41 partis de l’opposition ont mis en garde le gouvernement, le 12 avril à Libreville, contre des prétendues manipulations et entraves dans l’organisation des élections législatives 2018 et la mise en place du Centre gabonais des élections (CGE).

Quelques leaders des 41 partis politiques de l’opposition. © Gabonreview

 

En prélude à l’officialisation de leur coalition, 41 formations politiques de l’opposition ont condamné l’attitude du gouvernement visant à ne pas organiser les prochaines élections législatives dans les délais requis. Tout comme ils ont dénoncé les croche-pieds dans la mise en place Centre gabonais des élections (CGE).

Le porte-parole du groupe des 41, Guy Nzouba Ndama. © Gabonreview

Pour les membres de ces partis politiques, il n’est plus question de se laisser manipuler par le pouvoir en place. «Pour mémoire, il incombait au gouvernement de créer les conditions de préparation et d’organisation des élections législatives au terme normal du mandat de la chambre des députés de la 12ème législature», a rappelé le porte-parole du groupe. «Contre toute attente, la communauté nationale et la communauté internationale, enregistrent des reports successifs décidés par la cour Constitutionnelle, subrogeant ainsi la souveraineté du peuple», a déploré Guy Nzouba Ndama, s’interrogeant sur la volonté réelle du pouvoir de mettre en place des institutions crédibles et légitimes.

© Gabonreview

Selon le groupe des partis de l’opposition, cette situation suggère qu’au regard des manipulations éprouvées et dénoncées, le gouvernement entrave sciemment le processus de mise en place du Centre gabonais des élections. De même, il s’affranchit depuis deux ans, de son obligation de procéder au renouvellement annuel de la liste électorale comme préalable à toute élection.

«L’opposition dénonce et condamne fermement les manœuvres dilatoires orchestrées par le gouvernement, dans le dessein inavoué de tronquer la représentation de l’opposition, en vue de créer une majorité factice au bénéfice du pouvoir en place, pour l’élection du futur président du CGE», a indiqué Guy Nzouba Ndama.

 
 

7 Commentaires

  1. BARBERA-ISAAC Léon Pierre dit :

    Menaces? Que ce que 41 partis gazelles peuvent bien faire face à la machine à tricher du pouvoir?
    On vous demande d’organiser des marches et des contestations dans les rues du pays, vous dans votre maboulisme et égoïsme jurez ravir le panthéon de l’Assemblée nationale ?
    Pourquoi Jean Ping s’est-il même associé à vous pour mettre en place la CNR?
    Je souhaite même que le mamba de Bongo vous mord un à un bandes de traîtres.

  2. Eternité dit :

    Betise Humaine quand tu nous tiens… vraiment des intellectuels qui n’ont aucune vision pour le peuple gabonais !!
    Ping à raison et vous avez torts !!!…
    Vous ne gagnerez rien aux legislatives..sauf a voir les memes élus ( Nzouba, Chambrier, Menga et certains ) car telle sera la volonté du pouvoir de vous permettre de manger aussi ..
    Aucun idéal.. juste à se servir du peuple pour l’enfoncer!!

    Vous menacez ? incapables de lever une contestation ou de generer de l’espoir dans le coeur du peuple et vous pensez menacer le pouvoir en place..

    MOUFFF comme on dit dans les cours d’écoles

  3. Espoir dit :

    éternité et barbera quel jugement sévère.

    • Okoss dit :

      Ce qui est triste, c est qu ils critiquent sans rien proposer.
      Ils veulent déloger le PDG par des armes???
      Ils ont quels moyens ???on sait comment commence une guerre, mais comment l arrêter , avec quelle population???
      Chers amis, j ose espérer que vous êtes des nôtres ie gabonais!!!
      Le bulletin est la voix royale, malgré les trahisons des Maganga Moussavou, ndemezoo et autre Ndao!!!
      Ce qui s est passe en 2016 peut se reproduire en 2018:la victoire de JP !!!l opposition véritable doit s unir, convaincre les populations et très important , choisir ses représentants des bureaux de votes les moins corruptibles !!!Le PDG se sait surveiller et ne pourra plus tricher comme en 20016.

  4. BARBERA-ISAAC Léon Pierre dit :

    Qui a parlé de déloger ce puissant parti par les armes?
    Le bulletin est la voie royale lorsque les perdants acceptent leur défaites. Si tel n’est pas le cas, alors la population a le droit et le devoir de soumettre un rapport de force sans pourtant user de violence.
    Ça fait deux ans que certains essayent de faire plier le système. Mais les adeptes de la sorcellerie politique sont toujours prêt à partager les parts du gâteau empoisonné au lieu de financer efficacement et durablement la contestation pacifique.

  5. michel ngoua dit :

    Faire de l’Opposition, c’est chose aisée!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW