En recevant, le 29 août dernier sur le perron de l’Elysée, ses homologues africains en compagnie de son chien, le président français a étalé son arrogance et son mépris envers ceux-ci, enfreignant par la même occasion les règles internationales d’étiquette et du protocole.

Perron de l’Elysée le 29 août 2017, un chien pour recevoir des chefs d’Etat africains. © tsa-algerie

 

«Interdits aux chiens et aux noirs», pouvait-on lire dans certains lieux publics du Far-West et du Deep-south americains racistes. Un avertissement antonymique avec les mêmes noms devrait désormais être placardée à l’entrée de l’Elysée et sur son perron où les chiens ont fait leur entrée dans le dispositif protocolaire d’accueil des chefs d’Etats «de couleur». Les chiens et les noirs ont, du reste, souvent été classés dans la même catégorie, par les adeptes de la hiérarchisation des races.

Un labrador nommé Némo, dans le protocole de l’Elysée. © D.R.

Le 29 août dernier donc, Emmanuel Macron recevait ses homologues tchadien et nigérien, Idriss Deby Itno et Mahamadou Issoufou, ainsi que le chef du gouvernement d’entente nationale libyen, Fayez al-Sarraj. Leurs pays étant au cœur du transit de migrants d’Afrique et du Moyen-Orient vers les côtes européennes, ces hommes politiques passeraient-ils, eux-aussi, aux yeux d’Emmanuel Macron pour de vulgaires migrants clandestins ? Sinon comment comprendre qu’ils aient été accueillis à l’Elysée, non par madame et monsieur Macron, mais par Macron et son chien, joliment appelé Némo. Cynique, le président français souriait tout doucement alors que les journalistes présents avaient éclaté de rire.

Si les esprits retors trouveront toujours des justifications à cette entorse aux règles internationales d’étiquette et du protocole, il faut tout d’abord en convenir : le chien est un animal domestique. Son adoption comporte de ce fait un aspect quelque peu privé. Même si de nombreux présidents de France et d’ailleurs en ont eu, personne ne les avait utilisés de manière aussi cynique et méprisante. Durant la 5e République française, le chien le plus célèbre de l’Elysée est encore, à ce jour, le labrador de François Mitterand nommé Baltique. Malgré sa relative notoriété, Baltique n’a jamais été exhibé dans une célébration protocolaire. Barack Obama avait également un chien à la Maison Blanche qui n’a jamais été mis en présence des hôtes de marque.

Signe d’éducation bâclée ou d’un je-m’en-foutisme hyperbolique, l’exhibition d’un cabot par un chef d’Etat devant des homologues étrangers, a été expérimentée par Vladimir Poutine, iconoclaste bien connu des hautes sphères politiques. Celui-ci gère ses relations avec les autres chefs d’Etats en jouant sur les phobies, l’intimidation ou la micro-humiliation. On devrait toutefois noter  qu’avant de présenter à Angela Merkel, en 2007, son labrador nommé Connie, il lui avait offert, en 2006, un petit chien en peluche pour jouer avec une phobie d’enfance de la Chancelière Allemande et la préparer à la rencontre inopinée avec le chien réel.  La mise en présence eu lieu dans un salon où le chien apparu comme par hasard et non durant une cérémonie protocolaire d’accueil.

Recevoir des chefs d’Etats, fussent-ils de pays subalternes, en compagnie d’un chien adopté une semaine seulement auparavant et donc pas encore totalement maitrisé, est la preuve d’un mépris royal pour ses hôtes. On l’a vu : Mahamadou Issoufou etait quelque peu apeuré par le canidé qu’il surveillait du coin de l’œil.

Si Macron a visiblement copié son irrévérence de Poutine pour ce qui est de l’intrusion d’un chien dans les règles d’étiquette et du protocole, on aimerait qu’à l’avenir, il reçoive de la même manière Angela Merkel, Theresa Mays, Mariano Rajoy ou Donald Trump. Et s’il ne devrait jamais être question de civilités à la tête du client, peut-il concevoir d’être reçu en Afrique, sans broncher, par des dirigeants en compagnie de leur animaux totems ou de leur chèvre, lion, singe et autre python de compagnie ? Les chefs d’Etat Africains devraient le faire. Ainsi, un jour, pour paraphraser Simon de Montfort, «Dieu reconnaîtra les chiens !»

 

 

 
 

28 Commentaires

  1. Fille dit :

    Le respect commence d’un homme par soi-même et ce qu’il vaut. Vous n’allez pas commencer à pleurnicher comme des omelettes parce qu’un en enfant né hier hier vous regarde de haut. C’est parce que vous-mêmes vous faites tout petit devant lui. Le respect, ça se mérite.

  2. robert dit :

    pffffff ça c’est de l’info de bistro

  3. Le vin de palm dit :

    c’est votre chef dans le loges… il vous recoit avec un chien… voila ce qui arrive aux gens qui vendent leur esprit et leur ame…

  4. Genéviève Medouang dit :

    Voilà pourquoi les camerounais peuvent être fier de leur Paul biya. Je suis convaincu que ce bonhomme ne peut pas oser un tel mépris et il n’a ps de reponse avec le pzpa de yaounde. Lui, il sait la jouer cool et calme et il sait jouer. Quelle Afrique mon Dieu. Un gosse qui nous fait pleurnicher et dire qukil n’est qu’à ses débuts. On n’a encore rien vu avec lui c’est sur.

  5. OLSEN dit :

    C’est ce qui arrive lorsqu’on a auccune légitimité et qu’on fait allégence à la FRANCE pour se maintenir au pouvoir.

  6. Le nouveau dit :

    N importe quoi cet article
    Allez au fond des choses et non pas à des inepties votre interprétation sur l accueil par Mr macron n est pas la bonne et le rapprochement avec Poutine est manichéenne

    • Bob Mord-les dit :

      Et quelle est ton interprétation ? Les noirs sont comme ça. Toujours ignorants des symboles et toujours en train de rire ou de banaliser quand on les insulte. T’as rien à dire, circule et reste negro banania qui rit toujours quand on le méprise.

    • Mal de lucidité dit :

      Si t’avais un peu de lucidité, tu ne regarderais pas juste l’article. Tu regarderais le sens de l’action posé par le président français. C’est là le problème et les journalistes ont raison de le relever. Pourquoi les journalistes sur le perron de l’Élysée rient autant? Interroges-toi mon pote. Interroges-toi au lieu de croire que tu comprends grand chose. Je me demande si toi tu recevrais chez toi un visiteur de marque en compagnie de ton mouton ou de tes poules. Si tu peux le faire, alors tu es de la même race que Macron: c’est – à- dire les mal éduqués.

  7. Philibert dit :

    C’est parce que ces chefs d’etats se sont toujours comportes comme des cabots de la France. C’est tres triste et rageant de voir un tel mepris a l’egard des pays que ces presidents representent mais c’est parce que ces gens sont sans honneur ni dignite eux-meme. Souvenez vous de l’episode ou Mohammoud Issoufou pleurait a chaudes larmes face aux medias nationains et internationaux comme un enfant a qui sa mere a refuser la tete, parce qu’un seul militaire francais avait ete tue sur le terrain; alors que dans le meme temps, depuis des centaines de militaires Nigeriens ne cessent de tomber sur le front de la lutte contre les memes terroristes. Quant a Idriss Deby, un homme vomit depuis des decennies par son peuple et qui ne doit sa longevite qu’aux interventions repetes de l’armee francaise apres chaque election truquee. L’autre Lybien, il doit etre un pion place par les numeros 1 de l’OTAN (USA, GB, Fr) pour garantir l’exclusivite du petrole bien a leurs consortium; un autre toutou en gros, un peu comme ouattara en CI, Eyadema au Togo, Nguesso au Congo. Macrona un ego vertigineux; Il ne prend meme pas l apeine de cacher son mepris pour les petits prefets de la france en Afrique, et c’et quelque part ce qu’iks meritent. S’ils avaient un semblant d’orgeuil, ces chefs d’etats auraient refuser de descendre de leur voiture avec ce chien sur le perron pour les accueillir. C’est a ces moments que Kadhafi manque le plus a l’Afrique. Lui qui faisait marche les chefs d’etats francais a la baguette, comme ses valets de cours.

  8. Ntoutoume dit :

    Quel est le pb parceque le chien était noir et s’il avait été Blanc on aurait dit quoi parlons plutôt de vrais sujets du moment la crise qui frappe sur le quotidien des gabonais voilà les vrais sujets que de parler du chien de

    • Bob Mord-les dit :

      Pitié pour toi, comme si Gabon Review n’a jamais parlé de la crise. Les vrais sujets c’est aussi ça. Les vrais sujets c’est quand on s’indigne et qu’on culpabilise ceux qui veulent nous manquer de respect, pour qu’ils ne le fassent plus jamais. C’est comme ça que les juifs sont devenus intouchables, en défendant, en s’offusquant publiquement et en culpabilisant ceux qui voulaient les mépriser. Nous on doit rire et cela signifie alors qu’on est intelligent. La dignité c’est pas pour s’asseoir dessus.

  9. Airborne dit :

    Macron voulait montrer à ses hotes africain qu’ils ne sont rien que des chiens à la solde de la france. Il n’a jamais reçu Trumph ou Mergel avec son cabot. Alors, IBK ou Idriss le prochain voyage de Macron en afrique, vous le recevez avec les betes de votre pays(mouton, chevre, chimpanzé, gorille, python…)

  10. OKAZAKI dit :

    C’est pour qu’ils laissent leurs fantomes dehors! le petit est malin il veut pas se faire marabouter

  11. Biswe dit :

    Si vous arrêtiez vos africonneries un moment pour réfléchir, contextualiser, ou simplement regarder et se taire. Chez les blancs, le chien n’est pas simplement un animal, mais un animal de compagnie, le meilleur ami de l’homme….il n’a pas la même valeur que dans vos esprit “emotionnes”.S’il a pu accompagner vos pâte ts à la chasse, proteger vos proches des dangers physique ou des “Matengous”, prkoi ne pourrait-il vous assiter lorsque vous recevez chez vous.Une dernière chose que beaucoup ignorent encore, c’est que toujours chez les “blancs”,psychologiquement, on se dit que quelqu’un qui prends soin d’un chien le fait forcément des hommes, c’est donc aussi un moyen de séduction, qui rassure…Ce n’est donc pas votre “Mugheri” juste bon à fouiller les poubelles…c ‘est un compagnon de la vie et devinez, ou est ce qu’on s’occupe à plein temps de votre vie sur terre….En politique!!!!

    • Bob Mord-les dit :

      Comme les blancs ont une idée noble des chiens, que Macron reçoivent Theresa May ou Donald Trump comme ça et on verra si l’opinion publique occidentale ne va pas s’en indigner. Pourquoi les journalistes, en majorité blancs, qui étaient là riaient ? Nous serons toujours la serpillère des autres races. Je ne peux pas me venger devient y a rien là, c’est pas un problème. Le noir c’est manger, boire, danser, dormir. Au reste il ne comprends rien ou alors il va faire de longs discours pour ne rien dire. C’est vous les esprits retors dont parle l’article. Pitié pour ma race.

      • Fille dit :

        Indignez vous donc, encore et toujours. Lorsque ces africains seront des hommes debout, on en reparlera. Le respect commence par celui qu’on a pour soi-même et pour son peuple. Quel respect mérite des esclaves béni oui oui assis sur des richesses et qui vont quand-même tendre la main tels des mendiants ? Des milliers de jeunes africains vont crever la gueule ouverte sur les portes de l’Europe par désespoir et ces chefs d’état africains qui s’offrent des appartements et villas de luxe en Europe ne trouvent rien à dire. Quel respect peuvent-ils avoir auprès de leurs maîtres ? Faut arrêter de nous fatiguer. Voyez-vous, chez eux en Europe, ils respectent et aiment leurs chiens. Et nos contre maitres de chefs d’état ne respectent même pas leurs populations ? N’importe quoi.

    • leblanc dit :

      Bien parlé Biswe et ça fait plaisir parce que là le déblatérage de conneries c’est du trés trés haut niveau

    • persquen dit :

      Excellent mon cher Biswe, Vous avez parfaitement compris que l’animal n’as pas la même place ici en Afrique qu’en Europe, cela s’appelle la différence culturelle.

  12. jean jacques dit :

    mais c`est simple le jour que ce faux président viendra dans un pays africain vous rendez la monnaie Thomas SANKARA l`avait fait, et je ne sais pourquoi les présidents africains continuent de faire les courbettes a la a La France.

  13. jean jacques dit :

    ça veut tout dire ce macron considéré ses présidents comme les trafiquants de drogues en les recevant avec des chiens pour détecter la drogue.

  14. jean louis dit :

    AhAH ce jean jacques a la can de la connerie il nous ramène le trophée

  15. désiré dit :

    Houla la que de dissertations et rumeurs. Nous n’avons pas réglé notre horrible passé colonial, c’est vrai, et les expatriés blancs francais ( et ceux qui restent ne sont pas les plus intelligents du monde) se croient toujours superieurs et montrent leur complexe de superiorité à la moindre occasion. Mais montrons nous plus intelligents qu’eux au lieu de chercher la moindre interpretation. Le president francais a parait il recuperer dimanche dernier un chien. En recevant la delegation africaine, il a, pour le première fois laissé se promener son chien sur le perron. Qu’aurait on dit dit si cela avait été pour recevoir la reine d’angleterre? Que ces sales blancs sont comme en famille entre eux et ce n’est pas avec un chef d’etat africain qu’il se serait montré sui familier! Et si on s’occupait de notre Gabon plutôt qu’a toutes ses conneries?

  16. MboloSamba dit :

    pour ma part il est temps que les présidents africains domestique les porcs afin de recevoir aussi cet petit enfant qui insulte non seulement nos dirigeants africains mais également la communauté noir dans toute la surface de la terre.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW