère de la Fonction publique, d’une autorisation spéciale d’absence.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Si les agents publics sont soumis depuis août dernier au système de pointage dans leurs administrations respectives, pour prouver leur présence à leurs postes de travail, ceux ayant fait acte de candidature aux législatives et aux locales prévues dès le 6 octobre prochain bénéficient d’un traitement spécial. Ils sont exemptés du désormais inévitable détour dans le bureau du directeur central des ressources humaines (DCRH) tous les matins des jours ouvrables. Du moins, jusqu’au terme de la période électorale, précise un communiqué du ministre de la Fonction publique Ali Akbar Onanga Y’Obegue.

Toutefois, ces fonctionnaires candidats sont tenus de se faire délivrer une «autorisation spéciale d’absence», soit auprès de leur DCRH, DPRH ou de leur préfecture pour ceux en poste dans les départements. Il en va de même pour les membres de leurs équipes de campagne. Aux deux intéressés, il leur est notamment exigé un document justificatif de leur qualité de candidat ou de membre d’une équipe de campagne. Au ministère de la Fonction publique, l’on indique que ce rappel fait aux agents publics candidats ou membres des équipes de campagne vise un but précis : éviter les nombreuses absences décriées il y a quelques années au cours de telles périodes, qui ont un impact non négligeable dans la qualité du service rendu aux usagers de l’administration publique.

 
 

2 Commentaires

  1. beka dit :

    Il m’a été rapporté que dans le Gabon originel, les fonctionnaires, du moins les agents de l’Etat en activité, ne devaient point se livrer aux activités commerciales, ni avoir de visées électoralistes. Dans ce dernier cas, ils devaient d’abord démissionner de leurs fonctions. Pourquoi ces dispositions ont-ils été effacées ?

    Par ailleurs, cette nouvelle pratique consistant à se présenter individuellement chez son supérieur hiérarchique pour signaler sa présence au poste me parait tout simplement aberrante : l’Etat n’a plus confiance en ses agents. Trop de laxisme, le manque de sincérité dans les relations interpersonnelles, l’extinction de la notion de bonne foi, sont tout simplement en train d’étrangler la Vérité et de foutre le camp dans notre société.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW